flechePublicité

Test Motorstorm Apocalypse (PS3) : 7/10 sur JeuxVideo.fr



Sortie le 16 Mars 2011 , PS3

Les +

  • Un gameplay arcade toujours aussi efficace
  • Les catastrophes ajoutent beaucoup de piment à certaines courses
  • 5 nouvelles classe de véhicules
  • Un paquet d'options de customisation
  • Une excellente bande-son

Les -

  • Action parfois trop confuse
  • Une partie des tracés sans grande inventivité
  • Mode Festival lourdingue
  • Réalisation moins fine que Pacific Rift
La note de jeuxvideo.fr
7.0
bon
La note des internautes
8.3

(150 votes)
Publiée le 15/03/2011 à 17:03, par Virgile

Motorstorm Apocalypse en Vidéo-Test : un jeu bien urbain

Après un séjour dans les îles avec Pacific Rift, Evolution Studios change une nouvelle fois de décor. Pour le meilleur et parfois pour le pire.

Le premier Motorstorm s'était révélé quelque peu décevant au regard des promesses faites par Sony plusieurs mois avant le lancement de la PlayStation 3. Qu'à cela ne tienne, Evolution Studios s'était retroussé les manches sur Pacific Rift et nous avait gratifié d'un jeu de course off-road spectaculaire et jouissif. Avec Apocalypse, le développeur britannique a d'ores et déjà le mérite de prendre un sacré risque : troquer les environnements naturels des deux premiers volets pour des paysages urbains dévastés. Cependant, ce choix n'est malheureusement pas toujours porté par une inventivité folle.

Motorstorm : Apocalypse ... now !
Motorstorm Apocalypse
Mais commençons par le commencement. Fidèles à la devise de Tina Arena, les participants de Motorstorm ne cessent jamais d'aller plus haut, voire d'en faire un tout petit peu trop. Et comme les chemins terreux de Monument Valley les ont lassés, comme les sentiers boueux des forêts tropicales les ont blasés, ces gros tarés ont décidé de se tirer la bourre dans une ville ravagée par des catastrophes naturelles. Jour de Tonerre + 2012 = Motorstorm : Apocalypse.

C'est dans cet esprit totalement « fuck yeah ! » typique de la série que démarre le mode Festival. Première - mauvaise - surprise : l'histoire nous est racontée par le biais de dessins pauvrement animés et sans le moindre charme. Dur, d'autant que les trois scénarios successifs ne présentent absolument aucun intérêt, pas même celui de nous faire patienter entre deux courses.

Vidéo-Test de Motorstorm Apocalypse

Motorstorm Apocalypse : Vidéo-Test de Motorstorm Apocalypse


D'ailleurs, de la patience il en faut un paquet tant les écrans de chargement sont nombreux et souvent interminables. Installer le jeu ? Pensez-vous ! Evolution Studios pense à votre disque dur saturé de données. Du coup, ce mode Festival souffre d'un rythme désastreux. En revanche, Evolution Studios a eu la bonne idée d'introduire le mode Eliminator dans la carrière histoire de varier les plaisirs. Pour le reste, on ne change - quasiment - pas une recette qui gagne et si ce n'est la possibilité de se déporter violemment sur les côtés pour sortir un adversaire de la course, le gameplay du jeu n'a pas bougé d'un ïota. A noter tout de même l'apparition de cinq nouvelles classes de véhicules (Supercar, Supermini, Superbike, Chopper et Muscle car) enrichissant encore les styles de conduite proposés par le jeu.

Motorstorm Apocalypse
Cette « aventure » lourdingue enfin bouclée - mais il faut bien y passer pour débloquer les nombreux éléments de customisation de véhicules - on privilégiera donc des courses ponctuelles via le mode Pour le Fun. Là, il est non seulement toujours possible de personnaliser ses différents bolides, de paramétrer quelques options de course (nombre de tours, difficulté, nombre d'IA, etc.) mais aussi, et c'est la nouveauté majeure de cet opus, de choisir, pour certaines courses, d'activer des catastrophes scriptées défigurant le tracé, tour après tour.

La ville est divisée en 9 quartiers. Chaque quartier se voit décliné selon plusieurs configurations de course pour un total de 33 parcours « différents ». Et sur ces 33 parcours, plus de la moitié - 17 pour être exact - proposent des évènements scriptés. Sans surprise, les tracés les plus intéressants comptent parmi ces 17 soumis aux caprices de Dame Nature.

« Par contraste, les courses épargnées par les soubresauts de la croûte terrestre se révèlent nettement moins accrocheuses »
Pluies torrentielles, tornades, immeubles s'effondrant en plein milieu de la piste, séismes ouvrant d'énormes failles sur le chemin, avion de ligne s'écrasant dans une tornade de flammes, sans compter les agressions d'un groupe para-militaire aux motivations obscures (ah mais c'est donc pour ça le scénario tout pourri !), les incidents sont nombreux et variés. Leurs conséquences sur la physionomie des tracés sont variables mais souvent majeures. De sorte que les premiers temps, il arrive fréquemment de se faire avoir par une façade d'immeuble s'affaissant sur la route ou un camion citerne tombant du ciel.

A force de pratique, on finit évidemment par anticiper les scripts. Cela dit, l'apprentissage de chaque tracé s'en trouve inévitablement compliqué. Par contraste, les courses épargnées par les soubresauts de la croûte terrestre se révèlent nettement moins accrocheuses, aussi bien visuellement qu'en terme de conception des tracés. Et c'est l'un des défauts majeurs d'Apocalypse : son manque d'homogénéité.

Motorstorm Apocalypse
Certaines courses se ressemblent tellement qu'on ne parvient pas toujours bien à les distinguer au moment d'en choisir une. Le choix d'un contexte urbain était risqué à cet égard et Evolution Studios ne s'en sort pas toujours avec bonheur. Ceci dit, pour dix tracés assez communs, le jeu en propose autant nettement plus inspirés et dispensateurs d'émotions fortes. Le contraste est donc très prononcé et se ressent particulièrement sur le mode Festival : les premières courses s'enchaînent sans entrain, tandis que les dernières offrent quelques moments de bravoure terriblement grisants.

Pour autant, les courses perturbées par les différentes catastrophes évoquées plus haut ont beau envoyer de l'émotion forte elles sont aussi les plus confuses. La surchage de détails déferlant à l'écran rend souvent l'action un tantinet bordélique, de sorte qu'il est beaucoup plus fréquent de s'emplâtrer dans un mur que dans les deux premiers volets.

« Des autochtones un peu vénères caillassent les participants comme de sympathiques délinquants repoussant l'envahisseur policier »
Ce qui nous rappelle que nous avons oublié de vous parler d'un autre élément perturbateurs contribuant à ce joyeux foutoir : des autochtones un peu vénères caillassant les participants comme de sympathiques délinquants repoussant l'envahisseur policier. Les bougres savent d'ailleurs ambiancer une course puisqu'ils vont même jusqu'à balancer du cocktail molotov à l'ancienne et n'hésitent jamais à se jeter au milieu de la route pour finir en déco de pare-brise. Bref, un furieux bazar, marrant, spectaculaire mais pas toujours facile à suivre ...

Motorstorm Apocalypse
D'ailleurs cette profusion de détails, ces environnements bousculés de toutes parts et ces effets pyrotechniques à foison ont aussi un impact sur la réalisation du jeu. Beaucoup plus vivant, Apocalypse est aussi et conséquemment moins fin que son prédécesseur. Un constat qui s'impose avec évidence dès les premiers tours de pistes. Le jeu est plus austère, un peu plus aliasé, les textures un peu grossières par endroits. Une accumulation de petites choses qui rendent le titre nettement moins aguichant que Pacific Rift. Ceci dit, les courses sont aussi plus ouvertes. Bref, un mal pour un bien.

Et puis, pour en terminer avec la réalisation, nous souhaitons adresser une mention spéciale à la bande-son du jeu, électrisante. On a désormais un peu l'habitude avec Motorstorm, mais Evolution Studios a apporté encore plus de soin à cet aspect. Le score marie des thèmes aux accents dramatiques signés Klaus Badelt - compositeur de la BO de Pirates des Caraïbes - à des compositions électro très dubstep. Quelques formations du genre ont même été sollicitées pour remixer les morceaux composées par Badelt, la récompense du meilleur remix étant attribuée à l'excellent DJ Shadow. Ouais, DJ Shadow les enfants.

Enfin, le multijoueurs en ligne s'étoffe lui aussi puisque les courses peuvent désormais accueillir jusqu'à 16 participants contre 12 pour Pacific Rift. A noter également que la ligne de départ risque de vite se transformer en grosse réunion de Jacky puisque chaque joueur pourra évidemment se pointer avec son bolide full-custom. Les modifications possibles étant particulièrement nombreuses, autant dire que la compétition va vite prendre des allures de concentration de tuning.

Conclusion
Le premier qualificatif qui nous vient au sujet de Motorstorm : Apocalypse est « inconstant ». L'ensemble des neuf quartiers dont se compose la ville se partage entre tracés sans grande inspiration et courses totalement démoniaques. Le tri est donc vite fait et quelques circuits risquent de sombrer dans l'oubli pour ne plus jamais resurgir online ou entre amis. Un titre en dent de scie qui alterne donc le banal et le grandiose. Au bout du compte, la moyenne de ces deux extrêmes donne un résultat simple : 7. Un bon titre, qui prend des risques, se montre généreux, mais tellement braillard et dispersé qu'il en perd une bonne part de cohésion.
Chargement des commentaires...
( les afficher maintenant )

Les avis des internautes

Note moyenne des internautes : 8.3
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : Anonyme
Bon
chargement trop long Bonjour à tous, moi j'aime beaucoup cette licence, justement pour son côté arcade, et cet opus, je doit dire me comble vraiment au niveau du jeu.... Les courses contenant, des tsunamis ou autres secousses sismiques sont vraiment très sympa a jouer... En revanche, les temps de chargement extrêmement longs, et l'action parfois confuse, ce qui entraine de nombreuses chutes, a tendance a ralentir le suite ...
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : Woody
Bon
Motor storm apocalypse + DLC offert Après le test tqui ne m'a pas convaincu, j'ai donc acheté le jeu. Ce que je cherchais déja c'est la jouabilité, la fluidité et cela s'y trouve c'est déja pour moi un contrat de signé, aimant le style motor storm surtout le Rift. Je n'écoute pas les transitions imagées qui n'apportent rien. Ceci est vendu avec un DLC dans l'imédiat contenant pas mal de choses dont véh suite ...
flechePublicité

LES OFFRES

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

Tests

Grand Theft Auto 5

Grand Theft Auto 5

Joueurs confirmés | Xbox 360 , PS3 , PS4 , Xbox One
flechePublicité
flechePublicité
{var s=document.createElement('script');s.async="async";s.type="text/javascript";s.src='http://tcr.tynt.com/ti.js';var h=document.getElementsByTagName('script')[0];h.parentNode.insertBefore(s,h);})(); } -->