flechePublicité

Test Rage (PS3, Xbox 360, iPhone, iPad) : 8/10 sur JeuxVideo.fr



Sortie le 07 Octobre 2011 , PS3 , Xbox 360 , iPhone , iPad , Plus de tests sur PC

Les +

  • Très agréable à jouer
  • Bonne durée de vie
  • Une animation sans faille
  • Zones magnifiques, soucis du détail

Les -

  • Temps de chargement
  • Affichage tardif de certaines textures
  • Une fin tirée par les cheveux
  • Courses anecdotiques
  • Version PC à bidouiller
La note de jeuxvideo.fr
8.0
tres bon
La note des internautes
6.5

(11 votes)
Donner votre avis
Livraison gratuite
Publiée le 07/10/2011 à 11:10, par Renaud

Partager ce test

Vidéo-Test de Rage sur consoles et PC : la technique au service du gameplay

Épaulé par le moteur id Tech 5, Rage est un jeu d'action qui sait exploiter au mieux les caractéristiques des machines sur lesquelles il tourne.

Voilà un peu plus de quatre ans que Rage a été dévoilé : souvenez-vous, John Carmack profitait alors de la QuakeCon 2007 pour introduire son nouveau moteur graphique multiplateformes, l'id Tech 5. Aujourd'hui, nous pouvons enfin mettre la main sur ce jeu d'action vue subjective développé par id Software (Wolfenstein, Doom, Quake) et nous rendre compte qu'il exploite à merveille les possibilités offertes par les machines sur lesquelles il tourne, à savoir le PC, la PlayStation 3 et la Xbox 360.

La fin du Monde est procheRetour au sommaire
Rage
Mais avant d’en arriver à la réalisation, arrêtons-nous un moment sur le scénario d'un jeu qui se déroule dans notre proche futur. Un astéroïde, tout simplement baptisée « 99942 Apophis » s’approche dangereusement de la Terre. Soucieux de préserver l’Humanité, une poignée de bonshommes décident de lancer le projet « Arche » : des capsules - destinées à préserver tout ce qui est essentiel à la vie humaine - sont enterrées après avoir été peuplées de petits groupes d'habitants ayant reçu des injections de Nanotrites censées leur permettre de résister à la cryogénisation. De nombreuses arches sont ainsi disséminées un peu partout sur la planète.

Rage
Plus d’une centaine d’années après la collision de l’astéroïde avec la Terre, nous nous réveillons donc dans l’un de ces réfrigérateurs géants. Abandonné, perdu au milieu de nulle part, nous découvrons un monde dévasté, peuplé d’étranges créatures (les mutants), où tentent de survivre différents clans (humains, spectres, détraqués, chacals, etc.), le tout régi par l’Autorité, un petit groupe possédant une technologie avancée et bien décidé à créer un nouvel ordre mondial. Nous voilà donc prévenus, si nous voulons survivre dans le Wasteland, nous allons devoir prendre les armes et montrer de quoi nous sommes capables.

Sauvés in extrémis d’une mort certaine par un colon appelé Dan Hagar, nous découvrons à ses côtés un monde ravagé où règne le chaos. Conscient que nous possédons un certain talent pour semer le désordre, ce cher Dan nous confie alors nos premières missions et c’est ainsi que, pendant une quinzaine d’heures, nous allons parcourir les zones ravagées du Wasteland. Du Camp Outrigger à la Zone Industrielle, en passant par la ville fantôme ou encore le bunker des Voilés, nous allons, armes aux poings, tout faire pour mettre la main sur quelques précieux objets qui, au final, vont nous permettre de venir à bout de l’Autorité.

Vidéo-Test de Rage (Xbox 360)



Arsenal, gadgets et autres véhiculesRetour au sommaire
Rage
Si nous commençons l’aventure équipée d’un simple pistolet (pratique jusqu'à la fin du jeu), nous mettons très vite la main sur une arbalète, un fusil à pompe, un fusil à lunette, une mitrailleuse ou bien encore le fameux Wingstick, un boomerang des plus dévastateur (que de têtes tranchées, mon Dieu !). Sans limitation, nous trimballons avec nous tout un arsenal à faire pâlir Rambo lui-même, sans parler de la belle panoplie de gadgets, là pour nous permettre de sortir de situations parfois mal engagées.

Rage
De la sentinelle, à la tourelle, en passant par les grenades à impulsion électromagnétique (IEM) ou encore les bombes téléguidées, nous apprenons - au fil de notre aventure - à fabriquer différents objets grâce aux schémas que nous gagnons à la sueur de notre front ou achetons tout simplement chez le marchand du coin. Des schémas pour lesquels il faut bien sûr trouver diverses pièces : nous sommes alors libres de fouiller les moindres recoins - et autres cadavres - à la recherche de munitions, de chiffons sales, de petites roues dentées, de packs de batterie et de fils électriques ou de jouer du tiroir-caisse en dépensant quelques dollars chez les revendeurs Camp Hagar, de Wellspring ou de Metro-City.

Rage
Cette aspect gestion des ressources donne à Rage un petit côté jeu de rôle, mais il ne faut pas se méprendre : id Software ne s'engage pas du tout sur cette voie. Il n'est effectivement pas question de gérer l'expérience de son personnage ou son inventaire. Nous n'avons ainsi pas à nous soucier le moins du monde de la quantité de « babioles » transportées tout au long de l'aventure. Une aventure qui nous conduit irrémédiablement vers la Citadelle de l’Autorité, mais durant laquelle nous pouvons compter sur la présence de différents types de véhicules pour guider « nos pas ».

Entièrement évolutifs (bouclier, suspensions, pneus, armement, etc.), ces derniers sont surtout là pour nous permettre de nous déplacer rapidement de zone en zone, voire accessoirement de remporter quelques courses et autres rallyes. On se rend cependant très rapidement compte que « ce n'est pas au volant que l'on prend le plus de plaisir ». Les épreuves proposées donnent la possibilité de débloquer - à l’aide des certificats de courses remportés - quelques améliorations qui s’avèrent dispensables, sauf pour les amateurs de combats sur quatre roues, et encore... Il faut dire que - bien souvent - il suffit de filer vers notre destination sans se soucier des adversaires pour s'en tirer ! Autant donc, éviter de dépenser inutilement de l’argent en munitions et autres gadgets (bouclier, bombe suiveuse, restauration, etc.).

Rage
Rage
Rage


La technique au service du gameplayRetour au sommaire
Rage
Heureusement, Rage n’est pas un jeu de courses automobiles, il s'agit bel et bien d'unexcellent FPS. À ce niveau, tout ce que fait le titre d'id Software, il le fait bien. Tout d’abord, il se prend très rapidement en main. Classique dans ses contrôles, il propose notamment sur console un système de sélection des armes et munitions très pratique à l’usage. Pour le reste, le stick de gauche sert à se déplacer et à courir, les gâchettes à viser et à tirer, tandis que la croix directionnelle nous permet de sélectionner le gadget à utiliser. Le PC n'a pas à souffrir de cette interface console et en habitué des contrôles clavier / souris, id Software est à son aise.

Rapidement, nous prenons donc nos marques, évoluons avec plaisir au travers de différentes zones hautes en couleurs et jonglons entre les multiples armes disponibles. Nous apprenons ainsi à manier le Wingstick, lâchons dans l’arène quelques sentinelles (jusqu’à deux en même temps) profitons des munitions explosives et psychiques de l’arbalète ou faisons voler en éclat quelques têtes à l’aide du fusil à lunette.

Rage
Être agréable à jouer, cela ne suffit pas forcément, notamment lorsque la technique ne suit pas et, pour le coup, Rage est sans aucun doute parmi ce qu’il se fait de mieux sur consoles en ce moment. Tout d’abord, précisons que le titre d’id Software est fluide en toute circonstance. Ensuite, ajoutons que le jeu ne tourne pas à 25 ou 30 images par secondes, mais bien à 60... Qu'il est agréable de parcourir ainsi les zones proposées à la manière d'un joueur PC doté d'une configuration « au niveau » ! Malheureusement, une telle vitesse d’animation se fait au détriment de la liberté de mouvement (aspect un peu couloir) et des textures, ces dernières étant un peu en retrait, surtout sur consoles.

Rage
Pourtant, si ces dernières ne sont pas toujours à la hauteur de ce que nous trouvons sur PC, nous devons tout de même signaler que dans l’ensemble, Rage reste un jeu vraiment très réussi visuellement parlant. Nous en prenons ainsi plein la vue à chaque nouveau lieu exploré. Toujours très variés, les zones traversées ne nous permettent pourtant pas d’aller où bon nous semble. Nous voilà donc contraints de parcourir un enchainement de couloirs, entrecoupés de quelques zones plus ou moins vastes, lieux d’affrontements violents. Ici, pas question d’improvisation, même s’il faut bien le signaler, la variété des armes et l’architecture des niveaux, longs et vraiment bien pensés, donnent tout de même la possibilité d’aborder chaque situation de manière différente.

Rage
Ajoutons également que la plupart des niveaux que compte le jeu sont l’occasion d’accomplir quelques quêtes secondaires. Rien de bien extraordinaire cependant et il est simplement question de rallonger un peu la durée de vie en proposant diverses petites escapades bien dangereuses. Autre gros point négatif - une fois encore surtout sur consoles - les temps de chargement longs et assez nombreux : malgré la copie des trois DVD sur le disque dur de notre Xbox 360 (22 Go tout de même), ils dépassent allègrement la vingtaine de secondes. À cela, il faut ajouter l'affichage tardif d’un grand nombre de textures, un problème lié surtout à la vitesse d’animation (on ne peut pas tout avoir, malheureusement) et en partie réglé après installation.

« Rage compte également de nombreuses qualités »
Rage
Mais attention, car Rage compte également de nombreuses qualités. Ainsi, en plus de son moteur graphique presque irréprochable (animation, profondeur de champ, éclairage, modélisation des personnages, etc.), il nous faut signaler quelques notes d’humour disséminées de-ci de-là, la très bonne durée de vie pour un FPS (une quinzaine d'heures, rappelons-le), une version française de qualité, une histoire qui démarre bien (mais qui se termine en queue de poisson, à quand la suite ?) et une bande-son de qualité.

Enfin, avant de partir explorer la partie multijoueur, précisons également qu’une petite sauvegarde de temps en temps ne fait jamais de mal (automatique uniquement à l’arrivée dans une nouvelle zone). Tout d’abord, cela nous a souvent évité de devoir recommencer une zone après être tombé au combat. De plus, c’est également un bon moyen pour nous d’avoir un point d’entrée juste avant d’investir la Citadelle, dans le cas ou nous n’aurions pas pu terminer toutes les quêtes annexes et autres courses. Notons que Rage permet de sauvegarder absolument n'importe où et que - contrairement aux chargement - la sauvegarde se fait en un clin d'œil.

Rage
Rage
Rage


Quelques missions à jouer en coopérationRetour au sommaire
Si la campagne principale se joue uniquement en solo (vraiment dommage !), Rage propose également différents modes multijoueur. Nous avons ainsi la possibilité de participer à des « Rallyes Mortels » aux côtés de trois autres fous du volant ou encore en apprendre un peu plus sur les « Légendes du Wasteland » en compagnie d’un ami.

Ce dernier mode de jeu, nous propose ainsi de découvrir différentes missions jouables en coopératif (« La vie en prison », « Service des eaux », « Réapprovisionnement », etc.), que ce soit en ligne ou en écran partagé. Des missions qui ne révolutionnent évidemment pas le genre, mais qui permettent de bien s'amuser, une fois la campagne terminée. Il est tout de même à noter qu'en écran partagé, la vitesse d'animation n'est plus aussi stable qu'en solo et que chacune de ces missions ne dure guère plus de 10-15 minutes.

Gameplay #9 - Un peu de multi en écran partagé (Xbox ...


Rage
Rage
Rage


Un mot sur la version PCRetour au sommaire
Rage
Décriée depuis sa sortie préalable aux Etats-Unis, la version PC de Rage est désormais disponible chez nous. Comme on pouvait s’y attendre, le jeu ne se lance pas sans les derniers pilotes AMD publiés pour l’occasion. Une fois (enfin) dans le jeu, tous les déboires de nos camarades américains se sont vérifiés sur notre machine, il est vrai pas des plus compétitives (Core i5, 4 Go de RAM et Radeon HD 5770) : affichage hyper tardif (deux secondes de flou avant d’afficher correctement les textures), gros ralentissements en plein cœur de l’action, déchirement permanent de l’écran faute de synchronisation verticale… Notons que sur la seconde machine utilisée (Core i7, 6 Go de RAM et GeForce GTX480), nous n'avons rencontré pratiquement aucun de ces problèmes : seul le déchirement de l'écran était encore perceptible, mais dans une moindre mesure.

Rage
Le choix d’id de n’offrir aucune option graphique - outre un choix de résolution et d'anti-aliasing - pour laisser le jeu s’adapter à votre matos ne s’avère pas très judicieux. Le potentiel graphique de Rage est indéniable, mais il faudra irrémédiablement passer par les quelques astuces dévoilées dans notre brève (Problèmes d'affichage de Rage sur PC : déjà des solutions) pour arriver à un résultat jouable. Une fois les manipulations effectuées, notamment la mise en cache des textures et la v-synchro forcée, c’est le jour et la nuit : fluidité retrouvée, netteté permanente avec des textures qui se chargent en un clin d’œil (visibles la première fois, mais plus ensuite) et panoramas sublimes (voir les captures après la conclusion) nous permettent enfin de profiter pleinement des qualités ludiques du titre d’id Software… en attendant un patch correctif qui viendrait simplifier le tout. Il est enfin à noter que Rage est logiquement beaucoup plus joli une fois les textures affichées en HD.

Attendu de longue date par une multitude de joueurs, Rage ne déçoit pas. Techniquement très réussi et malgré une fin un rien décevante, il vient parfaitement souligner le fait qu’il est encore possible de proposer des jeux de qualité sur nos consoles vieillissantes sans décevoir les joueurs PC. Le titre d’id Software fait donc partie de ces jeux que vous vous devez de glisser dans votre machine en cette fin d’année chargée. Pour faire simple, Rage : l’essayer, c’est l’adopter !



  • Voici quelques images tirées de la version PC de Rage, en 1920*1080 (AA x8)

Rage
Rage
Rage
Rage
Rage
Rage
Rage
Rage
Rage
Rage
Rage
Rage
Rage
Chargement des commentaires...
( les afficher maintenant )

Les avis des internautes

Note moyenne des internautes : 6.5
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : Anonyme
Très bon
Intrigue post apo interessinte, bonne maniabilité, contenu convaincent ^^jjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjj
Cet avis vous a-t-il été utile ? oui / non
Commander sur
flechePublicité

NEWSLETTER

Reçois gratuitement les news par mail !

LES OFFRES

Playlist Rage

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

Tests

flechePublicité
flechePublicité