flechePublicité

Test Phoenix Wright : Ace Attorney (Nintendo Wii, Nintendo DS) : 0/10 sur JeuxVideo.fr

Sortie le 31 Mars 2006 sur Nintendo DS , Sortie Janvier 2010 sur Nintendo Wii

Les +

  • Un gameplay unique et sans faille
  • Entièrement en français
  • Bourré d'humour
  • Graphisme 2D réussi et vivant
  • Des personnages charismatiques
  • Des trames scénaristiques de qualité
  • Possibilité de sauvegarde à tout moment

Les -

  • Quasiment pas de voix digitalisées
  • Musique parfois répétitive et pénible
  • Le PEGI inapproprié
  • Quelques passages délicats
  • 1 seul espace de sauvegarde
  • Très proche de la version GBA japonaise
La note de jeuxvideo.fr
-
La note des internautes
8.2

(24 votes)
Donner votre avis
Publiée le 04/04/2006 à 08:04, par Damien

Partager ce test

La DS passe à la barre, avec Phoenix Wright

La première simulation d'avocat de Capcom débarque sur nos DS françaises. Rendez-vous dans un procès exclusif où vous êtes le héros.

phoenix wright artwork
Après trois épisodes sur GBA, qui ont littéralement conquis les joueurs japonais, voilà que la saga de simulation d'avocat de Capcom débarque sur DS et surtout en France ! Phoenix Wright : Ace Attorney est à la barre et comparait, à nous de le juger…

C'est l'histoire d'un avocat… mais non pas le fruit !

Avec l'abondance de titres comme Nintendogs, Mario Kart DS, Animal Crossing ou Cooking Mama, on pourrait croire que la dernière portable de Nintendo ne fait plus que dans le joli et le naïf, voire dans un imaginaire décalé où tout le monde serait gentil et beau. Et non ! Voilà que Capcom nous livre enfin le premier épisode de sa série "Gyakuten Saiban" avec au menu des meurtres, des trahisons et des mensonges à la pelle. Sorti en 2001 sur GBA, il proposait rien de moins que de vous mettre dans la peau d'un avocat et de le suivre dans quelques-unes de ses affaires. Entre enquête et passage à la Cour, il faut croire que la recette a vite fait des amateurs puisque Capcom a enchaîné avec deux autres opus (en 2002 et 2004), toujours sur GBA et malheureusement seulement sur l'archipel nippon. Ces trois premiers épisodes y ont même été réédités sur PC… Mais ne boudons pas notre plaisir et revenons à notre Phoenix Wright : Ace Attorney sur Nintendo DS.

Dans la peau du jeune avocat Phoenix Wright, nous allons devoir assister à la première audience de notre carrière. Rien de bien rassurant. Heureusement, cette affaire fait figure de tutoriel, et nous sommes suffisamment guidés pour en arriver à bout. Nous découvrons un système de jeu original où le dialogue et l'exposé des preuves sont essentiels. Au beau milieu d'une salle de tribunal où règne un juge impartial, deux partis se livrent bataille : la Défense (le parti qui défend l'accusé) et l'Accusation (le terme parle de lui-même). Pendant les cinq missions qui composent le titre, Phoenix sera toujours du côté de la Défense, même si certaines affaires (comme la deuxième) vous réservent de bien belles surprises. Attention je vous arrête tout de suite ! Cinq missions, cela peut paraître peu. Surtout qu'une fois éclaircie, une affaire est bien moins intéressante à rejouer. Mais étant donné que la première mission vous occupera entre 30 minutes et une heure, et que chacune des quatre affaires suivantes monopolisera pas moins de deux heures de votre temps libre… vous aurez de quoi faire.

Un principe qui marche droit ?

Une affaire commence globalement par un passage sur les lieux, avec examen de la situation et récolte d'indices. Sur les lieux du crime, on côtoiera tantôt des proches de la victime, tantôt le représentant des forces de l'ordre j'ai nommé M. Dick Tektiv. Pas besoin de s'appeler Sherlock Holmes pour voir que le titre est bourré d'humour et de jeux de mots, aussi bien au niveau des noms des protagonistes que dans les dialogues ou monologues auxquels Phoenix participera. Côté maniabilité, on pourra aussi bien utiliser le stylet que la croix directionnelle, même s'il est clairement plus simple de fouiller les différents lieux à l'aide du stylet et de l'écran tactile. Toutes les principales options sont explicitées dans le premier niveau de tutoriel et tous les éléments que vous pouvez examiner, pendant la phase d'enquête, sont mis en valeur avec le bouton "Examiner", qui apparaît si l’on tombe sur un indice potentiel.

Dans les phases au tribunal, deux actions seront essentielles : l'attaque et l'objection. L'attaque verbale permet de forcer le témoin dans ses derniers retranchements en lui posant des questions plus dérangeantes ou précises. Quant à l'objection, c'est une prise de parole qui vise à contredire ou remettre en doute un témoignage en utilisant un des indices à disposition. Dans les deux cas, vous pourrez utiliser le microphone de la DS en criant "Un instant !" pour lancer une attaque et "Objection !" pour une objection. Si vous avez peur de vous égosiller ou de postillonner sur votre belle console à deux écrans, vous pourrez tout simplement appuyer sur le bouton L pour une attaque et sur le bouton X pour une objection : elle est pas belle la vie ?

Phoenix Wright : Ace Attorney
Phoenix Wright : Ace Attorney
Phoenix Wright : Ace Attorney
Phoenix Wright : Ace Attorney


Un alibi en béton.

Derrière ce gameplay fort plaisant qui nous donne parfois de petites surprises comme des questions à choix multiples, ou le système d'observation scientifique des preuves (permettant la visualisation 3D et le zoom sur certains indices, uniquement dans la cinquième et ultime affaire), se cache un graphisme entièrement en 2D, coloré et attrayant, tout droit inspiré des séries animées japonaises. Car même si le visuel de ce Phoenix Wright : Ace Attorney reste en tout point similaire avec la version GBA de Gyakuten Saiban, l'ensemble n'en reste pas moins convaincant et plaisant à contempler. Les personnages sont suffisamment attachants et charismatiques pour qu'on s'y intéresse et qu'on veuille bien les écouter. On peut aussi essayer de deviner à leurs expressions s'ils mentent, paniquent ou disent la vérité. Autre point qui peut paraître anodin mais apporte une véritable vie au titre, c’est le fait que les personnages (bien que souvent statiques et répétant les mêmes expressions ou mouvements) clignent des yeux et bougent les lèvres en parlant. Enfin, les différents plans entre les dialogues qui s'ajoutent aux objections lancées à tout va par les différents avocats, sans oublier les nombreux rappels à l'ordre du juge, offrent un dynamisme conséquent à chaque scène.

Le suspens est souvent palpable et les rebondissements dans les audiences sont nombreux. Bref, on s'y croirait. Au niveau sonore, le résultat est un peu plus mitigé. Si les musiques sont globalement de bonne qualité et suivent bien le déroulement de l'action (elles nous font savoir lorsque l'on approche de la vérité par exemple), certains thèmes comme celui des témoignages sont très répétés et assez ennuyeux à la longue. D'autant qu'hormis les cris d'objection et d'attaque des différents avocats, aucune voix digitalisée ne pointe le bout de ses décibels. Mais tout cela est vite oublié, tant le scénario s’avère riche et tant les intrigues sont tordues et prenantes. Columbo n'a qu'à bien se tenir ! Plus sérieusement, il faut vraiment que le voyant de la console tourne au rouge et que le courant soit coupé pour la journée (ça sent le vécu ça ?), ou tout simplement que Renaud fasse de la broderie, pour qu'on lâche la DS. Et vu que tous les textes sont bien traduits en français et que l'on peut sauvegarder à tout moment, il serait vraiment dommage de passer à côté de ce petit bijou vidéoludique.

Conclusion

Véritable raz-de-marée légal au Japon, la saga Gyakuten Saiban arrive sur nos DS françaises avec cette version remasterisée nommée Phoenix Wright : Ace Attorney. Au programme : cinq affaires vraiment palpitantes (4 de la version GBA et une exclusive utilisant davantage les fonctionnalités de la DS), bourrées d'humour, de suspens et de rebondissements en tout genre. Ce titre original, à mi-chemin entre les épisodes de séries policières et de dessins animés japonais, intéressera la plupart des joueurs, pour peu qu'ils n'aient pas peur de faire marcher leur matière grise et leur sens de la vérité. Un très bon jeu, abouti et plaisant qui offre une expérience unique.



N'oubliez pas de jeter un oeil à notre Jv-Tv découverte de Phoenix Wright : Ace Attorney sur DS, où Renaud et Jean-Marc font leur toute première audience au tribunal.


Ce jeu vous intéresse ? Retrouvez-le dans le
gif : petite Flèche orange
Comparer les prix du Phoenix Wright : Ace Attorney

Phoenix Wright : Ace Attorney
Phoenix Wright : Ace Attorney
Phoenix Wright : Ace Attorney
Phoenix Wright : Ace Attorney
Phoenix Wright : Ace Attorney
Phoenix Wright : Ace Attorney
Phoenix Wright : Ace Attorney
Phoenix Wright : Ace Attorney
Chargement des commentaires...
( les afficher maintenant )

Les avis des internautes

Note moyenne des internautes : 8.2
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : Lag4na
Très bon
Alors ça c'est LE jeu de la DS ! J'ai adoré les aventures de ce jeune avocat qu'est Phoenix Wright ! Le jeu se décompose en 5 chapitres (le dernier a été spécialement développé pour la DS, on peut donc jouer à chercher des empreintes ou des traces de sang grâce au stylet ), chacun de ces chapitres est une affaire criminel à résoudre. Les personnages sont excellents, suite ...
Cet avis vous a-t-il été utile ? oui / non
flechePublicité

Idées cadeaux JV

Partenaires Jeuxvideo.fr

Tests

Partenaires Jeuxvideo.fr

flechePublicité

Micromania

>Les meilleures offres jeux vidéo

flechePublicité