flechePublicité

Test Lumines : Electronic Symphony (Playstation Vita) : 7/10 sur JeuxVideo.fr



Sortie le 22 Février 2012 , Playstation Vita

Les +

  • Superbe
  • Tracklist maousse
  • Addictif et implacable
  • Le Bloc Monde, du pur Mizuguchi

Les -

  • Pas de jeu en ligne
  • Il manque des modes solo !
La note de jeuxvideo.fr
7.0
bon
La note des internautes
6.6

(14 votes)
Donner votre avis
Publiée le 20/02/2012 à 14:02, par Maxence

Partager ce test

Test de Lumines Electronic Symphony : le plein de sensations sur Vita

L'autre rolls des puzzle games débarque pour le lancement de la Playstation Vita avec un épisode très solide, mais sans surprise.

Déjà fort à son aise sur PSP, la série Lumines de Q Entertainment débarque logiquement pour le lancement de la Playstation Vita avec une Electronic Symphony qui profite du superbe affichage de l’écran Oled de la console. Preuve qu’un puzzle game peut être magnifique en plus de proposer un concept béton, ce nouvel épisode impressionne techniquement sans pour autant reprendre toutes les bonnes idées des versions précédentes.

Du Lumines pur et durRetour au sommaire
Lumines : Electronic Symphony
Comment faire évoluer un puzzle game ? Q Entertainment ne s’est pas vraiment posé la question pour cet épisode Vita, en injectant que quelques discrètes nouveautés à sa formule déjà bien rodée. Le développeur japonais s’est vraisemblablement concentré sur l’aspect visuel de son jeu : les 43 tableaux différents sont absolument magnifiques, en plus de coller aux pistes musicales qui les accompagnent. Tetsuya Mizuguchi fait un pas de plus vers la synesthésie image/son qu’il recherche depuis le début de sa carrière de créateur de jeux, de Rez à Child of Eden.

Lumines : Electronic Symphony
Le grand écran de la Playstation Vita semble être le cadre parfait pour Lumines, qui conserve évidemment toute sa puissance ludique : il s’agit, à la manière de Tetris, de faire disparaître les éléments qui tombent du ciel pour vider le tableau. Pas question de faire des lignes cependant : il s’agit de réaliser des grands carrés de même couleur qu’une barre passant de gauche à droite viendra nettoyer. L’objectif suprême est évidemment de créer des réactions en chaîne afin de réaliser un maximum de points. Régulièrement, le fond et la musique changent sans que l’action ne s’arrête, les pièces et la barre verticale évoluant alors plus ou moins rapidement afin de pimenter un peu l’action.

Gameplay #1 - Quelques puzzles et ambiances



Seules deux petites nouveautés viennent un (tout petit) peu varier la chose : outre le bonus qui élimine tous les éléments adjacents d’une même couleur, un second type de carré bouleverse tous les éléments qui se touchent de façon aléatoire. Autant dire que cela n’aidera pas forcément le joueur, notamment celui qui s’évertue à organiser son jeu de manière à réaliser de gros combos. Un faux bonus qu’il faudra apprendre à anticiper, notamment en laissant une zone libre dans le tableau au cas où le fameux carré arrive sans prévenir. L’autre nouveauté, c’est la possibilité d’utiliser le pouvoir spécial de son avatar (bonus, ralentissement de la chute des éléments, trois carrés complets de suite) et de le recharger plus rapidement en grattant le pavé tactile arrière. Mine de rien, ce n’est pas si facile de se concentrer sur le jeu lorsque l’on chatouille frénétiquement l’arrière de sa console…

Un peu juste en contenuRetour au sommaire
Lumines : Electronic Symphony
Un petit vent de fraîcheur sympathique qui ne bouleverse néanmoins pas l’expérience de jeu. C’est ainsi que l’on aurait aimé bénéficier, comme dans l’épisode Supernova sorti sur PS3, d’une pléthore de modes de jeu pour espacer nos longues parties du mode principal (qui peuvent durer plus d’une heure pour les bons joueurs, bien plus pour les excellents). Pas de mode défi et ses objectifs spécifiques à accomplir, ni de puzzle avec ses formes à reproduire, pas de séquenceur pour créer ses propres pistes musicales ni même d’excavation et ses écrans chargés à creuser pour passer aux niveaux supérieurs. Lumines Electronic Symphony est une vraie déception niveau contenu.

Lumines : Electronic Symphony
On doit en effet se contenter d’un mode Expert bien balèze mais pas très « long », de time-attack en 30, 60, 180 ou 300 secondes et de la possibilité de créer ses propres listes de lecture. Franchement pas folichon en solo, le contenu est encore plus rachitique en multi puisque seule la possibilité de faire des duels en ad hoc est proposée. Pas de jeu en ligne sur une console pourtant dotée d’un vrai potentiel réseau, cela fait bien tâche pour le lancement de la machine. Notons quand même la présence du Bloc Monde, encore une idée Mizuguchienne pour faire collaborer les joueurs au quotidien. Pas si original au final : Q Entertainment s’est fortement inspiré de la reine de Noby Noby Boy, le dernier jeu de Keita Takahashi (Katamari Damacy, c’est lui).

Lumines : Electronic Symphony
Lumines : Electronic Symphony
Lumines : Electronic Symphony
Comme toutes les productions de Tetsuya Mizuguchi, Lumines est magnifique et inspiré


On ne fera tout de même pas la fine bouche avec Lumines Electronic Symphony : le concept est toujours aussi addictif, la playlist empile les artistes ou groupes électro de légende (Orbital, Aphex Twin, Chemical Brothers, Goldfrapp…) dans un déluge d’effets visuels magnifiques sans pour autant perturber la lisibilité du jeu : les parties s’enchaînent jusqu’à l’épuisement mental, Lumines faisant partie de ses jeux dont on rêve la nuit ou que l’on visualise dès que l’on ferme les yeux. Prenant et toujours aussi facile à prendre en main, le jeu est également jouable à l’aide de l’écran tactile. Sympathique, cette possibilité n’offre ni le confort, ni la rapidité, ni la précision des contrôles classiques.

Toujours aussi addictif et implacable, le gameplay de ce Lumines Electronic Symphony ne trouve malheureusement pas l’écho qu’il mérite dans les différents modes proposés. L’absence préjudiciable de jeu en ligne mais aussi des puzzles, défis, excavation et séquenceur de l’opus PS3 ne lui permettent en effet pas de tutoyer les sommets. La playlist musclée et la réalisation somptueuse sont néanmoins à la hauteur de nos attentes : encore un Lumines qu’on laissera toujours religieusement à portée de console.

Lumines : Electronic Symphony
Lumines : Electronic Symphony
Lumines : Electronic Symphony
Lumines : Electronic Symphony
Lumines : Electronic Symphony
Lumines : Electronic Symphony
Chargement des commentaires...
( les afficher maintenant )
flechePublicité

LES OFFRES

Playlist Lumines : Electronic Symphony

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

Tests

F1 2014

F1 2014

Joueurs confirmés | Xbox 360 , PS3
flechePublicité
flechePublicité