flechePublicité

Test Playboy : the mansion (PS2, Xbox) : 4/10 sur JeuxVideo.fr



Sortie le 17 Février 2005 , PS2 , Xbox , Plus de tests sur PC

Les +

  • La musique.

Les -

  • Tout le reste.
La note de jeuxvideo.fr
4.0
bof
La note des internautes
4.0

(1 votes)
Publiée le 25/03/2005 à 14:03, par Apple Pie

Playboy: the mansion : Aux frontières de la nullité.

J'aime, parfois, allongé sur mon divan, feuilleter quelques magazines scientifiques ou des revues sportives. Ça me repose et me donne bonne conscience,...

Playboy : the mansion
J'aime, parfois, allongé sur mon divan, feuilleter quelques magazines scientifiques ou des revues sportives. Ça me repose et me donne bonne conscience, car j'ai l'impression de faire travailler mon intellect. Et puis, quand ma copine n'est pas là, je me jette sur un Playboy pour rincer mes yeux déjà bien expérimentés. La lecture : c'est mieux que les Jeux Vidéo.

Nullissime.
Au début, je me suis dit que j'allais faire un vrai test, car selon moi chaque jeu mérite d'être testé. Les plus grands analystes ne diront pas le contraire et mes maîtres dans le domaine, tels Nico ou Ryu 69, auraient sans aucun doute écrit un article sur Playboy. Je me suis donc lancé à corps perdu et me suis finalement raisonné en me disant que j'étais quand même chanceux de faire un article pour un titre qui évoque la vie d'un obsédé sexuel. Eh oui, cet homme n'est en fait qu'un pervers qui exploite la misère intellectuelle de jeunes filles peu scrupuleuses. Elles se sont dénudées pour son magazine en croyant qu'elles allaient devenir célèbres. La starisation par la nudité est un ancien concept que l'on trouve encore aujourd'hui dans les émissions de télé-réalité. Qui se souvient de miss mars 1983 ? Personne, bien évidemment ; elle a dû finir dans un bar, dansant pour le compte de soûlards plus idiots les uns que les autres. Alors que le créateur de Playboy, lui, est maintenant multimillionnaire et se fout éperdument des fins de vie de ses ex-bimbos. Lui, il a tout compris et a su bien avant tout le monde que les seins et les fesses faisaient plus vendre que n'importe quel autre sujet. Le sexe est avant tout une manne financière, un faiseur de richesses. Internet en est la preuve, l'information n'est que secondaire, les gens veulent de la chair fraîche. Toutes les portes sont ouvertes, plus besoin de regarder par le trou de la serrure. Avec Playboy the Mansion, le monde du jeu vidéo vient de mettre un pas dans le graveleux et dans l'obscène. Loin de moi l'idée d'être moralisateur, cependant, vu que ces titres ne sont pas strictement interdits à la vente aux moins de 18 ans, mais juste déconseillés et donc facilement achetables par un mineur, le problème n'est plus le même.

Playboy : the mansion
Playboy : the mansion
Playboy : the mansion

Encore plus nul.
Pour en revenir au sujet, les développeurs vous proposent d'incarner le créateur du fameux magazine érotique. On commence dans son manoir et la première mission est simple : il faut créer votre feuille de chou. Dans ce but, il vous faudra recruter des photographes, faire votre bureau, regarder vos finances... Je vous rassure, vous ne serez pas amené à réfléchir souvent, car comme je l'ai dit plus haut le nerf de la guerre c'est le sexe. Ainsi, c'est vous qui vous occuperez des fameuses séances photo qui, soit dit en passant, sont d'une grande pauvreté. Vous serez également en charge d'organiser des soirées qui deviendront vite des orgies. Playboy est traité comme un Sims, la vue est de haut et les personnages ne parlent qu'en utilisant des onomatopées et des humeurs. Il est donc important de rendre vos hôtes heureux, car ils vous le rendront bien. Pour exemple, il ne m'a fallu que deux minutes montre en main pour me retrouver en tête à tête sur un canapé avec ma serveuse. On entend des râles et la manette vibre au rythme de l'action. Tout l'intérêt de Playboy est résumé dans ces deux mots : le néant. Par conséquent, passez votre chemin et ne donnez pas de l'argent à de vénaux concepteurs de jeux vidéo.

Playboy : the mansion
Playboy : the mansion
Playboy : the mansion


Conclusion

Que dire de plus devant un tel désastre ? Playboy the Mansion n'a aucun intérêt, vous n'aurez nul plaisir à y jouer, mais seulement la peine d'avoir perdu 46 euros. Espérons qu'il ne se vende pas pour nous éviter de voir arriver sur nos consoles des clones encore plus désastreux ou encore plus pervers.


Playboy : the mansion
Playboy : the mansion
Playboy : the mansion
Playboy : the mansion
Playboy : the mansion
Playboy : the mansion
Playboy : the mansion
Playboy : the mansion
Playboy : the mansion
Chargement des commentaires...
( les afficher maintenant )
flechePublicité

LES OFFRES

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

Tests

Grand Theft Auto 5

Grand Theft Auto 5

Joueurs confirmés | Xbox 360 , PS3 , PS4 , Xbox One
flechePublicité
flechePublicité
neration_date : 2018-01-23 10:35:34 -->