flechePublicité

Test Hard Corps : Uprising (Xbox 360, PS3) : 8/10 sur JeuxVideo.fr



Sortie le 16 Février 2011 , Xbox 360 Sortie le 23 Mars 2011 , PS3

Les +

  • Très joli
  • Très jouable
  • Très dur
  • Très varié
  • Très rythmé
  • * Mode Uprising bien pensé

Les -

  • Usine à frustration
  • Persos en DLC
  • Chargements longuets
La note de jeuxvideo.fr
8.0
tres bon
La note des internautes
7.5

(37 votes)
Publiée le 17/02/2011 à 17:02, par Maxence

Hard Corps Uprising : le Contra de confiance

La série Contra prend un nouveau départ sous le giron de Konami : une recette éculée bien actualisée par une réalisation sans faille. Hard Corps Uprising, le même plaisir 25 ans après.

Initiée en 1987 sur Nes ou encore Commodore 64, la série Contra (connue sous le pseudonyme de Probotector chez nous) fait les beaux jours du run & gun sur consoles et arcade depuis près de 25 ans. Réputée pour sa difficulté colossale, la série a mené la vie dure à plusieurs générations de joueurs avec sa formule mixant action et plateforme à la limite du shoot’em up. Même si le nom a changé, Hard Corps Uprising se place en héritier direct de cet illustre monument du jeu vidéo. Préparez votre stock de manettes…

« Mourir, il va falloir vous y habituer »Retour au sommaire
Hard Corps : Uprising
Comme tout bon Contra qui se respecte, Uprising base son gameplay et sa longévité sur la quantité de frustration que le joueur pourra encaisser avant de craquer. Que vous soyez du genre à balancer la manette (ce qui est mon cas), à insulter le jeu ou la console (ce qui est mon cas) ou à vous venger sur votre entourage (ce qui est… euh non…), Hard Corps Uprising va vous donner l’occasion d’extérioriser toute la rage qui sommeillait en vous depuis bien trop longtemps. Mourir, il va falloir vous y habituer.

Hard Corps : Uprising
Ce nouveau Contra s’inscrit dans la droite lignée de ses prédécesseurs : les ennemis et autres pièges fourbes pullulent tout au long des huit niveaux à la difficulté croissante, chacun étant ponctué de deux ou trois boss souvent mastocs. Heureusement, Arc System Works (Guilty Gear, BlazBlue) a largement dépoussiéré le gameplay historique de la série pour sa première contribution au genre : les deux héros peuvent désormais courir et dasher en l’air, effectuer un double-saut ou encore renvoyer les tirs ennemis en respectant un certain timing.

Gameplay #2 - Jungle et demi-boss

Hard Corps : Uprising : Gameplay #2 - Jungle et demi-boss


Une barre de vie fait également son apparition. Là où les anciens Contra ne vous laissaient pas le droit à l’erreur, Uprising vous permet d’encaisser jusqu’à trois tirs avant de rendre l’âme. Les retrogamers pourront peut-être crier au scandale ; nous, on apprécie de pouvoir survivre quelques secondes de plus. Les deux modes de jeux sépareront d’ailleurs très bien les « vrais » des « faux ».

Arc System Works, une vraie bande de sadiquesRetour au sommaire
Hard Corps : Uprising
Tandis que le mode Arcade vous fera partir avec un équipement fixe et un nombre limité de vies et de continues, le mode Uprising vous permet de faire évoluer votre combattant en acquérant toutes sortes d’équipement : plus de vies, plus de crans de santé, possibilité de bousculer les ennemis en course, possibilité de démarrer un niveau avec une arme spéciale… Les possibilités sont nombreuses, et permettront aux moins aguerris de pouvoir boucler les premiers niveaux quand même…

Hard Corps : Uprising
Attention, cela a néanmoins un coût. Trucider vos adversaires et ramasser les trésors vous aidera néanmoins pas mal à rapidement récolter les précieux deniers, d’autant que les niveaux regorgent d’éléments à collecter, parfois bien cachés. Ceux-ci sont d’ailleurs assez surprenants de dynamisme et de variété : séquences en véhicule (moto, overboard…) ou sur un train, passage d’infiltration bien corsée mais hyper jouissive et escorte de scientifique viennent ponctuer des niveaux jamais vraiment classiques dans leur déroulement.

Hard Corps : Uprising
Hard Corps : Uprising
Hard Corps : Uprising
Les boss d'Hard Corps : Uprising vont vous en faire baver...


Fourbes comme jamais, les développeurs d’ArcSys prennent un malin plaisir à jouer sur les contre-temps pour perturber votre progression par le rythme (les « patterns », dans le jargon), tout en plaçant sur votre route des ennemis toujours plus violent et retors. Avec des niveaux à la construction royale, jouant sur la verticalité comme sur l’horizontalité, Uprising nous embarque dans un grand huit ludique dont il sera difficile de ressortir indemne. C’est que la mort, ça laisse des traces. Évidemment, le plaisir que l'on prend à progresser est proportionnel à la difficulté des situations desquelles on sort indemne. En gros, plus c'est dur, plus on lutte, mais plus on joue, plus on maitrise et plus on y arrive et de fait plus le plaisir est grand. C'est le Contra (elle était facile cella là...) que l'on passe avec le jeu, et qui tient ici toutes ses promesses.

Techniquement éblouissantRetour au sommaire
Hard Corps : Uprising
Cette progression par l'erreur et la défaite, typique des jeux d'hier, s'accompagne cette fois d'un enrobage HD absolument magnifique. Les sprites sont vraiment beaux, les couleurs éclatantes et les niveaux bien différenciés esthétiquement. Si la jungle reste le niveau le plus beau du jeu, même l'éternelle base ennemie ou la caverne proposent leur lot de réjouissances graphiques. Les arrières plans sont toujours très animés sans pour autant perturber la visibilité. Uprising est beau de bout en bout. La seconde moitié du périple, plus urbaine, entraine une plongée toujours plus tendue dans le camp ennemi, chaque saut et chaque tir s'effectuant sur le fil du rasoir.

Hard Corps : Uprising
Le rythme (et donc la difficulté) va crescendo tout au long de la progression, parfaitement accompagnée par des pistes musicales parfois mélodiques mais souvent très brutes. Les riffs de guitare secs et les tirs s'entremêlent parfaitement, faisant en sorte de ne jamais sortir le joueur de l'aventure. L'expérience Uprising se vit pleinement, seul ou à deux en local comme en ligne, la difficulté étant de fait légèrement inférieure avec un ami. Il faudra au joueur moyen environ 6 ou 7 heures pour débloquer les huit stages avec un personnage, et probablement toute une vie pour boucler un mode Arcade vraiment ardu si on se fie à l'écart vraiment trop grand entre deux checkpoints.

Gameplay #3 - Infiltration en terre ennemie

Hard Corps : Uprising : Gameplay #3 - Infiltration en terre ennemie


On en a donc largement pour les 1200 points Microsoft demandés, Konami ayant néanmoins la bassesse de vendre séparément deux personnages supplémentaires en DLC. La pratique est d'autant plus dommageable que ce contenu additionnel payant risque fort peu de faire recette, le public intéressé par un tel titre n'étant pas forcément du genre à banquer à tout va. Quoi qu'il en soit, les deux personnages disponibles proposeront suffisamment de challenge en l'état, même si Bahamut (plus résistant, moins vif) et Krystal n'ont au final pas tant de différences que cela, si ce n'est scénaristique. Uprising est une préquelle du Contra : Hard Corps (1994), le scénario étant de toutes façons très discret.

Beau et corsé à en pleurer, Hard Corps Uprising s’adresse au final à un nombre limité de joueurs malgré ses tentatives judicieuses pour actualiser la formule du Run & Gun. Les joueurs capables d'encaisser la frustration de la défaite profiteront de ce trésor sadique qui mettra leur patience à rude épreuve là où les autres feraient mieux de passer leur chemin. Dans ce genre bien balisé, Uprising s'en tire très bien grâce à sa réalisation exemplaire et l'inventivité dont il fait preuve dans la construction de ses niveaux et la variété de son action. Un jeu à ne pas mettre entre toutes les mains, mais dont l'achat ne fait aucun doute pour les vieux de la vieille désireux de revenir quelques années en arrière.

Gameplay #4 - Escorte et boss

Hard Corps : Uprising : Gameplay #4 - Escorte et boss

Hard Corps : Uprising
Hard Corps : Uprising
Hard Corps : Uprising
Hard Corps : Uprising
Hard Corps : Uprising
Hard Corps : Uprising
Hard Corps : Uprising
Hard Corps : Uprising
Hard Corps : Uprising
Hard Corps : Uprising
Hard Corps : Uprising
Hard Corps : Uprising
Chargement des commentaires...
( les afficher maintenant )
flechePublicité

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

Tests

Grand Theft Auto 5

Grand Theft Auto 5

Joueurs confirmés | Xbox 360 , PS3 , PS4 , Xbox One
flechePublicité
flechePublicité