flechePublicité

Test Okamiden (Nintendo DS) : 8/10 sur JeuxVideo.fr Nintendo DS

Sortie le 18 Mars 2011 sur Nintendo DS

Les +

  • Une belle histoire
  • Visuellement très réussi
  • Véritable ambiance
  • La collaboration
  • Variété des énigmes
  • Une aventure longue
  • Stylet bien exploité
  • Chibi trop mimicraquant
  • Humour

Les -

  • Pas de traduction
  • Caméra capricieuse
  • Langage yaourt
  • Quelques déplacements
La note de jeuxvideo.fr
8.0
incontournable
La note des internautes
7.9

(69 votes)
Donner votre avis
Publiée le 07/04/2011 à 16:04, par Jean-Marc

Partager ce test

Okamiden, le test céleste qui s'accroche au pinceau

Suite directe d'Okami, Okamiden ne démérite en rien de son illustre prédécesseur. Une aventure captivante avec pour héros un piti chien tout meugnon.

Sorti sur PlayStation 2 et Wii, Okami de feu Clover, n’a pas connu le succès qu’il méritait. La fermeture du talentueux studio laissait fortement présager qu’aucune suite ne verrait le jour. Ce n’est pas ce que s’est dit Capcom qui a confié à une nouvelle équipe de développement la lourde tâche de donner vie à celle-ci. Exit les consoles de salon, c’est sur Nintendo DS que devront sortir ces nouvelles aventures. Voici donc Okamiden, qui reprend l’histoire à peine quelques mois après les événements vécus dans Okami.

Quelques défauts peu contraignantsRetour au sommaire
Okamiden
Ainsi, après la victoire d’Amaterasu sur les démons, qui a permis de restaurer la foi du peuple de Nippon, la paix était enfin revenue. La déesse est retournée dans la Plaine Céleste, laissant les hommes se débrouiller seuls. Ces derniers réussirent à maintenir le calme nouveau. Mais les démons n’ont jamais renoncé à leur rêve de domination et voilà que les ténèbres ressurgissent. Amaterasu absente, c’est à un nouveau dieu qu’incombe le devoir de restaurer l’ordre. Chibiterasu est le fils d’Amaterasu et il a lui aussi hérité de la possibilité d’utiliser le Pinceau Céleste. Encore très jeune, tous ses pouvoirs ne sont pas tout à fait acquis. Issun ne pouvant aider le jeune dieu, ce dernier devra trouver des compagnons de route afin de mener à bien sa tâche.

Chibiterasu dans ses oeuvres

Okamiden : Chibiterasu dans ses oeuvres

Si vous n’avez pas joué à Okami, soyez rassurés, car tous les événements vécus dans l’opus précédent sont résumés au début de la partie. Et c’est dès cet instant que nous nous rendons compte que Capcom n’a pas daigné faire passer son titre par la case traduction française. Un point particulièrement dommageable qui prive le jeu d’une partie des joueurs pour qui l’anglais est un frein à l’acquisition. Un aspect d’autant plus gênant qu’Okamiden est souvent très bavard et que durant toutes les nombreuses cutscenes, le défilement textuel est assez rapide, ne facilitant pas la compréhension et l’immersion dans l’histoire. Si la frontière de la langue est regrettable, il serait vraiment dommage de s’arrêter à cet aspect pour ne pas vouloir se plonger dans cette aventure.

Okamiden
Okamiden
Okamiden
Okamiden

L’arrivée sur DS a obligé les développeurs à faire quelques concessions, notamment sur l’aspect liberté. Okamiden reste très linéaire, il est donc très rare d’être perdu sans savoir que faire. Mais pour autant, les environnements sont vastes, variés, très colorés et regorgent de divers secrets. Découpés en petits secteurs, les passages de l’un à l’autre imposent un léger temps de chargement qui hache régulièrement le rythme de l’exploration. Cette dernière est parfois gênée par une caméra quelque peu capricieuse qu’il convient de replacer fréquemment. A contrario, dans certaines zones, elle est particulièrement bien gérée et suit parfaitement les déplacements de Chibi. Lors de son exploration, les déplacements de notre héros sont parfois peu précis dans certaines situations, alors que durant les phases plus délicates demandant de la finesse, il n’y a rien à reprocher. Le jeu oscille en permanence entre ces deux aspects et au global il n’y a finalement rien de bien handicapant. À noter, pour ceux qui le peuvent, que la maniabilité des déplacements est bien plus agréable avec le pad circulaire de la 3DS qu’avec la croix directionnelle.

Ambiance, humour et bastonRetour au sommaire
Okamiden
Voilà ce que nous pouvions dire sur les aspects désagréables d’Okamiden. Car en dehors de ces points qui restent des broutilles dans le feu de l’action, cet épisode est une pure réussite et un véritable enchantement pour le joueur. À commencer par son aspect visuel qui respecte de bien belle manière les codes mis en place dans l’opus précédent. Nous avons à nouveau l’impression de traverser de véritables peintures vivantes. Les animations sont nombreuses et variées, rendant honneur à chaque zone et créant d'agréables atmosphères. Il n’y a qu’à voir les séquences de restauration de la nature pour apprécier la fraîcheur qui s’en dégage. Les détails visuels fourmillent de partout et savent rester discrets malgré tout. Les divers mouvements des nombreux protagonistes, de nos héros et des adversaires sont complets et détaillés.

Ce souci de précision se manifeste également dans l’humour qui est distillé tout au long de l’aventure, qui permet de souffler un peu après les moments plus intenses. Un comique de situation très bien mis en valeur par des attitudes caricaturales qui font mouches et qui finissent de rendre encore plus attachants nos héros du moment. Tel un bon film, le jeu fluctue en permanence entre le drame et la comédie. La mise en scène est de bonne facture et les rebondissements scénaristiques bien trouvés. Dès lors, le joueur n’a nullement l’impression de tourner en rond et ne s’ennuie jamais. Heureusement, car l’aventure est particulièrement longue.

Okamiden
Okamiden
Okamiden
Okamiden

Cet épisode se démarque du précédent en favorisant la recherche et la résolution d’énigmes au détriment des phases de combats. Ces dernières sont soit imposées à certains passages spécifiques soit à provoquer volontairement en percutant des parchemins démoniaques présents un peu partout. Nous entrons alors dans la zone de bataille et attaquons soit physiquement avec l’une des armes de Chibi, soit magiquement via le Pinceau Céleste. En traçant un trait nous tailladons nos adversaires ou leur retournons les objets qu’ils nous lancent, en dessinant une bombe nous leur causons d’importants dégâts. Chaque opposant dispose de ses propres techniques qu’il faut connaître pour les éliminer le plus efficacement possible. À chaque victoire nous récoltons de l’énergie, de l’encre pour le Pinceau, des yens à dépenser en boutique et des morceaux de démons qui permettent d’apporter quelques améliorations à ses armes. Les combats restent donc très dynamiques et bien rythmés.

Collaboration, pouvoirs et blablaRetour au sommaire
Okamiden
Chibi, au contraire d’Amaterasu, n’est pas seul pour mettre à mal les démons. Plusieurs enfants viendront lui donner un coup de main. Chacun apportant une spécificité particulière qui sert à résoudre les embûches rencontrées. Ainsi, Kuni avec son épée permet de fendre les rochers bloquant le chemin, Anani la sirène manipule l’élément aquatique, un autre contrôle le pouvoir du feu, et ainsi de suite. La collaboration est donc au cœur de la résolution des nombreux obstacles qui se dressent sur notre chemin. Un des pouvoirs qu’obtient Chibi permet justement de guider notre compagnon de route du moment en traçant la voie à suivre via le stylet. De nombreuses énigmes de progression sont disséminées dans les donjons et autres grottes ou souterrains pour tirer pleinement profit de toutes les possibilités offertes par cette collaboration.

Si Chibi débute avec bien peu de compétences, au fur et à mesure de ses rencontres avec les constellations divines, les enfants des dieux lui accordent de nouveaux pouvoirs. Il devient ainsi possible de faire refleurir les arbres morts en traçant un cercle sur les branches, de poser une bombe devant des brèches pour accéder à des zones secrètes, de trancher des roches ou tous autres objets spécifiques, de s’agripper à des plantes, de réparer toutes sortes d’objets, etc. Tout cela participe à la résolution des énigmes et l’imagination des concepteurs en la matière est sans limites. Les affrontements avec les boss du jeu tirent bien parti de toutes ces possibilités et chaque rencontre, si elle n’est pas très difficile, demande tout de même une bonne gymnastique. Vous l’avez compris, l’utilisation du stylet est judicieuse, parfaitement bien exploitée et n’est jamais prise en défaut malgré toutes les possibilités d’action réalisables.

Okamiden
Okamiden
Okamiden
Okamiden

Dans l’opus précédent, la bande-son était un élément très important de l’ambiance japonisante. C’est toujours le cas dans cette version DS avec des morceaux, dont le style ne plaira certainement pas à tout le monde, mais qui finissent de compléter merveilleusement cette estampe vidéoludique qu’est Okamiden. Tantôt lancinants, tantôt plus rythmés, ils restent en harmonie avec l’action et les événements narratifs. Nous pouvons cependant regretter le langage yaourt utilisé lors des discussions qui font tache au milieu de ce tableau quasi idyllique.

Okamiden est, tout comme son prédécesseur, une franche réussite. Le passage sur DS avec ses concessions indispensables a été parfaitement négocié par l’équipe de développement qui nous offre une bien belle histoire avec des personnages particulièrement attachants et un Chibiterasu craquant à souhait. Proposant une progression certes linéaire, mais émaillée de nombreuses énigmes bien pensées, basées sur la coopération et l’utilisation des différents pouvoirs de Chibi, Okamiden se hisse sans conteste au niveau des meilleurs Zelda-like. Envoûtant, dynamique et poétique, il est seulement dommage que Capcom n’ait pas pensé à le faire traduire dans la langue de Molière. Une aventure inoubliable au Nippon qui se doit de figurer dans votre ludothèque DS.



Okamiden
Okamiden
Okamiden
Okamiden
Okamiden
Okamiden
Okamiden
Okamiden
Chargement des commentaires...
( les afficher maintenant )

Les avis des internautes

Note moyenne des internautes : 7.9
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : Anonyme
Moyen
Mal adapté au support Le jeu m'a pas mal déçu, principalement parce qu'en voulant le rendre aussi proche que possible du volet original les développeurs en ont fait un soft lourdingue pour la DS. C'est bien beau de vouloir que le jeu soit tout en 3D avec des modèles relativement jolis et une vue de dos, mais lorsqu'il en résulte qu'on doit se taper des chargements (certes courts) tous les suite ...
Cet avis vous a-t-il été utile ? oui / non
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : kansas city shuffle
Bon
Franchement trés sympa ce jeu! On retrouve réellement l'ambiance et l'univer d'Okami sur console de salon! Les musiques sont sympas, la technique maîtrisée, l'aventure moins ouverte que le précédent mais pour une console portable c'est quand même pas mal. Après les innovations comparé à son grand frère sont pas tant énorme et le scénario assez convenue! Le jeu est tot suite ...
Cet avis vous a-t-il été utile ? oui / non
flechePublicité

Idées cadeaux JV

Partenaires Jeuxvideo.fr

Partenaires Jeuxvideo.fr

Tests

Partenaires Jeuxvideo.fr

flechePublicité

>Les meilleures offres jeux vidéo

flechePublicité