flechePublicité

Test Need For Speed Rivals (PC) : 6/10 sur JeuxVideo.fr



Sortie le 21 Novembre 2013 , PC , Plus de tests sur Xbox 360 , PS3 Sortie le 22 Novembre 2013 , Xbox One Sortie le 29 Novembre 2013 , PS4

Les +

  • Graphiquement remarquable
  • Redview : un espace étendu
  • Système AllDrive bien pensé
  • Fusion solo/multi intéressante
  • Rythmé et prenant

Les -

  • 30ips ?! Deux vues ?!
  • Carrière pas très intéressante
  • Faction Police limitée
  • Temps de chargement
  • Stabilité multi à revoir !
La note de jeuxvideo.fr
6.0
bon
La note des internautes
8.2

(30 votes)
Publiée le 27/11/2013 à 18:11, par Nerces

Test de Need For Speed Rivals : fusion solo et multijoueur

Electronic Arts confie la franchise Need For Speed a une toute jeune équipe suédoise... constituée pour une bonne part d'anciens de chez Criterion.

Voilà bientôt vingt ans que la franchise Need for Speed alterne le bon et le moins bon. Vingt ans que ses différents développeurs tentent - au gré des modes - de faire vibrer leur public allant parfois chercher leur inspiration du côté des courses de rue, quand d'autres fois tout est dans le plaisir du monde ouvert ou dans les courses-poursuites avec la police. Need For Speed Rivals peut être vu comme une sorte de pot-pourri où tous les ingrédients ont été mélangés pour servir un moteur graphique très impressionnant... Rivals, c'est aussi le premier titre de Ghost Games, un studio formé notamment par des anciens de chez Criterion.

« No apologies... »Retour au sommaire
Need For Speed Rivals
Histoire de mettre les joueurs dans l'ambiance et de mettre un peu de liant autour des différentes courses, un ersatz de scénario a été préparé par Ghost Games. L'idée est toute simple : à Redview County, une rivalité tenace oppose une brigade de policiers aux méthodes musclées et un groupe de pilotes redoutablement habiles. Les deux « camps » se livrent bataille au travers de courses-poursuites qui ne manquent évidemment pas de semer la zizanie. Une fois n'est pas coutume, le joueur se voit d'entrée de jeu proposer d'endosser l'un ou l'autre des rôles. De manière très schématique, la partie réservée au pilote est l'occasion de montrer toute l'étendue de notre talent au volant alors que la partie Police se focalise sur les interceptions et les « arrestations ».

Dans les faits, cette double campagne est extrêmement peu scénarisée. Il y a bien un découpage en chapitres et quelques cinématiques pour faire semblant de raconter quelque chose, mais en réalité on se moque comme d'une guigne de cette pseudo rivalité sans intérêt... En lançant Need For Speed Rivals, on cherche surtout à prendre part à des courses menées tambour battant dans Redview County et ça tombe plutôt bien puisque c'est exactement ce que le jeu propose. Que l'on décide de rejoindre les pilotes ou la Police, le fonctionnement de la « carrière » est strictement identique : nous avons le choix entre trois speedlists regroupant différentes épreuves. Celles-ci sont regroupées en fonction d'un style qui permet d'orienter le jeu selon ses envies du moment.

Poursuite #2 sur Xbox One (flic)


Deux carrières en uneRetour au sommaire
La speedlist sélectionnée, le jeu nous invite à choisir sur la carte un point « d'entrée » et il suffit ensuite de rouler pour accomplir les différents objectifs de la speedlist : des objectifs sont toujours présents sur la droite de l'écran. Bien sûr, nous ne sommes théoriquement pas tenus d'accomplir ces objectifs et le monde ouvert de Need For Speed Rivals nous laisse libres de notre route : quelques épreuves sont ainsi disponibles sur la carte et on peut se lancer dans une course ou un contre-la-montre avant de se frotter à la speedlist. Notez toutefois que cette dernière est un passage obligé pour monter en niveau et ainsi débloquer de nouvelles voitures, mais surtout de nouvelles épreuves : on fait rapidement le tour de Review County si on ne cherche pas à monter de niveau.

Need For Speed Rivals
Il en va évidemment de même du côté de la Police, à ceci près que les objectifs proposés changent du tout au tout. Quand un pilote doit gagner des courses, établir de super-chronos ou échapper à la Police, les forces de l'ordre ont bien sûr mission de coffrer quelques pilotes, mais aussi de se rendre le plus vite possible sur une zone donnée. Notez par ailleurs que l'on peut très facilement passer de pilote à flic et inversement : il suffit pour cela de se rendre dans notre « base » (la planque ou le poste de police mobile). En outre, il est utile de préciser que la progression dans les deux carrières se fait de manière indépendante : « pire » les speedpoints récoltés en tant que pilote ne sont pas transférés vers notre compte de flic... Les deux progressions sont distinctes.

Autolog vs. AllDriveRetour au sommaire
Inutile de revenir sur la variété des épreuves disponibles, la quantité et la qualité sont au rendez-vous et le joueur ne se retrouve jamais en train de chercher quoi faire. Que ce soit simplement pour s'amuser ou pour progresser dans les carrières, il y a toujours une mission / un objectif qui nous attend. Sur PC, on regrette simplement que la carte de la région ne puisse être manipulée à la souris, mais ça reste un défaut mineur vu que tout le jeu est de toute façon pensé pour un contrôle à la manette... Dans ce contexte, le manque de précision des contrôles clavier n'est pas étonnant, mais on regrette tout de même qu'aucune gestion des volants ne soit prévue par les développeurs ?! Peut-être une mise à jour prochaine pour revenir là-dessus ?

Need For Speed Rivals
Il ne faut pas se le cacher, il y a de toute façon un gros suivi à fournir de la part de Ghosts Games. Si nous avons déjà évoqué la double carrière, il nous faut préciser qu'une bonne part de l'intérêt du jeu tient dans son monde en-ligne intégré. Késako ? Histoire d'aller encore plus loin qu'Autolog, les développeurs ont imaginé le système AllDrive. Il s'agit de faire sauter la barrière entre solo et multi pour permettre aux joueurs connectés de se croiser le plus régulièrement possible : on peut choisir entre limiter ces croisements à nos amis ou au contraire l'ouvrir à des joueurs de notre région afin de toucher plus de monde. Sur le principe, l'idée est excellente et on se retrouver à régulièrement défier des policiers « humains » ou à se tirer la bourre entre pilotes de chair et de sang.

« Vous avez été déconnecté »Retour au sommaire
Hélas, le croisement solo / multi est encore en chantier et depuis que nous testons le jeu, il ne s'est pour ainsi dire pas passé deux heures sans que nous soyons « déconnecté de la partie » et envoyé sur un autre serveur. Problème, cette déconnexion se fait au travers d'une grosse coupure du jeu - même en pleine course -, d'un temps de chargement / reconnexion parfois de 20-30 secondes et d'un retour au jeu un peu n'importe comment. Déconnectés en pleine action, nous sommes parfois revenus au début de la course après reconnexion, mais aussi parfois à la toute fin d'une épreuve qu'il n'était plus possible de remporter. On ne parle même pas ici des problèmes pour se reconnecter avec les autres joueurs, car le retour ne se fait pas sans heurts pour tout le monde et des adversaires semblent se décourager.

Autre problème technique parfois gênant : le clipping est relativement présent et en particulier lors des courses les plus rapides au milieu de zones au relief important. N'exagérons toutefois pas le problème : en règle générale, ce clipping gêne bien plus les amis-spectateurs que le joueur en pleine course ! Cela reste malgré tout un défaut et un d'autant plus impardonnable que les développeurs de Ghost Games ont volontairement limité la vitesse d'animation du jeu à 30 images par seconde... Compte tenu des limites techniques des PS3 / Xbox 360, on peut comprendre qu'une telle limite ait été mise en place, mais sur PC la chose est déjà beaucoup plus discutable et Ghost Games aura toutes les peines du monde à nous vendre sa next-gen avec ce genre de contraintes.

Need For Speed Rivals
Need For Speed Rivals

Tous les goûts sont dans la nature, mais - techniquement parlant - Rivals en impose pas mal !

30ips ?! Mais pourquoi ?!Retour au sommaire
Des joueurs plus indulgents laisseront passer ces 30ips en soulignant le fait que Need For Speed Rivals est sans doute l'un des plus beaux jeux de courses jamais développés... Et ils n'auront pas tort : l'utilisation du Frostbite Engine 3 fait véritablement des merveilles ! Bien sûr, il existe un gouffre entre les versions PS3 / Xbox 360 et PC, mais même sur console old-gen, le rendu est sympa, à condition de ne pas regarder le jeu tourner sous Windows. Là, on découvre un rendu assez exceptionnel de la route, de la végétation environnante et des décors. Les arbres constituent sans doute le meilleur exemple de cette excellence graphique et il faut vraiment voir Need For Speed Rivals tourner toutes options au maximum pour apprécier le travail des développeurs.

Need For Speed Rivals
Les accidents, la gestion des effets de lumières ou des particules sont eux aussi assez bluffants, mais ne feront évidemment jamais oublier l'orientation 100% arcade du gameplay. Inutile de se voiler la face et cette orientation est d'ailleurs pleinement assumée par Ghost Game. Ainsi, les véhicules empruntent des trajectoires surréalistes, mais on s'y fait finalement très vite et on apprend à abuser du drift, de la nitro et des demi-tours à pleine vitesse. Inutile donc de chercher le moindre réalisme, mais pourvu que l'on accepte ce parti-pris, on prend un réel plaisir à se lancer dans les contre-la-montre ou les courses-poursuites. Reste que toutes les épreuves proposées n'ont pas le même intérêt alors que la double campagne est très inégale.

Plus intéressant en pilote qu'en policierRetour au sommaire
En effet, Ghost Games a évidemment reconduit le principe de personnalisation et de déblocage cher à la série. Hélas, à ce niveau le déséquilibre entre policiers et pilotes est assez flagrant. Alors que chez les pilotes on se bat pour obtenir de précieux speedpoints qui nous permettront ensuite d'acheter les voitures nouvelles débloquées, de parfaire leur équipement (boost, maniabilité, solidité...) et de les décorer, les forces de l'ordre n'ont pratiquement rien à se mettre sous la dent. Du côté de la personnalisation, on peut juste changer la plaque d'immatriculation. Du côté des véhicules disponibles, ils sont automatiquement accessibles dès lors qu'on les a débloqués et, bien sûr, il n'existe absolument aucun gadget pour en améliorer la puissance : tout juste quelques joujoux à exploiter en courses.

Need For Speed Rivals
Selon le cas, ces joujoux sont soit spécifiques, soit communs aux deux factions. C'est ainsi que l'on retrouve des IEM, des herses, une onde de choc, un appui aérien ou l'impressionnant turbo qui envoie son propriétaire taquiner des sommets de vitesse en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire. L'un dans l'autre, on ne peut pas trop se plaindre du contenu proposé par Need For Speed Rivals qui dispose au passage d'une petite trentaine de véhicules tous plus prestigieux les uns que les autres... Non, le véritable problème se situe plutôt sur le fond. En privilégiant ainsi le combo solo / multi, les développeurs ont un peu oublié d'ajouter du piquant à la double campagne. Le découpage de chaque niveau de progression en trois speedlists n'est pas toujours très opportun.

Pour ne rien arranger les objectifs proposés ont tendance à se répéter, notamment du côté des forces de l'ordre, alors que le dosage général du jeu est imparfait. Il y a déjà le dosage de la difficulté avec des speedlists plus avancées et pourtant plus faciles que les précédentes, mais il y a surtout un net déséquilibre au niveau des « factions » : jouer un pilote est à la fois plus amusant et plus gratifiant, dommage. Notons aussi le manque d'options à tous les niveaux : nous avons déjà parlé de l'absence de volant, mais il nous faut encore critiquer la présence de seulement deux vues (externe, pare-chocs), l'impossibilité de jouer avec une boîte manuelle ou encore la limite à six joueurs pour le mode en ligne... En même temps, ce dernier a encore besoin de tellement de travail. Hop, au boulot messieurs de Ghost Games.

Inspiré par les épisodes les plus populaires de la franchise, Need For Speed Rivals partait avec un atout technique de taille : l'exploitation du Frostbite Engine 3. À ce niveau, rien à redire et si ce n'est un problème de clipping, il s'agit simplement du plus beau jeu de courses qu'il nous ait été donné de voir : modèles de voitures, environnements, textures, effets de lumière, particules... c'est une vitrine technologique ! En revanche, la prise en charge réseau est déjà nettement moins mémorable et alors que le système AllDrive doit permettre de fusionner solo et multijoueur, le résultat est bancal du fait de déconnexions aussi fréquentes que pénibles. La limitation aux 30ips fera aussi grincer quelques dents alors que les deux carrières s'avèrent très déséquilibrées. En définitive, s'il est loin d'être un mauvais jeu, Need For Speed Rivals souffle le chaud et le froid : sympa à jouer, il devra toutefois corriger ses gros problèmes réseau pour justifier vos euros.

Test PC réalisé sur une machine à base de Core i7 3,6 GHz, 18 Go de mémoire vive et GeForce GTX 680. Le jeu semble à son aise à partir d'un processeur double-cœur 3 GHz, épaulé par 4 Go de mémoire vive et une GeForce GTX 260.

Need For Speed Rivals
Need For Speed Rivals

Need For Speed Rivals

Les avis des internautes

Note moyenne des internautes : 8.2
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : Anonyme
Très bon
Excellent!! Moi qui ne suis pas trop jeu de courses, j'accroche totalement!! Par contre vivement une mise à jour pour la stabilité du jeu!!!
flechePublicité

LES OFFRES

Playlist Need For Speed Rivals

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

Tests

Grand Theft Auto 5

Grand Theft Auto 5

Joueurs confirmés | Xbox 360 , PS3 , PS4 , Xbox One
flechePublicité
flechePublicité