flechePublicité

Test Space Run (PC, Mac) : 6/10 sur JeuxVideo.fr



Sortie le 13 Juin 2014 , PC , Plus de tests sur Mac

Les +

  • Concept tower-defense
  • Ambiance spatiale sympa
  • Bonnes montées de stress
  • Variété du contenu
  • Tout petit prix

Les -

  • Relativement court
  • Pas de prise en charge du tactile
  • Pas de multijoueur
La note de jeuxvideo.fr
6.0
bon
La note des internautes
8.4

(24 votes)
Publiée le 14/06/2014 à 10:06, par Nerces

Test de Space Run : les camionneurs de l'espace ?

Inspiré par un fameux jeu de plateau, Space Run se propose de propulser le tower defense dans l'espace.

Le nom de Galaxy Trucker ne vous dit sans doute rien. Dans l'univers des jeux de plateau, la création de Vlaada Chvatil a néanmoins remporté un large succès. Elle a également inspiré Sylvain Passot pour son premier projet en indépendant, après des années passées à travailler pour différents studios français. Son Space Run reprend donc l'idée de base de Galaxy Trucker pour la plier aux impératifs du tower defense. Convoyeurs spatiaux, start your engine.

Vers l'infini et au-delà...Retour au sommaire
Space Run
Nous sommes donc en l'an de grâce 2525, dans la peau de Buck Mann. Il officie en tant que « routier de l'espace » et se targue même d'être l'un des meilleurs. Des sociétés telles que Big Cargo, Nuclear Star, VIP Travel, AI Squared et Out of this World l'emploient pour transporter des cargaisons plus ou moins dangereuses aux quatre coins de la galaxie. Des missions qui ne sont, évidemment, pas toujours de tout repos, d'autant que les menaces sont nombreuses : petits ou gros astéroïdes, transporteurs concurrents, drones de combats, pirates, vaisseaux de guerre...

Minimaliste, Space Run s'ouvre sur une interface baptisée le « garage ». D'un côté, il s'agit ici de prendre connaissance des différents contrats disponibles, et de l'autre, d'accéder aux options d'amélioration des composants de nos vaisseaux. Les contrats vont évidemment crescendo, mais il est surtout bon de noter que les choses s'ouvrent à mesure que le jeu avance : d'une mission, on arrive rapidement à trois ou quatre contrats disponibles, sachant qu'il est de toute façon nécessaire de les faire tous afin de débloquer toujours plus d'options.

Aperçu général (VF)


« J'adore quand un plan se déroule sans accrocs »Retour au sommaire
Space Run fonctionne effectivement selon un principe tout bête d'éléments à débloquer tout au long de la « campagne ». En début de partie, on se retrouve avec très peu d'éléments (laser simple, réacteur), afin de bien comprendre les mécanismes du gameplay. Par la suite, de très nombreux modules (lance-missiles, bouclier, générateur, canon à ion...) viennent apporter de nouvelles options de jeu, mais aussi de nouvelles contraintes puisque chaque élément occupe plus ou moins de place dans le vaisseau, certains doivent être adjacents à d'autres, et la consommation d'énergie a aussi son importance.

Space Run
Ne croyez pas, cependant, que Space Run vous laisse le temps de parfaire la structure de votre vaisseau avant de partir en mission. Sylvain Passot a ici essayé de retrouver le stress que l'on peut ressentir durant une partie de Galaxy Trucker. La première étape est donc de choisir une mission, afin de prendre connaissance de ses impératifs, des cargaisons à transporter, et des éventuels risques encourus. Ensuite, on lance notre vaisseau sur la « route », en ayant simplement intégré les composants minimums (un réacteur et les marchandises du contrat).

« Houston, on a un problème »Retour au sommaire
Space Run prend ici une forte tournure tower defense : notre vaisseau avance en ligne droite et sans intervention de notre part alors que différents obstacles surviennent. Quand la voie est dégagée, le joueur a le temps de construire des modules en fonction de ce qu'il a pu débloquer au « garage ». Ces modules sont là pour offrir davantage de puissance de feu, une poussée plus importante ou diverses options pour réagir aux obstacles. Problème, ces derniers ne sont annoncés que quelques secondes avant leur arrivée et l'alerte ne donne que le type de rencontre, pas la position exacte des ennemis, par exemple.

Space Run
Le sel de la mission est donc de déployer la réponse aux différents obstacles, la plus efficace et la moins coûteuse possible. La moins coûteuse car les modules s'ajoutent en payant des « boulons » que l'on récupère tout au long du périple. Bien sûr, les menaces sont variées, et si un astéroïde est plus difficile à détruire, les drones attaquent en nuées capables de nous tirer dessus ! Les obstacles peuvent venir de différents côtés alors que notre vaisseau fonce en ligne droite ! Heureusement, des « compétences » sont à débloquer pour apporter un peu de puissance ou de flexibilité à nos modules : les lasers peuvent ainsi gagner en puissance ou être réorientés à volonté.

Question de réputationRetour au sommaire
Histoire de corser encore les choses, Sylvain Passot a intégré un chrono. Alors que l'on doit se sortir - vivant et avec la précieuse cargaison - des contrats, il est aussi préférable de le faire dans les plus brefs délais. Il y a un temps-limite pour ne pas rater la mission, et deux chronos (argent / or) permettent aussi d'obtenir des points de réputation. Ces points fonctionnent comme une monnaie qui vient compléter les gains - en argent - relatifs à chaque contrat. La réputation débloque l'accès à toujours plus de modules et d'améliorations, quand l'argent permet de les ajouter à notre garage.

Space Run
Techniquement, Space Run ne risque pas de vous faire lever la nuit, mais il n'y a guère de reproche à lui faire. Les limitations dans la gestion du vaisseau (trajectoire fixe, zoom limité) sont là pour servir le gameplay, et l'interface 100% souris est précise comme il faut. Des raccourcis clavier sont évidemment présents afin d'aider le joueur sur les missions délicates et il est possible de les redéfinir ainsi que de passer la souris en mode gaucher. Dommage en revanche que Space Run soit forcément en mode plein-écran et qu'aucune prise en charge du tactile de Windows 8 n'ait été prévue. Enfin, mais le gameplay aurait sans doute été à revoir en profondeur, dommage de ne pas avoir d'options multi : deux joueurs auraient pu « se tirer la bourre » pour accomplir la mission !


Space Run est un projet à tout petit budget développé, pour ainsi dire, par un seule personne, Sylvain Tassot. En ce sens, il ne peut évidemment pas se mesurer aux productions qui mobilisent des centaines de personnes. Il remplit pourtant parfaitement son office en offrant une variation très bien vue sur le thème du tower defense. L'absence de mode multijoueur et la trentaine de missions proposées limitent forcément sa durée de vie, mais les défis proposés montent sensiblement en puissance, et on prend plaisir à refaire certaines missions afin d'obtenir de meilleurs scores. Une fois n'est pas coutume, espérons simplement que quelques DLCs bien sentis permettront de creuser encore un concept bien vu.

Test PC réalisé sur une machine à base de Core i7 4 GHz, 16 Go de mémoire vive et GeForce GTX 780 Ti. Le jeu semble à son aise à partir d'un processeur double-cœur 2,4 GHz, épaulé par 2 Go de mémoire vive et une GeForce 8600.

Space Run
Space Run

Space Run
flechePublicité

Playlist Space Run

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

Tests

Grand Theft Auto 5

Grand Theft Auto 5

Joueurs confirmés | Xbox 360 , PS3 , PS4 , Xbox One
flechePublicité
flechePublicité