flechePublicité

Test Red Faction : Armageddon (PC) : 6/10 sur JeuxVideo.fr



Sortie le 07 Juin 2011 , PC , Plus de tests sur Xbox 360 , PS3

Les +

  • Un gameplay simple et efficace
  • Un moteur physique performant
  • Des effets visuels bien rendus
  • Le fusil magnétique !

Les -

  • Construction répétitive
  • Un scénario inintéressant
  • Pas assez de modes en multijoueurs
  • Déjà dépassé par la concurrence
La note de jeuxvideo.fr
6.0
bon
La note des internautes
-
Publiée le 17/06/2011 à 18:06, par Kevin

Vidéo-Test de Red Faction : Armageddon, mi-figue mi-raisin ?

Après le FPS, le monde ouvert, Red Faction change encore de visage pour se tourner vers le jeu d'action bien bourrin. Alors, Red Faction Armageddon a-t-il trouvé la bonne formule ?

Que ce soit lors de ses débuts sur Playstation 2, ou plus tard sur Xbox 360 et PS3, Red Faction n'a jamais réussi à pleinement convaincre l'ensemble des joueurs. Dans le cadre du dernier épisode Red Faction Guerrilla, les développeurs de Volition avaient opté pour un jeu bac à sable dans un environnement totalement ouvert : un titre ambitieux et intéressant qui nous avait laissé de bons souvenirs.

Le dernier espoir de la série ?Retour au sommaire
Red Faction : Armageddon
Cette fois-ci, THQ change son fusil d'épaule en s'orientant vers un véritable jeu d'action scripté. Il n'est donc plus question de vastes environnements à parcourir, mais plutôt de longues séquences explosives dans les arcanes de Mars. Et pour cause, le scénario nous embarque cette fois-ci - quelques années plus tard - dans les sous-terrains de la planète rouge. Adam Hale, un rebelle de première classe, trouve le moyen d'activer d'anciennes ruines ancestrales... Mars devient alors complètement inhabitable. Les citoyens sont obligés de se retrancher au coeur de Mars et bâtissent ainsi de véritables cités sous-terraine.

En guise de héros local, on retrouve Darius Mason, le petit fils d'Alec Mason (Red Faction Guerrilla). Vous l'aurez compris, la majorité de l'action se déroule en intérieur, dans de grandes salles lugubres infestées de créatures.

Red Faction : Armageddon
Les influences artistiques de cet épisode sont nombreuses : on pourrait citer Starship Troopers pour le côté « SF » bien trempé, ou encore Dead Space pour son côté sombre et horrifique. En revanche, force est de constater ce Red Faction Armageddon parait déjà bien dépassé sur le plan technique. Textures grossières, manque de détails dans les environnements, pas assez de variété dans les décors, le titre de THQ affiche des graphismes datés. Trop rigide, le contrôle du personnage pose également un vrai problème de prise en main, surtout au moment où les combats deviennent brûlants. Dans la forme, le titre de THQ apparait donc comme un jeu d'action classique où l'on passe le plus clair de son temps à dézinguer des bestioles toujours plus imposantes.

Red Faction : Armageddon
Fort heureusement, Red Faction Armageddon bénéficie d'un atout majeur dans sa poche : un moteur physique extrêmement performant et surtout bien maîtrisé. Concrètement, l'ensemble des décors - ou presque - est destructible de manière extrêmement précise. On peut alors s'éclater à dégommer une énorme batîsse en cassant méthodiquement les principaux murs porteurs au rez-de-chaussé. A l'instar du précédent volet, le héros peut également reconstituer les éléments du décor disparus. Un pouvoir bien utile dans bon nombre de situations... comme par exemple pour reconstruire des rampes d'escalier tombées pendant la bataille.

Vidéo-Test de Red Faction : Armageddon


Après Homefront, RFA déçoit encoreRetour au sommaire
Red Faction : Armageddon
Démonter, remonter, c'est amusant et toujours défoulant. Les petits gars de Volition ont eu la bonne idée d'inclure le fusil magnétique. Cette arme permet d'accrocher deux points à travers la zone avant d'aimanter le premier vers le second : de quoi créer une véritable tempête de débris. Le résultat est souvent impressionnant, surtout si l'on fait preuve d'imagination pour tenter de tout détruire d'un seul coup. Mieux, cette technique permet aussi d'ôter la vie des monstres les plus robustes. La destruction des décors prend dans ce cas-là tout son sens en s'imbriquant directement au sein du gameplay.

Du côté de l'arsenal, le joueur peut profiter d'une douzaine d'armes, allant du fusil d'assaut jusqu'à la grenade provoquant un énorme trou noir. On retrouve aussi la possibilité d'augmenter les capacités de son personnage au travers d'une interface dédiée et grâce aux pièces de métal récoltées. Dans un jeu d'action comme celui-ci, le rythme est essentiel pour tenir en haleine le joueur tout au long de l'aventure (comptez environ environ 7h30 heures). Le problème vient du fait que ce Red Faction peine à décoller pendant les premières heures.

Red Faction : Armageddon
Se contenter de parcourir des tunnels sombres en tuant en passage quelques ennemis n'a rien de très intéressant. Il faut alors attendre la seconde moitié du jeu pour enfin découvrir une partie de son potentiel : explosions en pagaille, ennemis massifs, environnements plus beaux, Red Faction Guerilla propose alors un menu beaucoup plus copieux avec des séquences en extérieur. On peut même monter à bord de quelques véhicules, comme différents types d'exosquelette ou encore un véritable avion pour voyager dans les entrailles du camp adverse. Le titre de THQ se rattrape donc comme il peut, avec quelques bonnes idées. Car ce n'est pas la trame narrative, complètement incohérente avec des personnes secondaires inutiles, qui va donner envie aux joueurs de se plonger corps et âme dans la campagne principale.

Quant aux multijoueurs, c'est un peu le désert... il faut cette fois-ci se contenter de deux modes. Oui, seulement deux. « Infestation » demande à quatre participants de résister à de multiples vagues ennemies, tandis que « Ruines » fait appel à votre sens de la destruction massive. En somme, le joueur qui détruit un maximum de décors remporte la partie. Sympathique, mais bien trop maigre.

Malgré de bonnes idées et une réalisation d'ensemble qui tient la route, Red Faction Armageddon manque clairement d'ambition pour venir se frotter aux références du genre sur consoles. On aurait apprécié plus de folie, un scénario plus épique, des innovations et une meilleure construction des niveaux pour profiter davantage des possibilités offertes par le moteur physique et la destruction des décors. Classique, mais efficace, le nouveau projet de Volition reste tout de même agréable à jouer et sans défaut rédhibitoire. On peut donc le conseiller à tous les joueurs en manque d'action survitaminée durant l'été.
Chargement des commentaires...
( les afficher maintenant )
flechePublicité

LES OFFRES

Playlist Red Faction : Armageddon

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

Tests

Grand Theft Auto 5

Grand Theft Auto 5

Joueurs confirmés | Xbox 360 , PS3 , PS4 , Xbox One
flechePublicité
flechePublicité