flechePublicité

Test PES 2013 (Xbox 360, PS3, PS2, PSP, Nintendo 3DS, Nintendo Wii) : 7/10 sur JeuxVideo.fr



Sortie le 20 Septembre 2012 , Xbox 360 , PS3 , Plus de tests sur PC Sortie le 29 Novembre 2012 , Nintendo 3DS , Sortie Octobre 2012 sur PS2, PSP Sortie 2012 sur Nintendo Wii

Les +

  • Quelques nouveautés sympas, dont les passes manuelles
  • Pressing défensif renforcé
  • Dribbles plus accessibles
  • Gameplay plus réaliste, posé, varié et agréable que PES 2012
  • Le widget dédié au multi
  • Quelques équipes et stades en plus

Les -

  • I.A. toujours lacunaire
  • Collisions encore perfectibles
  • Techniquement inchangé et un peu faiblard
  • Ambiance sonore moyenne
  • Traduction à revoir
  • Moins complet et simu que le concurrent
  • Présence du DVD dans le lecteur (PC)
La note de jeuxvideo.fr
7.0
bon
La note des internautes
8.3

(1602 votes)
Donner votre avis
PES 2013
Publiée le 18/09/2012 à 10:09, par Damien

Partager ce test

Vidéo-Test de PES 2013 : dernier jet avant la relève ?

Avec PES 2013, Konami nous propose un jeu un peu plus réaliste, instinctif et plaisant que l'an dernier, sans pour autant gommer les principales tares l’empêchant d’accéder au trône.

Tous les ans, c’est la même rengaine : Konami et EA nous proposent leurs bébés respectifs en espérant régner dans le domaine de la simulation footballistique. Malmené depuis le début de l’ère “consoles HD”, PES tente de rallier les amateurs à sa cause avec des ajustements au niveau de son gameplay. Pari payant ?

Un air de déjà-vuRetour au sommaire
En lançant PES 2013, le moins que l’on puisse dire c'est que, d’emblée, la différence avec l’édition 2012 ne paraît pas flagrante. En effet, les menus - contenu et architecture - sont presque identiques : matchs simples, compétitions, carrière (le tout offline ou online), création de joueurs / équipes / stades, configuration de son effectif, etc. Lors d’un match, on n’est pas non plus dépaysé par la mise en scène des rencontres assez aseptisée - celle des coupes est plus entraînante, notamment en Champions League - ainsi que par les animations suffisantes mais un peu stéréotypées (malgré quelques ajouts) et manquant parfois un peu de fluidité.

PES 2013
Le rendu visuel des joueurs - plutôt ressemblants malgré quelques ratés sur les moins populaires - et des stades n’a quasiment pas évolué ; il demeure honnête sans être éblouissant (textures moyennes, scintillement...). Seuls quelques petits détails apportent un semblant de fraîcheur : le récap’ du score se veut un peu plus esthétique, un widget (donnant un accès rapide aux fonctions multijoueurs en ligne, rappelant l’Autolog) est désormais visible en haut à gauche de l’écran dans les menus... où sévit notamment l'irritant Ai Se Eu Te Pego de Michel Télo.

Côté son, justement, c'est le statu quo avec des chants moins nombreux que la concurrence et des commentaires passables (de Grégoire Margotton et Darren Tullet, le plus anglais des journalistes sportifs français, remplaçant Christophe Dugarry) qui pêchent au niveau du ton et de l’implication malgré un effort sur la pertinence. La traduction se montre, elle, bien plus lacunaire dès les premiers écrans du didacticiel - avec des fautes déjà visibles sur la démo et pas corrigées pour autant -. Voilà pour la forme.

Gameplay #3 - Italie Vs. France


Un gameplay plutôt (af)futéRetour au sommaire
Comme énoncé dans l’introduction, les développeurs ont plutôt concentré leurs efforts sur le gameplay. Et effectivement, après un passage dans le tuto (vivement conseillé) et quelques matchs, on constate des modifications / apports notables. Sur le plan offensif tout d’abord, on apprécie l’arrivée de nouvelles armes : tir entre les jambes, tir flottant, tir manuel (on choisit la direction avant de frapper la balle)... Plus nombreux et moins compliqués à sortir (mais nécessitant un bon timing et un peu d’espace limitant leur usage), les dribbles ont également été remaniés pour apporter davantage de variété aux situations : dribble précis, double contact, amorti parfait, coup du sombrero, petit et grand ponts... De quoi nous aider à mieux conserver le ballon et à nous défaire des adversaires trop collants.

PES 2013
Car, que l’on ne s’y trompe pas, ce PES 2013 renoue avec une défense globalement plus compacte, pressante et efficace. Il est donc moins facile de conserver le ballon lorsque l’on est marqué à la culotte et de percer le bloc adverse - qui plus est avec un seul joueur - autrement qu’en contre-attaque. Histoire d’apporter tout de même un peu de piment à l’ensemble et de ne pas briser l’équilibre attaque / défense, Konami a instauré de nouvelles variations dans les interceptions (tacle debout, possibilité de se jeter) qui les rendent plus gratifiantes en cas de réussite mais aussi nettement plus sujettes à l’échec - donc risquées -. Un petit quelque chose de FIFA 12, en plus accessible tout de même au niveau des commandes.

Tous ces paramètres nous incitent à réfléchir davantage nos actions, à l’instar de la vitesse de base du jeu réduite par rapport à l’opus 2012 (mais modifiable dans les options si besoin). Une manière de favoriser la construction de notre jeu avec des passes aussi justes que possibles (le "une-deux", désormais dynamique, fait des merveilles), également réalisables en « tout manuel ». En maintenant une gâchette, on peut en effet choisir librement la direction de notre passe en déplaçant le stick analogique gauche. Une excellente idée - sans doute la meilleure de ce cru -, assez sympa à utiliser et très efficace (contrairement au tir manuel, moins payant et évident) notamment pour placer la balle dans le dos d’un défenseur sans pour autant viser directement un coéquipier ou risquer un hors-jeu.

PES 2013
Une nouveauté qui s’avère complémentaire aux contrôles de joueurs sans ballon initiés dans PES 2012, toujours présents - mais pas évident à sortir dans le feu de l'action - au même titre que l’éditeur de gestes techniques, les tactiques personnalisées, etc. Quant au système Player ID mis en avant par Konami, son apport est plus diffus. Ce dernier offre une meilleure différenciation entre les joueurs via l’usage de coups propres (dribbles assassins de Cristiano Ronaldo ou Neymar, course de Messi, conservation du ballon de Xavi, roulette de Ribéry, sauvetage de John Terry...), mais 1°) il ne concerne qu’une minorité de joueurs et 2°) ce genre de différences entre les athlètes était déjà perceptible dans les dernières versions.

Profitons-en d’ailleurs pour rappeler qu’une fois encore les équipes phares (Barcelone, Real Madrid, Espagne, Chelsea - oups, pardon, London FC -...) se distinguent clairement des autres et seront sans nul doute les plus jouées. Les statistiques des différents clubs ou nationaux demeurent cela dit plutôt raccord avec la réalité (l’OL a bien baissé alors que le PSG est clairement monté en puissance). Au global, le gameplay se révèle un peu plus posé, agréable et réaliste que son prédécesseur, tout en permettant aux individualités de s’exprimer (davantage que chez FIFA) via un système de contrôle vif qui a fait le succès de la série.

Gameplay #5 - Paris est magique en Ligue des ...


Du mieux, oui, mais...Retour au sommaire
Du tout bon ? Pas forcément, car PES 2013 traîne encore quelques vieilles casseroles : collisions peu crédibles (manquent d'impact), quelques bugs et surtout une I.A. assez perfectible / aléatoire. Les goals sont ainsi plutôt efficaces mais ont trop tendance à relâcher la balle et délaissent parfois étonnamment leurs cages. Les défenseurs, certes plus disponibles, montent trop haut sur le terrain et exposent l’équipe à de dangereuses contre-attaques. On note aussi un manque de disponibilité des attaquants (malgré un léger mieux), une grande fréquence des débordements "made in PES" sur les côtés, et des gros frappeurs - dont Ibrahimovic - franchement trop meurtriers.

PES 2013
Et bien sûr, on retrouve un net manque de contenu vis-à-vis de la concurrence, malgré quelques ajouts : stades, chants de supporter, équipes (pas de Bundesliga et seulement deux clubs allemands, la plupart des clubs anglais ont des noms d’emprunt, les joueurs des équipes de légende sont mal nommés - ex : Bathez, qui ne ressemble même pas à Barthez d’ailleurs -, etc.). À l’inverse, la présence exclusive de la Champions League fait toujours son petit effet ; idem pour la Copa Santander Libertadores même si elle reste moins connue / attractive sur nos terres.

On regrettera par contre que le nombre de joueurs supportés lors d’une partie en ligne n’ait pas évolué (8 contre 22 sur FIFA). À ce titre, les possibilités multijoueurs sont restées globalement inchangées (Ligue des Masters, Lobby supportant jusqu’à 100 joueurs, matchs simples avec ou sans classement, réseau social MyPES). Le service devrait tenir la route cette année encore ; mais vu que le jeu n’est pas encore sorti au moment où nous écrivons ces lignes, nous ne pouvons l'attester et ferons une mise à jour de l’article le cas échéant. En parlant de mise à jour, sachez que celle qui concernera les effectifs n’aura pas trop d’éléments à modifier puisque Konami a enfin fait l’effort de suivre plus assidûment les derniers transferts (Ibra' et Thiago Silva au PSG, Eden Hazard à Chelsea, mais Lloris est encore à l’OL).

Gameplay #4 - C. Ronaldo Vers une légende


Le cas de la version PCRetour au sommaire
Comme à son habitude, Konami commercialise la version PC de PES en même temps que les moutures PS3 / Xbox 360. Hélas, comme à son habitude également, l'éditeur ne tient guère compte des spécificités de nos ordinateurs. Ainsi, les options de réglages graphiques sont réduites à l'essentiel : trois niveaux de détails, le choix de la définition d'image et l'activation / désactivation de la synchronisation verticale... le minimum syndical en somme. Rien d'étonnant cela dit puisque le jeu est graphiquement très proche des moutures consoles avec simplement un peu plus de finesse et moins de crénelage. Puisque nous parlons des éléments positifs, il nous faut aussi noter un chargement plus rapide des matchs sur PC, mais les collisions posent toujours problème de même que les traductions.

PES 2013
Des traductions que l'on verra peut-être modifiées par une communauté toujours très présente sur PES. Comme chaque année d'ailleurs, des fans ont déjà en partie corrigé les problèmes de licences omniprésents et mentionnés précédemment : un patch non-officiel revient sur ces joueurs imaginaires, sur la licence de Premier League / Liga Zon Sagres et sur certains maillots... Heureusement que des passionnés sont là pour suppléer aux lacunes du jeu ! Des passionnés qui ne peuvent hélas rien contre un souci récurrent : Konami regroupe les options au sein d'un outil settings externe. Pour la partie graphique ce n'est pas trop graphique, mais pour la gestion des contrôles, c'est plus gênant et d'autant plus dommage que l'éditeur nous laisse intelligemment la possibilité de tout modifier que l'on soit adepte du clavier ou de la manette. Enfin, dommage que Konami en reste encore au système du disque constamment dans le lecteur DVD... Un peu archaïque.

D'apparence très proche de l'édition 2012, PES 2013 la supplante pourtant indiscutablement en s’avérant sensiblement plus réaliste, riche et agréable. Cependant, il n’a pas encore assez de forces - ou traine un peu trop de vieilles tares, c’est selon - pour faire figure de roi de la simulation auprès des puristes. Il n’en demeure pas moins un jeu valable, doté d’un gameplay assez instinctif et vif, complémentaire à celui de la série d’EA. L'avenir nous dira si Konami a préféré garder quelques atouts dans son jeu cette année afin de reconquérir son trône pour la prochaine génération de consoles.

Vidéo-Test de PES 2013



Test PC réalisé sur une machine à base de Core i7 3,6 GHz, 6 Go de mémoire vive et GeForce GTX 680. Le jeu semble à son aise à partir d'un processeur double-cœur 2,4 GHz, épaulé par 2 Go de mémoire vive et une GeForce 9800 GTX.

PES 2013
PES 2013
PES 2013
PES 2013
PES 2013
PES 2013
Chargement des commentaires...
( les afficher maintenant )

Les avis des internautes

Note moyenne des internautes : 8.3
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : Anonyme
Très bon
Cet avis vous a-t-il été utile ? oui (2) / non
1 BONNE RAISON DE NE PAS Y JOUER
L'avis de : Anonyme
Bof
PES 2013 Cette année PES 2013 a fait un bon en avant concernant les graphismes et le nouveau mode PES FULL CONTROL mais reste GLOBALEMENT ENNUYEUX et DECEVANT du fait de la disparition du mode "Ligue" et en ce qui concer le mode "Ligue des Masters" il es également à mourir d'ennui au niveau esthétique à cause des articles: référence aux chaussures de marque qu'il faut débloque suite ...
Cet avis vous a-t-il été utile ? oui / non
Commander sur
flechePublicité

LES OFFRES

Playlist PES 2013

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

Tests

flechePublicité
flechePublicité