flechePublicité

Test Muramasa : The Demon Blade (Nintendo Wii) : 8/10 sur JeuxVideo.fr



Sortie le 16 Novembre 2009 , Nintendo Wii

Les +

  • Gameplay accrocheur et riche
  • Réalisation impeccable
  • Très prenant et jouissif
  • Plein de bonnes petites idées
  • Vendu à 40 euros !
  • Une durée de vie honnête (108 sabres, 2 héros, 2 histoires et 6 fins différentes)

Les -

  • Un recyclage au niveau des décors un peu trop perceptible
  • Un univers et un gameplay old-school qui peuvent déplaire
La note de jeuxvideo.fr
8.0
tres bon
La note des internautes
8.2

(99 votes)
Publiée le 01/12/2009 à 13:12, par Damien

Test de Muramasa : The Demon Blade

Déjà auteur de l'atypique et néanmoins excellent Odin Sphere sur PS2, le studio nippon de Vanillaware débarque sur Wii avec Muramasa : The Demon Blade. Derrière ce nom se cache un jeu, très orienté action, qui baigne dans l'univers traditionnel japonais. Tout en 2D et old-school par essence, Muramasa a-t-il pour autant les moyens de satisfaire les actuels possesseurs de Wii ? La réponse, tout de suite...

Murama quoi ?

Muramasa : The Demon Blade
Comme nous avons commencé à en parler en introduction, les développeurs de Vanillaware ont décidé de troquer la mythologie nordique contre l'univers de leurs racines. Il en découle un contexte scénaristique évidemment en adéquation, où les combats au sabre sont une religion. C'est dans ce contexte, un brin guerrier, que nous avons la possibilité de jouer un de deux personnages disponibles : la douce Momohime ou le ténébreux Kisuke. Le premier est une princesse possédée par un vil démon (Jinkurô), douce et gracieuse. Le second est un ninja renégat amnésique, plus puissant, mais un tantinet moins vif. Chacun d'eux possède une histoire propre, mais n'en est pas moins irrémédiablement poussé à la recherche du sabre ultime.

Pour arriver à nos fins, il nous faudra conduire ces protagonistes (un seul à la fois) d'écran en écran et de zone en zone, en nous déplaçant sur deux axes (horizontal et vertical). Muramasa contient donc de nombreux passages de plateforme pure (il n'y a parfois rien d'autre à faire que se mouvoir dans certaines parcelles) avec quelques bonus à dénicher de-ci de-là, histoire de nous encourager à rester en alerte. Mais comme la vie est loin d'être un long fleuve tranquille, notre progression dans cet univers onirique ne sera pas de tout repos.

En effet, une multitude d'assaillants - parfois jusqu'à une dizaine - viendra régulièrement (de manière aléatoire ou prédéterminée) stopper notre avancée. La phase de déplacement laisse alors place au combat. Dans le pur esprit beat them all, ce dernier nous invitera à livrer bataille, sur terre ou dans les airs, en anéantissant tous les ennemis présents sur le terrain (on peut cela dit éviter certains combats grâce à un objet ou en traçant la route dans certaines zones).

Vidéo #5 - Comment y jouer ?



« Les 108 lames à acquérir progressivement dans l'aventure sont la "carotte" principale du jeu »

Combattre le menu fretin nous permet principalement d'augmenter l'expérience de notre héros (par extension ses capacités propres) ainsi que sa tirelire. Les ennemis déchus offrent également (mais de manière ponctuelle) des âmes (absorbées automatiquement) qui nous permettent de créer de nouveaux sabres ainsi que quelques objets. Ces derniers ont des utilités diverses : regain de vie ou régénération de sabre, modification de caractéristique (augmentation de l'attaque, meilleure absorption des dégâts, accroissement de l'expérience gagnée...) et nouvelle capacité (protection contre l'empoisonnement, etc.). Le stock d'objets à notre disposition lors des combats étant limité, il faudra bien sûr choisir scrupuleusement ceux dont on va s'équiper pour partir à l'aventure. Et puisque l'on parle d'équipement, nous devons obligatoirement parler désormais des armes.

Oboro Muramasa Youtouden
En outre, les 108 lames à acquérir progressivement dans l'aventure sont la « carotte » principale du jeu. Notre puissance de frappe dépend en grande partie d'elles, et le coeur du gameplay (tout comme le scénario) est intrinsèquement basé sur leur usage. Et sachant que nous ne disposons que de trois épées au tout début de l'aventure, la route sera longue avant de disposer de tous les sabres disponibles sur la galette (il faudra même finir plusieurs fois la quête de nos deux héros, mais nous y reviendrons). Quelques-uns sont « offerts » par les boss battus et nous permettront de franchir des passages auparavant bloqués par des barrières spirituelles. La plupart des lames à dénicher nécessitent par contre de passer par la case « Forge » (accessible à tout moment dans le menu Pause).

Forger une nouvelle lame demandant un certain nombre de prérequis (niveau d'âme et d'esprit notamment), il est judicieux de régulièrement jeter un oeil dans cette rubrique afin d'anticiper au mieux ses besoins... et ajuster si besoin nos déplacements. Un petit passage à l'auberge du coin pourra non seulement régénérer notre feu vital (vie) mais également accroître le nombre d'esprits et d'âmes récupérés, moyennant finance bien sûr. De même, si l'argent nous manque, il peut être utile de revenir parfois dans une zone précédemment visitée afin de récupérer quelques âmes supplémentaires (parfois malicieusement cachées dans les niveaux). Il est en effet possible de revenir à l'envi dans les précédentes aires parcourues (la téléportation d'une zone à l'autre est même disponible en parlant à certains personnages) afin de faire du levelling, trouver tous les objets cachés et déverrouillés tous les défis bonus. Ainsi, même si l'ensemble est globalement assez linéaire, il est quand même bien souvent possible d'avancer à l'opposé du chemin idéal (conduisant au boss) et de flâner quelque peu à contre-courant de la trame principale en empruntant un autre embranchement.

Oboro Muramasa Youtouden
Oboro Muramasa Youtouden
Si Magritte était encore là, il dirait : « Ceci n'est pas un jeu vidéo ».


Un gameplay nommé plaisir

Puisque nous avions commencé à dire que les lames étaient à la base du gameplay, profitons-en pour aller en profondeur sur ce jeu, en abordant dès à présent les différents concepts. Nous l'avons dit en introduction, Muramasa s'oriente clairement vers l'action. Les combats ont donc, tout naturellement, une place primordiale. Un seul type d'arme est autorisé : le sabre. Notre héros ne peut disposer que de trois sabres en combat. Et s'il est possible de passer de l'un à l'autre pendant la bataille, il ne sera par contre pas autorisé de modifier notre set de départ. On peut faire une attaque avec un appui simple sur la touche dédiée, maintenir la touche pour réaliser une attaque concentrée, y ajouter une direction ou réaliser des combinaisons d'attaques. Rien de bien novateur en somme de prime abord, même si cela fonctionne. Mais c'est encore une fois avec les armes, et plus précisément avec leurs possibilités intrinsèques, que Muramasa tire son épingle du jeu.

Chaque arme a une attaque spéciale, une puissance, une durabilité et éventuellement un effet propre (ex : aspirer la vie des adversaires, augmenter le nombre de points d'expérience, etc.). Afin d'être plus efficace ou tout simplement parce que ce système aiguise notre curiosité, on est ainsi constamment encouragé à en posséder de nouvelles ; ce qui rend la « quête aux 108 sabres » aussi entraînante que gratifiante. La découverte d'un nouveau sabre est synonyme d'un petit enthousiasme, vite suivi d'une période d'essai (où l'on remplace temporairement une de nos armes fétiches par la nouvelle pour voir si sa présence est justifiée ou non dans notre set de départ) et éventuellement d'une adoption définitive.

Muramasa : The Demon Blade
Muramasa : The Demon Blade
Muramasa : The Demon Blade
Difficile de faire plus jouissif et prenant en matière de gameplay


« Ce n'est pas parce qu'une arme est la plus puissante du moment qu'elle aura forcément une place d'office »


Car ce n'est pas parce qu'une arme est la plus puissante du moment qu'elle aura forcément une place d'office dans notre coeur. En effet, outre l'affinité que l'on peut avoir avec le maniement ou les atours visuels d'une lame donnée, il est souvent préférable de choisir ses armes en priorité pour leur usage plutôt que pour le simple critère de la force pure. Ainsi, un sabre peu puissant qui a un coup spécial vertical (ou pouvant se déclencher en l'air) sera pourtant plus judicieux qu'un autre plus puissant ne disposant pas du même atout, si l'on rencontre des ennemis « aériens ». Cela donne un côté plus personnel à notre épopée et plus stratégique aussi.

Mais l'utilité des sabres ne s'arrête pas là, puisque même le simple fait de défourailler son arme peut être synonyme d'une attaque dévastatrice ! Lorsque l'on est équipé de la même arme depuis suffisamment longtemps, l'indicateur de sabre (en haut de l'écran) se met à scintiller. Il suffit alors d'effectuer un défouraillage rapide (de changer d'arme pour faire clair) pour infliger des dégâts à tous les ennemis présents à l'écran.

Et c'est sur ces quelques concepts de base (possibilités d'attaque, objets à disposition, diversité des armes et choix stratégiques en fonction des situations...) que recèle la richesse du gameplay de Muramasa. Car chaque concept dispose de subtilités qui, même d'apparence bénigne, apportent de la densité et de la complexité au titre de Vanillaware. Ce qui aide à passer outre la répétitivité des actions, inhérente au genre, et à la redondance des mêmes types d'ennemis. L'une des « subtilités » à prendre obligatoirement en compte est le fait que chaque arme s'use au fil des batailles (à chaque coup spécial ou contre principalement) jusqu'à se briser dans le cas extrême. Un cas qu'il faudra éviter comme la peste : un sabre cassé ne pourra plus contrer et verra sa puissance de frappe considérablement réduite (impossible de sortir un coup spécial ou un défouraillage rapide). Gérer au mieux l'usage de chaque arme, en changer si besoin (les sabres se régénèrent lorsqu'ils sont inactifs) ou encore utiliser des objets en cas de difficulté, seront ainsi des tâches permanentes (en plus de l'exploration des niveaux, de la quête des sabres et de la réussite des défis bonus).

Muramasa : The Demon Blade
Muramasa : The Demon Blade
Muramasa : The Demon Blade
Muramasa tranche en images


Oni soit qui mal y pense

Vous l'aurez compris, le gameplay s'avère suffisamment riche pour ne pas lasser. Mais Muramasa va bien plus loin, en nous proposant un cocktail pêchu et tripant qui accroche et force le respect. Car, il faut bien le dire, la réalisation globale nous a pleinement convaincus. Avec sa touche esthétique nous proposant un univers onirique aux couleurs pastel, des animations sans failles et détaillées, un design des personnages cohérent et original, le jeu est tout simplement une véritable perle visuelle ! Et si le choix esthétique pourra rebuter certains joueurs, il ne laissera clairement personne indifférent et n'en reste pas moins un des plus beaux jeux 2D jamais réalisés. Scrolling différentiel à foison, multitude d'éléments en mouvement, effets lumineux somptueux, mise en scène dynamique des combats... difficile de faire la fine bouche.

Les plus tatillons pourront regretter un rendu un peu flou sur une télévision Full HD de grande taille ou une intégration parfois perfectible des protagonistes par rapport aux paysages en fond, mais il s'agit bien de quelques petits détails qui ne sauraient entacher l'expérience de jeu. De même, on déplorera le recyclage parfois un brin trop fréquent et perceptible de certains décors (renforcé par les quelques allers-retours demandés par la trame scénaristique). Ou encore, le manque de vision globale dans l'écran de forge (rendant la navigation perfectible). Mais pour le reste, Vanillaware a tout bon, que ce soit au niveau du son, de l'ergonomie, de la maniabilité ou de la durée de vie.

« Vanillaware a tout bon, que ce soit au niveau du son, de l'ergonomie, de la maniabilité ou de la durée de vie »


Commençons par le son. Une nouvelle fois, Vanillaware a pu compter sur le talentueux Sakimoto (FF Tactics, Vagrant Story, FFXII, Odin Sphere) qui nous délivre des mélodies totalement dans le ton. Parfois douces et posées, parfois très dynamiques et rythmées ; en fonction des situations bien évidemment. Les voix sont uniquement japonaises et collent parfaitement à l'univers. Au niveau ergonomie saluons la carte disponible en surimpression (deux tailles possibles, sans compter la carte globale disponible dans le menu Pause) est à la fois simple, claire et précise. Les différentes indications à l'écran sont judicieusement placées et ne nuisent globalement pas à notre avancée.

Oboro Muramasa Youtouden
La maniabilité est elle aussi satisfaisante. Cette dernière n'utilise pas la capture de mouvement et s'avère suffisamment accessible pour ne pas frustrer et suffisamment riche pour ne pas lasser. Le jeu se manipule sans problème que ce soit avec le combo Wiimote-Nunchuk, la manette GC ou la manette classique (votre humble serviteur a une préférence pour la dernière configuration). On en viendrait presque à se demander pourquoi Muramasa ne sort que sur Wii (peut-être que cela ne durera pas) ! Enfin, la durée de vie s'avère satisfaisante : comptez environ une vingtaine pour vraiment en voir le bout avec les deux personnages (3 fins différentes sont en effet disponibles pour chaque héros).

Même si la partie de Kisuke s'avère un brin en deçà de celle de Momohime (avec notamment plus d'allers-retours obligatoires), les deux aventures sont intéressantes à suivre : les scénarios, les boss et les armes propres à nos héros sont différents ; même si les zones et les ennemis faibles sont identiques. Deux modes de difficulté (dont un à débloquer) bien corsés viendront donner du fil à retordre à ceux qui se croyaient intouchables dans le mode Normal (« Muso »), qui satisfera sans souci les joueurs moins téméraires. Notons au passage, qu'il est possible de changer de niveau de difficulté à tout moment, via le menu Pause. Un petit détail certes, à l'image des nombreux autres que possède Muramasa, et cela fait vraiment du bien.

Vidéo #6 - Tout le gameplay en condensé

Condensé vidéo de tout ce qu'il faut voir sur le gameplay



Conclusion

À la fois frais et vielle-école, Muramasa est un titre d'exception aussi bien plaisant à jouer qu'à regarder, du moment bien sûr que l'on accroche à son esthétique atypique ainsi qu'à ses concepts de gameplay. Un OVNI, une perle, une expérience savoureuse, que l'on ne saurait que trop conseiller aux possesseurs de Wii. D'autant qu'il est vendu à environ 40 euros. Qu'attendez-vous donc ?




Ce jeu vous intéresse ? Retrouvez-le dans le
gif : petite Flèche orange
Comparer les prix de Muramasa : The Demon Blade sur Wii

Muramasa : The Demon Blade
Muramasa : The Demon Blade
Muramasa : The Demon Blade
Muramasa : The Demon Blade
Muramasa : The Demon Blade
Muramasa : The Demon Blade
Chargement des commentaires...
( les afficher maintenant )

Les avis des internautes

Note moyenne des internautes : 8.2
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : obi69
Très bon
SUBLIME! Sublime! Une réalisation à couper le souffle, tout support confondu! le jeu est splendide, très nerveux à jouer avec un gamplay hyper varié . Très profond en exploration avec un vrai intérêt à un new game +. Ce serait sacrilège de vous en dire plus sur l'univers du jeu et vous gâcher la surprise! Avec doublage anglais ET japonais. C'est un chef d'oeuvre à posséder absolument pour tout amoureux du suite ...
1 BONNE RAISON DE NE PAS Y JOUER
L'avis de : [Vodk@]KYO
Bof
BOF C'est beau et animé, mais les décors son au moins aussi redondant que le systhem de combat...
flechePublicité

LES OFFRES

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

Tests

Grand Theft Auto 5

Grand Theft Auto 5

Joueurs confirmés | Xbox 360 , PS3 , PS4 , Xbox One
flechePublicité
flechePublicité
vascript";s.src='http://tcr.tynt.com/ti.js';var h=document.getElementsByTagName('script')[0];h.parentNode.insertBefore(s,h);})(); } -->