flechePublicité

Test Lethal League (PC) : 8/10 sur JeuxVideo.fr



Sortie le 27 Août 2014 , PC

Les +

  • Sentiment de puissance
  • Retournements de situation en pagaille
  • Technique en 1 vs 1
  • Fou à quatre
  • Bande son au poil
  • Design original...

Les -

  • ...qui pourra rebuter
  • Affrontements parfois brouillons
  • Quelques imprécisions de gameplay
  • Contenu limité
La note de jeuxvideo.fr
8.0
tres bon
La note des internautes
7.9

(12 votes)
Publiée le 03/09/2014 à 16:09, par Maxence

Test de Lethal League : le challenger du multi local sur PC

Développé par quatre personnes, Lethal League s'impose grâce à son énergie et son fun.

Avec son prototype gratuit jouable depuis un bail sur navigateur, Lethal League s’était déjà taillé une petite réputation, avant même sa sortie sur Steam. Imaginez Shoma de Rival Schools se mettre à jouer à Windjammers avec sa batte de baseball, en 2D vue de côté : c’est un peu le postulat de départ du titre de Reptile Games, qui annonce de chaudes soirées entre amis à se balancer gaiement de bonnes grosses chiches à la tête. C’est indépendant, ça coute moins de quinze euros et c’est l’une des réjouissances de l’été 2014 en termes de multijoueur.

Terriblement Efficace (© Tessa Martin)Retour au sommaire
Lethal League
Le but de Lethal League est de lancer la balle sur l’adversaire sans qu’il ne la renvoie. Celle-ci adopte la couleur du joueur l’ayant frappée en dernier, et gagne en vitesse à chaque coup porté. Les joueurs peuvent sauter, frapper la gonfle ou l’amortir, la ralentissant l’espace d’un instant pour permettre à chacun de tenter d’en prendre le contrôle. Les cinq personnages disponibles possèdent chacun ses spécificités propres, comme un double saut, la possibilité de s’accrocher ou rebondir sur les parois qui limitent l’espace de jeu mais aussi d’une attaque spéciale spécifique, qui se débloque une fois le ballon touché à quatre reprises.

Lethal League
Raptor peut par exemple changer la direction de son tir au dernier moment, Sonata, téléporter le projectile à plusieurs reprises, Candyman, lui faire traverser un mur et Latch, le gober quelques secondes, et ainsi le relâcher là où l’adversaire l’attend le moins. Si ces possibilités aident à triompher, le cœur du gameplay reste la prise de contrôle de la balle par les coups simples, ce qui s’avère de plus en plus compliqué à mesure que celle-ci accélère. Cela donne lieu à quelques enchainements de folie, un joueur ne pouvant être tué par un disque de sa couleur : il peut ainsi multiplier les frappes, droites ou en diagonale, pour tenter de perturber l’autre joueur, qui aura de plus en plus de mal à contrer les assauts.

Les personnages


Le rythme est bien pensé, le joueur n’ayant pas besoin de « voir la frame » pour riposter, même à vive allure. Bourriner les touches ne sera néanmoins pas plus utile, le cooldown imposé entre chaque frappe contrebalançant la permissivité des timings. Hormis lorsque la balle atteint une vitesse considérable, matérialisée à l’écran par un changement de couleur des décors, il est possible de récupérer le contrôle du ballon en se reposant sur ses réflexes. Les échanges sont souvent d’une énergie folle, enchainant moments de crispation avant la réception d’un tir surpuissant, et grosses poussées d’adrénaline au moment de relâcher une frappe à la vitesse de la lumière.

Goku et Vegeta jouent à PongRetour au sommaire
Lethal League
Les animations, les effets visuels et les bruitages contribuent à cette sensation de puissance omniprésente, comme si deux super-guerriers jouaient à Pong. Assez tactiques à deux, les affrontements deviennent complètement épiques (voire brouillons) à quatre, que l’on joue en équipe ou non. Dans le premier cas, les deux joueurs de la même couleur peuvent enchainer les frappes l’un vers l’autre pour augmenter la vitesse de la gonfle, et ainsi empêcher les adversaires de participer pendant de longues secondes. Dans le second, le chacun pour soi occasionne de grands moments de n’importe quoi : entre les joueurs qui se cachent pour éviter l’affrontement, ceux qui sautent partout en essayant de prendre le contrôle du ballon voire ceux qui prennent un malin plaisir à taper dans votre personnage pendant un coup, entraînant un recul qui peut s’avérer fatal.

On a vraiment le sentiment de maitriser nos actions après quelques sessions, même si une part d’aléatoire s’invite régulièrement dans les parties. Il y a par exemple le spammage victorieux d’amortis, pas permanent mais tout même assez récurrent, la possibilité de « voler » la balle à l’adversaire avant qu’il n’envoie son coup, ou encore ces freezes qui interviennent à la mort d’un personnage, cassant complètement le timing des autres et conduisant à de grands moments de frustration. Des moments où l’on ne comprend pas forcément ce qu’il se passe et pourquoi, certes vite oubliés grâce à la reprise rapide du jeu à chaque décès.

Lethal League
Lethal League
Lethal League
Que l'on cherche l'évitement ou que l'on aille au contact, Lethal League s'emballe vite à quatre

En local, on enchaine les parties sans y penser, consumant pauses-repas et soirées gaming sans que l’on remarque les heures filer. Seul, on se rabattra sur le mode en ligne et son code réseau perfectible, voire sur la campagne, qui propose un enchainement de combats de plus en plus difficiles, mais Lethal League montrera vite ses limites sans ami. Avec seulement cinq personnages pour six malheureux stages, le contenu n’est certainement pas son point fort, mais on l’oublie vite une fois lancé dans l’arène avec quelques potes. La bande-son qui tape et les animations stylées, ajoutées à une direction artistique originale pleine de couleurs, contrebalancent par ailleurs une réalisation somme toute simpliste, pour un résultat visuel et ludique d’une efficacité imparable.

Après Nidhogg, Samurai Gunn et TowerFall Ascension, les joueurs PC se dotent avec Lethal League d’une nouvelle sucrerie pour leurs soirées multijoueur. Le gameplay diablement prenant et particulièrement accessible, le sentiment de puissance incomparable et les nombreux retournements de situation improbables convertiront le moindre sceptique, même si une part d’incompréhension demeure face à l’exigence de précision et de timing réellement demandé par le titre de Reptile Games. Malgré un contenu un peu chiche et un netcode très bof, Lethal League s’impose comme un indispensable du multijoueur local sur PC. On n’avait pas vu un jeu avec une telle pêche depuis un bail.

Lethal League est disponible sur PC via Steam et Humble Store au prix de 11,99 €, et sur le site officiel du jeu pour 13,99 $ (10,6 €).

Les avis des internautes

Note moyenne des internautes : 7.9
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : Anonyme
Très bon
Un défouloir à 4!!! A 4 avec des manettes Xbox et sur un canapé le stress monte très vite! Presque autant addictif qu'un Bomberman. Le jeu paraît bourrin au début mais l'on apprend vite quelques techniques et là ça devient extrême!
1 BONNE RAISON DE NE PAS Y JOUER
L'avis de : Anonyme
A éviter
bof gkgkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggg
flechePublicité

LES OFFRES

Playlist Lethal League

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

Tests

Grand Theft Auto 5

Grand Theft Auto 5

Joueurs confirmés | Xbox 360 , PS3 , PS4 , Xbox One
flechePublicité
flechePublicité