flechePublicité

Test Life is Strange (PS4, Xbox One, PS3, Xbox 360) : 0/10 sur JeuxVideo.fr



Sortie le 30 Janvier 2015 , PS4 , Xbox One , PS3 , Xbox 360 , Plus de tests sur PC
Publiée le 25/03/2015 à 14:03, par Kevin-J

Test de Life is Strange : nos impressions après le second épisode

Si Remember Me, le premier jeu des Français de Dontnod n'a pas rencontré le succès escompté (et mérité), le studio n'a cependant pas lâché prise, puisqu'il nous propose un tout nouveau titre, Life is Strange, qui tranche avec leur précédente production.

Là ou Remember Me nous proposait de suivre tambour battant les aventures de Nilin dans un Paris futuriste empli de mutants, de terroristes mémoriels et autres dangers mortels, Life is Strange nous plonge pour sa part dans l'enfer d'une petite ville américaine bien sous tous rapports. Autre changement majeur, l'action laisse place à la réflexion et à l'exploration, puisque Life is Strange adopte la forme du jeu d'aventure à épisodes, popularisé par The Walking Dead de TellTale. Au programme, cinq volets riches en personnages hauts en couleurs, en mystères et autres secrets, mais aussi en choix cornéliens aux répercussions inattendues courant d'un épisode à l'autre.

Note : Ce test ne comportera pas de note puisqu'il ne porte que sur la première partie d'un jeu plus vaste comportant de multiples embranchements scénaristiques. Nous attendrons la sortie des autres épisodes de Life is Strange afin de mesurer non seulement l'évolution de l'histoire, mais aussi l'impact des choix sur cette dernière.

Episode 1 : ChrysalisRetour au sommaire
Life is Strange
Bienvenue à Arcadia Bay, petite ville portuaire de l'Oregon bien sous tous rapports. Du moins, en apparence, parce qu'entre la disparition de Rachel Amber, les magouilles du Vortex Club (une bande de jeunes aisés et désœuvrés) et le climat sécuritaire qui y règne, autant vous dire que les choses sont un brin tendues. Ah oui, il y a la tornade aussi, celle qui menace d'anéantir la ville et qui hante les rêves de Max Caulfield. C'est d'ailleurs au terme de cette vision apocalyptique que nous entrons pour la première fois en contact avec l'héroïne du tout nouveau jeu de Dontnod. Max, c'est une jeune femme un brin timide, plus à l'aise derrière un appareil photo qu'au contact des autres. Elle est de retour à Arcadia Bay, après quelques années d'absence histoire de suivre des cours de photographie à la fac du coin. Entre les exigences de son professeur, qui voit en elle un prodige, et son statut de petite nouvelle, la vie de Max n'est pas rose. Et le fait qu'elle se découvre le pouvoir de remonter dans le temps ne va pas arranger les choses. Bien vite, et sans entrer dans les détails du scénario, car c'est ce qui fait tout le sel de Life is Strange, cette capacité deviendra centrale dans la vie de Max, lui permettant de résoudre non seulement ses petit problèmes, ceux des autres, mais aussi les mystères qui planent sur Arcadia Bay.

Life is Strange
Cette mécanique de manipulation du temps constitue l'essentiel du gameplay de Life is Strange, et le moins que l'on puisse dire, c'est que cela marche plutôt bien. Après certaines actions, certaines conversations, Max aura l'occasion de faire machine arrière pour revenir sur ses choix, que ce soit pour découvrir de nouveaux embranchements de dialogue, débloquer une situation inextricable, ou bien mesurer toutes les options d'un choix cornélien. Contrairement au premier TellTale venu, qui oblige bien souvent à réaliser un choix définitif dans l'instant, Life is Strange permet au joueur d'explorer à sa guise les différentes possibilités qui lui sont proposées. Si cela enlève un brin de spontanéité, le joueur peut ainsi mesurer pleinement l'éventail des possibilités qui lui sont offertes. Néanmoins, ne croyez pas que connaître les différentes options à votre disposition rendra le choix plus aisé. En effet, la grande force de Life is Strange est de ne pas proposer des choix manichéens. Il n'y aura, au final, pas de bonnes ou de mauvaises réponses à une situation donnée, mais des actions aux conséquences et aux répercussions que l'on n'imaginera pas forcément au moment du choix en lui-même.

Life is Strange
L’autre gros point fort de Life is Strange réside dans son ambiance. A l'instar de Remember Me qui possédait une identité visuelle et sonore forte, Life is Strange peut compter sur une direction artistique des plus réussies. Visuellement pour commencer, le nouveau Dontnod possède une patte indéniable avec ses textures peintes aux couleurs automnales chaudes et chaleureuses. Tantôt détaillées, tantôt un poil floues, elles contribuent à créer une atmosphère particulière, une identité visuelle forte, et loin d'être désagréable. Côté sonore, Life is Strange s'en tire tout aussi bien avec ses pistes sonores folks mélancoliques, qui bercent parfaitement l'action à l'écran. Image et son viennent ainsi appuyer le récit pour créer un tout harmonieux et diablement accrocheur, comme le prouve avec brio la séquence du couloir au début du jeu.

Life is Strange
Néanmoins, cette réussite du point de vue artistique ne peut occulter totalement les quelques problèmes qui émaillent ce premier épisode. A commencer par une synchronisation labiale frôlant l'indigence, et des animations parfois à la ramasse. A noter aussi le caractère de certains personnages un brin clichés (le geek martyr, la pimbêche, le quarterback pas bien finaud) qui gâche quelque peu une construction narrative par ailleurs très intéressante. Au final, ce premier épisode pose parfaitement les bases de Life is Strange. Entre découverte des mécaniques de jeu et mise en place des enjeux narratifs, Chrysalis remplit son office. Désormais, il faudra attendre la mi-mars, et l'arrivée du second épisode, pour voir l'impact des choix réalisés, leur ampleur et plus simplement, si les promesses esquissées par ce Chrysalis se réaliseront.

Bande-annonce de lancement



Episode 2 : Out of TimeRetour au sommaire
Life is Strange
Deux mois, voilà le temps qu'il aura fallu attendre avant de pouvoir goûter la suite des aventures de Max et Chloé. Deux mois riches en rebondissements pour Dontnod, entre reports et leak de ce second épisode. Néanmoins, cette attente n'aura pas été vaine puisque Out of Time s'avère des plus satisfaisants. Si Chrysalis était là pour poser le décor et les enjeux de Life is Strange, nous passons ici clairement à la vitesse supérieure, et sans spoiler l'intrigue, puisqu'il s'agit là du cœur du jeu, sachez que nos deux héroïnes vont se frotter à des situations de plus en plus complexes. Max en particulier, sera confrontée à quelques choix cornéliens dont les répercussions ne manqueront pas de changer radicalement la face de votre aventure. Et si l'on pourra trouver quelques longueurs çà et là, avec la séquence de la décharge entre autres, il sera aussi possible de découvrir quelques séquences diablement réussies.

Life is Strange
Et c'est là, une fois encore, que Dontnod frappe un grand coup. En passant la vitesse supérieure, le studio arrive à donner encore plus de profondeur et de richesse à son univers. Pour peu que l'on prenne son temps, que l'on fouine les différents environnements, que l'on parle aux divers personnages que l'on croise, il sera possible d'apprendre énormément de choses sur Arcadia Bay et ses habitants. Des informations parfois inutiles, mais aussi des informations capables de changer du tout au tout la face de votre aventure, même si elles n'ont l'air de rien au premier abord. Et bien que l'intrigue globale (disparition de Rachel, vision apocalyptique de Max) n'avance pas énormément avec cet épisode, Out of Time offre son lot de séquences fortes qui ne laisseront, à n'en pas douter, personne indifférent. D'autant plus que, Dontnod a encore réussi à sublimer son propos avec une mise en scène et une réalisation globale incroyablement convaincantes. La scène d'ouverture à elle seule suffisant à nous replonger dans l'ambiance mise en place lors du premier épisode.

Life is Strange
Après avoir fini le premier épisode, il était légitime de s’interroger sur l'impact des choix sur l'histoire. Après avoir fait l'aventure deux fois, avec des sauvegardes radicalement opposées au niveau des choix effectués sur le premier épisode, difficile de sauter au plafond. En effet, dans la plupart des situations, les changements seront mineurs. Bien souvent, il ne s'agira que de quelques lignes de dialogues, en plus ou en moins, ou de sujets de conversations qu'il sera possible d'explorer lorsqu'on interagira avec les différents protagonistes que l'on croisera, voire de changements mineurs dans le déroulement des événements. Néanmoins, ce second épisode contient aussi une ou deux séquences qui tirent véritablement parti des choix passés pour structurer l'aventure future, laissant entrevoir tout le potentiel du titre de Dontnod. Evidemment, l'on aurait aimé ressentir un peu plus l'impact de nos choix sur le déroulement de l'histoire, que les choix effectués lors du premier épisode débouchent sur des changements drastiques dans ce second épisode. Cependant, difficile d'en vouloir à Dontnod tant la narration de Life is Strange reste cohérente et forte sur la durée, ce qui confirme tout le bien que l'on pensait du jeu au sortir du premier épisode. Si Chrysalis était là pour mettre les choses en place, Out of Time nous plonge véritablement au cœur du problème en proposant quelques choix structurant pour le reste de l'aventure. C'est donc non sans une certaine impatience que nous attendrons le troisième épisode de Life is Strange.

Un peu de teasing pour l'épisode 2 (VOST FR)



Episode 3 : Chaos TheoryRetour au sommaire
A venir…
Episode 4 : Dark RoomRetour au sommaire
A venir…
Episode 5 : PolarizedRetour au sommaire
A venir…

A venir…

Tous les commentaires

  • Zen Jesus
    27/03/2015 13:14:58

    Tigercrow Spoil : On verra Sam Fisher ;)

  • Resh
    27/03/2015 12:18:38

    obi69 Resh Mais si tu comprends très bien

  • obi69
    27/03/2015 11:10:47

    Resh  fait ou regardé? Moi pas comprendre...

  • schope
    27/03/2015 00:04:46

    De plus parler de pop rock (terme fourre-tout) n'est pas totalement exact puisque la bande son est plus généralement classée folk... José Gonzalez est classé dans l'indie-folk (néo-indie-folk même)... 'folk' tout comme Angus auns Julia Stones... à la limite Sparklehorse est classé dans l'indie rock mais on ne pouvait clairement pas reprocher à Mark Linkous de faire de la musique commerciale mielleuse.  Qu'on apprécie ou pas ce genre de musique, cette bande son est de grande qualité... ces groupes ont eu d'excellentes réactions dans la presse internationale justement parce qu'ils ne sont pas de simples machines commerciales... d'ailleurs ils sont même pour beaucoup reconnus dans le milieu artistique comme étant des créatifs.

  • schope
    26/03/2015 23:52:31

    Spyralex85 Désolé de paraître tatillon mais généralement dans la musique l'adjectif 'mielleux' est très péjoratif... on parle alors de chansons 'exagérément douces'... il s'associe habituellement à d'autres adjectifs comme niais, fade, creux ou mièvre... or toutes les chansons douces ou calmes ne sont pas 'mielleuses', loin de là.

Les avis des internautes

Note moyenne des internautes : 8.8
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : Anonyme
Très bon
Un film interactif Si vous avez déjà joué à un jeu qui ressemble à un film dont vous êtes l'acteur, ce jeu est fait pour vous... mais si ce n'est pas le cas, vous devriez essayer !!!
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : Anonyme
Bon
Histoire originale J'aime beaucoup ce jeux, l'histoire est originale, hâte de connaître la suite. Pour ceux qui aiment ce genre de jeux avec des dialogues, des choix, je le recommande.
flechePublicité

LES OFFRES

Playlist Life is Strange

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

Tests

Grand Theft Auto 5

Grand Theft Auto 5

Joueurs confirmés | Xbox 360 , PS3 , PS4 , Xbox One
flechePublicité
flechePublicité