flechePublicité

Test Rainbow Moon (PS3, Playstation Vita) : 6/10 sur JeuxVideo.fr



Sortie le 04 Juillet 2012 , PS3 Sortie le 03 Décembre 2013 , Playstation Vita

Les +

  • L'amélioration de son personnage
  • L'importance de la stratégie
  • Bonne durée de vie
  • Progresser demande du temps
  • Des combats sur commande

Les -

  • Des lourdeurs/maladresses qui ne feront pas l'unanimité
  • Tout en anglais
  • Style visuel particulier
  • Un début lent et pas prenant
  • Combats répétitifs
La note de jeuxvideo.fr
6.0
bon
La note des internautes
6.8

(19 votes)
Publiée le 10/07/2012 à 09:07, par Camille

Test de Rainbow Moon : La face cachée d'un tactical-RPG

Après le plaisant Söldner-X 2 : Final Prototype, SideQuest se lance dans le tactical-RPG.

Disponible en téléchargement sur le PSN / SEN depuis le 4 juillet 2012, Rainbow Moon est un tactical-RPG visuellement très coloré. Aventure à vivre ou histoire sans lendemain ? Notre verdict dans ce test.

It's a double rainbow !Retour au sommaire
Rainbow Moon
L'histoire débute lorsque Baldren, notre héros, part affronter Namoris en duel. Malheureusement, Baldren se fait piéger par son ennemi et est acculé dans un portail menant à un autre monde : la lune. On atterrit à proximité d'un village, loin d'un environnement vide et dénué de vie. Il va donc falloir explorer et progresser dans ce monde inconnu afin de trouver un moyen de retourner au bercail. Heureusement, tout au long de son périple, Trishia, Gorodo et bien d'autres alliés pourront se joindre et vous accompagner.

On retrouve la plupart des ingrédients propres aux RPG à savoir les quêtes annexes, pratiques pour renforcer son équipe grâce à des récompenses pour alimenter notre bourse ou améliorer l'équipement de nos personnages, mais aussi des séances de leveling histoire de bien maîtriser les subtilités des combats et rendre nos personnages plus forts. À ce propos, le système pour attribuer des points à son personnage diffère des RPG classiques où l'attribution des points se fait soit automatiquement soit en laissant le joueur choisir les caractéristiques qu'il souhaite augmenter. Ici, le joueur va devoir dépenser des Rainbow Pearl pour augmenter la force, la défense, les points de vie, l'agilité de son perso, et bien d'autres caractéristiques encore. Le niveau du personnage définit simplement la valeur maximale que l'on peut donner à son personnage pour une caractéristique.

Rainbow Moon
Les fameuses perles se gagnent lorsqu’on défait un ennemi et quand on sait que certaines caractéristiques demandent 15 perles pour augmenter un cran, au premier niveau, on peut deviner le nombre de combats nécessaires pour avoir un personnage très puissant. Les coûts en perles pour une caractéristique dépendent des personnages et de leurs profils. Il faut dire que chaque héros utilise une arme particulière ainsi qu'un build précis. Baldren représente ainsi le guerrier et Trishia l'archère, par exemple. Ainsi, Baldren a besoin de moins de perles pour monter sa force que son agilité, alors que c'est l'inverse pour la demoiselle. Avec un tel système, il est inutile de préciser qu'il ne faudra pas hésiter à affronter un maximum d'adversaires pour pouvoir augmenter ses caractéristiques et ainsi pouvoir se frotter à des monstres plus difficiles.

Gameplay #1 - Balade et stratégie (vidéo maison)


Un début difficileRetour au sommaire
Rainbow Moon
Au niveau du gameplay, le jeu mêle des combats qui se déclenchent lorsqu'on est en contact avec des monstres et des combats qui sont proposés lorsque l'on marche tranquillement ; dans ce cas-là, c'est à nous de décider si on lance ou non le combat. On a donc des combats obligatoires, comme quand un ennemi visible stationne devant un chemin ou garde un coffre, et des combats facultatifs que l'on peut ignorer ou non. On n’a donc aucune frustration d'être dérangé en pleine exploration par un système de combats qui pop et ça, c'est bien !

Une fois en combat, on retrouve le visuel du tactical-RPG à savoir des combats dont les déplacements se font en fonction de cases. Sauf qu'ici, un faux pas ne peut pas être rattrapé ou annulé. On marche dans une mauvaise direction, on appuie sur une touche par erreur (d'autant plus que les contrôles ne sont pas vraiment très intuitifs)... eh bien tant pis ! Notre héros s'exécute sans nous demander une confirmation, ce qui est assez déstabilisant au début. De toute façon, lors des premières heures de jeu, les affrontements ne sont vraiment pas intéressants : le tour par tour donne un rythme lent, répétitif et, surtout, notre personnage est seul.

Le temps, c'est de l'argent !Retour au sommaire
Rainbow Moon
L'argent ne coule pas à flot et les soins doivent se monnayer dès lors qu'on commence à avoir quelques niveaux. Et attention, il faut payer une première fois pour les points de vie, puis ensuite pour les points de magie ! On peut sinon utiliser les feux de camp pour faire passer le temps (passer de la nuit au jour pour pouvoir aller faire les boutiques, car le temps s'écoule à chaque action réalisée par les personnages) et ainsi récupérer un peu ses points de vie ; mais pour le mana, il faudra impérativement prévoir des consommables ou payer le prêtre.

On retrouve ces petites lourdeurs / maladresses également dans l'équipement de notre héros. En effet, les objets récupérés sont rangés dans des catégories, ces dernières étant très limitées au début. Il est en effet possible de garder que 10 objets de soins et, attention, les exemplaires en double ne s'empilent pas. Dix objets, c'est dix, et non dix types d'objets différents. À vous de voir si vous aimez le challenge. Ce dernier devient d'ailleurs vite embêtant dans l'inventaire des consommables : entre la nourriture de nos héros (car oui, il faut gérer la faim et donc avoir les réserves) et le lot de torches nécessaires pour y voir quelque chose quand il fait nuit noire ou quand on explore une grotte, on sature rapidement ; d'autant plus qu'on ne dispose pas de carte...

Bande-annonce #3 - Lancement du jeu


Over the rainbowRetour au sommaire
Rainbow Moon
Heureusement, les combats se révèlent bien plus intéressants une fois notre premier allié recruté - qui se révèle d'ailleurs être Trishia - puisque les combats deviennent enfin plus tactiques. On prend conscience des faiblesses et des forces des personnages (avec son arc, Trishia a un malus de dégâts sur les épées par exemple, et n'a pas la possibilité d'attaquer un ennemi qui se trouve sur une case directement à côté d'elle, en revanche elle peut frapper des adversaires situés à plusieurs cases d'elles). À nous de nous organiser pour venir à bout des ennemis les plus forts en essayant de subir le moins de dégâts. On est alors plongé dans des affrontements à deux contre neuf, et il est tout à fait possible de vaincre tout le monde sans se prendre un seul point de dégât.

Au niveau du jeu en lui-même, comme tout bon RPG qui se respecte, le titre offre une durée de vie suffisamment longue - et de nombreuses séances obligatoires de leveling - pour justifier les 12,99 €. À voir ensuite si le style visuel ne rebutera pas car même si, en jeu, ce n'est pas moche (sans pour autant être incroyablement beau malgré quelques jolis effets), les artworks restent très simplistes. On relève tout de même que la modification de l'équipe est visible sur les personnages, ce qui reste un petit détail toujours bien apprécié. Dommage également que le jeu n'ait pas été traduit ce qui, comme d'habitude, le prive d'une partie de son public potentiel.

Rainbow Moon a un système avec quelques lourdeurs et des maladresses qui ne plairont pas à tout le monde, d'autant plus que le jeu est resté en anglais. Le début est long et surtout pas intéressant au niveau des combats. Malgré cela, on trouve de bonnes idées comme l'attribution des points de caractéristique de son personnage avec les Rainbow Pearl, même s'il demande du coup de nombreux combats supplémentaires. Les affrontements restent très stratégiques et, à ce titre, on a un peu de mal à comprendre l'absence de confirmation lors des déplacements de son personnage (après, il faut probablement comparer ce principe à celui des échecs...). Le titre de SideQuest reste donc réservé à un public très ciblé, ne craignant pas la langue de Shakespeare ainsi que les mécaniques un peu "lourdes" des tactical-RPG à l'ancienne.

Rainbow Moon
Rainbow Moon
Rainbow Moon
Rainbow Moon
Rainbow Moon
Rainbow Moon
Rainbow Moon
Rainbow Moon
Rainbow Moon
Chargement des commentaires...
( les afficher maintenant )
flechePublicité

LES OFFRES

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

Tests

Grand Theft Auto 5

Grand Theft Auto 5

Joueurs confirmés | Xbox 360 , PS3 , PS4 , Xbox One
flechePublicité
flechePublicité