flechePublicité

Test Red Dead Redemption : Undead Nightmare (Xbox 360, PS3) : 7/10 sur JeuxVideo.fr



Sortie le 26 Octobre 2010 , Xbox 360 Sortie le 27 Octobre 2010 , PS3

Les +

  • Mariage réussi entre deux univers
  • Personnages toujours aussi excellents...
  • ... avec le doublage qui va bien !
  • L'angoisse permanente
  • Les créatures mythiques
  • Le mode « Cimetière »
  • Le tromblon

Les -

  • Décontaminations répétitives...
  • …et parfois trop longues !
  • Des déplacements hasardeux
  • Marston mou au corps à corps
  • Seulement un nouveau mode multi
La note de jeuxvideo.fr
7.0
bon
La note des internautes
9.0

(1231 votes)
Publiée le 03/11/2010 à 10:11, par Guillaume C.

Test de Red Dead Redemption : Undead Nightmare, 28 jours plus tard au pays des cow-boys

Red Dead Redemption se dote de son premier contenu additionnel pour le mode solo. La touche Rockstar : le far-west est désormais infesté de morts-vivants !

Red Dead Redemption : Undead Nightmare
Undead Nightmare est typiquement le genre de jeu qui ne peut laisser indifférent. Soit on adhère à un concept osé pour le plaisir de pratiquer l'un des sports virtuels les plus en vogue - la chasse au zombie - soit on se refuse à polluer les grands espaces de hordes qui grognent à la recherche de chair fraîche à croquer. C'est le revers majeur de la médaille : cette extension dénature fortement le western spaghetti initial. Si on passe outre ce détail, ce chapitre « cauchemar d'outre-tombe » (le nom français) marie avec brio deux univers qui sont loin d'être analogues.

Red Dead Redemption : Undead Nightmare
La sauce prend étonnamment dès le départ : on reconnaît les lieux mais on ne les perçoit plus de la même manière. En vérité, si on devait faire des reproches légitimes liés à la présence de morts-vivants dans cette extension de Red Dead Redemption, il faudrait se tourner vers la conception d'un contenu téléchargeable qui se greffe un peu trop vite a un univers bien spécifique. Prenez vite vos torches et vos fusils, la menace approche !

John Marston, de retour... d'entre les morts ?

Red Dead Redemption : Undead Nightmare
Tout (re)commence à Beecher's Hope. John Marston a vraisemblablement résolu ses problèmes avec son ancienne bande de hors-la-loi car il est autorisé par les autorités à retrouver sa famille pour vivre heureux avec elle. Un soir, le vieil oncle tarde à rentrer au ranch... Ce n'est que tard dans la nuit que ce dernier reviendra au bercail avec un mine de « déterré » (c'est le cas de le dire), le teint livide et la bouche ensanglantée. Dans la confusion de l'agression qui suit, la femme et le fils de John sont mordus. Plutôt que de les achever, le cow-boy les ligote et part en ville trouver un médecin. Sur place, il constate que les morts reviennent parmi les vivants et les tuent (ou les contaminent).

Afin de sauver - une fois encore ! - ses proches, Marston part une nouvelle fois sur les pistes poussiéreuses, et désormais putrides, du far-west. Les premières rumeurs disent que ce fléau vient d'un œil de verre maudit récupéré par un fou, de fioles avariées vendues par un charlatan ou encore de l'immigration mexicaine. Des premières pistes qui vont donc mener à Seth Briars (le profanateur de tombes), Nigel West Dickens (le faux médecin) et bien d'autres personnages emblématiques de l'univers de Red Dead Redemption.

Red Dead Redemption : Undead Nightmare
Red Dead Redemption : Undead Nightmare
Red Dead Redemption : Undead Nightmare
Avec la nouvelle faune locale, John a encore du pain sur la planche


« L'avantage de faire ressurgir des tréfonds les défunts, c'est qu'on peut se permettre quelques pirouettes narratives histoire d'avoir un tableau complet de guest-stars »

Contrairement à The Lost And Damned et Ballad Of Gay Tony qui avaient offert un nouvel angle narratif à GTA IV, Undead Nightmare garde le protagoniste principal du jeu de base. Bien évidemment, c'est l'occasion de recroiser des têtes connues. Vivantes ou mortes d'ailleurs ! L'avantage de faire ressurgir des tréfonds les défunts, c'est qu'on peut se permettre quelques pirouettes narratives histoire d'avoir un tableau complet de guest-stars... Cependant, très peu de nouvelles têtes font leur apparition. En même temps, il est difficile de faire des rencontres vu que les gens décèdent en surnombre de Blackwater à Escalera.

Red Dead Redemption : Undead Nightmare
Les vrais petits nouveaux sont les créatures mythiques. Des bêtes issues des légendes les plus répandues sur le continent nord-américain... Comme les quatre chevaux de l'apocalypse, ou encore le Sasquatch - plus connu sous le nom de « Bigfoot » - que l'on peut traquer dès le début du jeu... Bien évidemment, de nouvelles armes font leur apparition. Notre préférée demeure le tromblon : un fusil lourd, à charger après chaque tir, capable de désintégrer les morts-vivants. Sa subtilité ? Les munitions sont à base de chairs et d'os que l'on récupère sur les cadavres des revenants. Ironique et malsain : en un mot, génial !

Des cailloux dans la botte !

Red Dead Redemption : Undead Nightmare
Dès les premiers instants, on passe son temps à purifier les lieux. Brûler les cercueils de chaque cimetière, tuer les zombies présents sur les lieux, nettoyer les villes du fléau mort-vivant. D'ailleurs, cela consiste à vider constamment sa jauge de Dead Eye pour plomber le crâne des ennemis (la seule façon de s'en débarrasser rapidement). Cela permet d'obtenir de nouvelles armes, quelques munitions, mais aussi de discuter avec les survivants et de glaner des informations utiles pour en savoir plus sur le mal qui ronge la population. Cependant, la décontamination n'est que temporaire et on doit revenir encore et encore débarrasser les lieux des nuisibles afin de contenir l'épidémie.

D'ailleurs, pour se déplacer rapidement et sauvegarder, il est vital d'être dans une zone libérée car on ne dispose plus de la possibilité d'acheter une planque ni d'accéder à une partie de la carte via un campement. Le joueur est contraint et forcé de perpétuellement sauver son prochain pour garder un minimum de confort : le procédé s'avère répétitif et longuet. À cause de cet agacement, le joueur est détourné de la contemplation d'un univers brillamment ravagé provoquant de belles angoisses. Un sentiment accentué par l'absence des zombies sur le radar.

« Il est donc naturel de toujours rester en mouvement »

Red Dead Redemption : Undead Nightmare
Étant donné la nature changeante des ennemis, la façon de jouer évolue également. On passe des batailles rangées à des courses poursuites où Marston est la proie. Il est donc naturel de toujours rester en mouvement. Avec ce changement, l'un des plus gros défauts de Red Dead Redemption est souligné : les déplacements sont sans cesse perturbés par des objets au sol (petits rochers, restes de barrières, sacs de farines, etc.). Qu'il s'agisse du cow-boy ou de sa monture, ni l'un ni l'autre ne sont capables de faire automatiquement le petit saut automatique adapté à la situation. C'est d'autant plus rageant qu'en sautant manuellement on se retrouve quand même à faire du sur-place.

Comme l'ami John est un peu mollasson au corps-à-corps (on en regrette parfois le lent et rigide, mais au moins très violent, Chuck Greene de Dead Rising 2), se retrouver bloqué quelques secondes s'avère régulièrement fatal. Beaucoup plus réjouissant, le nouveau mode multijoueurs « Cimetière » propose à quatre joueurs en ligne de repousser jusqu'à la mort des hordes successives de zombies. C'est nerveux, et ça oblige à coopérer intelligemment. On a néanmoins rien de plus à se mettre sous la dent en multi... Fichtre !

Bande-annonce #7 - Un peu de gameplay (FR)

Un peu de gameplay dans cette bande-annonce


Conclusion :
L'ambiance lugubre est léchée (la voix-off du narrateur est d'ailleurs bien flippante), le scénario rudement bien travaillé, les grands espaces sont pesants et la crainte permanente. Rockstar a donné une seconde jeunesse à des personnages croustillants et les rebondissements sont très habiles avec de nombreuses fausses pistes narratives. Par contre, Undead Nightmare se prend littéralement les pieds dans un game design qui n'a pas été initialement conçu pour la chasse au zombie.

Si ce contenu téléchargeable apporte beaucoup de fraîcheur au genre survival-horror, on regrette, entre deux sursauts, de pester contre de petits défauts trop récurrents. Cette nouvelle aventure dans l'univers de Red Dead Redemption apporte malgré tout une douzaine d'heures de jeu supplémentaires en compagnie de John Marston (quêtes bonus incluses) pour une somme raisonnable (environ 10 € le DLC), avec un excellent nouveau mode multijoueurs (même si c'est le seul) ! Ça n'en reste pas moins un adroit mélange des genre façon Rockstar, une expérience unique bien que légèrement maladroite.



Red Dead Redemption : Undead Nightmare
Red Dead Redemption : Undead Nightmare
Red Dead Redemption : Undead Nightmare
Red Dead Redemption : Undead Nightmare
Red Dead Redemption : Undead Nightmare
Red Dead Redemption : Undead Nightmare
Red Dead Redemption : Undead Nightmare
Red Dead Redemption : Undead Nightmare
Red Dead Redemption : Undead Nightmare
Red Dead Redemption : Undead Nightmare
Red Dead Redemption : Undead Nightmare
Red Dead Redemption : Undead Nightmare
Red Dead Redemption : Undead Nightmare
Red Dead Redemption : Undead Nightmare
Red Dead Redemption : Undead Nightmare
Red Dead Redemption : Undead Nightmare
Red Dead Redemption : Undead Nightmare
Red Dead Redemption : Undead Nightmare

Ailleurs sur le web

Chargement des commentaires...
( les afficher maintenant )

Les avis des internautes

Note moyenne des internautes : 9.0
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : judizz
Très bon
Une extension, pas un DLC. Undead Nightmare n'est pour moi pas un DLC. À l'heure où l'on nous balance des contenus téléchargeables payants à toutes les sauces, Rockstar se place avec un vrai contenu additionnel. Certes, beaucoup pourront dire qu'ils ne se sont pas foulés, car beaucoup d'éléments d'autres jeux apparaissent : résister à des vagues d'ennemis à la Borderlands, différents types de z suite ...
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : Wanagain
Très bon
Undead Nightmare Un DLC bien paufiné. Les petits gars de chez Rockstar ne nous ont pas pris pour des jambons. Le gameplay devient legerement different, il faut s adapter aux hordes de zombie et gerer ses munitions qui tombent au compte goutte. Ca donne une bonne dose de stress supplementaire! Une demie heure de jeu et j ai deja attrapé une monture legendaire(pestilence). Si vous avez suite ...
flechePublicité

LES OFFRES

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

Tests

Grand Theft Auto 5

Grand Theft Auto 5

Joueurs confirmés | Xbox 360 , PS3 , PS4 , Xbox One
flechePublicité
flechePublicité
vascript">