flechePublicité

Test Injustice : Les Dieux Sont Parmi Nous (Xbox 360, PS3, Wii U) : 6/10 sur JeuxVideo.fr

Sortie le 18 Avril 2013 sur Xbox 360, PS3, Wii U

Les +

  • Gameplay favorisant le spectacle
  • Interactivité poussée avec les décors
  • Mise en scène explosive des Super
  • Solo ultra solide

Les -

  • Direction artistique dégueulasse
  • Gameplay très (trop ?) semblable à MK
  • Le règne du juggle à outrance
  • Latence en ligne
La note de jeuxvideo.fr
6.0
bon
La note des internautes
8.4

(132 votes)
Donner votre avis
Publiée le 18/04/2013 à 18:04, par Virgile

Partager ce test

Vidéo-Test d'Injustice : démocrates contre fascistes.

Les développeurs de Mortal Kombat jettent les super héros et vilains de DC Comics dans l'arène.

Ca n'est pas la première fois que NetherRealm pactise avec DC Comics pour produire un jeu de castagne convoquant l'écurie de héros et vilains de ce dernier : souvenez-vous, en 2008, les univers de Mortal Kombat et de DC se clashaient dans un cross-over improbable. Cette fois, les gus en costumes ont droit à leur propre défouloir, dans la droite lignée du dernier opus de Mortal Kombat. A la croisée du produit calibré pour les fans de DC et du jeu de baston cherchant à se faire une place dans la ludothèque des fans du genre, Injustice : Les Dieux sont parmi nous est-il en mesure de satisfaire ces deux publics ?

Injustice LeagueRetour au sommaire
Injustice : Les Dieux Sont Parmi Nous
A l'instar du cycle Civil War de Marvel, Injustice oppose deux camps de super-héros et vilains entre eux parce que les fans aiment bien ça les alliances brisées. Voir le camp mené par Superman, devenu une espèce de fasciste stylé, se bagarrer contre les insurgés menés par Batman a forcément quelque chose de jouissif. Même si le scénario se perd un peu dans des histoires de dimensions parallèles et que le propos n'a pas la force de Civil War, la campagne solo s'avère plutôt bien menée et agréable à suivre tout au long des cinq à six heures de jeu requises pour en faire le tour.

Comme il l'avait fait avec le dernier Mortal Kombat, le studio d'Ed Boon a blindé le contenu de son jeu. D'une part l'aventure principale est émaillée de cut-scenes soignées (pour la plupart) et de mini-jeux cassant la routine des combats. Ensuite, d'autres modes de jeu viennent prendre le relai une fois le scénario bouclé. Le mode S.T.A.R.S Labs propose ainsi 240 missions, soit dix par personnage, alternant combats et mini-jeux. Quant au traditionnel Arcade, une multitude de règles différentes, plus ou moins intéressantes, viennent en renouveler le cheminement. Enfin, le non moins classique mode Entraînement propose toutes les options qu'un joueur de 2013 est en droit d'attendre pour un jeu du genre.

Côté multijoueurs, là encore le jeu est difficilement critiquable. Si la plupart des duels que nous avons disputé étaient malheureusement entachés d'une latence suffisamment gênante pour perturber le cours du match, il faudra attendre quelques jours voire semaines pour espérer voir la situation se stabiliser. Mais question modes de jeu, il y a à boire et à manger. Il est par exemple possible de créer de grandes room où les joueurs pourront se défier façon GGPO. Il manque certes la possibilité de choisir son adversaire selon sa nationalité, mais ce multijoueurs en ligne figure tout de même parmi les plus complets du moment.

Mortal Injustice : un gameplay sous influenceRetour au sommaire
Et puis c'est aussi dans les petits détails que le soin apporté par NetherRealm est manifeste. Par exemple, la command list accessible dans tous les modes de jeu, dévoilant l'ensemble des combos de chaque personnage, a le bon goût de détailler la frame data de chacun des coups. Dans un autre registre, les arènes sont construites sur plusieurs niveaux et de nombreuses interactions sont possibles avec l'arrière plan, comme par exemple encastrer son adversaire dans un élément de décor, se servir d'un autre comme projectile, sortir du coin en prenant appui sur une colonne ou un arbre bordant l'arène, etc.

Ce qui nous amène donc tout naturellement au gameplay du jeu qui, disons-le tout de suite, se chargera de tracer la ligne de démarcation entre les deux publics présentés en introduction. Injustice s'inscrit complètement dans la lignée du dernier Mortal Kombat. Chaque personnage dispose d'un certain nombre de Chain Combos - séquence de coups prédéfinies - limitant de fait toute composition un minimum personnalisée. L'apprentissage consiste donc à mémoriser des suites de touches. Et c'est tout ? Pas tout à fait car, une fois de plus, NetherRealm permet au joueur de se faire plaisir une fois l'adversaire arraché du sol.

Comme dans Mortal Kombat, le juggle est roi ouvrant ainsi des possibilités assez vastes, comme en témoignent d'ailleurs les quelques combos à rallonge déjà élaborés par certains joueurs. Et le jeu vient tout juste de sortir. Nul doute que bien des exploit seront découverts dans les semaines à venir. C'est d'ailleurs déjà le cas avec des combos infinis rapidement patchés par NetherRealm. Sans compter que les Super, parfaitement no-skill (il suffit d'appuyer sur deux touches) peuvent être placées sans la moindre difficulté en conclusion d'un combo voire même en réaction à une attaque adverse. Bref, nul doute que, comme avec le dernier MK, les passionnés du genre finiront assez vite par s'en détourner.

Injustice : Les Dieux Sont Parmi Nous
Alors Injustice n'est il que la copie conforme de Mortal Kombat ? Pas tout à fait. En plus des multiples interactions bien vues avec le décor, la nouvelle production de NetherRealm pioche quelques mécaniques de jeu plus ou moins pertinentes à droite à gauche. On pense ainsi à la possibilité offerte de casser un combo adverse (et le rythme du matche par la même occas') en déclenchant une espèce de pierre / feuille / ciseaux. Une fois la manipulation réalisée, les deux adversaires misent une ou plusieurs portions de jauge de Super et le plus audacieux remporte le duel au prix de la jauge engagée dans la bataille. Dans le même ordre d'idée, il est possible de casser la pression adverse dans la garde en envoyant valser l'agresseur pour un tarif de deux portions de jauge.

Toujours au chapitre des emprunts, chaque personnage peut compter sur des coups EX, un espèce d'Ultra Combo souvent superbement mis en scène ou encore quelques combos pouvant être interrompus et conclus par un rebond, un peu dans l'esprit de l'annulation du Focus Attack dans Street Fighter IV. La seule véritable originalité du titre repose sur l'utilisation des Atouts. Chaque protagoniste dispose en effet d'une capacité spéciale (des attaques plus puissantes pour Superman, des tirs imparrables pour Deathstroke ou encore la possibilité de régénérer sa barre de vie pour Cyborg) momentanée mais, bien utilisée, capable de faire la différence. Des possibilités avancées énonçant implicitement les ambitions de NetherRealm pour ce titre : en faire le successeur de Mortal Kombat sur la scène du jeu de baston compétitif. Pour autant cela ne suffit pas à le distinguer suffisamment de son modèle. Sans aller jusqu'à le qualifier de mod DC Comics de Mortal Kombat, Injustice fera un petit peu l'effet d'une redite pour les possesseurs de ce dernier.

Des super-héros vilainsRetour au sommaire
Injustice : Les Dieux Sont Parmi Nous
Si les possesseurs de Mortal Kombat n'y verront qu'assez peu d'intérêt ou que les joueurs rompus au genre s'en détourneront assez rapidement, qu'en est-il des fans des personnages DC Comics ? Le casting, en dépit de déséquilibres criants, devrait d'une part les satisfaire. Les plus célèbres icônes (Superman, Batman, Bane, Joker, The Flash etc.) côtoient d'autres personnages moins populaires (Hawkgirl, Sinestro, Shazam, etc.) pour un roster suffisamment costaud et varié. Et puis, la surpuissance des super monsieurs et madames est également parfaitement retranscrite au travers des interactions explosives avec les décors ou encore de leurs supers attaques complètement craquées et jouissives.

Là où le bât blesse c'est lorsqu'on évoque la direction artistique assez immonde du jeu. NetherRealm oblige, le mauvais goût est de rigueur. Qu'il s'agisse de la modélisation ou des costumes de la plupart des personnages, des teintes de couleurs retenues pour bon nombre de décors, NetherRealm a multiplié les choix douteux. Une petite pensée pour notre ami Daniel, meurtri par tant d'irrespect.

Dommage car techniquement le jeu tient tout à fait la route, en dépit de temps de chargement longuets ou de personnages animés comme des robots (ce que le studio se plaît d'ailleurs à présenter comme un parti pris, curieux). La fluidité et la vivacité sont au rendez-vous, la mise en scène des attaques les plus puissantes souvent inventive et soignée, et la dimension sonore, qu'il s'agisse des bruitages ou des musiques, percutante.

A l'heure où le genre n'a jamais été aussi en vogue, où les suites et mise à jour se multiplient, NetherRealm n'a pas choisi le bon timing pour tenter d'imposer son Injustice. D'une part, son titre partage une bonne partie de l'ADN du dernier Mortal Kombat puisqu'en dehors de quelques mécaniques qui lui sont propres, Injustice se joue de la même manière que ce dernier. Quid de l'intérêt du titre pour les possesseurs de Mortal Kombat ? Quant aux férus de jeux de castagne, ceux que les heures en mode training n'effraient pas et qui dosent chaque jeu comme le dernier, force est de reconnaître que là encore Injustice marche dans les pas de Mortal Kombat : sa carrière online ou en tournois a peu de chance de se poursuivre au-delà des fêtes de noël. En cause, son gameplay verrouillé et le règne sans partage du juggle à outrance. Reste donc les fans de Superman, Batman et consorts. Ceux-là auront de quoi faire durer leurs plaisirs solitaires et se fendre la poire entre amis dans des matchs spectaculaires grâce au soin apporté par NetherRealm dans la construction des arènes, l'interactivité, la mise en scène des Super et la variété du casting. Ils regretteront néanmoins ce mauvais goût qui tient presque de la marque de fabrique du studio et vient enlaidir un univers qui n'en méritait pas tant. Enfin pour synthétiser et si vous êtes un petit peu tout cela à la fois, Injustice demeure un jeu de castagne tout à fait valable, soigné sur bien des points, mais un peu débarqué au mauvais endroit, au mauvais moment.

Vidéo-Test d'Injustice : les Dieux sont parmi nous



Injustice : Les Dieux Sont Parmi Nous
Injustice : Les Dieux Sont Parmi Nous
Injustice : Les Dieux Sont Parmi Nous
Injustice : Les Dieux Sont Parmi Nous
Injustice : Les Dieux Sont Parmi Nous
Chargement des commentaires...
( les afficher maintenant )

Les avis des internautes

Note moyenne des internautes : 8.4
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : Anonyme
Très bon
Un solo dont devrait s'inspirer messieurs Namco et Capcom !!! Fans de MK et fans de comics, ce jeu est fait pour vous. Si graphiquement ça pique un peu les yeux (couleurs à la MK un peu trop délavées, aliasing), c'est sacrément dynamique et ça fait mal !
Cet avis vous a-t-il été utile ? oui (3) / non
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : Anonyme
Très bon
A prendre Parsque voila un jeu de combat fort sympathique avec un roster complet et des commandes accessible aux novices comme aux confirmés. Sur les graphismes ne sont pas forcément au top niveau (quoique....c'est discutable) mais à la fin de la journée, balancer son amis dans le décors n'a jamais était si satisfaisant.
Cet avis vous a-t-il été utile ? oui (1) / non
flechePublicité

Idées cadeaux JV

Partenaires Jeuxvideo.fr

Tests

Trials Fusion

Trials Fusion

Pour tous joueurs | Xbox One , Xbox 360 , PS4

Partenaires Jeuxvideo.fr

flechePublicité

Micromania

>Les meilleures offres jeux vidéo

flechePublicité