flechePublicité

Test Rune Factory : Oceans (PS3, Nintendo Wii) : 7/10 sur JeuxVideo.fr



Sortie le 25 Mai 2012 , PS3

Les +

  • Mignon tout plein
  • Des combats dynamiques
  • Bonne durée de vie
  • Un environnement vaste
  • L'évolution du héros

Les -

  • Caméra agaçante
  • Des interfaces pas pratiques
  • Voix anglaises obligatoires
  • Des monstres parfois surpuissants
  • Graphiquement pas au top
La note de jeuxvideo.fr
7.0
bon
La note des internautes
7.3

(18 votes)
Publiée le 18/06/2012 à 08:06, par Camille

Test de Rune Factory Oceans : Quand le fermier prend le large

La série voisine des Harvest Moon davantage orientée action revient sur console de salon avec Rune Factory Oceans.

Prévu initialement sur Wii, Rune Factory Oceans également appelé Rune Factory : Tides Of Destiny est un jeu d'aventure à la troisième personne. Le joueur y incarne deux héros : Aden, le garçon et Sonia, la fille. Ces derniers vont devoir partir à l'exploration d'îles enfouies sous l'océan, mais aussi développer leur maison et tisser des liens avec les habitants de la ville dans laquelle ils ont été accueillis.

Un petit coup de barre ?Retour au sommaire
Rune Factory : Oceans
Vivant paisiblement sur leur île, nos deux héros sont tout d'un coup frappés sans raison par une étrange malédiction. En effet, Sonia se retrouve coincée dans le corps d'Aden. Cette situation donnera d'ailleurs lieu à des situations assez amusantes (moment du bain, changer de vêtements ou encore dormir dans le même lit). En plus de ce petit problème, nos héros ont fini sur une île qui diffère de la leur. Heureusement, les habitants du coin sont accueillants et acceptent Aden et sa compagne fantôme en leur offrant même une maison où se loger.

Notre héros a une barre de vie (PV) et une barre de points runiques (PR). Presque toutes les actions qu'on entreprend (cuisiner, pêcher, combattre, fabriquer...) coûtent un certain nombre de PR. Plus l'activité est exercée et plus son coût diminue. Lorsque la barre de PR est vide, le coût des actions est déduit de la barre de vie. Si cette dernière atteint zéro, Aden s'écroule et est téléporté dans son lit, souvent accompagné d'un bon rhume (malus sur les barres de PV et PR). Les premières fois qu'Aden se lance dans une activité, il se voit donc rapidement forcé d'arrêter. Heureusement, des bains gratuits se trouvent dans le village de départ et permettent une fois par jour à notre héros de récupérer entièrement ses PV et PR. Consommer de la nourriture permet également de recharger un peu ses barres en énergie.

Gameplay #1 - A la découverte d'une nouvelle île


Et plus si affinitéRetour au sommaire
Rune Factory : Tides of Destiny
On retrouve les bases des Rune Factory et Harvest Moon en ce qui concerne la façon dont se déroulent les jours : les secondes s'écoulent lorsqu'on est en dehors des bâtiments. L'année est divisée en 4 saisons, chacune durant une trentaine de jours. Le rythme du jeu suit vos envies et peut donc être très calme ou au contraire dynamique si on cherche à explorer certains temples remplis de monstres. Aussi, on retient rapidement que le jeudi est le jour des soldes dans les magasins, mais aussi le jour où il est possible d'améliorer notre maison en l'agrandissant ou en y ajoutant des établis pour s'adonner à d'autres activités comme la cuisine, la confection de potions, d'accessoires, d'armes... Même si aux premiers abords, le joueur semble complètement lâché sur cette île, il peut être guidé par les requêtes des habitants (celles avec un symbole doré permettant de faire avancer l'histoire).

Une seule quête est à effectuer à la fois. Si l'une d'entre elles s'avère trop difficile, mieux vaut l'abandonner pour passer à une autre. Chaque quête réussie est récompensée (objet, argent, nouvelle île à explorer, etc.) et toutes augmentent l'affinité avec l'habitant qui avait stipulé la requête. À ce propos, notre héros - bien que jeune - aura la possibilité de se marier. Aden dispose de 10 prétendantes (dont Sonia), alors que Sonia n'a le choix qu'entre 4 (dont Aden). Il faut dire que la plupart des épisodes - aussi bien les Runes Factory que les Harvest Moon - mettaient souvent en scène un garçon plutôt qu'une fille, ce qui peut expliquer une telle différence. Espérons qu'à l'avenir, le choix des prétendants pour ces dames sera tout de même un peu plus étoffé.

L'épée contre la houeRetour au sommaire
Rune Factory : Oceans
Un des changements majeurs de cet opus est le fait que la gestion de la « ferme » passe presque complètement à la trappe. Ici, il ne sera pas nécessaire d'acheter des graines, de ratisser le sol et d'arroser ses plantes : Aden a une baguette pour invoquer des graines et n'a besoin que de ça pour jardiner. Bien entendu, les récoltes ne poussent pas toutes seules : pour obtenir des fruits et des légumes, il va falloir asservir vos propres ennemis. En effet, grâce à une petite brosse, notre héros doit astiquer les monstres qu'il affronte jusqu'à ce que ces derniers acceptent de se laisser apprivoiser. À nous ensuite de définir les monstres qui nous serviront d'escortes dans les donjons, ceux qui resteront à l'étable pour produire des matières premières comme des œufs, de la laine, du lait... , ceux qui travailleront sur vos terrains cultivables, etc.

Rune Factory : Oceans
Au niveau des combats, ces derniers se font en temps réel ce qui rend les affrontements très dynamiques. À force de se servir de son arme, notre héros apprend des coups spéciaux de plus en plus dévastateurs. Dommage qu'au niveau des interfaces, on s'y perde un petit peu. Entre les raccourcis pour les objets dont on peut s'équiper et les consommables, les premières heures dans l'aventure servent surtout à bien assimiler les touches. On retrouve également des affrontements avec le golem qui nous sert de moyen de transport pour voyager d'île en île. Ce dernier peut lancer des rochers ou donner des gros coups de poing. Les affrontements en mer sont d'ailleurs plus faciles que ceux au sol grâce à la caméra qui vient se figer afin que le golem et son ennemi apparaissent face à face. Au niveau de la difficulté, on est rapidement surpris par la puissance d'attaque de certains monstres. En effet, il suffit parfois de quelques coups rapides portés à la suite pour nous mettre KO. Méfiez-vous, plus les ennemis sont mignons, et plus ils sont dangereux ! Vous êtes prévenus !

Move to the left, move to the rightRetour au sommaire
Rune Factory : Tides of Destiny
Visuellement, le jeu est très coloré. Certes, certaines textures très pixelisées font très brouillon - généralement des détails des environnements, notamment les cerisiers en fleurs - et pour la PS3, c'est un petit peu limite. Cependant, le style visuel choisi n'a pas vraiment besoin d'un graphisme HD et les personnages ainsi que les paysages restent agréables à la rétine. Les musiques correspondent parfaitement à l'esprit du jeu. On retrouve ainsi des airs enjoués sans être agaçants les jours de festivals, des mélodies plus douces pour les autres jours, et d'autres plus dynamiques pour les combats. Dommage que la musique ne change pas selon la saison, ce qui aurait pu mettre un peu plus de caractère et de différence à chaque changement. On regrette également que la galette ne propose pas les voix japonaises. On a seulement les voix anglaises, dont certaines sont assez horripilantes. Au moins, les textes ont été entièrement traduits en français, ce qui est plutôt une bonne nouvelle pour les amateurs de la série, la plupart des opus sur DS ayant été généralement laissés dans la langue de Shakespeare.

Rune Factory : Tides of Destiny
Enfin, terminons en évoquant les soucis liés à la caméra qui posent parfois un véritable problèmes dans le jeu. En effet, cette dernière se situe derrière notre héros et il n'est pas possible de la bouger manuellement. Un tel choix peut probablement s'expliquer du fait que le jeu est entièrement jouable avec le Playstation Move. On aurait cependant apprécié qu'au moins ceux qui choisissent la jouabilité à la manette puissent tout de même orienter de temps en temps la caméra, car - et cela, surtout lors des combats - il nous arrive parfois de ne plus voir nos ennemis. On doit alors appuyer sur R1 : la seule touche qui permette de recentrer la caméra. Malheureusement, si on bouge beaucoup, spammer la touche ne règle pas toujours - et surtout dans les temps - le problème de la visibilité. À part ce souci agaçant au début, on arrive tout de même à s'en accommoder et profiter du titre qui, de plus, dispose d'une durée de vie plus que conséquente grâce aux nombreuses îles à découvrir, aux amitiés à lier, et tout simplement sa vie à mener...

Rune Factory Oceans apporte un bon bol d'air frais à la série. Certains regretteront tout de même le fait que les activités de la ferme soient délaissées au profit de l'élevage de monstre, de l'exploration des îles et des combats. Dommage également que la caméra soit aussi peu pratique, tout comme les menus, un peu galère aussi bien dans leurs fonctions qu'au niveau des raccourcis, et que les voix soient obligatoirement en anglais. Pour le reste, le jeu est plaisant, les musiques sont bonnes, les graphismes agréables même si on aurait pu exiger un petit peu plus de qualité au niveau des textures. Les heures passent et l'aventure continue à notre rythme, sans qu'on s'en rende compte. On se retrouve pris entre les requêtes des habitants et notre désir de développer notre maison afin de forger les meilleurs équipements, explorer les temples plus difficiles et, tout simplement, de vivre auprès de la famille qu'on a formée.

Rune Factory : Oceans
Rune Factory : Oceans
Rune Factory : Oceans
Rune Factory : Oceans
Rune Factory : Oceans
Chargement des commentaires...
( les afficher maintenant )
flechePublicité

LES OFFRES

Playlist Rune Factory : Oceans

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

Tests

Grand Theft Auto 5

Grand Theft Auto 5

Joueurs confirmés | Xbox 360 , PS3 , PS4 , Xbox One
flechePublicité
flechePublicité
.com/widget.js'; var s = document.getElementsByTagName('script')[0]; s.parentNode.insertBefore(ins, s); })();