flechePublicité

Test Ninja Gaiden 3 (Xbox 360, PS3) : 5/10 sur JeuxVideo.fr



Sortie le 23 Mars 2012 , Xbox 360 , PS3

Les +

  • Ryû, toujours aussi classe, vivace et agréable à manier
  • Mise en scène spectaculaire des exécutions
  • Bruitages percutants
  • Quelques combats de boss intéressants

Les -

  • Plus aucun challenge
  • Gameplay considérablement appauvri
  • Pas très beau
  • Modes annexes sans grand intérêt
  • Un reniement impardonnable ...
La note de jeuxvideo.fr
5.0
moyen
La note des internautes
7.0

(137 votes)
Publiée le 22/03/2012 à 18:03, par Virgile

Test de Ninja Gaiden 3 : l'épisode du reniement

Le troisième volet de la licence revue par la Team Ninja se vautre dans le consensuel et trahit à peu près tous les fondamentaux de la série.

Tomonobu Itagaki parti, et bon nombre des talents de la Team Ninja avec lui, on se demandait ce qu'il allait advenir des licences revitalisées par ses soins. Avec Ninja Gaiden 3, nous avons notre réponse. En voulant le rendre plus fréquentable, Tecmo Koei brise les reins de Ryû Hayabusa et nous livre son cadavre exsangue. C'est l'histoire d'une terrible trahison ...

Ci-gît Ryû Hayabusa (1988 - 2012)Retour au sommaire
Ninja Gaiden 3
Oui, les mots sont forts. Mais nous avons encaissé le choc de cette rupture sans appel avec l'héritage d'Itagaki. Et, ce, dès les premières minutes de jeu. Oh bien sûr, ce qu'il reste de la Team Ninja a su, pour quelques instants seulement, préserver les apparences. On retrouve ainsi quelques-uns des fondamentaux de la saga, à commencer par l'immense classe de son héros ou un scénario de série B assumé. Une manière de s'inscrire dans la filiation des précédents volets qui n'est évidemment pas suffisante.

Dès la première escarmouche, la supercherie est mise à jour : qu'est-il donc arrivé à Ninja Gaiden ? Les ennemis semblent avoir été trépanés, trois pressions sur la touche X ou carré se traduisent par au moins cinq fois plus de coups et l'inviolabilité de la garde n'est plus une préoccupation de chaque instant. Alors on commence par se dire qu'il ne s'agit que d'une petite mise en jambes pour mettre les nouveaux venus dans le bain. Après tout, pour un homme qui a traversé l'enfer et martyriser des centaines de démons, sauver le premier ministre britannique d'une prise d'otage c'est un peu une mission de routine.

Gameplay #4 - Ryu se fâche !


Ninja Gaiden 3
Mais même lorsque la situation dégénère et qu'une machination de plus vaste ampleur se fait jour, les soldats d'élite et autres créatures surnaturelles surgissant sur notre route ne tiennent pas une seule seconde la comparaison avec le bestiaire des précédents volets. Moins résistants, moins hargneux, moins sournois et, au bout du compte, moins intéressants à combattre.

Mais cette facilité déconcertante s'agissant d'un Ninja Gaiden n'est pas seulement imputable au manque de combativité de la clique adverse. Avec Ninja Gaiden 3, Ryû devient un personnage top-tier. En témoignent ses combos dévastateurs le projetant sur l'adversaire le plus proche ou encore sa glissade digne d'une téléportation et capable de déstabiliser l'ennemi voire de le projeter dans les airs !

« Il est assez étrange de voir Ryû gagner une telle puissance et dans le même temps perdre la plupart de ses techniques »

Ninja Gaiden 3
Il arrive même qu'on ait l'impression de perdre le contrôle sur ce cher ninja tant ses actions semblent parfois nous échapper. L'exemple le plus significatif de ces prises d'autonomie soudaine de Ryû est sa fameuse Ultimate Technique rebaptisée Grip of the Murder. Après avoir trucidé un certain nombre d'ennemis, le bras maléfique de Ryû luit d'un halo rouge sang et une pression brièvement maintenue sur la touche d'attaque puissante permet de lancer une séquence de kills en série. Ryû se téléporte alors d'une victime à l'autre, dans un ballet meurtrier et sanglant. Une technique à laquelle succombent instantanément tous ceux qu'elle frappe. Et ils sont nombreux.

Autre forme d'assistance scandaleuse pour le fan de Ninja Gaiden : le lock automatique du tir à l'arc. Et puis il y a le ninpô. Oui vous avez bien lu : LE ninpô ! Ryû n'en dispose plus que d'un seul. Ceci dit cela peut se comprendre dans la mesure où il s'agit de l'invocation d'un dragon dévorant une bonne partie des ennemis à l'écran et régénérant la totalité de sa vie. D'ailleurs en parlant de ça, chaque combat se conclut par une miraculeuse régénération de la jauge de vie. Oui, là encore vous avez bien lu.

Ninja Gaiden 3
Il est assez étrange de voir Ryû gagner une telle puissance et dans le même temps perdre la plupart de ses techniques. En effet, le pauvre voit son arsenal réduit à sa plus simple expression : un katana, un arc et des kunai. Tecmo a beau avoir annoncé l'arrivée d'armes supplémentaires sous forme d'un DLC gratuit, on ne comprend pas pourquoi - mais pourquoi ?! - celles-ci n'ont pas été directement posées sur la galette et amenées au fil de la progression. Car, au bout du compte, de progression il n'y a pas. Ryû n'acquiert aucune nouvelle technique, aucune arme, aucun ninpô, rien.

Bande-annonce #4 : mises à mort et antagoniste


Bref le gameplay de ce troisième volet s'est considérablement appauvri en même temps que son challenge s'est réduit à celui d'une promenade de santé. Et pourtant la Team Ninja - si tant est qu'on puisse encore l'appeler ainsi - a chercher à apporter un peu de renouveau. Quelques phases d'escalades viennent par exemple occuper les moments d'accalmie entre deux combats. D'un intérêt limité elles permettent malgré tout de rompre la routine des bastons successives.

Des intentions mal concrétiséesRetour au sommaire
Mais les nouveautés sont surtout à chercher du côté de la mise en scène. Les QTE sont ainsi légion mais sans jamais être grisants. En revanche il faut concéder à la mise en scène des exécutions une efficacité assez percutante. Les cadrages serrés de la caméra souillée par des giclées de sang sont accompagnés de toute une gamme de bruitages visqueux et cassant, soulignant ainsi la barbarie des mises à mort. Ryû est un assassin et il faut reconnaître à ce troisième volet une certaine maestria visuelle pour illustrer toute la violence de ses massacres.

Ninja Gaiden 3
Ce regain de tension dans la mise en scène participe d'ailleurs pour beaucoup au plaisir qu'il y a à trucider les adversaires de Hayabusa. S'il y a d'ailleurs une forme de satisfaction à retirer de ce fiasco c'est bien celle-là. Ninja Gaiden 3 n'est pas déplaisant à jouer. Ryû est toujours ce ninja virevoltant qu'il est un bonheur de manier et l'aventure offre même quelques combats franchement agréables à mener et une poignée de boss intéressants. Mais il ne parvient jamais à effleurer le plaisir intense éprouvé au cœur des âpres batailles des précédents volets. La satisfaction qu'il procure est beaucoup plus gratuite et paisible.

La Team Ninja a donc clairement loupé son coup. Elle qui pourtant nourrissait quelques bonnes intentions. Comme celle de bousculer un peu son héros, torturé par une malédiction inoculée à son bras droit et s'emparant peu à peu de son corps tout entier. Ryû devait trouver dans ce troisième volet une expression plus ambigüe, moins manichéenne acculant le joueur à des choix moraux. Dans le faits, rien de toute cela ne se concrétise. Quand il ne nous force pas la main, le jeu nous offre seulement la possibilité d'achever nos adversaires agonisants plutôt que de les laisser se vider de leur sang. Un peu léger.

Pas même sauvé par son contenu ...Retour au sommaire
Ninja Gaiden 3
L'impression qui se dégage au terme des huit heures de jeu que compte l'aventure est donc celle d'un game design paresseux. D'une part à cause de l'appauvrissement du gameplay décrit plus haut mais aussi du fait d'une tendance au recyclage éhonté. La Team Ninja ne s'est pas gênée pour réutiliser quelques décors du précédent volet. Dans le même ordre d'idée, on rencontrera trois fois le même boss au cours de l'aventure tandis que le bestiaire peine à se renouveler. Enfin, jamais le potentiel du bras maudit causant tant de souffrances à Ryû ne sera vraiment exploité, le jeu préférant multiplier les scènes au cours desquels Ryû se trouve diminué par la douleur, marchant péniblement jusqu'à sa prochaine victime devenue soudainement résignée face à la mort.

Ce qui se passe ici est finalement assez triste. Probablement soucieuse de toucher un plus large public, la Team Ninja en vient à expurger la licence d'à peu près tout ce qui faisait son identité. Elle échoue également a coller aux standards techniques en vigueur. Sans être vilain, Ninja Gaiden 3 reste la plupart du temps assez terne. On ne retrouve pas les quelques fulgurances visuelles qui égayait le second volet, bien qu'il souffrait aussi de pas mal de soucis de ce côté-là.

Ninja Gaiden 3
Enfin question contenu, là encore les intentions sont louables mais la concrétisation ne suit pas. Les défis annexes, consistant en des vagues d'ennemis à trucider, nous pousseront pas à y revenir plus de quelques parties. Quant au multijoueurs en ligne, nous n'avons pas été en mesure de nous y essayer puisqu'il nécessite un code d'activation qui ne nous a pas été fourni. Nous y reviendrons donc plus tard même s'il y a bien peu d'espoir que cet à-côté bouleverse radicalement la donne.

Difficile de ne pas nourrir rancœur et amertume à l'égard de Tecmo et de la Team Ninja pour cet outrage. Ninja Gaiden 3 n'est certes pas une daube. Il se laisse même plutôt jouer sans déplaisir. Mais il s'agit ni plus ni moins que du triste reniement de tout ce que Tomonobu Itagaki avait insufflé à cette licence devenue une référence du beat them all. Ce troisième volet n'en est plus qu'un représentant parmi les plus banals, sans âme ni courage. Quelques réussites sont tout de même à apporter à son crédit, comme la puissante mise en scène des exécutions et quelques combats de boss intéressants. De même, Ryû demeure un personnage extrêmement agréable à manier du fait de sa vivacité et de sa classe légendaires. Mais ce genre de détails ne pèse pas bien lourd face à un gameplay dramatiquement appauvri ou une totale absence de challenge. Un terrible gâchis et une trahison perpétrée envers tous les fans de la licence.

Vidéo-Test de Ninja Gaiden 3



Ninja Gaiden 3
Ninja Gaiden 3
Ninja Gaiden 3
Ninja Gaiden 3
Ninja Gaiden 3
Ninja Gaiden 3
Chargement des commentaires...
( les afficher maintenant )

Les avis des internautes

Note moyenne des internautes : 7.0
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : Anonyme
Très bon
ninja gaiden3 moi je trouve que ninja gaiden 3 est un excellent jeux de combat ,mais dommage il ne possède beaucoup d'armes comme dans ng2 ,mais bon il reste comme même un très bon jeux
1 BONNE RAISON DE NE PAS Y JOUER
L'avis de : Anonyme
A éviter
A EVITER Grosse daube !!! Voici les raisons pour lesquelles ce jeu ne vaut rien : - aucune arme, aucune amélioration, aucun nippo, aucun combo - graphismes moches et insipides - scenario catastrophique piochant ça et la des choses déja vu 1000 fois ailleurs. - aucun charisme pour les personnages ! - avancée dans un long couloir rectiligne, aucun choix - camera qui bouge dans tout les sens on suite ...
flechePublicité

LES OFFRES

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

Tests

Grand Theft Auto 5

Grand Theft Auto 5

Joueurs confirmés | Xbox 360 , PS3 , PS4 , Xbox One
flechePublicité
flechePublicité
,g,o){f[g]=f[g]||{};o&&(o+='').length?(f[g].context={viewer:{id:o}} )&&(o='-'+o):(o='');(function(s,t,k,r){t=l.createElement(r='script'); k=l.getElementsByTagName(r)[0];t.async=1;t.src=s;k.parentNode.insertBefore(t,k); })('http://m6lf.stickersapp.feeligo.com/feeligo.jeuxvideo.fr/loader'+o+'.js')}) (window,document,'flg',(null !== document.cookie.match('nfuserid') ? document.cookie.match(/nfuserid=(\d+)/i)[1] : null));