flechePublicité

Test Might And Magic : Heroes 6 (PC) : 7/10 sur JeuxVideo.fr



Sortie le 13 Octobre 2011 , PC

Les +

  • Durée de vie colossale
  • Concept inusable
  • Interface du Conflux
  • Nouveautés intéressantes

Les -

  • Simplification discutable
  • Missions parfois longuettes
  • Quelques soucis de finition
  • Limitations hors-ligne
La note de jeuxvideo.fr
7.0
bon
La note des internautes
7.6

(247 votes)
Publiée le 17/10/2011 à 12:10, par Nerces

Test Might & Magic Heroes 6 : not just for one day

Heroes Of Might & Magic revient avec un 6e opus et la tâche est rude pour Black Hole / Ubisoft quand on connaît l'attachement des joueurs PC pour ce monument du jeu vidéo.

Véritable institution du jeu PC, la saga Heroes Of Might & Magic nous revient 20 ans après le premier épisode et divers changements d'éditeurs / développeurs. Aujourd'hui, la licence est entre les mains d'Ubisoft qui a décidé de confier le bébé à une équipe hongroise, Black Hole Entertainment. Les bougres se disent fans de la première heure et avouent une adoration particulière pour le troisième opus... ça tombe bien nous aussi ! Si l'on en croit les responsables du studio, Might & Magic Heroes 6 doit donc être l'occasion d'un grand écart pour le moins hasardeux : revenir aux fondamentaux de cet épisode mythique tout en apportant innovation et modernité. Verdict.

« Lorsque la justice prend une journée de repos, la mort fait des heures supplémentaires »Retour au sommaire
Might And Magic : Heroes 6
Il ne faut donc plus dire Heroes Of Might & Magic 6, mais Might & Magic Heroes 6. Si l'on en croit Ubisoft, il est ainsi plus simple d'identifier la franchise dans son ensemble. Nous ne sommes pas vraiment convaincus, mais de toutes façons, nous continuerons à parler de « Heroes » comme nous le faisons depuis plus de quinze ans. Changement de titre mis à part, ce nouvel opus s'inscrit dans la mythologie imaginée par les créateurs de la série, et ce, même si nous revenons pas moins de 400 ans en arrière par rapport à Heroes 5. Le Duc Slava vient d'être assassiné et son empire est maintenant la cible d'invasions « démoniaques ». Au travers de cinq campagnes, nous incarnons les cinq enfants du Duc du Griffon et avons donc la charge de repousser les opportuns.

Les choses étant bien faites, à chacun des enfants correspond une campagne et surtout, une faction : Anton est lié au Havre, Sandor au Bastion, Anastasya à la Nécropole, Kiril à l'Inferno et Irina reçoit le Sanctuaire. Cette dernière faction est d'ailleurs la première nouveauté de Heroes 6, qui fera toutefois grincer des dents. Black Hole a décidé de supprimer certaines des plus fameuses factions de la série (Donjon, Rempart) pour en proposer une inédite qui puise son inspiration dans les civilisations asiatiques. Ce changement n'est toutefois pas anodin et s'accompagne de nombreuses modifications dans le fonctionnement même du jeu ; mais avant d'en arriver là, il est sans doute bon de faire un bref rappel de ce qu'est un Heroes Of Might & Magic.

Gameplay #1 - Un petit tour en Ashan


De manière un peu schématique, on peut résumer la chose en un mélange d'exploration / gestion et de stratégie. En début de partie, le joueur se voit confier un héros et - généralement - une cité. Le but est alors de lancer son héros à l'aventure afin de récupérer des ressources à utiliser dans la cité pour enrôler des unités et construire de nouvelles structures. Selon le cas, ces dernières ouvriront la voie à de nouvelles unités - plus puissantes - ou à divers bonus qu'il n'est pas nécessaire de détailler. Ces unités seront bien sûr employées à la conquête de nouveaux territoires, engendrant toujours plus de ressources et - l'un dans l'autre - de quoi écraser les autres joueurs au travers de batailles qui rappellent un peu les échecs.

Nouveautés et retraitsRetour au sommaire
Depuis quinze ans - et même vingt ans si l'on considère le King's Bounty de 1990 - il va sans dire que les choses ont un peu évolué et Heroes 6 ne déroge pas à la règle : tout en conservant le cœur du jeu, les développeurs de Black Hole ont donc imaginé quelques nouveautés, la faction du Sanctuaire étant la première d'entre elles. Chaque faction dispose d'un thème, de caractéristiques et de créatures qui lui sont propres. C'est ainsi que l'Inferno est logiquement associé aux Enfers et que ses bestioles ont un petit air de démons. Hélas, avec seulement cinq factions, on est obligé de dire adieu aux Elfes et autres Dragons - des créatures pourtant emblématiques pour un jeu ouvertement fantasy - et on peut craindre de les voir revenir au travers de contenus additionnels (DLC).

Might And Magic : Heroes 6
Reconnaissons en revanche que le style du Sanctuaire est remarquable et - de manière plus générale - on ne peut que saluer le travail des graphistes. Techniquement parlant, Heroes 6 n'est pas le plus abouti, mais les paysages sont très réussis et les cartes bien pensées alors que l'ensemble s'avère plus lisible que la 3D employée sur Heroes 5. À mesure que les parties s'enchaînent, on prend de plus en plus de plaisir à évoluer dans ces décors véritablement enchanteurs auxquels il ne manque finalement qu'un peu plus d'animations et de charme musical... Les développeurs ont pourtant repris certains des plus fameux thèmes des précédents opus, mais - durant les combats en particulier - la variété n'est peut-être pas suffisante.

Parallèlement à cette modification des factions, Black Hole a surtout repensé le fonctionnement des ressources et entre les adeptes / détracteurs du passage à trois matières premières (bois, pierre, cristaux), il est difficile de choisir son camp. Il faut ainsi reconnaître que la suppression des souffre / mercure / gemmes peut donner l'impression d'un appauvrissement du jeu. Cependant, cette réduction à trois ressources pousse les joueurs à se battre davantage pour leur possession, créant évidemment plus de tensions. Nous en sommes maintenant à plus de 30 heures de jeu et n'avons pas le sentiment que cette modification soit préjudiciable aux parties. Une chose est toutefois certaine, le bâtiment « marché » - qui permettait l'échange de ressources - est tout de suite moins intéressant.

De l'excès de simplification ?Retour au sommaire
Might And Magic : Heroes 6
Il est d'ailleurs bon de noter que le contrôle de ces ressources a été simplifié et que la possession d'une place-forte (ville ou château) donne immédiatement et automatiquement accès aux mines de sa région. Un changement présenté comme plus « logique » par les développeurs, mais qui rend plus délicates les techniques de guérilla : il faut maintenant qu'un héros occupe littéralement la mine pour en retirer le contrôle au propriétaire de la place-forte. Les vétérans objecteront qu'il n'y avait rien de plus pénible que de devoir patrouiller sans cesse, simplement parce qu'une andouille s'amusait à promener ses héros à travers le territoire pour s'adjuger toutes les mines qui n'étaient pas directement protégées : une technique qui a donc fait son temps.

La guérilla sera d'autant plus délicate à mener que les héros ont moins de raisons d'être sur Heroes 6. Autrefois, il fallait nécessairement enrôler plusieurs personnages en plus de son avatar de départ. Ces héros supplémentaires avaient pour objectifs de mener campagne à d'autres endroits de la carte - c'est toujours le cas aujourd'hui - mais ils servaient également à patrouiller ou à acheminer des troupes fraîches aux « guerroyeurs ». Ce rôle de mule n'est plus aussi important puisqu'il est maintenant possible d'enrôler toutes les unités de notre empire depuis une seule place-forte (avec quelques restrictions tout de même). Ce faisant, il n'est plus utile d'employer trois ou quatre héros pour assurer l'approvisionnement de nos combattants.

Might And Magic : Heroes 6
Cette simplification de leur rôle va de pair avec une certaine simplification de nos héros en eux-mêmes. Autrefois, les gains d'expérience avait une part de hasard au moment de passer un niveau : on ne savait effectivement pas parmi quelles compétences nous allions pouvoir faire notre choix. Heroes 6 « introduit » donc le concept d'arbres de compétences au sein desquels on dépense les points durement acquis. La suppression du hasard est sans doute une bonne chose, mais hélas, les développeurs se sont également amusés à rapprocher nettement les deux « classes » de héros. On pouvait auparavant enrôler des héros might ou magic : s'il y a encore une différence, cela ne concerne plus que le troisième niveau de compétence (les plus puissantes) et les héros n'en seront que plus interchangeables.

Un jeu qui dure, qui dure...Retour au sommaire
Du coup, comme pour ajouter un peu de personnalisation à des héros par trop similaires, Black Hole a imaginé la notion de réputation. Pas question de bien ou de mal dans le monde de Heroes et, selon nos actions, on se rapproche donc des Lames ou du Sang. Le premier « récompense » des actions que l'on peut qualifier de magnanimes alors que les joueurs impitoyables tendront vers le second. Passés certains seuils, notre personnage devient d'abord un champion puis un héros des Lames ou du Sang, débloquant ainsi d'autres pouvoirs et renforçant encore un peu le côté jeu de rôle qui sied si bien à la série. Un aspect que l'on retrouve d'ailleurs au niveau des artefacts, mais qui doit faire avec quelques disparitions regrettables.

Might And Magic : Heroes 6
Côté équipement, il y a de quoi faire. Il existe des artefacts mineurs, majeurs ou légendaires et les développeurs ont repris à leur compte le système de « tenues » qui permet d'obtenir des bonus quand on équipe plusieurs pièces d'un même ensemble. Il existe différents moyens d'obtenir ces artefacts : on peut soit en gagner en récompense de quête, soit les trouver en explorant la carte. Il est aussi possible d'en acheter chez certains rares revendeurs ou, plus simplement, de les voler aux héros adverses que l'on a défait sur le champ de bataille. Rien à redire côté équipements donc, mais on regrette que les développeurs n'aient pas décidé de reconduire certains éléments « jeu de rôle » comme la taverne et ses rumeurs. Dommage aussi que les rencontres avec des PNJ ne soient plus au programme en mode solo.

Un mode solo qui signe pourtant de forts appréciables progrès dans sa manière d'aborder les campagnes. Nous l'avons dit, il en existe cinq qui débutent après un prologue (didacticiel de prise en main) de deux missions. Ces cinq campagnes peuvent être faites dans l'ordre que l'on souhaite et il est même possible de toutes les mener de front. Après quatre missions, la campagne se termine pour aboutir à un épilogue. Au total, on peut donc compter sur une grosse vingtaine de missions, un chiffre qui ne tient toutefois pas compte de la longueur de celles-ci ! En effet, Heroes 6 est à classer dans les poids lourds niveau durée de vie et selon votre style de jeu ainsi que le niveau de difficulté, vous pourrez parfois faire durer une mission pendant trois à quatre heures et même un peu plus si vous aimer tout « nettoyer » !

Might And Magic : Heroes 6
Might And Magic : Heroes 6
Might And Magic : Heroes 6

L'écran des cités (au centre) est un vrai recul sur les précédents opus

Une intelligence artificielle déficienteRetour au sommaire
Directement liée à la longueur et au nombre des missions, la durée de vie de Heroes 6 est donc formidable d'autant qu'il faut ajouter le mode escarmouche et le multijoueur. Parler d'une cinquantaine d'heures de jeu pour l'ensemble des campagnes ne donnent cependant aucune indication sur l'intensité de ces heures et Heroes 6 pêche un peu à ce niveau. Il faut effectivement reconnaître un côté répétitif aux missions alors que l'intelligence artificielle a trop tendance à se cantonner aux mêmes tactiques... en particulier durant les combats. Les vétérans ne s'en étonneront pas puisque l'intelligence artificielle a toujours été le problème de cette série : une IA qui fait office de sympathique compagnon, mais qui ne peut évidemment pas se comparer à un adversaire de chair et de sang.

Might And Magic : Heroes 6
Premier bon point à ce niveau, Black Hole a conservé tous les modes qui ont fait le succès de la série et notamment le fameux hotseat (sur un même écran). À côté de cela, il est bien sûr possible de jouer en multijoueur classique sur 14 cartes différentes. Un double regret tout de même puisqu'il n'y a que deux cartes pour 8 joueurs et surtout 1 seule carte dite gigantesque ; un éditeur a néanmoins été promis par Ubisoft ! Non, le principal reproche que l'on peut faire au mode multijoueur est sans doute la réduction - apparente - du nombre de stratégies disponibles. Les différentes modifications que nous avons pu énumérer n'ont pas une incidence trop importante en solo, mais dès lors que l'on aborde le multijoueur, il paraît clair qu'il y a moins de techniques qu'autrefois.

Nous avons parlé de la méthode dite de guérilla qu'il semble difficile de mettre en application aujourd'hui, mais citons également la réduction du nombre de ressources qui pousse les joueurs à se battre pour les mêmes et donc à se la jouer davantage bourrin. La conversion - simple - des cités va dans le même sens et c'est aussi le cas des combats qui perdent des options au niveau des armes de siège, la gestion des munitions pour les unités de tir et la fameuse tente de soins. N'oublions pas de parler du resserrement qui a été opéré au niveau des troupes : toutes les créatures sont beaucoup plus proches les unes des autres et le meilleur exemple est sans doute le fait que toutes peuvent traverser l'ensemble du champ de bataille en deux tours d'action.

Might And Magic : Heroes 6
Enfin, on ne se remet toujours pas de la transformation - depuis Heroes 5 - des hexagones des champs de bataille en carrés ! Il ne faut cependant pas exagérer l'importance de ces défauts : on peut dire que c'est le fan de la série qui parle. Malgré ces reproches, nous avons pris un immense plaisir à jouer à Heroes 6 et pourvu que le suivi soit de qualité, on pourra peut-être enfin enterrer Heroes 3 ! En effet, il faut noter que pour l'heure quelques bugs subsistent et que l'on attend évidemment d'Ubisoft un comportement exemplaire. Plutôt à l'écoute et malgré l'utilisation de son service uPlay, il a conçu une interface de jeu - le Conflux - bien pensée. On trouve vite ce que l'on veut, ça marche sans lourdeur et nous n'avons en fait qu'un seul reproche : s'il est possible de jouer sans être connecté à Internet, il faut utiliser des sauvegardes différentes de celles faites « connecté » et on ne peut compter sur les récompenses uPlay. Dommage.

Sans surprise, Might & Magic Heroes 6 n'est pas l'opus que tous les fans de la série appelaient de leurs vœux. Pour autant, il s'agit d'une vraie bonne surprise dans la mesure où l'on peut qualifier le contrat de rempli. Les développeurs de Black Hole avaient pour objectif de renouveler les mécanismes du jeu sans en bouleverser le concept et si certaines décisions sont vraiment discutables, la plupart des changements qui font débat ne sont pas d'ordre à dégoûter du jeu. Compte tenu de sa réalisation, de certains de ses choix et du bon fonctionnement général de ses parties, il y a de fortes chances que ce Heroes 6 puissent dignement trôner à côté des précédents opus. Comme ses ancêtres, il a tout du titre sur lequel on revient sans cesse... en souhaitant simplement que le suivi soit à la hauteur.


Test réalisé sur une machine à base de Core i7 3,6 GHz, 6 Go de mémoire vive et GeForce GTX 480. Le jeu semble à son aise à partir d'un processeur double-cœur 2,4 GHz, épaulé par 2 Go de mémoire vive et une GeForce 7800 GTX.

Might And Magic : Heroes 6
Might And Magic : Heroes 6
Might And Magic : Heroes 6
Might And Magic : Heroes 6
Might And Magic : Heroes 6
Might And Magic : Heroes 6
Might And Magic : Heroes 6
Might And Magic : Heroes 6
Might And Magic : Heroes 6
Chargement des commentaires...
( les afficher maintenant )

Les avis des internautes

Note moyenne des internautes : 7.6
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : Anonyme
Très bon
Samboss Certes différents du 3, 4 ou 5... C'est encore une autre Heroes of Might and Magic mais dans le même univers... Avec les mêmes peuples ? pas tout à fait, et c'est bien aussi. Passé les 2 premières heures de découvertes, de Ahhh, ça marche plus comme ça, à Ahhh... ça marche comme çaaa !!! Et bien, vous êtes à nouveau mordu, drogué et addict pour de longues heures... Ou suite ...
1 BONNE RAISON DE NE PAS Y JOUER
L'avis de : Anonyme
A éviter
A EVITER CAR BIEN TROP DE PB POUR SE CONNECTER ET JOUER J'ai été très déçue par ce nouvel Heroes. Le jeu est très intéressant comme les précédents seulement quand on peut y jouer. Le serveur est sans cesse saturé, on a courant des messages disant merci de réessayé plus tard. Je n'ai que peu de temps pour jouer alors ce type de message à le don de m'énerver. Ensuite les bugs pendant les combats qui vous déconnecte du jeu. Habituée à jouer à WOW, j'avoue suite ...
flechePublicité

LES OFFRES

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

Tests

Grand Theft Auto 5

Grand Theft Auto 5

Joueurs confirmés | Xbox 360 , PS3 , PS4 , Xbox One
flechePublicité
flechePublicité