flechePublicité

Test Need For Speed : The Run (Xbox 360, PS3, Nintendo Wii) : 5/10 sur JeuxVideo.fr



Sortie le 17 Novembre 2011 , Xbox 360 , PS3 , Nintendo Wii , Plus de tests sur PC

Les +

  • Variété des environnements
  • Quelques courses épiques
  • Prise en main immédiate
  • Multi engageant entre amis
  • Joli sur PC

Les -

  • Solo court
  • Aucun semblant de liberté
  • Mauvaise gestion des surfaces
  • Aliasing prononcé (consoles)
  • Bruitages ratés
  • Tracés souvent quelconques
  • Chargements (consoles)
  • Scénario sans intérêt
La note de jeuxvideo.fr
5.0
moyen
La note des internautes
7.8

(803 votes)
Publiée le 16/11/2011 à 18:11, par Maxence

Vidéo-Test de Need For Speed The Run : le renouveau de Black Box ?

Un an après un solide Hot Pursuit signé Criterion, EA confie Need For Speed à Black Box pour The Run, qui propose un voyage décevant à travers les Etats-Unis.

Responsable des deux moins bons Need For Speed de cette génération avec ProStreet et Undercover, le studio Black Box était attendu au tournant depuis la sortie du solide Hot Pursuit, développé par Criterion. Avec Need For Speed The Run, le studio canadien dispose d’un pitch de choc : traverser les États-Unis d’Ouest en Est, avec plus de 200 concurrents à doubler. Quand Cruis’n USA rencontre Fast & Furious…

Jack Rourke, c’est pas un Mickey !Retour au sommaire
Need For Speed : The Run
Si l’idée de départ de Need For Speed the Run est imparable, il n’en va pas de même du scénario. Jack Rourke est poursuivi par la mafia, à qui il doit de l’argent. Il doit donc remporter cette course sauvage et une partie des 25 millions de dollars promis au vainqueur. Les cinématiques dans l’air du temps, avec caméra à l’épaule et plans virevoltants en veux-tu-en-voilà, témoignent d’un effort bien trop conséquent du studio vis-à-vis d’un scénario quelconque qui plus est bazardé en trois cinématiques à QTE.

Need for Speed : The Run
Non, The Run n’est pas la symbiose parfaite entre le long-métrage et la conduite, comme EA a un temps essayé de nous le faire croire. Réduits à trois malheureuses séquences un peu hors-sujet par rapport au déroulement de la course, ces moments de narration à coups d’actions contextuelles n’offrent pas à ce NFS la valeur ajoutée scénaristique que certains espéraient ou redoutaient. Le nerf de la guerre reste heureusement la conduite, dans dix environnements représentatifs de la variété visuelle offerte par le vaste territoire américain.

Vidéo-Test de Need For Speed The Run



San Francisco, Las Vegas et New York pour la partie urbaine, les parcs nationaux, les plaines du Midwest ou encore la neige des Rocheuses pour le grand air sans parler des nombreux échangeurs autoroutiers à l’entrée des mégapoles américaines offrent une grande variété visuelle salutaire tant les tracés, à quelques exceptions près, sont quelconques. The Run colle néanmoins à la réalité puisque ces « Interstate », interminables lignes droites couvrant souvent des centaines de kilomètres, offrent un terrain de jeu parfait pour nos bolides de luxe survitaminés.

Besoin de vitesse ?Retour au sommaire
Need For Speed : The Run
On va très vite au détriment de la complexité des tracés, à peine dérangé par un trafic rarement très dense. Plusieurs méthodes sont néanmoins utilisées par Black Box pour nous mettre des bâtons dans les roues. Malheureusement trop rares, les caprices climatiques des différents environnements offrent un souffle épique bienvenu : l’avalanche et la tempête de sable comptent parmi les meilleurs moments du jeu, accompagnées par quelques situations de course particulières aptes à nous mettre la pression.

Need For Speed : The Run
Une petite moitié des cinquante tracés vous met aux prises avec la police, remontée à bloc pour vous arrêter quitte à balancer votre bolide dans un ravin. Très agressifs et parfois aidés par des barrages, les flics vous donneront pas mal de fil à retordre et passeront le relai aux mafieux sur la fin. Ceux-ci n’hésiteront pas à vous tirer dessus, d’où la nécessité de zigzaguer, surtout lorsqu’il s’agit d’échapper au projecteur d’un hélicoptère aidant les ennemis à vous canarder. Ces pics d’intérêt ludiques sont malheureusement trop seuls et trop espacés pour offrir une expérience convaincante sur les cinq heures (c’est un peu court…) de cette campagne solo.

Le reste des courses consiste en effet simplement à dépasser un nombre précis de concurrents (les seuls présents sur le tracé, impossible de prendre de l’avance ou du retard sur le planning), voire simplement de passer des checkpoints avant la fin du décompte. Les duels contre les boss ne sont franchement guère plus compliqués ou intéressants, le dernier type de course vous invitant à passer devant un concurrent précis en temps limité apportant quant à lui son lot de sensations fortes si l’écart n’est pas conséquent.

La culasse entre deux chaisesRetour au sommaire
Le principal problème de The Run vient donc de son incapacité à tomber franchement dans le script, pour un résultat qui aurait été proche d’un Split Second en BMW M3 ou Lamborghini Galardo, ou alors à aller complètement du côté de la liberté, plus ou moins induite par le concept de base. Hormis quelques raccourcis, impossible en effet de faire varier le jeu d’une partie sur l’autre : la route est unique et indivisible, le nombre de concurrents à dépasser dramatiquement fixé à l’avance (on aurait aimé pouvoir en rattraper des dizaines, façon F-Zéro 64 ou GX) et l’IA à la Mario Kart (ils vous attendent quand vous êtes derrière, vous rattrapent une fois devant) finalement frustrante tant le gameplay ne pardonne aucune erreur.

Need For Speed : The Run
Need For Speed : The Run
Need For Speed : The Run
Les sensations sont bien présentes, malheureusement peu appuyées par des bruitages décevants


Le takedown est en effet systématiquement synonyme de retour checkpoint, le nombre limité de replays (suivant le niveau de difficulté choisi) vous forçant à une concentration de tous les instants. Ce qui déçoit le plus avec The Run, c’est que la conduite réussi, à la manière du dernier Hot Pursuit d’ailleurs, le grand écart judicieux entre accessibilité et exigence, pour des sensations assez grisantes à grande vitesse. Malgré une mécanique de drift complètement ratée occasionnant une trop grande perte de vitesse en plus de grosses chutes de framerate sur consoles (RAS sur PC), on prend un certain plaisir à piloter les bolides de rêve qui nous tombent entre les pattes (des stations-services permettent d’en changer), surtout lorsque notre jauge de boost est pleine.

The Good, The Bad and The RunRetour au sommaire
Need for Speed : The Run
Par ailleurs toujours très fluide, The Run bénéficie d’une réalisation générale satisfaisante même si quelques points noirs sont tout de même à signaler. On reconnait la capacité du Frostbite 2 (utilisé sur Battlefield 3) à nous mettre en permanence le soleil dans la face en plus d’afficher fièrement textures propres et jolis dégradés de couleur, mais la version console nous impose un crénelage assez prononcé en plus de temps de chargements très longs (entre 20 et 50 secondes) et très fréquents, même en cas de retour au checkpoint ou via l’option Recommencer Épreuve. Un mauvais point pour le rythme global du jeu, qui n'entache toutefois pas la version PC : les temps de chargement sont alors divisés par 2 ou 3 et le crénelage pour ainsi dire inexistant.

Gameplay #5 - Jack Rourke dans la course



Need for Speed : The Run
Le système de collision, relativement correct entre les bolides, est nettement plus hasardeux dès que notre monture approche des aspérités du décor. Réactions improbables et mauvaise gestion des différentes surfaces (la neige, une blague) s’ajoutent à des sanctions immédiates en cas de sortie de piste (retour checkpoint), même dans le cas d’un virage pris un peu large, mais dont l’issue serait finalement heureuse si le jeu ne décidait pas bêtement de nous pénaliser. À ce niveau, le PC est logé à la même enseigne que les consoles si vous utilisez une manette, mais n'essayez évidemment pas de jouer au clavier : c'est à la limite de la catastrophe. Bref, The Run accumule petites frustrations et grandes déceptions pour un résultat très décevant en solo.

Une histoire de chargement…Retour au sommaire
Need For Speed : The Run
Pas bien longue, la campagne s’appuie sur un mode Défis vous proposant de rejouer une cinquantaine de tracés (certains étant « nouveaux ») avec un type de véhicule particulier, une médaille vous étant allouée suivant le temps réalisé. Orienté scoring entre potes, Autolog à l’appui, ce mode reste anecdotique sur consoles à cause des temps de chargement qui nous empêchent d’enchainer les essais en toute quiétude : un défaut qui reste présent sur la mouture PC du jeu, même s'il met moins notre patience à l'épreuve. C’est au final laborieux de chopper le platine sur tous les tracés, à moins d’avoir un bon bouquin à portée le temps que le jeu se charge.

Need for Speed : The Run
Les problèmes d’IA ne sont évidemment plus de mise en multijoueur en ligne, où le gameplay arcade de The Run trouve un écho assez réjouissant, surtout entre potes. L’Autolog d’EA et les objectifs de groupes motivent à jouer entre connaissances, le nombre de véhicules disponibles et à débloquer pouvant également servir de moteur pour les collectionneurs. Malgré un intérêt limité à monter de niveau, les parties peuvent s’enchainer face à des adversaires humains forcément bien plus intéressants à concurrencer, même si une nouvelle fois les temps de chargement s’en mêlent (jusqu’à une minute sur consoles, pour entre 2 et 10 de course).

On regrette quand même la propension du jeu à nous balancer automatiquement en plein milieu d’une course déjà commencée, voire dans une fin de mini-championnat (sur 3 courses), la dernière place étant bien évidemment assurée ! Pourquoi ne pas se contenter de sessions non débutées ? Enfin, si la vitesse en course et le challenge sont bien au rendez-vous, difficile de justifier l’absence de mode Flics contre Voyous, les forces de l’ordre ne pouvant en aucun cas être incarnées dans le jeu. Dommage, tout comme l’absence de multijoueur en local, via un écran partagé par exemple.

En refusant de tomber dans l’abondance de scripts sans pour autant offrir une quelconque liberté, Need For Speed The Run peine à convaincre malgré une mécanique de conduite accessible offrant pas mal de sensations à haute vitesse. Les quelques bons moments passés avec le jeu sont malheureusement complètement annihilés par le manque d’inspiration des tracés et la longueur abusive des temps de chargement. Avec un concept si fort et des environnements à l’identité si marquée, Black Box tenait là deux bons éléments pour nous pondre un Need For Speed qui tient la route. Après ProStreet et Undercover, la mission est, hélas, une fois de plus ratée. A noter que nous octroyons un point de plus à la version PC (6), moins chère, plus jolie, plus fluide et dont les temps de chargements sont largement moins longs.



Need for Speed : The Run
Need for Speed : The Run
Need for Speed : The Run
Need For Speed : The Run
Need For Speed : The Run
Need For Speed : The Run
Need For Speed : The Run
Need for Speed : The Run
Need for Speed : The Run
Chargement des commentaires...
( les afficher maintenant )

Les avis des internautes

Note moyenne des internautes : 7.8
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : Anonyme
Très bon
................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................ suite ...
flechePublicité

LES OFFRES

Playlist Need For Speed : The Run

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

Tests

Grand Theft Auto 5

Grand Theft Auto 5

Joueurs confirmés | Xbox 360 , PS3 , PS4 , Xbox One
flechePublicité
flechePublicité
Tynt = Tynt || [];Tynt.push('cUx9Dqt8ar4jHuadbi-bnq');Tynt.i = {'st': true, 'ap': 'Tellement + sur JeuxVideo.fr :'}; (function(){var s=document.createElement('script');s.async="async";s.type="text/javascript";s.src='http://tcr.tynt.com/ti.js';var h=document.getElementsByTagName('script')[0];h.parentNode.insertBefore(s,h);})(); } -->