flechePublicité

Test Shadow Warrior (PS4, Xbox One) : 7/10 sur JeuxVideo.fr



Sortie le 24 Octobre 2014 , PS4 , Xbox One Sortie le 26 Septembre 2013 , Plus de tests sur PC

Les +

  • Katana !
  • Gameplay dynamique et jouissif
  • Humour lourdingue

Les -

  • Deuxième moitié redondante
  • Des collisions hasardeuses
  • Solo only, dommage
  • Chargements longuets (PS4)
La note de jeuxvideo.fr
7.0
bon
La note des internautes
7.7

(6 votes)
Publiée le 28/10/2014 à 11:10, par Maxence

Test de Shadow Warrior sur PS4 : un portage presque parfait

Un an après sa sortie PC, le trublion Shadow Warrior s'offre un portage plus que décent sur consoles.

FPS oublié des années 90, Shadow Warrior avait pourtant apporté quelques innovations bien senties, comme les bombes collantes et une vraie arme de corps à corps, le katana. Oui mais voilà, en ce temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaitre, le succès et l’aura tenaient plus du hasard que de l’effort marketing ou de la qualité ludique. Effacé par un certain Duke Nukem 3D, du même développeur, le titre renait aujourd’hui sous la coupe de Flying Wild Hog, studio indépendant derrière le décevant Hard Reset pour un reboot loin de se contenter de l’hommage poli.

Shadow Warrior
La version Playstation 4
: contre toute attente, Flying Wild Hog parvient à retranscrire de manière simple et précise le gameplay touffu de son titre sur consoles. A l’aide des gâchettes (et du pavé tactile sur PS4), il n’est pas bien compliqué de lancer l’un des huit pouvoirs magiques disponibles, et ainsi profiter un maximum du mélange katana/armes à feu/magie hyper dynamique vanté sur la mouture Steam. Bien entendu, pour ce genre de FPS à l’ancienne, la prime au réflexe et à la précision restera au crédit du joueur PC, mais tout reste heureusement fort jouable avec un pad, l’ensemble conservant la verve qui a fait son charme l’année dernière.

En plus de ce petit tour de force ludique, le studio a pris un malin plaisir à multiplier les options inhabituelles sur console : inertie de l’arme, taille et couleur du réticule de visée… même le champ de vision vertical peut être modifié. Un mini pied de nez aux gros studios incapables de proposer ce genre de personnalisation, surtout que Shadow Warrior affiche un 1080p à 60 fps de circonstance. La longueur des temps de chargement chagrine certes un peu, mais jamais la fluidité du jeu ne sera prise en défaut. Normal pour une production au visuel soigné sans être transcendant, qui s’affiche au top de ses possibilités graphiques sur next-gen. On a ceci dit rarement vu ce niveau de qualité pour une production indépendante, donc difficile de faire la fine bouche pour cette version console, qui assure l’essentiel.

Shadow Warrior
Shadow Warrior
Shadow Warrior



Vingt ans de plus ou de moins...Retour au sommaire
Shadow Warrior
On y retrouve évidemment le charismatique Lo Wang et son humour potache. Réhabilité sous les traits d’un jeune trou du c**, le héros n’a rien perdu de sa verve légendaire, faite de réparties cinglantes et de bains de sang épiques. Ce chien fou, mercenaire émérite, se fend une fois encore de quelques saillies verbales hilarantes, et même si tout ne fait pas nécessairement mouche, on se marre quand même souvent aux vannes balancées par le trublion. Une bulle d’air dans la marée de FPS militaires sérieux, avec lesquels Shadow Warrior partage ceci dit un scénario prétexte. On se désintéresse effectivement très vite de cette histoire de sabres à récupérer et de querelle de démons asiatiques pour se concentrer sur le gameplay, rejeton moderne des vieilles gloires de Windows 98.

Shadow Warrior
A la manière d’un Painkiller, Shadow Warrior nous balance des hordes d’ennemis à dézinguer sur un terrain de jeu de taille décente. Sauf que si la difficulté nous poussait sans cesse à reculer dans le titre de People Can Fly, il n’en est rien ici. D’une, parce que le katana est de très loin l’arme la plus performante du jeu, et qu’il faut nécessairement se rapprocher des ennemis pour être le plus efficace. De deux, car Wang jouit de déplacements vifs, grâce à un dash qu’il peut effectuer dans n’importe quelle direction. On se retrouve donc à enchaîner les estocades assassines pour rapidement s’échapper de la rixe, avant de recommencer inlassablement. Le résultat est tellement dynamique et spectaculaire qu’il justifie à lui seul qu’on s’intéresse au jeu.

Combats maison



Flying Wild Hog ne se contente évidemment pas de ces deux mécaniques pour assurer le spectacle. Outre la demi-douzaine d’armes à feu, au feeling très arcade permettant de ne jamais cesser d’harasser les hordes de démons qui nous assaillent, Wang se paie régulièrement quelques améliorations bien utiles. Des pouvoirs magiques (protection, soin, stun des ennemis…) et autres compétences (endurance, vie, puissance) s’ajoutent aux améliorations d’arme, permettant au gameplay d’évoluer tout au long des dix-sept chapitres de l’aventure. Les possibilités de Wang s’adaptent au nombre et à la variété des ennemis, vraiment nombreux et puissants à la fin de l’aventure.

Un élan qui s’essouffle, maisRetour au sommaire
Shadow Warrior
Au style policé, à l’étroitesse d’action et à la mise en scène omniprésente des canons du FPS moderne, Shadow Warrior répond par de vastes arènes dotées de tonnes de passages secrets et autres clins d’œil débiles additionnés à un gameplay fun et dynamique plaçant le joueur au centre de toutes les attentions. La prise de décision dans l’instant fait partie intégrante de l’expérience de jeu, qui n’est pas seulement un défouloir bourrin dans lequel le joueur est surpuissant. Shadow Warrior se montre effectivement suffisamment retors pour pousser le joueur à exploiter l’ensemble de ses possibilités, s’octroyant une couche stratégique insoupçonnée. Ennemis dotés de boucliers à faire sauter ou contourner, attaques à distance, démons qui en ressuscitent d’autres, vilains qui se téléportent, monstres géants hyper résistants : si le casting de mécréants peine à se renouveler passée la moitié du jeu, leur nombre, puissance et résistance augmentent significativement et assurent l’intérêt jusqu’au bout.

Shadow Warrior
Shadow Warrior
Shadow Warrior
Beau, idiot et nerveux : Shadow Warrior fait plaisir


Avec sa petite quinzaine d’heures de jeu (difficulté 3 sur 4), Shadow Warrior se joue, comme les FPS de l’époque, sur le moyen terme. Difficile d’enchaîner les longs chapitres sans risquer l’indigestion, si bien qu’il convient d’espacer les temps de jeu pour ne pas sombrer dans la routine meurtrière. Les environnements sont ceci dit réellement différents les uns des autres, des jolis jardins japonais aux entrailles sombres d’un paquebot en ruine en passant par la vallée enneigée : Flying Wild Hog fait étalage de ses talents artistiques, offrant un style visuel original en plus d’une réalisation de bonne facture. Les possibilités d’interaction sont nombreuses, et avec elles les chances de réussir de jolis enchaînements très efficaces et gratifiants. Tout pour le gameplay, une formule qui marche.

Flying Wild Hog reprend, avec intelligence et talent, une licence old-school mineure et la modernise avec soin. Shadow Warrior évite allègrement toutes les facilités des FPS modernes – sans pour autant se contenter d’une soupe périmée – grâce à un gameplay subtilement équilibré entre brutalité et finesse d’exécution dans des environnements de bonne taille. Toujours aussi gras et imbus de lui-même, Lo Wang signe donc un retour fracassant que la redondance de l’action et les quelques errements techniques ne sauraient gâcher. Meilleur que l’original, ce que d’autres reboots/suites n’ont pas réussi à faire avant lui, Shadow Warrior s’impose comme LA bonne surprise du genre cette année.

Tous les commentaires

  • HondatacK
    29/10/2014 08:09:31

    Très bon jeu avec certains décors sublime! J'ai aimé le faire au pad sur PC et cela ne m'a pas dégouté du tout bien au contraire. :-)

  • pastaga-(51)
    28/10/2014 19:31:08

    un jeux très sympa, même si sur pc j'aurai aimé que les mouvements du katana soient en adéquation avec ceux de la souris, à l'image d'un jedi knight. sinon petite question d'ordre technique, ont ils réussi à mettre l'intégralité des reflets en temps réel ? c'est gourmand en ressources, mais je trouve, que visuellement ça apporte un vrai plus, et c'est techniquement quelque chose de rare qui se doit d'être souligné

flechePublicité

LES OFFRES

Playlist Shadow Warrior

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

Tests

Grand Theft Auto 5

Grand Theft Auto 5

Joueurs confirmés | Xbox 360 , PS3 , PS4 , Xbox One
flechePublicité
flechePublicité
cript'; ins.async = true; ins.src = 'http://widget.achetezfacile.com/widget.js'; var s = document.getElementsByTagName('script')[0]; s.parentNode.insertBefore(ins, s); })();