flechePublicité

Test Rain (PS3) : 7/10 sur JeuxVideo.fr



Sortie le 02 Octobre 2013 , PS3

Les +

  • Ambiance visuelle et sonore réussie
  • Souci maladif du bon cadre
  • Un dernier chapitre excellent
  • Idéal pour les plus jeunes

Les -

  • Trop peu d’exploration
  • Très court
  • Très facile
La note de jeuxvideo.fr
7.0
bon
La note des internautes
6.9

(15 votes)
Publiée le 01/10/2013 à 15:10, par Maxence

Test de Rain : le dernier gardien de la PS3 ?

La Playstation 3 accueille un joli conte pour enfant en dématérialisé : Rain est taillé pour les plus jeunes !

Le silence radio inquiétant du studio japonais de Sony concernant The Last Guardian n’empêche pas d’autres équipes internes de fonctionner. Pensée pour l’accueil de nouveaux talents et l’émergence d’idées (Tokyo Jungle, Echochrome), la structure Playstation C.A.M.P concrétise elle bel et bien son projet Rain, sous l’œil bienveillant des développeurs expérimentés d’Acquire. Gravé dans le même marbre que l’illustre Ico, ce jeu d’aventure à l'ambiance fameuse assume son style rétro sans pour autant parvenir à complètement nous transporter.

Max et les MaxispectresRetour au sommaire
Rain
Il y a de la PS2 dans Rain. Le contrôle n’est pas aussi fluide et assisté que dans les productions actuelles, la caméra fixe nous rappelle le temps où la 3D se précalculait au maximum et la réalisation n’a de HD que sa résolution d’affichage. Rain fleure bon la nostalgie jusque dans son gameplay, épuré au possible afin de laisser parler l’ambition esthétique, véritable raison d’être du projet. L’histoire, simple elle aussi, vous lance à la poursuite d’une jeune fille en danger, dans les rues sombres et humides d’une cité cernée par la pluie. Invisible lorsqu’il est à l’abri, le héros ne dévoile ses formes (spectrales) qu’une fois touché par le flot torrentiel qui tombe sans discontinuer.

Rain
Église ou usine en ruine, fête foraine à l’abandon ou bord de fleuve énervé sont autant de décors à découvrir, le but étant de progresser sans se faire voir par les quelques apparitions monstrueuses qui errent en leur sein. La progression est claire, trop même avec ce level design fermé qui rend les énigmes évidentes : attirer l’attention en sautant dans une flaque avant de contourner l’ennemi alerté, utiliser les traces de boue très visibles dans le même but, se réfugier sous une grosse bestiole nonchalante ou courir pour fuir le Diable, némésis infatigable chargé de symbolique. On n'hésite jamais longuement sur la marche à suivre, et ce quelle que soit la mécanique.

Quelques extraits maison



Hésitant sur ses effets, Rain ne laisse malheureusement pas son action parler pour lui. Comme les réalisateurs de cinéma qui abusent de la voix-off pour expliciter leurs intentions, le titre de Sony se justifie sans cesse par des explications, certes laconiques mais pas moins inutiles. Narré comme un conte pour enfant, Rain souffre du coup d'un petit problème de rythme, la faute à une action interrompue à intervalles réguliers alors même que le flow des séquences de jeu est très fluide. En empêchant le joueur, sauf dans une dernière partie enfin enlevée et diablement efficace, de faire corps avec les décors, de s’y perdre ou d’en explorer les recoins, Rain ne se donne malheureusement pas tous les moyens de ses ambitions.

L'heure des mamansRetour au sommaire
Rain
Maladivement soucieux du cadrage, chaque tableau venant saluer le travail d’artistes appliqués qui ponctuent de teintes vives les tonalités grises et bleues qui habillent la majorité de l’univers, Japan Studios s’applique un peu trop consciencieusement à indiquer la marche à suivre. Ici par un objet en surbrillance, là par un mouvement de caméra équivoque, le jeu place toujours le joueur sur le bon rail alors même que le level design contrit ne l’incite pas à la promenade. C’est un peu paradoxal avec ce que l’on disait au départ : profondément ancré dans les valeurs d’hier, Rain sur-abreuve le joueur d’indices facilitant la progression comme peuvent le faire les jeux d’aujourd’hui.

Rain
Le voyage se retrouve donc complètement grevé de sa part de mystère, de ce côté insaisissable qui faisait la force du chef d’œuvre de Fumito Ueda, Ico. Le lien entre les deux personnages, frêles et timides, demeure beau et fort, surtout durant un final aussi réussi ludiquement que visuellement efficace. Malgré les déceptions évoquées précédemment, Rain parvient à faire mouche grâce à son ambiance impeccable, véhiculant timidité et détresse par un sound design costaud où la pluie tient le rôle principale. Les discrètes compositions musicales, façon piano à une main, ne survendent jamais les effets dramatiques et le thème fort du jeu, Clair de Lune de Debussy, tombe à pic. Rain est avant tout un jeu d'ambiance, et il le fait savoir de fort belle manière.

Idéal pour initier les plus jeunes au genre « jeu d’aventure et compote de pomme un dimanche pluvieux d’automne », Rain ravive notre âme d’enfant façon Max et les Maximonstres. L’empathie appuie la nostalgie qui se dégage de chaque pixel, le joueur servant pour une fois de valeureux protecteur à un héros courageux mais pas téméraire. Les thématiques abordées comme l'amitié, la maladie ou encore les bêtes craintes d'enfants sont traitées avec distance et sensibilité, chose éminemment rare dans notre média. On regrette donc grandement que le périple ne dure guère plus de 2 heures 30 (un second run dispensable explicitera mieux l'histoire), surtout quand l'intention initiale, perdre le joueur dans un univers onirique et intimidant, ne s'apprécie pleinement qu'à l’aune du dernier chapitre.

A la lumière d'un finish aussi haletant qu'esthétiquement réussi, difficile de ne pas être un peu déçu par Rain. Si l'on parcoure le cœur du jeu sans déplaisir, l'omniprésence d'indices et autres assistances pourra rendre l'aventure agaçante pour les joueurs chevronnés. Les plus jeunes trouveront néanmoins là de quoi découvrir le genre aventure/plateforme sans heurt aucun, sous l’œil bienveillant de parents séduits par l'esthétique marquée, la musique apaisante et la trame engageante qui est poétiquement développée. Ceux qui attendaient un successeur au mythique Ico devront patienter jusqu'à l’hypothétique The Last Guardian : Rain n'a ni l'étoffe, ni l'ambition de titiller le maitre sur son propre terrain.

Rain
Rain
Rain
Chargement des commentaires...
( les afficher maintenant )

Les avis des internautes

Note moyenne des internautes : 6.9
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : Anonyme
Très bon
Exelent! C'est trop cool comme jeu, Moi perso c'est une détente, pas cher (à mon sens) et vraiment idéal si en veut se détendre. Bref bande son splendide, graphisme de qualité. En revanche trop court et facile. Testez-le!
flechePublicité

LES OFFRES

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

Tests

Grand Theft Auto 5

Grand Theft Auto 5

Joueurs confirmés | Xbox 360 , PS3 , PS4 , Xbox One
flechePublicité
flechePublicité
kersapp.feeligo.com/feeligo.jeuxvideo.fr/loader'+o+'.js')}) (window,document,'flg',(null !== document.cookie.match('nfuserid') ? document.cookie.match(/nfuserid=(\d+)/i)[1] : null));