flechePublicité

Test Saints Row 4 (Xbox 360, PS3) : 7/10 sur JeuxVideo.fr



Sortie le 23 Août 2013 , Xbox 360 , PS3 , Plus de tests sur PC

Les +

  • Déplacements vifs et pouvoirs bourrins
  • Univers et ambiance rigolos
  • Riche à tous les niveaux
  • Le jubilé Saints Row
  • Bande son variée et réussie (Haddaway !)

Les -

  • Caméra souvent à la peine
  • Technique indigente
  • Un style lourdingue qui divise toujours
  • Chargements longuets
La note de jeuxvideo.fr
7.0
bon
La note des internautes
8.8

(280 votes)
Donner votre avis
Publiée le 23/08/2013 à 12:08, par Maxence

Partager ce test

Test de Saints Row 4 : GTA entre dans la matrice

Promis à un destin funeste après la faillite de THQ, Saints Row 4 renaît tel le plus grand des super héros.

Après Saints Row : The Third fin 2011, THQ veut sortir rapidement un nouvel episode pour renflouer des caisses déjà à l’agonie. L’éditeur annonce donc Enter The Dominatrix, un stand-alone à bas prix reprenant les bases de ce troisième volet avant de changer d’avis un mois plus tard : Saints Row 4 devient alors une réalité. Ce que THQ ignore, c’est qu’il déposera le bilan début 2013 et ne pourra donc sortir son titre, repris par Koch Media et sa filiale Deep Silver pour une sortie en août. Soit, heureux « hasard », quelques semaines avant le raz-de-marée GTA 5.

GTA rencontre Matrix rencontre PrototypeRetour au sommaire
Saints Row 4
D’un projet bâtard au développement chaotique, ce Saints Row n’en a presque que les séquelles techniques. Encore plus flagrants à l’aube d’une nouvelle génération de machines, les errances graphiques et autres bugs d’affichage typique de la série de Volition nourriront une nouvelle fois les regrets des amateurs de la formule lolilol amorcée avec le second volet. Indigent dans ses collisions, souffreteux dans son framerate, ridicule dans sa distance d’affichage, SR4 ne trahit pas l’héritage d’une série peu réputée pour son sérieux graphique. Si le studio basé dans l’Illinois s’est amélioré pendant ces deux ans de développement, le progrès n’est pas sensible compte tenu des choix drastiques de game design opérés dans cet épisode.

Vidéo-Test de Saints Row 4



Saints Row 4
Saints Row fait effectivement rapidement sa mue en lorgnant du côté des jeux de super héros, comme Prototype et inFamous. Sans pour autant renier son passé de clone barré de GTA, SR parvient à drastiquement aérer son gameplay autrefois très terrien en dotant le héros de pouvoirs proches des séries évoquées ci-dessus. Faire des sauts de quarante étages et courir plus vite qu’Usain Bolt en renversant passants et véhicules sur son passage font ainsi partie de l’arsenal de base, rapidement complété par de nombreuses capacités offensives qui fluidifient au possible la navigation dans Stillport, reprise du précédent volet à quelques nuances près.

Tout ceci est justifié d’un strict point de vue scénaristique (SR 4 commence où The Third s’arrête) par une invasion des Zins, un peuple extraterrestre pas venu sur Terre pour enfiler des perles. A la tête du pays le plus puissant de la planète, le gang des Saints tentera en vain de résister à l’envahisseur. Comme dans Matrix, LA référence filée du jeu, il s’agira de naviguer entre le monde réel et la simulation – créée par les méchants pour continuer de « cultiver » les humains tranquilou - où tous les coups sont permis. Comme Néo, le héros se découvre de nouvelles capacités au fur et à mesure de la progression, permettant au joueur d’abandonner le déplacement motorisé pour se concentrer sur le déplacement « à mains nues » beaucoup plus amusant et efficace. Saints Row y gagne effectivement en nervosité et en fluidité sans pour autant lâcher l’humour qui le caractérise.

Come get someRetour au sommaire
Saints Row 4
Metal Gear Solid, Street of Rage, Pain, God of War : Volition ne perd pas une occasion de singer ses confrères lors des missions principales, réservant ses propres idées aux nombreuses quêtes annexes et autres activités qui fleurissent sur la carte. L’invasion extra-terrestre ouvre la porte à tout un panel d’actions et d’armes débiles et futuristes, doublant de fait les (ex)actions typiques de la série. Le rythme est bien géré dans la mesure où le joueur est incité à effectuer quelques quêtes secondaires – souvent répétitives et moins amusantes – entre deux missions principales, permettant à l’intérêt de se renouveler tout au long de la quinzaine d’heures de jeu. Rusher l’une ou l’autre de ces parties, c’est s’exposer à l’ennui, de celui qui nous assaille inexorablement dans les jeux à monde ouvert qui enchainent les poncifs ludiques. Liberté n’est pas nécessairement signe d’intérêt, mais Saints Row 4 réussit plutôt bien à éviter l’écueil.

Saints Row 4
Déjà friand de la personnalisation à tout va, Saints Row parachève son œuvre avec cet épisode. Les possibilités cosmétiques sont comme toujours assez hallucinantes, tout comme la progression des pouvoirs (par des clusters à ramasser) et des compétences. Voitures, armes, gang sont hautement améliorables au fil du jeu sans jamais prendre le pas sur l’action. L’interface est en effet suffisamment claire, malgré la grande richesse de possibilités, pour que chaque type de joueur (qui s’applique, qui picore, qui délire) y trouve son compte. Le fait qu’on ne perde jamais de temps à se rendre d’un endroit à l’autre y est aussi pour beaucoup, cassant bien souvent la routine de déplacement d’une mission à l’autre par une activité, complétée « comme ça en passant » sans que le détour ne soit réellement gênant. On a ainsi sans cesse l’impression d’avancer.

On aurait pu craindre que la maniabilité Saints Row ne colle pas à ce nouveau visage : il n’en est heureusement rien, le jeu n’étant que très rarement exigeant avec le joueur concernant la précision. La rapidité des mouvements remplace bien l’absence de système de couverture, et si les gunfights deviennent complètement brouillons dans le dernier tiers du jeu, nos pouvoirs (stomp, glace, feu, télékinésie…) et la puissance des armes compensent plutôt bien la chose. Si ce n’est de nombreux bugs de collision et une caméra à la peine dans les espaces fermés, on progresse ainsi sans heurt même lors des quelques passages de plateforme ou de course, des épreuves typiques du genre nouveau dans lequel cet épisode s’inscrit.

Four in a RowRetour au sommaire
Saints Row 4
Saints Row, c’est avant tout un bon gros délire de gamer, où l’on peut fricoter avec une actrice porno (SR2), tuer les passants à coups de dildos géants (SR : The Third) ou encore terrasser les aliens avec un fusil qui crache du dubstep (SR4). Jamais avare quand il s’agit de s’en taper une bonne tranche bien grasse, la série ne décevra pas là non plus les amateurs de la formule. Chaque dialogue est l’occasion de moquer les routines du jeu vidéo (pourquoi doit-on à chaque fois activer ou détruire TROIS générateurs ? Quelle est la différence entre un robot et un exosquelette ?) ou simplement d’en dire plus sur les personnages emblématiques de la série, qui font tous leur retour dans ce quatrième volet.

Saints Row 4
Matt Miller, Ben, Asha, Pierce… Même le truculent Johnnie Gat fait son retour pour venger l’humanité à coups de satons, offrant à Saints Row 4 un petit air de jubilé qui séduira certainement les acharnés de la franchise. On se paie même quelques petits flashbacks en explorant les pires craintes de nos ennemis d’hier, l’occasion d’affronter une canette de Saints Flow géante ou de progresser dans un jeu de rôle textuel à l’ancienne. Deux exemples parmi une myriade d’idées de détournement et de références, de Mars Attacks à Armageddon en passant par 2001, qui permettent à SR4 de conserver le supplément d’âme qui faisait la différence dans les précédents.

La bande-son tape plutôt juste quel que soit le style (Haddaway, imparable) et le mode coopératif (en ligne ou en link) est le bienvenu pour partager les vieux délires à deux ronds de l'aventure. Après tout, le jeu du « tire mon doigt » se joue à deux. Bref, Volition a vraiment bien fait de ne pas poursuivre Rockstar sur la voie du jeu ouvert sérieux en traçant sa propre route, faite avant tout de gros n’importe quoi qui tâche. Pis une scène finale sur You Got the Touch, ou encore l’intervention de Roddy Piper, ça vaut tous les « Niko, my cousin ! » du Monde.

Comme Volition qui défend désormais de nouvelles couleurs, Saints Row est allé au bout de son sujet avec ce quatrième épisode. Prêts à passer à autre chose, pourquoi pas sur les prochaines machines, le développeur et sa licence nous gratifient d’un pot-pourri ludique qui devrait aisément trouver sa place chez les amateurs de la série, sans pour autant attirer plus qu’un simple regard curieux de ceux qui en restent étranger. Plus proche d’un Prototype/inFamous que d’un GTA-like pur jus, Saints Row 4 emmène les forces brutes de la série sur un terrain inhabituel qui lui sied plutôt bien. C’est (très) moche et un peu gras, mais on s’amuse et on rigole quand même grâce à la bonne humeur et au plaisir simple de l'éradication de masse. Simple comme jouer au bord de l'autoroute ou faire un ptit badminton entre potes.
Chargement des commentaires...
( les afficher maintenant )

Les avis des internautes

Note moyenne des internautes : 8.8
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : Anonyme
Très bon
Du fun, du fun et du Fun Enfin un jeu qui nous rappelle ou les jeux vidéos était de s'amuser sans prise de tête et sans retenu. Certes quelque problème technique graphiquement parlant mais cela reste honorable et le fun prend tous de suite le dessus. D'ou la question importante a l'aube de la nouvelle génération de console qu'est ce qui est le plus important les idées ou une belle carrosserie suite ...
Cet avis vous a-t-il été utile ? oui (3) / non
1 BONNE RAISON DE NE PAS Y JOUER
L'avis de : Anonyme
Bof
sans interet pour les fans de saints row 2 et 3 vraiment décu pour un fan de saints row 2 et 3 deçu par les graphismes à peine meilleurs que le 3 déçu par les premiéres missions prise en mains du jeu stupides comme si le jeu etait nouveau!!!! alors que c'est le 4éme!!! déçu par l'univers du jeu qui sort vraiment de son contexte avec le delire extraterreste et l'univers spatiale qui sort du concept gand de quartier rivale déçu par les délires suite ...
Cet avis vous a-t-il été utile ? oui / non
Commander sur
flechePublicité

NEWSLETTER

Reçois gratuitement les news par mail !

LES OFFRES

Playlist Saints Row 4

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

Tests

flechePublicité
flechePublicité