flechePublicité

Test PES 2014 (PS3, Xbox 360, Wii U, PSP) : 7/10 sur JeuxVideo.fr

Jeux liés :



Sortie le 19 Septembre 2013 , PS3 , Xbox 360 , Plus de tests sur PC , Sortie Rentrée 2013 sur PSP

Les +

  • Animations plus fluides et crédibles
  • Gameplay plus réaliste et gratifiant
  • Ambiance du stade nettement améliorée
  • Modélisation bluffante de certains joueurs
  • Quelques ajouts de contenu
  • Prix un peu plus doux

Les -

  • Saccades lors des cinématiques
  • Temps de chargement longs
  • Des manques notables au niveau des équipes et stades
  • Quelques errances de l'IA nuisant au réalisme
  • Commentaires, musiques et traduction très perfectibles
La note de jeuxvideo.fr
7.0
bon
La note des internautes
7.5

(346 votes)
Publiée le 19/09/2013 à 18:09, par Damien

Test de PES 2014 : nouveau moteur, nouveau départ

Mieux armé que son aîné, PES 2014 le détrône sans mal et nous offre de belles choses... mais aussi quelques casseroles.

Après des années à subir la domination de son concurrent direct, voilà que PES débarque avec des arguments beaucoup plus solides et surtout, enfin, une remise à plat complète de ses systèmes de jeu. Cela passe par un nouveau moteur, réalisé par Kojima Productions (à l'oeuvre sur MGS : Ground Zeroes), pour le moins prometteur. Cela suffira-t-il pour autant à en faire un bon voire un très bon titre ? La réponse, tout de suite, dans notre test.

Fox Engine : le renard de la surfaceRetour au sommaire
PES 2014
Bon, inutile de vous faire languir tant cela saute aux yeux, la principale nouveauté de ce cru 2014, c'est justement sa réalisation franchement améliorée. Dès le lancement de la première partie, on sent que de nombreuses choses ont changé et que l'utilisation du Fox Engine de Kojima Prod' n'était pas un simple coup marketing. Ainsi, même si nous restons sur la même génération de supports, les différences visuelles avec PES 2013 sont flagrantes et indéniablement au bénéfice de ce nouveau volet.

Outre la modélisation améliorée des joueurs, c’est la somme de nouveaux détails qui réjouit, aussi bien pour les millionnaires en short (poils, boutons, rides, sueur) que pour les stades (public beaucoup plus vivant bien que plat et crénelé, jolis effets de lumière et plus de personnes aux abords du terrain…). Les animations, faciales comme de mouvement, se montrent bien plus nombreuses et naturelles ; elles rendent les sportifs plus crédibles et expressifs notamment en cas de fatigue, de faute ou d’occasion manquée. L’ambiance des stades s’avère quant à elle bien plus travaillée (public plus vivant et réactif, chants plus présents / variés, quelques paroles du speaker) et rend l’ensemble nettement plus immersif.

Mais le moteur ne se cantonne pas à la forme, il change aussi le fond du jeu, bien plus agréable et solide qu’auparavant. Adieu - enfin - les collisions fantômes entre joueurs ! Désormais, place à une vraie présence physique des athlètes, ça fait du bien. Résultat : les défenseurs sont plus percutants et peuvent au minimum ralentir sinon stopper le joueur adverse, même talentueux, ce qui force à mieux construire ses attaques, à jouer plus collectif. Ce qui est assurément une excellente chose côté réalisme, appuyé par un rythme ralenti et par une inertie accrue des joueurs... un peu trop sans doute pour certains fans de la série ; sachant que la vitesse est toujours ajustable dans les options. Mais dans l’ensemble, c’est indéniable : tout est plus fluide et crédible, à l'image de la physique de balle également plus pertinente (davantage en accord avec les mouvements du joueur), moins mécanique et répétitive.

Vidéo-Test de PES 2014


I.A. I.A HO !Retour au sommaire
L’I.A. se montre quant à elle plus disponible, aussi bien en défense et en attaque. Là aussi, Konami rattrape un peu son retard. La ligne de défense, plus rigoureuse et compacte, limite fortement les courses “transperçantes” sur plusieurs dizaines de mètres sauf, à la limite, en cas de contre-attaque ou passe en profondeur assassine... et encore. En tant qu'attaquant, on se sent assez vite oppressé par un ou plusieurs adversaires si l’on reste un peu trop longtemps avec le ballon, même avec un Messi ou Ibrahimovic. Ce qui pousse à jouer plus stratégique et à faire davantage de passes. Une bonne chose. Au global, les matchs nous ont donc paru assez disputés lors de notre test et l’équilibre attaque/défense plutôt bon... même si certains gros joueurs comme Rooney, Benzema ou Bale pourront peut-être un peu trop facilement marquer de 25-30 m avec des "pralines" s’ils sont placés dans des positions idéales. Comme toujours, il faudra attendre quelques semaines / mois pour voir les éventuels déséquilibres et usages abusifs.

PES 2014
En tous les cas, les joueurs pointus pourront se faire plaisir en montant la difficulté, en gérant à leur guise l’effectif et les tactiques / combinaisons ou encore en usant des options manuelles. Ces dernières sont plutôt nombreuses et appréciables (passes, tirs et contrôle du second joueur) mais requièrent une certaine dextérité. On regrettera cela dit ponctuellement que les passes manuelles ne donnent pas toujours l’impression de l’être, comme si l'I.A. nous imposait un script / rail. Les moins courageux pourront eux aussi s'y retrouver grâce à un bon lot d'assistances y compris au niveau tactique ; la gestion des hors-jeu, des remplacements, du changement de tactiques définies ou les combinaisons pouvant être gérées automatiquement. Konami a même rendu le tir des coups de pied arrêtés un peu plus accessible, avec une illustration "visuelle" de la trajectoire du ballon.

Oui, mais...Retour au sommaire
Malheureusement, il reste encore des améliorations à apporter et le manque de finition est parfois flagrant à l'image des baisses de frame rate ou saccades lors des scènes d'intro et replays, parfois à la limite du supportable... Et ce, même sur la version commerciale PS3 achetée pour vérifier que cela n'était pas dû au disque de test envoyé par l'éditeur. L'aliasing est par ailleurs assez marqué et les temps de chargements s'avèrent longs (environ 40 secondes sans l’installation du jeu, qui réduit approximativement ce temps de moitié). De même, si certains joueurs stars sont bluffants de ressemblance (ex : De Rossi, Lahm, Ribéry, Thiago Silva, Xabi Alonso, Ménez...), un bon lot d'autres athlètes n'ont clairement pas eu le droit au même traitement et s’avèrent quasiment méconnaissables (Lisandro, Lavezzi, Montolivo...).

PES 2014
L'interface demeure assez banale, malgré un petit plus au niveau personnalisation (menu aux couleurs de notre club favori et incorporant le joueur de notre choix) et témoigne toujours de quelques soucis d'ergonomie. Le didacticiel, que l'on vous recommande malgré tout chaudement, est lui aussi perfectible tant certains défis sont inutilement complexifiés. Et n'oublions pas la traduction toujours aussi lacunaire (le stagiaire sponsorisé par Google Trad' a encore frappé !) qui impacte même le menu de sélection des équipes : l'Espagne étant disponible entre la Slovénie et la Suède, Konami ayant gardé l'ordre alphabétique anglo-saxon). #Fail

Et si l'I.A. est bien meilleure qu’en 2013 car plus disponible et mieux positionnée sur le terrain, on constate régulièrement quelques bizarreries lors des moments chauds, cafouillages ou contacts aériens qui font que l’on n’est jamais serein dans ces phases. On note aussi un côté aléatoire des appels d’attaquants (qui partent ou non sans raison apparente et arrivent même parfois à se gêner), un bloc défensif qui reste souvent trop haut, des gardiens un peu patauds repoussant souvent la balle et perdant un peu trop souvent leurs duels (nous invitant à les contrôler très fréquemment en manuel).

PSG / OM en vidéo maison


L'arbitre est quant à lui beaucoup plus discret que sur la version preview, un peu trop sans doute, notamment sur les petites fautes / bousculades. Il a cela dit au moins le mérite de laisser l’avantage plutôt intelligemment tout en sifflant les grosses fautes. De même, un joueur récemment déselectionné tarde régulièrement à être disponible, comme si l'I.A. mettait son temps pour "redémarrer" son script de déplacement. Cela est visible surtout dans les batailles au milieu de terrain : certains joueurs, pourtant proches, ne daignent parfois pas récupérer la balle alors qu'ils sont pourtant tout près, car la console ne les a pas encore "libérés" de leur script précédent.

PES 2014
Au niveau sonore, nous avons dit que l’ambiance des stades avait été sensiblement améliorée. Il n’en demeure pas moins que les musiques sont peu nombreuses (donc vite redondantes) et inspirées voire même, disons-le franchement, saoulantes. Heureusement, on peut mettre sa propre playlist ou baisser le volume dans les options pour stopper le carnage. Une action malheureusement habituelle dans les PES, aussi valable pour les commentaires de Grégoire Margotton et Darren Tulett (assez fatigant / irritant à la longue), parfois pertinents mais régulièrement insipides voire vraiment navrants et trop redondants.

Un contenu contenuRetour au sommaire
Au niveau contenu, c'est une nouvelle fois ni tout bon ni tout mauvais. L’ensemble est viable mais comporte toujours quelques manques bien perceptibles au niveau des équipes / stades. Et ce, malgré quelques ajouts ou points forts comme la Champions League Asie, les ligues sud-américaines (Chili, Argentine, Brésil) et les très appréciables Champions League / Europa League. De plus, si le nombre de sélections nationales est très confortable, il en est tout autre pour les clubs européens phares : on trouve bien les équipes de première division française, espagnole, italienne et néerlandaise mais pas celles de seconde division, ni toutes celles de Premiere League ou de Bundesliga (seuls le Bayer 04 Leverkusen, le Bayern Munich, Schalke 04 et Manchester United sont présents). Le Portugal a quant à lui le droit à 4 équipes (Benfica, Porto, Braga et Paços de Ferreira).

PES 2014
C'est toujours ça, mais ce n'est toujours pas suffisant pour rivaliser avec le concurrent disposant de la licence FIFA, d'autant que les amateurs regretteront aussi que tous les transferts de l'été ne soient pas effectifs (ex : Cavani est bien au PSG mais pas Marquinhos et Digne, Areola n’a pas été prêté à Lens). Ils arriveront sans doute dans une future mise à jour que l'on espère aussi rapide que possible. Précisons à ce titre qu’une mise à jour 1.01 était bel et bien disponible au moment de notre test mais que cette dernière n’ajoutait que deux ballons à l’ensemble… no comment. Au niveau des stades, l’ensemble reste suffisant pour s’amuser mais ne fait pas non plus rêver, avec 13 sous licences et 5 fictifs, malgré la présence exclusive du Stade de France.

Pour le reste, rien de surprenant : nous avons toujours droit, aussi bien en online (nécessite l'usage d'un passe) qu'en offline, à des matchs amicaux ou à classement, des coupes ou ligues. Précisons au passage que la Ligue des Masters, viable et longue mais toujours aussi peu vivante, permet de recruter un joueur créé dans le mode Vers une légende (fidèle à lui-même et régulièrement handicapé par de petits ralentissements). Il offre désormais la possibilité de coacher une équipe nationale en plus d'un club - que l'on peut quitter à la fin de l'année -, en fonction des résultats acquis à la tête de ce dernier. En tant que tel, on devra convoquer les joueurs et guider l’équipe formée dans les principales compétitions internationales, les matchs amicaux ou encore les éliminatoires. Enfin, l'éditeur, toujours utile / appréciable, est quant à lui un poil plus riche (shorts et chaussettes personnalisables, au même titre que les troisième et quatrième maillots des équipes non-licenciées) et permet d’allonger la durée de vie du titre tout en comblant l’absence de certaines équipes.

Modélisation des joueurs de France, Espagne, OM, ...


Bien plus agréable à regarder et à jouer mais aussi plus crédible et exigeant, ce PES 2014 marque enfin un nouveau départ pour la série. Cependant, malgré les qualités indéniables de son gameplay tout à fait valable et complémentaire à celui de son concurrent (à défaut de le dépasser sur les aspects simulation et contenu), ce cru 2014 pêche par un manque de finition assez perceptible qui nuit à l'immersion ainsi qu'au réalisme des parties. Avec cet essai perfectible mais encourageant, Konami est sur la bonne voie et devra apporter quelques ajustements à l'avenir pour vraiment nous enthousiasmer. Dommage que ce renouveau intervienne au moment où les PS3 / X360 s'apprêtent à passer le relais et pas plus tôt...

PES 2014
PES 2014
PES 2014


Mise à jour du 25/09 : Malgré les nombreuses opérations de maintenance, la lenteur pour télécharger une mise à jour et les quelques erreurs de connexion au service en ligne, nous avons réussi à faire quelques parties amicales ou de classement sur le net (dotées de la possibilité d'inviter un ami pour jouer à 2 sur la même console). Le jeu reste fidèle à lui-même et plutôt viable en multi online même si quelques lags ou ralentissements sont apparus par moment. A noter que le mode 11 vs. 11 n'est toujours pas disponible (avec la possibilité de jouer à 11 humains contre l'IA). Konami parle d'un patch à venir... sans date précise. Cela fait un peu tâche alors que le titre est disponible depuis plusieurs jours en boutique. Idem pour l'absence de mise à jour quant aux transferts non effectués : Bale n'est donc toujours pas au Real de Madrid...
Chargement des commentaires...
( les afficher maintenant )

Les avis des internautes

Note moyenne des internautes : 7.5
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : Anonyme
Bon
pes 2014 beaucoup mieux que le 2013 ce jeu est beaucoup plus realiste que le 2013 plus posé et moins robotisé je prend plus de plasir a jouer ,quelques sacade qui peuvent etre agassante ,il manque peut etre de licenses mais bon sur ps2 je me rappel on avait beaucoup de noms modifié ainsi que les maillots mais c'etait la meilleur simulation de football sur console bon le temps a passé c'est vrai mais le probleme des licenses on les c suite ...
1 BONNE RAISON DE NE PAS Y JOUER
L'avis de : Anonyme
A éviter
le vitesse de jeu n'est pas bien,, j'ai pas bcp aimé pes 2014 au contraire des versions precedentes, pes 2014 bcp changé le style de jeu et le graphismes des stades et meme des joueurs, supporteurs et leurs comportement, alors ce qui est positif dans ce jeu c'est l'emotion, le comportement des joueurs, le control du ballon, les driblles, le passage du defense vers l'attaque, tout est bien except le vitesse, le jeu peut etre trop le suite ...
flechePublicité

LES OFFRES

Playlist PES 2014

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

Tests

Grand Theft Auto 5

Grand Theft Auto 5

Joueurs confirmés | Xbox 360 , PS3 , PS4 , Xbox One
flechePublicité
flechePublicité
me('script')[0];h.parentNode.insertBefore(s,h);})(); } -->