flechePublicité

Test Prototype 2 (Xbox 360, PS3) : 7/10 sur JeuxVideo.fr



Sortie le 24 Avril 2012 , Xbox 360 , PS3 Sortie le 24 Juillet 2012 , Plus de tests sur PC

Les +

  • Gros sentiment de puissance
  • Nombreux pouvoirs
  • Progression permanente du héros
  • New York travaillé et vaste

Les -

  • Concept répétitif
  • Esthétique en dents de scie
  • Héros / Scénario cliché
  • Lock et caméra perfectibles
La note de jeuxvideo.fr
7.0
bon
La note des internautes
8.6

(399 votes)
Publiée le 08/08/2012 à 15:08, par Maxence / Nerces

Test de Prototype 2 sur PC, PS3 et Xbox 360

Presque trois ans après le premier volet, Activision revient avec un Prototype 2 qui corrige beaucoup des écueils de l'original.

Prototype 2
Sans doute un peu « overhypé » lors de sa sortie en juillet 2009, Prototype a quelque peu divisé les foules : certains y ont vu un défouloir hyper jouissif là où d’autres ont peiné sur un jeu d’action bien mal calibré et à la réalisation discutable. Autant dire que les développeurs de Radical Entertainment avaient du pain sur la planche pour cette suite. L’objectif ? Conserver le fun et la sensation de puissance du premier volet, mais retravailler à peu près tout le reste. La mission est quasi-accomplie avec ce Prototype 2.

Heller, un loup dans la Mercer-ieRetour au sommaire
Comme Alex Mercer au début du premier épisode, le sergent James Heller n’a qu’une idée en tête : se venger, ici des responsables de la mort de sa femme et de sa fille. Problème, c’est bien l’antihéros de Prototype qui est la cible du badass du second volet. Tout au long de la dizaine d’heures de scénario, les deux personnages, infectés par le mystérieux virus (Mercer contamine Heller au début du jeu), croiseront donc le fer tout en ayant des ennemis communs : la milice de Blackwatch et la multinationale Gentek, qui contrôlent une nouvelle fois New York, quatorze mois après les évènements de Prototype.

Gameplay #4 : une mission annexe



Ce pitch ultra classique (vengeance, méchants scientifiques et militaires, opposition de deux héros bien balèzes…) est un peu gâché par un traitement somme toute léger du personnage principal, aussi idiot qu’inutilement vulgaire. Heureusement, le doublage français très correct et les efforts sur la mise en scène, notamment lors des cinématiques saturées à la Sin City, sauvent un peu Prototype 2 de l’anonymat narratif dans laquelle il se plonge dès les premières secondes. De toute façon, on était simplement là pour dézinguer tout ce qui bouge.

Couteau suisse 2.0Retour au sommaire
Prototype 2
De ce côté-là, Radical a fait du bon boulot en réajustant énormément d’éléments par rapport au premier épisode. Bien sûr, Prototype 2 propose peu ou prou les cinq mêmes « armes » (griffe, tentacules, lame, marteau, fouet) que son prédécesseur. Le développeur s’est néanmoins attaché à faire varier un maximum les différents coups, nous permettant qui plus est d’assigner deux armes en même temps à notre personnage. On peut maintenant enchainer différentes attaques rapides (carré/X ou triangle/Y une fois) et coups spéciaux (carré/X ou triangle/Y maintenu) sans avoir à sans cesse repasser par la fleur de sélection. Le résultat offre beaucoup plus de souplesse, et si l’on ajoute à cela les attaques sautées, le bouclier et les possibilités d’esquive, on obtient un bon petit gameplay beat’em all comme on les aime : accessible et fun.

Prototype 2
Prototype ne se limite évidemment pas à cela : on peut toujours sauter très (très) haut, planer, courir sur les surfaces verticales, prendre possession - ou désarmer, une nouveauté - des différents véhicules de l’armée, et, clou du spectacle, assimiler n’importe quel personnage pour en prendre l’apparence, voire regagner un peu de santé. Cette dernière possibilité est d’ailleurs au cœur du gameplay de Prototype 2. Il permet d’une part de participer à quelques séquences d’infiltration light, dans lesquelles il s’agit souvent d'investir un complexe militaire pour atteindre une personne particulière. D’autre part, l’assimilation permet de s’échapper facilement lorsque l’alerte est donnée, et qu’un bataillon lourdement armé est appelé en renfort : pratique lorsque l’on ne veut pas lutter.

En plus de ces possibilités, un certain nombre d’améliorations peuvent être acquises : les capacités d’attaque, de défense, de mobilité, de santé et autres évoluent en effet en fonction de vos actions, et notamment lors des quêtes annexes. Des simples collectables aux nids d’infectés à nettoyer, ces missions secondaires sont nettement plus intéressantes que dans le premier épisode, sans être pour autant plus variées. C’est d’ailleurs un peu le cas de la quête principale, bien mieux agencée et rythmée qu’il y a trois ans.

Beaucoup d'ajustements et peu de nouveautésRetour au sommaire
Prototype 2
Le sentiment de lassitude, qui pouvait rapidement s’instaurer dans Prototype, est moins perceptible dans ce second volet : l’action au sol côtoie l’action aérienne, l’infiltration, l’escorte, la course poursuite et les missions en véhicules de manière homogène. Au pire, les nouvelles joyeusetés comme la Biobombe, qui permet de transformer discrètement un humain en kamikaze destructeur ou encore l’attaque spéciale Chef de meute qui vous met aux commandes de plusieurs gros monstres apportent encore un peu de variété à un titre dont le principe de base est forcément un peu redondant : on fait toujours la même chose, mais de différentes façons grâce au gameplay couteau-suisse, toujours aussi riche en sensations et plus que jamais à son aise à New York.

La ville n’est plus limitée à Manhattan et se découpe en trois zones distinctes ayant chacune leurs particularités topologiques. On retrouvera un Times Square dévasté dans l’ultime portion, les hauts buildings étant parfaitement adaptés à vos sauts surboostés grâce aux améliorations glanées dans les zones précédentes. Prototype 2 est une petite merveille de progression, et si le niveau de difficulté standard n’offre qu’assez peu de moments vraiment ardus, la fin du jeu s’avère nettement plus relevée que son entame, notamment grâce à la présence de milliers d’infectés et autres militaires à Manhattan.

Prototype 2
Prototype 2
Prototype 2

Militaires, infectés, véhicules : les ennemis sont variés dans Prototype 2

L’un des autres points forts de Prototype 2 réside dans la variété de ses ennemis. Badauds, militaires, infectés de base mais aussi humains améliorés et créatures bien balèzes se relaient judicieusement dans nos griffes. L’ennemi est partout, les différents clans n’hésitant d’ailleurs pas à se foutre sur la gueule entre eux à l’occasion : le syndrome du « tous contre Alex Mercer » énervant du premier volet n’est plus, et c’est tant mieux. Le jeu gagne alors en lisibilité, malgré les problèmes récurrents de lock et de caméra. On pardonne les premiers, puisqu’ils sont moins présents au début du jeu qu’à la fin (le nombre d’unités à l’écran n’est pas le même), mais pas les seconds, qui occasionnent toujours quelques instants de flottement en pleine action.

Réalisation : en progrèsRetour au sommaire
Prototype 2
Sans avoir réglé tous les problèmes de jouabilité de Prototype, Radical a consenti un effort certain sur la réalisation. Après un premier épisode un peu vide, aux textures grossières et aux teintes rougeâtres trop récurrentes, le développeur a correctement revu sa copie : Prototype 2 est forcément plus joli que son ainé, mais surtout plus varié esthétiquement et plus fluide (sauf dans l’ultime zone). On note également un éventail d’interactions beaucoup plus large dans les différents décors, l’ensemble de la zone de jeu étant qui plus est bien plus vaste.

[On n’atteint pas des sommets techniques pour autant : les animations vieillottes tirées du premier volet et la distance d’affichage limitée nous rappelant sans cesse les capacités restreintes du moteur du jeu. Difficile également de crier au génie artistique malgré l’élargissement de la palette de couleurs : les fautes de goût sont fréquentes, et si l’hémoglobine coule à flot lors des exécutions d’un gore assumé et réjouissant, on n’est toujours pas convaincu par le rendu de l’infection sur les corps ou encore celui de la nuit dans le jeu. La réalisation est à l'image de l'ensemble du jeu : efficace sans jamais être géniale.

Le cas de la version PCRetour au sommaire
Prototype 2
Distribuée avec trois bons mois de retard sur ses homologues consoles, la version PC de Prototype 2 a déboulé en plein milieu de l'été. Sa sortie décalée n'a été l'occasion d'aucun ajustement en termes de contenu et les joueurs Windows retrouveront donc exactement le même jeu que celui testé par Maxence sur PlayStation 3 / Xbox 360. De fait, on critiquera le concept un peu répétitif du jeu, son manque de réelles nouveautés par rapport au premier opus ou son son esthétique en dents de scie. En revanche, sur ce dernier point, on est heureux de voir que les trois mois de retard de la mouture PC n'ont pas été inutiles.

Prototype 2
Les développeurs en ont effectivement profité pour nous rendre une copie un peu plus « propre » que sur consoles. Les habitués pourront remarquer une distance d'affichage légèrement accrue alors que les traditionnels problèmes de tearing ou de crénelage sont pratiquement absents. L'utilisation de meilleures résolutions d'affichage est également un plus d'autant que Prototype 2 ne demande pas une machine très puissante. Hélas, les développeurs n'ont pas traité de la même manière le 3DVision et quelques défauts graphiques surgissent dans ce mode stéréoscopique. Enfin, notons que - adaptation console oblige - les contrôles sont parfaits à la manette : ils sont peut-être un chouïa moins précis au clavier / souris, mais rien de bien gênant... En somme, il s'agit d'une conversion qui n'exploite pas les spécificités de nos PC, mais qui assure l'essentiel sans dénaturer le jeu.

Radical s’est contenté de rafraîchir sa formule en ajustant le gameplay, la réalisation et la progression de sa série. C’est une bonne chose dans la mesure où l’expérience est plus riche, plus variée, mieux rythmée et surtout moins frustrante et rébarbative qu’il y a trois ans. Difficile cependant d’occulter l’absence de vraie nouveauté et les problèmes récurrents de caméra, qui cantonnent Prototype 2 au rang de défouloir binaire et efficace. Une aubaine pour les joueurs qui attendaient impatiemment leur nouvelle dose d’action gore à souhait, de sensation de puissance exaltante et de clichés scénaristiques. Pour les autres, Prototype 2 restera la production assez quelconque que fut le premier épisode en son temps, et ce malgré la multitude des ajustements réalisés.

Vidéo-Test de Prototype 2




Test PC réalisé sur une machine à base de Core i7 3,6 GHz, 6 Go de mémoire vive et GeForce GTX 580. Le jeu semble à son aise à partir d'un processeur double-cœur 3 GHz, épaulé par 2 Go de mémoire vive et une GeForce 9800 GTX.

Prototype 2
Prototype 2
Prototype 2
Chargement des commentaires...
( les afficher maintenant )

Les avis des internautes

Note moyenne des internautes : 8.6
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : Anonyme
Très bon
que du bon un jeu magnifique visuelement par rapport au premier,il et agréable d'étre un demi dieu lol on craint pas grand chose arrivé au level 20 ,j'attend avec impatience les dlc ,moi lui donne un bon 17/20 il le mérite largement
1 BONNE RAISON DE NE PAS Y JOUER
L'avis de : Anonyme
Bof
Simplement sans intéret C'est la question... pourquoi... A noter l'utilisation du quasi même gameplay que Wolverine, aucune véritable ambiance. Un profil de jeux ultra répétitif alternant zone facile et ultra dure pour un joueur non confirmé. Installé, désinstallé aussi vite. La joie passée a gambader sur les immeuble ne suffit pas a faire un bon jeu. Bref un truc a ne pas avoir dans sa ludothèque.
flechePublicité

LES OFFRES

Playlist Prototype 2

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

Tests

Grand Theft Auto 5

Grand Theft Auto 5

Joueurs confirmés | Xbox 360 , PS3 , PS4 , Xbox One
flechePublicité
flechePublicité
cript')[0];h.parentNode.insertBefore(s,h);})(); } -->