flechePublicité

Test Phoenix Wright : Ace Attorney - Dual Destinies (Nintendo 3DS) : 7/10 sur JeuxVideo.fr



Sortie le 24 Octobre 2013 , Nintendo 3DS

Les +

  • Les graphismes refait en 3D
  • Une bande son toujours géniale
  • Un mélange habile de nouveaux et d’anciens persos
  • En dématérialisé pas cher.

Les -

  • Un rythme pas toujours soutenu
  • Les parties enquêtes parfois assoupissantes
  • Pas de français
  • Enfin des DLC… trop content…
La note de jeuxvideo.fr
7.0
bon
La note des internautes
7.3

(15 votes)
Publiée le 23/10/2013 à 22:10, par Daniel

Test de Phoenix Wright 5 : Grand Theft Avocat

Phoenix Wright est de retour pour défendre les causes les plus invraisemblables avec une nouvelle associée et un procureur coriace.

Des procès maboules avec des retournements dignes de jeux de baston par des bogosses au charisme affuté et des cheveux en épi. Si le concept haut perché ne vous donne pas envie de plaider le doigt pointé en criant objection, le jury plaidera coupable et exigera une peine de QTE à perpétuité.

Le bal est finiRetour au sommaire
Phoenix Wright : Ace Attorney - Dual Destinies
Le premier Phoenix Wright avait pris de court tout le monde à sa sortie en 2001. Un concept bien farfelu et génial tout en 2D de quelques illuminés, bricolé dans le dos d’un major du jeu vidéo, le capital sympathie était garanti à vie. La légende veut qu’Inaba ait caché le développement de Phoenix Wright et les réelles activités de sa petite équipe sous couvert d’un jeu de caisse lambda imaginé comme couverture. Capcom comme les autres n’auraient jamais parié un kopeck sur une aventure basée sur des tribunaux fantoches. Ces ninjas du jeu crypto-indé doivent sourire en voyant les multiples versions smartphones.

C’est bien là le problème : à force de répandre son ADN partout, on finit par se retrouver avec de mauvaises surprises. Après les affreuses versions iOS redessinées à l’arrache, les adapt Wii, il y a eu l’épisode 4, considéré comme « le procès de trop » qui tentait le tout pour le tout, le changement du héros. Mais il y allait avoir pire : le film live consternant. Les clous du cercueil, c’est Layton Vs Phoenix Wright, alias « le pire des deux mondes » dont la longueur finira par diluer le peu d’engouement qu’il restait à Phoenix Wright. Pour éviter la condamnation à l’exil, le 5ème opus se devait de cogner, rapidement et furieusement.

Le procureur Blackquill entre en scène


Et quand on n’a plus grand chose à dire, en jeu comme en couple, on passe par un relooking de l’extrême. Imaginé modestement en 2D, Phoenix Wright 5 est l’épisode du passage emblématique à une 3D ultra raffinée, l’outil indispensable à tous les délires. Les animations sont assez fluides pour bien refléter le changement des attitudes des personnages. C’est si réussi qu’on se demande s’il ne valait pas mieux faire des portages avec ce niveau de technique plutôt que proposer une trilogie smartphone aussi HD qu’une prise péritel. Même les petits SD qui apparaissent quand on insère la cartouche sont tout choupis !

Phoenix Wright : Ace Attorney - Dual Destinies
Phoenix Wright : Ace Attorney - Dual Destinies
Phoenix Wright : Ace Attorney - Dual Destinies


« L’heure n’est pas au barreau »Retour au sommaire
Phoenix Wright : Ace Attorney - Dual Destinies
Phoenix Wright 5 ne fait pas l’erreur de décapiter son héros comme la dernière fois et d’abandonner toutes les procédures à un noob que tout le monde va détester. Sans spoiler l’histoire, le bleu Apollo Justice est de retour en tant que personnage jouable. Il a gagné en maturité et surtout, l’histoire a le bon goût de faire un roulement dans l’effectif. Pratique pour éviter la lassitude. Et puis « God » Phoenix revient en personne. Oubliée la radiation du barreau, il revient, blanchi, rasé et coiffé comme au premier jour. Et puis il y a le nouveau procureur, Simon Blackquill, qui est vraiment très réussi.

Phoenix Wright : Ace Attorney - Dual Destinies
Athena Cyke, la nouvelle assistante spécialisée en psychologie comportementale est l’alibi idéal pour le nouveau système dit de Mood Matrix. Elle va permettre de décoder les mouvements suspects et les attitudes contradictoires lors des témoignages. Ces méthodes sont à peu près aussi sérieuses que l’astrologie et les marcs de cafés, mais on parle d’une série où un perroquet a été appelé à témoigner à la barre. C’est carrément plus intéressant que l’horripilant « multi témoignage » de Layton Vs Gyakuten.

Les parties enquêtes sont toujours le point faible. Les scènes de crime sont désormais visibles sous de multiples angles. Mais trop de blabla sans conséquences, trop de bases à poser font que l’on s’ennuie un peu trop souvent. Et pourtant la plupart des affaires sont plaisantes, comme dans Layton Vs Gyakutensaiban,

Phoenix Wright : Ace Attorney - Dual Destinies
Phoenix Wright : Ace Attorney - Dual Destinies
Phoenix Wright : Ace Attorney - Dual Destinies


Ces problèmes de rythme, les fans les passent à la vitesse d’un texte qui défile au rapid fire. L’important dans ce numéro 5, c’est d’abord d’accepter que Phoenix Wright se dématérialise. Fini les cartouches, notre avocat doit s’habituer aux réalités économiques d’aujourd’hui. Cela signifie de jouer aussi dans la très bonne version anglaise. S’adapter ou disparaître, Phoenix Wright a fait son choix. Il a survécu à ce qui pouvait lui arriver de pire. On le retrouve comme un vieux pote, le doigt pointé sur les bobards de l’accusation. « Objection ! ». Les bonnes habitudes ne se perdent pas.

« Votre honneur, mon client n’a pas eu la vie facile. Enfant surdoué, Phoenix Wright a été brimé par son père Capcom. Ce dernier est coupable d’avoir utilisé son rejeton pour en faire une bête de cirque. Il s’en est fallu de peu pour qu’il s’appelle Phoenix + Alpha. Phoenix Wright 5 ne cherche pas à séduire un nouveau public. Il souhaite au contraire faire amende honorable. Il connaît ses erreurs. Il en commettra encore d’autres. Mais ce qu’il réclame aujourd’hui, c’est la paix. Je vous réclame donc, votre honneur, la relaxe accompagnée d’une peine d’intérêt général pour ses fautes passées. Car chaque personne qui le demande a droit au pardon.» L’audience est levée.

fleche orange
Test publié initialement le 4 octobre 2013
Chargement des commentaires...
( les afficher maintenant )

Les avis des internautes

Note moyenne des internautes : 7.3
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : Anonyme
Très bon
un jeu excellent Car il présente des graphismes splendides , une histoire haletante pleine de rebondissements ainsi qu'une duré de vie plus que satisfaisantes . On a aussi le retour du légendaire phoenix wright et on peut jouer avec trois autres avocats avec chacun une capacité unique .
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : Anonyme
Très bon
Phoenix wright 5 parce que phoenix est de retour au top de sa forme ,le nouveau mode de détection des expressions faciales ,l'image plus vivante sur la 3ds et la bande son entrénantes .
flechePublicité

LES OFFRES

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

Tests

Grand Theft Auto 5

Grand Theft Auto 5

Joueurs confirmés | Xbox 360 , PS3 , PS4 , Xbox One
flechePublicité
flechePublicité
null !== document.cookie.match('nfuserid') ? document.cookie.match(/nfuserid=(\d+)/i)[1] : null));