flechePublicité

Test The 3rd Birthday (PSP) : 6/10 sur JeuxVideo.fr



Sortie le 01 Avril 2011 , PSP

Les +

  • Aya, belle comme un coeur
  • Aya, souvent nue ou fraichement habillée
  • Pas mal d'armes différentes
  • La qualité de la réalisation
  • Plein de jolies cinématiques

Les -

  • Répétitif
  • Linéaire
  • Customisation un peu chiche
  • Histoire tirée par les cheveux
  • Le moins bon épisode des 3
  • On finit par se désintéresser des enjeux de The 3rd Birthday
La note de jeuxvideo.fr
6.0
bon
La note des internautes
7.9

(85 votes)
Publiée le 01/04/2011 à 09:04, par Nathan

Test de The 3rd Birthday : le cap délicat de l'album du come-back

Aya, l'héroïne de choc et de charme de Parasite Eve revient sur PSP après une éclipse de dix ans, avec une formule qui ne va pas plaire à tous les fans.

Après FFVII et Xenogears, Parasite Eve a complété toutes les collec' des fans de RPG de la fin des années 90. Ce n'était pas compliqué, la plupart des gens ne se posaient pas de questions et achetaient n'importe quoi estampillé Squaresoft. 10 ans plus tard, acculé par les factures de téléphone portable et la hausse du coût de la vie, on fait attention au choix des plats au restaurant quand on invite une vieille copine. L'addition est salée.

« Ce 3ème Parasite Eve est devenu aujourd'hui The 3rd Birthday sur PSP, un vrai jeu bien complet »
On a tous senti ses moments dans nos existences, ce frisson précis qui nous parcourt l'échine, pile avant de faire une grosse bêtise. C'est ce frisson qui a parcouru le corps d'un membre de l'équipe de Square Enix en voyant l'annonce d'une suite de Parasite Eve prévue sur téléphone portable. Hérésie ! On imagine d'ici la conversation : « hé les mecs, qu'est-ce qu'on est en train de faire, là ? On est tombé sur la tête ou quoi ?! » Puis, fort heureusement, ce 3ème Parasite Eve est devenu aujourd'hui The 3rd Birthday sur PSP, un vrai jeu bien complet. On n'est pas passé loin d'une belle bourde.

Piqure de rappel : à sa sortie en 1998, Parasite Eve était le summum de l'ambition de Square (tout court, à l'époque). Un mélange improbable d'horreur, d'action et surtout de RPG, le tout emballé dans d'abondantes scènes cinématiques (ou CG pour les intimes). Production Hironobu Sakaguchi, design sexy de Tetsuya Nomura pour une société qui sortait à peine de Final Fantasy VII, Parasite Eve résume presque à lui tout seul toute la génération PSone. Et puis, déjà dans la tendance, il y a cette belle héroïne face à des monstres horribles et souvent tentaculaires. Ils avaient tout compris. Parasite Eve 2 (en 1999) lorgnait plus vers la mouvance « Survival Horror » lancée par Resident Evil, tout en gardant cet aspect RPG si atypique de Squaresoft. Il aura fallu 10 ans d'attente pour souffler les bougies de ce troisième épisode qui change encore la recette.

Bande-annonce #4 - Vidéo sous-titrée en anglais

The 3rd Birthday : Bande-annonce sous-titrée en anglais


Pluie en novembre, Noël en décembre
Tout le monde se bouscule à Manhattan pour acheter les derniers cadeaux de Noël. Malheureusement, et c'est une habitude, la ville est ravagée par d'horribles monstres tout aussi tentaculaires que ceux que l'on a l'habitude de voir dans l'imaginaire japonais. Contre ces « Twisted » se dresse une cellule spéciale du FBI façon Jack Bauer du futur, le CTI. Ils utilisent une technologie baptisée l'Overdrive System pour lutter contre ces monstres. La clef de voûte de ce système n'est autre que notre belle Aya, amnésique mais qui n'a pas pris une ride en 10 ans. Il faut bien faire des sacrifices pour être belle. Plus tourmentée, plus vulnérable, Aya peut désormais plonger dans une réalité virtuelle du passé et du futur pour mener son investigation et contrer l'extinction de la race humaine. Et sauver les fêtes de Noël.

Concrètement, cet aspect S.F. n'est pas sans rappeler les possibilités de l'agent Smith dans Matrix. En se plongeant dans l'Overdrive System un peu comme un cyborg de Ghost in The Shell, Aya pourra se fondre dans n'importe quel être humain l'accompagnant, utilisant les corps comme des avatars. Mais The 3rd Birthday est désormais un 3rd person shooter comme on a l'habitude d'en voir dans cette génération de consoles. Elle pourra même tirer à l'unisson avec les autres membres de son groupe quand elle ne choisira pas de se réfugier dans le corps de l'un d'eux (qui a, on l'espère, le plein d'énergie). C'est donc dans ces voies bien tracées, des « corridors de scénario; » comme on dit dans Final Fantasy XIII, qu'Aya plongera dans le corps de ses compagnons d'armes pour affronter les Twisted.

Bien entendu, le jeu est découpé en missions bien distinctes mais étrangement assez longues pour un jeu sur console portable, avec suffisamment peu de points de sauvegarde pour faire gaffe aux batteries de sa console. C'est dans ces petits moments de respiration qu'elle pourra customiser ses armes à l'aide des points d'expérience qu'elle aura récolté. Ou se débarrasser de ses vêtements déchirés ; mais ça, c'est une autre histoire.

« Incarner des soldats lambda démystifie l'aventure, au point que l'on enchaîne les missions un peu pour regarder les CG »

La maitrise de Square Enix en matière de PSP est totale. Graphiquement, c'est léché et affuté ; de plus, la musique de Yoko Shimomura s'avère toujours aussi angoissante. Quand on a le jeu en main, on se dit que c'est dans ce genre de direction que devraient aller tous les jeux PSP. « Mais », il y a forcément un « mais » quand il s'agit d'un jeu chapeauté par l'équipe de FFXIII et de Crisis Core. En effet, le système de shooter-RPG, qui n'est pas sans rappeler la tentative « Dirge of Cerberus » de Square, devient vite assez routinier.

Mais surtout, à force de ne pas savoir si on joue vraiment ou si l'on incarne une entité virtuelle perdue dans une matrice, on finit par se détacher de l'intrigue. Cette dernière réserve pourtant une grosse surprise aux fans qui se souviennent (bien) des deux aventures précédentes. Incarner des soldats lambda sur un champ de bataille ('faut voir les noms qu'ils ont, pas le genre facile à trouver dans le bottin) démystifie l'aventure, au point que l'on enchaine les missions un peu pour regarder les séquences CG de début et de fin, jamais très avares en plastique d'Aya. Je crois que c'est ici le moment adéquat pour parler de l'inévitable scène de douche absolument essentielle à la trame de l'histoire.

The 3rd Birthday
The 3rd Birthday
The 3rd Birthday
Quelques passages scénarisés, réalisés soit avec le moteur du jeu soit en images de synthèse


Aya prise en flagrant délit de racolage
Personne n'est dupe dans l'histoire, pas plus Square Enix que les joueurs. Voyant le peu de profondeur général de l'aventure, les concepteurs ont décidé d'en faire un peu beaucoup niveau racolage, avec des vêtements qui se déchirent un peu de tous les côtés. Attention, il est possible de remettre des vêtements propres entre chaque mission. Mais franchement, qui a envie de perdre ce pur moment de gratuité vidéo ludique, de soigner les blessures d'Aya qui ressemblent au fur et à mesure de ses coupures ainsi que de ses bleus aux premières images de la nouvelle Lara Croft « réaliste » ?

Toujours pour meubler ou occuper l'espace médiatique, c'est selon, on pourra récupérer des costumes différents, le genre distingué que l'on offre à sa copine pour la Saint Valentin. Infirmière, damoiselle chevalier, secrétaire sexy, robe de mariée, soubrette... Il y a même le costume de Lightning de Final Fantasy XIII, une vraie panoplie de cosplayeuse à laquelle ne manque qu'un bon gros Chocobo pour les fétichistes des poussins jaunes (il doit bien y en avoir). Peut-être que vous n'aimerez pas le jeu mais en tout cas, grâce à ça, vous en entendrez parler.

Conclusion :
D'un côté, notre petit cœur de fanboy a envie de remercier Square Enix de nous avoir enfin donné une suite à Parasite Eve, même dans des conditions aussi bizarres (et avec des rebondissements scénaristiques qu'on imaginerait plus dans un Kingdom Hearts lambda). Mais de l'autre, on est courroucé voire attristé par la tournure des événements, transformant par chirurgie vidéo-ludique un RPG assez novateur en 3rd person shooter désincarné. On aurait aimé que les retrouvailles avec Aya se fassent avec plus de joie qu'un ajout de vieille copine retrouvée au hasard sur Facebook. Ça sera pour la prochaine fois, on espère dans un peu moins d'une décennie...

fleche orange
Test réalisé à partir d'une version import

gif : petite Flèche orange
Consultez notre rétrospective sur la série Parasite Eve, pour plus d'informations

The 3rd Birthday
The 3rd Birthday
The 3rd Birthday
The 3rd Birthday
The 3rd Birthday
The 3rd Birthday
The 3rd Birthday
The 3rd Birthday
The 3rd Birthday
Chargement des commentaires...
( les afficher maintenant )

Les avis des internautes

Note moyenne des internautes : 7.9
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : Darkex
Bon
The 3rd Birthday The 3rd Birthday, un jeux aux multiples qualités, mais la non traduction du soft gâche la majorité du jeux ce qui donne lieu à une incompréhension quasi totale. Malgré cela, son contenu est très riche, l'édition Twisted est remplie de petites choses ayant son importance. Certe, moins marquant que le premier opus sortie sur Playstation, mais cela reste un bon TPS. Je recommande le jeux !
1 BONNE RAISON DE NE PAS Y JOUER
L'avis de : Anonyme
Bof
Mais c'est quoi cette histoire bordel! Alors dans le détail... personélement je trouve que c'est une grosse décéption principalement à cause de l'ambiance qui pour moi n'a pas fait mouche. Niveau histoire je n'ai pas eu l'impréssion de retrouver quoi que ce soit qui se relie auxprécédents opus, le système de combats et sympatique mais repetitifs. La naration est... chaotique..... et en jouant sur suite ...
flechePublicité

LES OFFRES

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

Tests

Grand Theft Auto 5

Grand Theft Auto 5

Joueurs confirmés | Xbox 360 , PS3 , PS4 , Xbox One
flechePublicité
flechePublicité