flechePublicité

Test Inazuma Eleven GO Chrono Stones : Tonnerre (Nintendo 3DS) : 7/10 sur JeuxVideo.fr



Sortie le 27 Mars 2015 , Nintendo 3DS

Les +

  • Un gameplay toujours aussi plaisant et efficace
  • Une tripotée de contenus à découvrir
  • Toujours plus de mécaniques pour varier ses stratégies en match
  • La réalisation, au poil (surtout les effets 3D)

Les -

  • L'histoire, un peu trop dirigiste et longue à démarrer
  • Le recrutement des joueurs, trop soumis au hasard
  • Les matchs scénarisés, qui cassent le rythme
  • Toujours pas de multi en ligne
La note de jeuxvideo.fr
7.0
bon
La note des internautes
8.5

(13 votes)
Publiée le 17/03/2015 à 11:03, par Kevin-J

Test du nouvel Inazuma Eleven Go : on ne change pas une équipe qui gagne

Malgré un écart conséquent par rapport à nos amis japonais, Inazuma Eleven continue de se frayer un chemin vers nos vertes contrées. C'est encore le cas avec Inazuma Eleven Go Chrono Stones : Brasier / Tonnerre et ses deux ans de retard.

Avec trois épisode sur DS et autant sur 3DS, la série Inazuma Eleven possède une certaine aura auprès du public, notamment auprès des plus jeunes grâce à la diffusion de la série animée qui en est tirée. Mélangeant football et tactical-RPG, cette série s'avère cependant bien plus profonde et prenante que son apparence enfantine ne pourrait le laisser penser, et c'est non sans une certaine impatience que chaque épisode est attendu. Deuxième volet de la série Inazuma Eleven Go, il se concentre sur l'arc Chrono Stones. L'occasion pour tous de revivre cet arc haut en couleur qui fera voyager nos héros aux quatre coins de l'histoire.

Gogo's Bizarre AdventureRetour au sommaire
Inazuma Eleven GO Chrono Stones : Tonnerre
Dans le précédent épisode, Arion Sherwind, petit nouveau et remplaçant attitré de Mark Evans (devenu depuis coach de Raimon), avait réussi à sauver le monde du football d'un avenir sombre sous l'égide du maléfique Secteur 5. Un avenir régi par des matchs truqués, sans aucune surprise, et bien loin de la folie haletante qui anime l'univers d'Inazuma Eleven. C'est donc tout naturellement que nous retrouvons Arion au commencement de ce nouvel épisode. Un héros habité par le sentiment du devoir accompli, qui déchantera rapidement une fois de retour dans l'enceinte de ce bon vieux Lycée Raimon. En effet, toute mention du ballon rond semble avoir été rayée de l'Histoire, à son plus grand déplaisir. Les responsables de cette tragédie ? El Dorado, une assemblée de vieux croulants venus du futurs, et leurs exécuteurs des basses œuvres, le Protocole Alpha, résolus à faire disparaître le sport honni afin d'éviter que le futur ne soit envahi par une génération de jeunes surdoués, dotés de pouvoirs supérieurs, et bien décidés à prendre le pas sur la vieille garde. Une situation épineuse pour Arion, qui pourra cependant compter sur tout un tas de nouveaux alliés pour aller rétablir l'ordre à travers l'espace et le temps, à grands coups de tirs cadrés aux proportions épiques et autres une-deux dantesques.

Inazuma Eleven GO Chrono Stones : Tonnerre
Si vous êtes un connaisseur de la série animée, vous aurez reconnu là le synopsis de la seconde saison d'Inazuma Eleven Go. Une saison riche en rebondissements qui verra Arion et ses petits potes tâcher de corriger les méfaits du Protocole Alpha afin de sauver le football d'une disparition certaine. Outre quelques allers-retours à des instants clefs de l'histoire d'Inazuma, cela sera aussi l'occasion de parcourir le temps afin de constituer l'équipe de foot ultime, capable de contrecarrer les plans d'El Dorado. Une histoire sympathique, bien menée, pas trop incohérente en dépit des écueils propres aux voyages temporels, mais qui souffre malgré tout de quelques redondances dans sa seconde partie. Et c'est sans doute là que réside le plus gros problème de cet Inazuma Eleven Go Chrono Stones Brasier / Tonnerre. En effet, dès lors que nos amis se lancent dans la quête de l'équipe ultime, une certaine répétitivité, et une lassitude s'installe. A chaque fois, et malgré d'infimes variations, Arion arrive dans une nouvelle époque, rencontre l'objet de sa quête, affronte et bât le Protocole Alpha, avant de remplir son objectif et passer au suivant. La lassitude s'avère d'autant plus forte que le jeu, pour faire avancer son histoire, se veut des plus dirigistes. Bien souvent, il sera impossible de se balader à sa guise dans les environnements (un peu vides au demeurant), à cause d'un objectif à remplir. Pire, les matchs nécessaires à la progression de l'histoire sont entrecoupés de nombreuses saynètes qui viennent interrompre l'action, et croyez-moi, il n'y a rien de pire que de voir une occasion de but se volatiliser pour laisser place à une petite cinématique.

Like candle in SherwindRetour au sommaire
Inazuma Eleven GO Chrono Stones : Tonnerre
Néanmoins, si l'on passe sur ces petits détails un tantinet irritants, et que l'on se prend au jeu, Inazuma Eleven Go Chrono Stones a tout pour plaire. C'est une habitude avec la série, mais le gameplay créé par Level-5 marche parfaitement bien. Les contrôles tactiles répondent une fois encore au doigt et à l'œil pour peu que l'on passe l'affichage des icônes en mode pro, et c'est un réel plaisir de développer ses stratégies lors des matchs à 11 contre 11. Un plaisir d'autant plus grand que les options tactiques sont plus nombreuses qu'à l'accoutumée. En sus des Esprits Gardiens et autres techniques et tactiques spéciales habituelles à la série, cet épisode introduit les Armures d'Esprit Guerrier, matérialisation physique des esprits possédés par nos joueurs (et rappelant furieusement ce bon vieux St Seiya) et le Miximax (une fusion de deux esprits). Ces deux nouvelles options, si elles viennent enrichir la panoplie de tactiques disponibles en jeu, facilitent aussi grandement les matchs. Un peu trop même, puisque les effets de ces deux techniques sont dévastateurs, augmentant les statistiques des joueurs de manière incroyable (fusse pour un court laps de temps) quitte à friser le bourrinisme primaire. Pour le reste, rien que du très classique à se mettre sous la dent. Les plus fins tacticiens pourront, comme d'habitude, passer des heures et des heures à collecter les dizaines de techniques spéciales disséminées une peu partout dans le jeu ou à acheter les équipements les plus à même de servir leur équipe. Il sera aussi possible de rencontrer des centaines de joueurs qui peuplent le monde d'Inazuma, et de les recruter afin de constituer minutieusement leur équipe ultime, même si, une fois encore, l'impossibilité de disputer des matchs autrement qu'en local est à regretter.

Inazuma Eleven GO Chrono Stones : Tonnerre
Terminons enfin par un petit point sur la technique. Pour commencer, impossible de nier l'apport de la 3DS à la série. Les graphismes y sont fins, détaillés, et les animations d'une grande fluidité, même si l'on pourra noter quelques ralentissements lors de certaines saynètes réalisées avec le moteur du jeu. Lorsqu'on se balade dans les divers environnements (par ailleurs très réussis) ou lorsqu'on dispute des matchs, cette qualité saute aux yeux, à tel point que c'est un régal de tous les instants. Autre point positif, la 3D. Que l'on utilise ou non cette fonctionnalité, force est de constater que Level-5 maitrise son sujet. L'utilisation de la 3D sur Inazuma est quasiment irréprochable, ne gênant jamais la lisibilité de l'action, et offrant même quelques effets saisissants lors des matchs. Il faut aussi saluer l'effort d'adaptation qui a été réalisé par les équipes françaises. De nombreuses séquences bénéficient de voix françaises convaincantes, même si l'on regrettera l'absence de certains doubleurs de la série originale, y compris pour des personnages centraux.

Si vous vous attendiez à du changement avec ce nouvel épisode d'Inazuma Eleven Go, vous serez à n'en pas douter, un poil déçu. En effet, Level-5 applique à la perfection, une fois encore, la recette qui a fait le succès de la série depuis ses débuts en 2008. La base du jeu, à savoir le mélange entre RPG tactique et football fantastique, marche d'ailleurs toujours aussi bien, et a même gagné en profondeur avec les multiples ajouts de l'itération Go. Une panoplie qui s'enrichit avec l'ajout des armures d'esprits guerriers, qui multiplient un peu plus les possibilités tactiques une fois en jeu (quitte à verser un tantinet dans la surenchère niveau surpuissance). Néanmoins, et même si cet Inazuma Eleven Go Chrono Stone reste un divertissement des plus plaisants, il n'est absolument pas exempt d'écueils. A commencer par son rythme, lent au possible, qui souffre de trop nombreux événements scriptés y compris dans les matchs. Une manière de faire avancer l'histoire certes, et de poser sa narration, mais qui grève grandement le plaisir que l'on prend à jouer. Ensuite, il sera possible de noter une relative répétitivité dans l'action et un manque de surprise global, surtout dans la seconde partie de l'histoire. Mais une fois le stylet dégainé, ce second volet d'Inazuma Eleven Go, ne décevra pas les habitués du genre en proposant une expérience de jeu aussi solide et plaisante qu'à l'accoutumée. Et ce, même si l'on aurait aimé voir, comme c'était le cas avec les précédents épisodes, un nouvel élan s'imprimer sur la franchise.

Inazuma Eleven GO Chrono Stones : Tonnerre
Inazuma Eleven GO Chrono Stones : Tonnerre
Inazuma Eleven GO Chrono Stones : Tonnerre

Inazuma Eleven GO Chrono Stones : Tonnerre
Inazuma Eleven GO Chrono Stones : Tonnerre
flechePublicité

LES OFFRES

Playlist Inazuma Eleven GO Chrono Stones : Tonnerre

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

Tests

Grand Theft Auto 5

Grand Theft Auto 5

Joueurs confirmés | Xbox 360 , PS3 , PS4 , Xbox One
flechePublicité
flechePublicité