flechePublicité

Test Pandora's Tower (Nintendo Wii) : 8/10 sur JeuxVideo.fr



Sortie le 13 Avril 2012 , Nintendo Wii

Les +

  • Visuellement magnifique
  • Ambiance sonore parfaite
  • Difficulté bien jaugée
  • Personnages profonds et attachants
  • Aventure riche et prenante

Les -

  • Caméra parfois capricieuse
  • Scénario un peu linéaire
  • Direction quelques fois mal gérée
La note de jeuxvideo.fr
8.0
tres bon
La note des internautes
8.2

(99 votes)
Donner votre avis
Publiée le 16/04/2012 à 12:04, par Pauline

Partager ce test

Test de Pandora's Tower : mourir belle ou vivre laide, qui est la plus heureuse ?

Après The Last Story, sorti le mois dernier, la Wii revient en force coté RPG avec Pandora's Tower, autre titre très attendu sur la console de salon de Nintendo.

Avec un concept qui rappellera à tout le monde le magnifique Shadow Of The Colossus, voilà comment l'on peut résumer Pandora's Tower : minimaliste, poétique et profond. Mais avant de s'emballer et après la petite amertume laissée par The Last Story (affaire de goût soit dit en passant), Pandora's Tower se devait de faire ses preuves pour clore ce triptyque… peut-on dire que le pari est réussi ?

Quand la beauté se fait toute WiiRetour au sommaire
Pandora
Ce qui saute d'emblée au visage, c'est d'abord le game design. Attention, vous n'allez pas avoir les yeux meurtris par l'horreur des textures… c'est d'ailleurs tout le contraire. Si Icare s'est brûlé les ailes d'avoir trop approché le soleil, ici c'est parce que vous aurez eu l'audace de poser vos mirettes sur ce chef-d'œuvre qu'il vous faudra porter des lunettes fumées pendant quelques jours. Pandora's Tower est un vrai bijou (sur Wii donc, on retrouvera toujours quelques flous).

Les cinématiques principales sont fluides, agréables à regarder et très bien animées (à vrai dire, dignes d'un Final Fantasy, dont elles se rapprochent beaucoup dans le style). Des petites cinématiques-souvenirs en forme de parchemins que l'on déroule ajoutent au charme typique du jeu. Les décors sont à couper le souffle, les détails que l'on retrouve vous ancrent complètement dans le jeu. Les couleurs sont chatoyantes, brillantes et merveilleusement bien agencées pour nous offrir une palette de nuances vraiment délicieuse à regarder.

Pandora
Ajoutons à cela un univers très original et bien pensé. Chaque tour que vous explorez a son caractère et sa « touche », toujours en fonction de l'élément qu'elle représente, avec encore et toujours le souci du détail, jusque dans le bestiaire (malgré tout un peu limité). Question de sensibilité s'il en est, l'harmonie et la cohérence du design de chaque tour donnent un énorme poids au caractère du jeu.

S'immisce une bande-son absolument magnifique qui fusionne parfaitement avec le jeu. Jamais trop forte, jamais trop épique et jamais trop agressive, la musicalité de ce titre est un vrai régal pour les délicates oreilles des joueurs et prolonge l'aventure au travers des sens. D'autant plus que celle-ci se veut plutôt minimaliste.

Gameplay #1 - Aperçu de la Première Tour



Huit-clos pour belle mauditeRetour au sommaire
Pandora
Autant on avait pu pointer du doigt le scénario de The Last Story qui était d'un classicisme rébarbatif, autant là même les sceptiques s'étonneront. Pas question d'avoir une équipe composée d'un ou deux bourrins, d'un magicien et d'un archer. Vous êtes ici seul avec vous-même.

Le joueur incarne Aeron, un jeune guerrier et ami d'Elena, la demoiselle en détresse. Lors de la Cérémonie de la Récolte, Elena est frappée par la Malédiction de la Bête et se transforme en monstre. Elle se voit contrainte de fuir avec Aeron. Grâce à l'aide de Mavda, une vieille femme étrange qui en sait plus que ce qu'il n'y paraît, les deux protagonistes se retrouveront en sécurité à l'Observatoire. Se situant en face de la Brèche, un étrange lieu empêchant la Terre de se scinder en deux et où se trouvent nos treize tours, cet endroit sera le quartier général des trois compères pendant l'aventure. Elena attendra sagement les morceaux de chair des Maîtres des tours tandis que Mavda fera office de forgeron, d'apothicaire et de marchand.

Pas question de visiter des villages ou d'avoir affaire à d'autres personnages : tout est centré sur l'Observatoire, les trois personnages et les tours. Le joueur sera contraint d'explorer les treize tours se tenant fièrement devant lui et d'affronter les Maîtres de chacune afin de récupérer leurs chairs et de guérir la belle Elena. Lorsque vous ne menez pas à bien cette mission, vous pouvez discuter avec Elena et lui offrir des cadeaux. Ces interactions avec la demoiselle vous en apprendront plus sur le passé commun des deux héros, mais aussi sur ses peurs, ses envies... Les scènes où elle se voit contrainte d'avaler la viande sont répugnantes et poignantes à chaque fois. Ce qui la rend particulièrement attachante et vous donnera envie de la sauver. Pas juste pour finir le jeu, mais parce que cette demoiselle semble en valoir la peine (notons aussi qu'en fonction du lien que le joueur créera avec Elena, plusieurs fins seront possibles).

Pandora
Ce huit-clos, entrecoupé de souvenirs et d'explications sur la malédiction, donne à Pandora's Tower un coté très minimaliste appréciable, poétique et juste. La quête pour sauver la jolie demoiselle se fait désespérée et courageuse, car portée par un seul et unique garçon qui n'est ni l'envoyé des dieux ni un héros mythique.

Que reste-t-il dans cette boîte sinon l'Espoir ?Retour au sommaire
Pandora
Au niveau de son gameplay, il faut reconnaître quelques petites erreurs parfois bien embêtantes lors des combats. On note notamment quelques petits soucis de caméra. Étant généralement fixe, cette dernière ne permet pas toujours une visibilité exemplaire, surtout lorsqu'il y a plusieurs monstres à qui tailler un short. Aussi, au niveau de l'esquive et des coups que porte Aeron, la direction est parfois un peu capricieuse mais rien d'handicapant non plus.

Le scénario se fait un peu linéaire, dans le schéma « tour / nourrir Elena / tour / nourrir Elena ». Mais la complexité et le caractère propres à chaque tour n'en font pas un point négatif. Le joueur devra aussi surveiller régulièrement la jauge de transformation d'Elena. Celle-ci indique l'état de la jeune femme et l'avancée de la malédiction sur son coté humain. Une fois cette jauge vide, c'est le Game Over. Il faudra nourrir Elena avec de la chair de monstre lambda, qui fera reculer la transformation sans pour autant l'annihiler. La chair de Maître quant à elle fera disparaître peu à peu la malédiction. Cette jauge reste relativement gérable pour peu qu'on ne s'inquiète pas du sort de la donzelle à la dernière minute. Il s'agit là juste d'une habitude à prendre.

Pandora
L'utilisation du Nunchuk et de certains mouvements avec la WiiMote ne seront par contre pas déstabilisants lors des combats : pas question de se secouer dans tous les sens donc, mais échauffez-vous un peu le poignet avant (sans mauvais jeu de mots). Hormis cela, il faut dire que le jeu se prend facilement en main.

La difficulté est quant à elle un peu disparate entre les tours : certaines seront plus portées sur les énigmes et auront un Maître relativement simple à abattre, tandis que d'autres regorgeront d'ennemis et auront un Maître plutôt coriace à affronter. Quoi qu'il en soit, chaque Maître promet un combat épique où il faudra s'armer de patience et se creuser les méninges pour analyser ses points faibles. Attention cependant, les combats se font en temps réel donc ne réfléchissez pas trop longtemps. Certaines tours se payent même le luxe d'être crispantes autant sur les ennemis que sur les énigmes. Une difficulté somme toute intéressante, d'autant plus qu'une fois les cinq premières tours débloquées, les suivantes se révèlent particulièrement douloureuses et promettent de mettre quelques nerfs à l'épreuve.

Pandora
Lors des phases d'exploration des tours, le joueur trouvera aussi différentes informations sur l'endroit en lui-même et sur les ennemis qu'il pourra croiser ainsi que de précieuses notes concernant les Maîtres. Les tours peuvent être explorées même après en avoir terminé avec le Maître originel et la possibilité d'un New Game + promet de corser un peu plus l'aventure. De quoi ravir ceux à qui les dungeons-RPG avaient manqué !

On peut dire que Pandora's Tower est un jeu à la fois surprenant et original. Il tire son épingle du jeu en reprenant quelques classiques du RPG, mais la profonde portée émotionnelle du titre en fait une aventure intéressante et prenant aux tripes. Sa durée de vie (facilement 20h de jeu si vous êtes du genre explorateur), son scénario et son univers riche nous font oublier le côté linéaire de l'aventure. La profondeur des personnages (surtout Elena) nous donne une sensation de proximité et d'attachement à ces derniers, parfois un peu oubliée sur d'autres titres. En somme, une aventure riche aussi bien au niveau du gameplay que de l'expérience humaine, à consommer sans modération.

Chargement des commentaires...
( les afficher maintenant )

Les avis des internautes

Note moyenne des internautes : 8.2
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : Anonyme
Moyen
Les dongeons, les monstres et les graphiques sont tous simplement magnifique, mais je trouve que le lien entre les personnages ne est pas assez prononcé (on part, on revient, on nourrit la belle et on recommence). J'aurais aimé plus de dialogue et de scènes d'émotions entre les deux amoureux.
Cet avis vous a-t-il été utile ? oui / non
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : Anonyme
Moyen
Les dongeons, les monstres et les graphiques sont tous simplement magnifique, mais je trouve que le lien entre les personnages ne est pas assez prononcé (on part, on revient, on nourrit la belle et on recommence). J'aurais aimé plus de dialogue et de scènes d'émotions entre les deux amoureux.
Cet avis vous a-t-il été utile ? oui / non
flechePublicité

NEWSLETTER

Reçois gratuitement les news par mail !

LES OFFRES

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

Tests

flechePublicité
flechePublicité