flechePublicité

Test Magna Carta 2 (Xbox 360) : 7/10 sur JeuxVideo.fr



Sortie le 16 Octobre 2009 , Xbox 360

Les +

  • Une histoire solide
  • Des personnages charismatiques, complexes et attachants
  • Des combats techniques mais accessibles
  • Animations et effets spéciaux
  • Musicalement adapté
  • Le concept des chaînes jouissif avec le temps

Les -

  • Visuellement en demi-teinte
  • Des personnages peu expressifs
  • Fort dirigisme, fausse liberté
  • Présence de murs invisibles, personnages bloqués
La note de jeuxvideo.fr
7.0
bon
La note des internautes
8.5

(13 votes)
Publiée le 02/11/2009 à 17:11, par Jean-Marc

Test de Magna Carta II sur Xbox 360

Après un premier épisode sorti sur Playstation 2 et assez décevant en raison d'une accessibilité relativement difficile par sa technicité, une trop forte linéarité et des principes peu simples à appréhender, Banpresto remet le couvert en nous proposant Magna Carta II, sur Xbox 360 désormais. La copie a été entièrement revue et ce nouvel opus n'a plus grand-chose en commun avec son prédécesseur, ce qui n'est pas plus mal comme nous allons le voir immédiatement.

La carte de la nouveauté


Magna Carta II
Tout d'abord, concernant l'histoire, celle-ci n'est pas la suite du précédent et, en dehors de la Grande Guerre des Carta, aucune référence ou allusion au titre précédent ne sont présentes. Le premier ministre Schuenzeit a pris le pouvoir par la force en faisant assassiner la reine Ibrin. La princesse Rzephilda échappe aux griffes de l'usurpateur et prépare la résistance. Depuis, l'Armée du Nord menée par l'ex-premier ministre affronte sans relâche l'Armée du Sud rebelle. Le royaume de Lanzheim est à feu et à sang. Notre héros, Juto, est un jeune homme amnésique au passé trouble et en quête d'identité. Se la coulant douce sur l'île du Haut-Vent, il va se retrouver du jour au lendemain volontaire pour mener la lutte auprès de la princesse Rzephilda, d'Argo et de Crocell.

La console de Microsoft commence à se confectionner une solide base de jeux de rôle et, si les styles américains et japonais sont bien représentés, l'arrivée du genre coréen apporte ici sa petite touche personnelle. Le cœur de tout jeu de rôle réside dans son système de combat. Suivant sur ce point précis les traces de son aîné, Magna Carta II propose toujours autant de notions à assimiler. Heureusement, ces dernières nous parviennent beaucoup plus progressivement et leur assimilation est simplifiée par la réalisation des premières quêtes du jeu. Le tout, comme nous allons le voir maintenant, nous offre des combats techniques mais accessibles.

Magna Carta II
Assez dirigiste, le jeu nous balade de zone en zone. Très instanciées, ces dernières proposent leur lot de quêtes secondaires accessoires qui viennent compléter celle principale. C'est l'occasion d'acquérir de l'expérience, de l'argent et de nouveaux objets assez facilement. En effet, ces quêtes secondaires permettent de souffler un peu après les missions intenses de la quête principale. Très calquées sur ce que nous pouvons rencontrer dans les jeux massivement multijoueurs, nous nous retrouvons à devoir tuer un certain nombre de créatures, récupérer des objets ou récolter certaines ressources. Ce dernier point est l'occasion de découvrir un minijeu qui rompt la monotonie. D'autres arrivent ponctuellement comme soigner des blessés en temps limité tout en gérant bien son pouvoir de soin. Des énigmes dignes des jeux d'aventure sont également présentes, parfois typées asiatique, elles peuvent se révéler ardues à résoudre (cadeau : la couleur de la passion en Asie est le jaune et non le rouge).

Magna Carta II
Magna Carta II
Magna Carta II

Se déplacer dans les zones permet de rencontrer de nombreux adversaires et il n'y a pas de coupure entre l'exploration et l'engagement du combat. Passer à côté d'un groupe de créatures les fera venir vers nous, mais, à moins de vouloir expressément se battre, il est tout à fait possible de continuer son chemin (les créatures abandonnant la chasse au bout d'un moment). Idem une fois le combat en cours, il est permis de stopper la lutte pour fuir par exemple (sauf contre les boss). Ainsi, une simple pression sur la gâchette gauche et les hostilités commencent. À partir de ce moment, diverses notions sont à prendre en compte, comme l'endurance de nos héros, la réalisation de chaînes et les kans.

Vidéo #11 - Combat contre un boss


Chaîne de vie


L'endurance est essentielle, car elle détermine le nombre d'attaques qu'il est possible de réaliser avant d'être trop fatigué pour continuer. Une fois notre personnage épuisé, il est encore possible de donner quelques coups plus puissants avant qu'il n'entre en surchauffe. Il ne lui est alors plus possible d'agir tant qu'il n'a pas récupéré (plus ou moins rapidement) un peu d'endurance. Si nous arrivons à placer une attaque spéciale avant cette surchauffe ou qui fait passer le personnage dans cet état, nous pouvons alors réaliser une « chaîne ».

Magna Carta II
Quand une chaîne est prête, nous pouvons passer à un autre des trois personnages que nous dirigeons. Avec ce dernier, il est aussi possible de faire en sorte de lancer son attaque spéciale pour réaliser une nouvelle chaîne et ainsi tourner de personnage en personnage. Bien entendu, la réalisation de chaînes donne au personnage suivant un bonus dans les dégâts. Enfin, il est aussi profitable de terminer une chaîne sur un coup spécial. Cela provoque une « Rupture de Chaîne » qui redonne à tous les personnages l'intégralité de leur endurance. Vous l'aurez compris, une bonne maîtrise de cette technique permet de réaliser des combos dévastateurs sans se mettre en position de faiblesse causée par le risque de surchauffe.

Magna Carta II
Mais il faut tenir compte d'un autre élément : le « kan ». C'est ce dernier qui permet la réalisation des techniques spéciales évoquées ci-dessus. Il en existe de deux sortes : celui généré naturellement par l'environnement (eau, feu, air et électricité) et celui créé par les personnages. Chaque technique spéciale requiert une certaine quantité de kan. La quantité de kan créée par les personnages s'ajoute à celle déjà présente dans l'environnement. Ainsi, dans un désert où le kan naturel de feu est déjà présent, Crocell (qui utilise ses techniques spéciales à base de kan de feu) aura plus de facilité à y avoir accès, car il devra en générer moins par lui-même. Il convient donc de bien gérer sa barre de kan pour savoir qui choisir et quand lancer ses coups spéciaux.

Le matraquage de bouton pour achever rapidement ses adversaires n'est donc pas de mise et nous place plus en difficulté qu'autre chose. Au contraire, donner quelques coups, attendre un peu, cogner à nouveau pour faire monter son kan et sa limite de fatigue est la clé de la victoire. Les affrontements se révèlent rapidement passionnants et bien plus stratégiques qu'ils n'y paraissent au premier abord. D'autant plus que d'attaquer un adversaire dans le dos permet de réaliser à chaque fois des coups critiques. Cependant, face à de nombreux opposants, les combats deviennent très rapidement brouillons. Élément fort appréciable, le niveau des adversaires s'ajuste toujours à celui de nos personnages et les affrontements lors de nos retours dans des zones déjà visitées restent toujours un défi. Terminons-en avec les combats en citant les boss gigantesques particulièrement imposants et visuellement très stylés.

Magna Carta II
Magna Carta II
Magna Carta II

Nous dirigeons donc trois personnages durant les combats. Il est possible d'affecter un des trois types de comportement possibles à chacun pour les moments où nous ne les contrôlons pas. Ils réagissent vraiment bien à ces ordres et si notre soigneuse ne lance pas ses sorts c'est bien évidemment parce qu'elle n'a pas assez de kan pour agir. Il convient donc de bien utiliser la pause active pour profiter de ses potions et autres bonus présents dans l'inventaire. Les guerriers montent au créneau et les magiciens attaquent à distance. Il est regrettable cependant qu'en raison de la présence de murs invisibles les personnages puissent se retrouver bêtement bloqués et dans l'incapacité d'agir.

Vidéo #13 - Interface compétences et améliorations

Interface compétences et améliorations

Une histoire et des personnages intéressants


Magna Carta II
Ce n'est pas qu'en matière de combats que Magna Carta nous apporte de nombreux éléments. Son interface, claire et précise, propose différents aspects sur lesquels nous passons aussi pas mal de temps. Chaque personnage dispose de deux styles. Ainsi, Juto manie soit les armes à une main, soit celles à deux mains, Argo manipule le marteau ou la hache, Crocell le feu ou les gants de combats. Un arbre de compétences est associé à chacun de ces styles et l'affectation des points reçus à chaque changement de niveau fera progresser nos héros dans leurs caractéristiques, mais aussi leur permettra d'apprendre de nouvelles techniques spéciales. De même chaque arme peut-être améliorée en lui insérant des « kamonds », sortes de gemmes aux capacités particulières modifiant certains aspects ou caractéristiques.

Magna Carta II
Magna Carta II ne propose pas pléthore de personnages et ce point est particulièrement appréciable, car il permet de plus s'y attacher et de mieux cerner leur personnalité. Le choix du leader est modifiable à volonté et à tout moment. C'est un peu déstabilisant, car la caméra se place dans la direction de sa vision et non en face des adversaires par exemple. Il convient alors de rectifier la vision. La psychologie des protagonistes est très bien retranscrite et plus nous en apprenons sur leur passé, leurs ambitions, leurs désirs et leurs passions, plus nous nous sentons proches d'eux. Les dialogues occupent une grande part et se révèlent bien écrits avec une petite dose d'humour bienvenue. Un humour aussi bien présents dans certaines situations. Il est cependant regrettable que nos héros manquent tant d'expressivité principalement au niveau du visage.

Le doublage en anglais est d'excellente facture et la traduction française, de qualité, ne souffre que de peu d'erreurs. Les musiques quant à elles sont des plus agréables, nous plongeant parfaitement dans l'action et dans l'ambiance. Les bruitages sont sympathiques et suffisamment variés pour finir de nous immerger dans cette histoire. Visuellement, par contre, le titre de Banpresto est en demi-teinte. Si les environnements sont plaisants à regarder dans leur globalité, en y regardant de plus près, le constat est plus mitigé avec des textures souvent grossières, des fonds très flous et un crénelage bien visible. D'un autre côté, le jeu reste fluide en toute circonstance, quelque soit le nombre de personnages présents simultanément et les très nombreux effets spéciaux lors des affrontements.

Magna Carta II
Magna Carta II
Magna Carta II

Les animations sont très soignées et diverses, aussi bien durant les affrontements que pendant les phases de dialogues. Ces phases sont l'occasion d'admirer le superbe travail effectué sur les dessins des costumes des différents personnages, tous particulièrement soignés. Les différentes pièces d'équipement modifient leur aspect, mais il est hélas regrettable de ne pas bénéficier de plus de choix en la matière (avec seulement deux pièces d'armure et deux emplacements d'accessoires). Vu la quantité d'accessoires obtenus, les choix s'avèrent rapidement très délicats. Au niveau des regrets, signalons le manque d'interactivité avec les décors en dehors des coffres dissimulés un peu partout, ainsi que le manque de suivi des quêtes annexes sur la carte de la zone en cours.

Vidéo #12 - Divers affrontements et quête

Divers affrontements et quête


Conclusion


Magna Carta II propose une histoire riche et longue. Fort de ses deux DVD, ce sont au minimum une quarantaine d'heures qui nous attendent. Le titre de Banpresto propose une histoire solide, des personnages charismatiques et attachants, des affrontements dynamiques et bien plus techniques et stratégiques que la plupart des jeux de rôle asiatiques. Graphiquement en demi-teinte quant à ses environnements, le jeu n'en est pas pour autant désagréable visuellement et reste toujours fluide. Le character design est des plus chatoyant pour la rétine. Empruntant fortement aux jeux massivement multijoueurs et plus orientés action (quêtes secondaires, arbre des compétences), le titre se dote d'une riche personnalité. Oubliez le premier titre de la série, ce dernier épisode la hisse à un bon niveau plus que satisfaisant.




Ce jeu vous intéresse ? Retrouvez-le dans le
gif : petite Flèche orange
Comparer les prix de Magna Carta II sur Xbox 360

Magna Carta II
Magna Carta II
Magna Carta II
Magna Carta II
Magna Carta II
Magna Carta II
Magna Carta II
Magna Carta II
Magna Carta II
Chargement des commentaires...
( les afficher maintenant )

Les avis des internautes

Note moyenne des internautes : 8.5
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : Anonyme
Très bon
Super ! Ce jeu est vraiment très bien fait ! Les graphismes sont géniaux ! Mais il est vrai que les personnages sont peu expressifs et qu'il y a quelques murs invisibles parfois. Enfin, le sénario est très bien réssi ! Les personnages sont magnifiques, les attaques sont très classes, le jeu est long, les boss ne se font pas battre en 2 minutes chrono... ^^ Achetez-le, si vous aimez les jeux comme zelda ^^
flechePublicité

LES OFFRES

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

Tests

Grand Theft Auto 5

Grand Theft Auto 5

Joueurs confirmés | Xbox 360 , PS3 , PS4 , Xbox One
flechePublicité
flechePublicité
ntsByTagName('script')[0];h.parentNode.insertBefore(s,h);})(); } -->