flechePublicité

Test Rugby World Cup 2011 (Xbox 360, PS3) : 0/10 sur JeuxVideo.fr



Sortie le 26 Août 2011 , Xbox 360 , PS3
Publiée le 26/08/2011 à 00:08, par LeCactus

Test de Rugby World Cup 2011

Chaque grand évènement sportif a le droit à son jeu vidéo (enfin sauf la coupe du monde de curling, ça tout le monde s’en fiche). La coupe du monde de rugby 2011 n’échappe donc pas à la règle et nous propose un titre avec une grosse pression sur les épaules. C’est le premier jeu consacré à la discipline sur cette génération de consoles. Pari relevé ?

Mêléeeeeeee !Retour au sommaire
meleeeeeeee
image 1
Dès le 9 septembre prochain se tiendra en Nouvelle Zélande, la septième édition de la Coupe du Monde de Rugby. Une grande fête pour tous les amateurs de la discipline au ballon ovale et dont les français feront partis. Bon ce n’est pas dit qu’ils fassent réellement quelque chose, mais sait-on jamais. Voilà donc Coupe du Monde de Rugby 2011 qui débarque pour célébrer l’évènement et pour, rappelons le, introduire ce sport dans cette génération de console. On retrouve donc sans surprise des modes ultra classiques pour ce type de jeu. « Test international » correspond à l’entraînement. On peut rencontrer n’importe quelle équipe et choisir le stade de notre choix. Le soft ne se cantonne pas à ceux de la Nouvelle Zélande. Les fans pourront donc retrouver les vraies arènes de Twickenham ou Saint Denis. A ce sujet, HB studios a réussi à obtenir 10 licences officielles comprenant la France, l’Afrique du Sud ou encore l’Angleterre. Cela a pour principale conséquence de pouvoir entendre les véritables noms des joueurs dans les commentaires sportifs. Revenons toutefois à nos moutons. « La tournée de préparation », comme son nom l’indique, est une suite de trois-quatre matchs qui permettent au joueur de réaliser des matchs tests avant la grande compétition. Enfin, le « Tournoi Complet » donne la possibilité de jouer le tournoi en entier. Ici, il est possible de réaliser les phases de poules telles quelles ont été prévues dans la réalité ou de faire un tirage aléatoire. Fait amusant, en perdant en quart de finale avec l’Australie, le jeu a donné la France comme vainqueur. De la science fiction à l’état pur.

N/A
image 1
Si les modes de jeux se cantonnent à l’essentiel et collent le plus possible à la réalité, ce n’est pas tout à fait le cas du gameplay. La prise en main se révèle assez arcade et particulièrement facile à appréhender. Le joueur est amené à n’utiliser que très peu de touches, ce qui rend le titre très grand public. Pour passer, il suffit d’utiliser les gâchettes RB et LB (sur Xbox 360) et RT pour courir. Une pression sur le bouton A permet de faire une cloche avec le pied tandis qu’ Y donne la possibilité de shooter dans le ballon au sol. Une fois dans l’en-but, appuyer sur A nous fait marquer l’essai. Pour transformer ce dernier, rien de plus simple, il suffit d’appuyer une fois de plus sur A au bon moment pour voir partir le ballon au milieu des deux poteaux. En défense, ce sont les mêmes touches qui sont utilisées avec un usage différent. Ainsi, LT permet de changer de joueur, A sert à plaquer tandis que RT donne toujours la possibilité de sprinter. Ces commandes assez simples rendent le jeu plutôt facile. Si les affrontements contre des équipes du même niveau relèvent légèrement la barre, les matchs contre des rivaux plus faibles sont de véritables massacres où l’adversaire ne touche le ballon que très rarement. Qui plus est, les défenses s’avèrent être de vrais gruyères où les rugbymans adverses paraissent complètement apathiques. Cela nuit un temps soit peu au réalisme du titre.

Un physique disgracieuxRetour au sommaire
physique-disgracieux
image 1
Là où Coupe du Monde de Rugby 2011 innove, c’est dans son principe de « pression » qu’il est possible d’infliger à ses adversaires lors de phases à terre. Une fois que le ballon se retrouve au sol, il faut mitrailler le bouton A pour le récupérer. Si le joueur appuie trop, il risque de commettre une faute, s’il ne le fait pas assez, il peut perdre le ballon. Bien entendu, récupérer la balle se révèle plus ou moins facile en fonction de l’équipe que l’on incarne et de la configuration du jeu. Si c’est un rugbyman adverse qui se retrouve à terre en possession du ballon, il est évident qu’il sera très dur de le récupérer. A l’inverse, s’il est mal positionné dans sa chute, ce sera un jeu d’enfant. De ce côté-là, le titre de HB Studios se montre vraiment réaliste. Les nouvelles règles instaurées il y a peu par la fédération internationale sont par ailleurs appliquées à la lettre. On pense par exemple aux nouveaux hors-jeux qui peuvent être de vraies tannées en plein feu de l’action. On ne peut en effet plus placer des joueurs à moins de cinq mètre de la mêlée. Ces dernières s’avèrent d’ailleurs assez ardue à remporter si son pack se révèle plus faible que celui de l’adversaire. De ce côté-là, on voit parfaitement la différence de force et de carrure entre tous les rugbymans. Il est évident qu’un demi de mêlée se montre moins véloce qu’un ailier. Malgré tout, si un adversaire agrippe celui-ci, il peut se sortir de ses griffes plus facilement et forcer le passage. Comme chacun le sait, il est difficile d’arrêter un tank en pleine course.

N/A
image 1
D’un point de vue technique enfin, on ne peut pas dire que Coupe du Monde de Rugby 2011 dispose d’un physique très gracieux. On reconnaît les joueurs certes, mais les textures s’avèrent plutôt laides. Cela se remarque davantage au niveau des cheveux. Certains rugbymans donnent l’impression de porter un casque sur la tête, ce qui les fait ressembler à des playmobiles. De plus, il n’est pas question de voir du sang ou de la boue sur les joueurs. Ils restent impeccables quoiqu’il arrive. L’animation quant à elle, se révèle somme toute satisfaisante. Les joueurs bougent avec aisance et leurs mouvements s’avèrent réalistes. Aucun travail n’a en revanche été fait du côté des membres du public qui donnent l’impression d’être des robots qui sautent à l’unisson. Pis encore, ces derniers hurlent de joie à chacune de nos performances, même si l’on évolue à l’extérieur. En réalité, cette foule est toujours contente. Quel bel esprit ! Le sound-design est quant à lui très réussi. Les fans retrouveront avec bonheur Eric Bayle et Philippe Sella, commentateurs charismatiques de la télévision française. Si les voix se révèlent satisfaisantes, certaines de leurs interventions paraissent assez plates pour ne pas dire inutiles. Les spectateurs, eux, hurlent à longueur de temps et nous mettent dans l’ambiance. C’est ça aussi le rugby !

Coupe du Monde de rugby 2011 se donnait comme défi d’être accessible à tous et facile à prendre en main. Le pari est relevé haut la main par HB Studios. Les fans de la discipline pourront toutefois grimacer devant tant de simplicité. Et ce n’est pas un graphisme daté qui pourra arranger les choses. Fort heureusement, les développeurs ont su apporter un peu de réalisme au titre en proposant les nouvelles règles du sport, un sound-design de bonne qualité et 10 licences officielles. Pas sûr que cela suffise pour autant même à 50 euros.

Les avis des internautes

Note moyenne des internautes : 8.1
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : Anonyme
Très bon
1 BONNE RAISON DE NE PAS Y JOUER
L'avis de : Anonyme
A éviter
Carton Rouge Tu prend un certain Rugby 08, tu lui apporte quelques améliorations minime, une réalisation toujours aussi arcade ou les joueurs cour aussi vite qu' Usain Bolt , une patte graphisme digne d'une xbox première du nom et lui ajouter une bonne grosse licence telle que la coupe du monde ! ! ! ! ! A éviter de toute urgence, soyez patients : Jonah Lomu Rugby Challenge arri suite ...
flechePublicité

LES OFFRES

Playlist Rugby World Cup 2011

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

Tests

Grand Theft Auto 5

Grand Theft Auto 5

Joueurs confirmés | Xbox 360 , PS3 , PS4 , Xbox One
flechePublicité
flechePublicité
cript type="text/javascript"> (function() { var ins = document.createElement('script'); ins.type = 'text/javascript'; ins.async = true; ins.src = 'http://widget.achetezfacile.com/widget.js'; var s = document.getElementsByTagName('script')[0]; s.parentNode.insertBefore(ins, s); })();