flechePublicité

Test Halo 4 (Xbox 360) : 8/10 sur JeuxVideo.fr Xbox 360

Sortie le 06 Novembre 2012 sur Xbox 360

Les +

  • Une licence relancée avec brio
  • Mise en scène et rythme maîtrisés
  • Techniquement au poil
  • Direction artistique pleine de majesté
  • IA ennemie coriace
  • Multijoueurs riche et solide ...

Les -

  • ... à défaut d'être innovant
  • Début de campagne un peu quelconque
  • Les Spartan Ops dispensables en solo
La note de jeuxvideo.fr
8.0
incontournable
La note des internautes
9.0

(832 votes)
Donner votre avis
Halo 4
dispo sur XBOX 360
Publiée le 01/11/2012 à 08:11, par Virgile

Partager ce test

Vidéo-Test de Halo 4 : le come-back triomphal du Master Chief

343 Industries succède à Bungie en initiant une nouvelle trilogie Halo qui s'annonce d'ores et déjà prometteuse.

Cela fait déjà cinq ans que nous avons laissé le Master Chief dérivant dans l'espace à bord du Forward unto Dawn et veillé par l'intelligence artificielle Cortana. Mais évidemment, pas de repos pour les héros et, avec Halo 4, le Spartan John-117 est tiré de son profond sommeil pour sauver l'univers d'une nouvelle menace dont nous nous garderons bien de vous dévoiler quoique ce soit. Ce que nous pouvons vous dire en revanche, c'est que 343 Industries nous livre là un des tous meilleurs épisodes de la série. Le meilleur ?

« Wake up, John. »Retour au sommaire
Halo 4
Nous ne vous ferons donc pas l'affront de vous raconter les péripéties vécues par le Master Chief et Cortana tout au long de la dizaine d'heures de jeu que propose l'excellente campagne de Halo 4. Sachez cependant que cette nouvelle aventure relance la licence avec brio en s'appuyant sur tout un pan de la mythologie Halo jusqu'ici plus évoqué en toile de fond que véritablement développé. Il y sera question de l'héritage des Forerunners, d'une nouvelle race de créatures et de sa genèse mais aussi d'une relation entre John-117 et Cortana beaucoup plus poussée que tout ce que la saga s'était permise jusqu'alors tandis que cette dernière doit lutter contre la Frénésie qui la ronge.

Ce qui singularise donc ce quatrième volet par rapport à tous ceux qui l'ont précédé c'est une intensité dramatique et des développements scénaristiques inédits. 343 Industries insuffle à ce nouvel épisode canonique une profondeur inédite dans la série par le biais de nouveaux enjeux. La lutte du Master Chief contre cette nouvelle menace embrasse une autre urgence, celle de sauver son amie Cortana de la dégénérescence qui l'emporte petit à petit. Ces deux axes scénaristiques rythment une campagne qui ne cesse de gagner en intensité et compte quelques mémorables moments de bravoure.

Halo 4
Ils nous conduisent également à entrevoir John derrière l'armure du Spartan, mais avec une certaine finesse. On aurait en effet pu craindre que cette volonté de laisser transparaître l'humanité du Master Chief ne donne lieu à des épanchements balourds du genre « gros dur cachant une blessure secrète ». Mais heureusement il n'en est rien. Le traitement du personnage dénote un profond respect pour le symbole qu'il représente et Halo 4 est assez subtil pour nous laisser tout juste deviner qui se cache derrière la visière.

Qui plus est l'histoire nous est racontée par l'entremise de cut-scenes extrêmement soignées, qu'il s'agisse des scènes basées sur le moteur du jeu ou des rares cinématiques jouées à quelques points clefs de l'aventure. Le travail abattu sur les attitudes des personnages mis en scène force l'admiration, en particulier en ce qui concerne leurs animations faciales. La Performance Capture permet en effet de ne rien perdre des subtilités du jeu des acteurs. Les quelques personnages secondaires rencontrés tout au long de l'aventure y gagnent ainsi en caractère. Et c'est d'ailleurs une autre des singularités de cet opus : la qualité de ses seconds rôles (à ce titre, nous vous invitons à jeter un oeil à la mini-série Forward Unto Dawn nous racontant l'histoire du commandant Thomas Lasky).

Gameplay #4 - La Campagne



Halo 4 est tout aussi réussi dans le feu de l'actionRetour au sommaire
Halo 4
Malgré un premier tiers de la campagne un peu plus quelconque, la progression du Master Chief sur les différents champs de bataille s'avère savamment rythmée. D'escarmouches en affrontements à plus grande échelle, la lutte est âpre et régulièrement ponctuée de situations de jeu over the top comme cette opération à bord du gigantesque Mammoth ménageant des allers et venues entre le champ de bataille, l'intérieur du monstrueux véhicule et celui d'un vaisseau Covenant qu'il s'agira de saboter.

On pense également aux quelques missions aux commandes d'appareils tels qu'un chasseur de l'UNSC ou du Mantis, un mecha dont c'est la première apparition, variant la progression par petites touches en plus d'étoffer le gameplay de nouvelles possibilités. D'une manière générale, 343 Industries a eu le bon goût de varier les échelles du conflit qui se joue dans ce quatrième opus. La campagne nous bringuebale ainsi de courtes et intenses fusillades en solo à des opérations de plus grande ampleur aux côtés d'autres soldats de l'UNSC en passant par une mission de soutien à la flotte humaine aux commandes du chasseur mentionné plus haut.

Halo 4
Ces changements d'échelles se caractérisent également par la découverte de quelques environnements aux proportions gigantesques et aux perspectives vertigineuses. L'architecture grandiose des constructions des Forerunners est beaucoup plus mise en avant dans cet opus qu'elle ne l'a jamais été jusqu'ici. De même il arrive qu'un croiseur de l'UNSC ou un vaisseau Covenant sillonne le ciel tandis que la bataille fait rage au sol. Des visions stupéfiantes de décors écrasant le joueur de leur majesté.

La campagne de Halo 4 se démarque également des précédentes par l'introduction de cette fameuse nouvelle espèce extra-terrestre, les Prométhéens. A l'instar des Covenant - que le joueur un peu habitué à la série commençait à connaître par coeur - cette race compte des créatures aux différences de comportements très marquées. Entre un genre de chiens assez vulnérable mais aux rafales de tirs assassines, des géants coriaces et une sorte de créature aérienne assurant un soutien à ses congénères en créant des boucliers voire en les ressuscitant carrément, c'est à un véritable apprentissage de leurs particularités au combat auquel est confronté le joueur.

Halo 4
Halo 4
Halo 4


Les Prométhéens mettent le feuRetour au sommaire
Halo 4
Pour cela, il pourra compter sur leur propre technologie. Car qui dit nouvelles race dit aussi nouvelles armes. On aurait ceci dit apprécié un peu plus d'originalité de ce côté là. Ce nouvel arsenal se contente en effet de reprendre, pour une bonne part, des profils d'arme bien connus (mitrailleuse, fusil de précision, shotgun, etc.).

Ainsi confrontés aux Covenants et aux Prométhéens, le joueur aura fort à faire pour rester en vie. Car le titre se montre d'une difficulté assez relevée. Les ennemis sont en effet souvent redoutables aussi bien par leur nombre que par leur intelligence. Là encore, 343 Industries opère une réforme qui a son importance : l'ennemi en a dans le plot.

Halo 4
Il devient difficile de faire mouche avec une grenade, une roquette voire même une rafale de balles quand l'adversaire fait preuve d'une telle vivacité dans l'esquive. Les cibles les plus vulnérables n'hésitent pas non plus à momentanément battre en retraite. On aurait simplement aimé que l'ennemi se montre un peu plus tenace lorsqu'il cherche à nous déloger. Reste que le challenge est à l'avenant dans ce quatrième épisode grâce à ces créatures nous opposant une résistance beaucoup plus farouche.

Enfin côté gameplay, Halo 4 ne bouscule pas les fondamentaux hérités de l'ère Bungie mais se fend toute de même de quelques petits ajustements. D'abord, un Master Chief un peu plus véloce dans ses déplacements et punchy dans ses assauts au corps à corps. On note également quelques petits efforts de mise en scène, comme par exemple des exécutions dans le dos de l'ennemi nous sortant de la vue subjective.

Halo 4
Et puis un système d'assistances fait son apparition, regroupant diverses capacités, déjà vues ou inédites, dont il est possible de s'équiper. Ces capacités vont du jetpack, au boost en passant par l'hologramme, la vision prométhéenne (thermique) ou encore un bouclier énergétique. De nombreuses occasions de changer d'assistance se présentent au fil de la progression permettant ainsi de varier son approche.

Ces ajustements de gameplay, on les retrouve bien évidemment dans le versant online du titre, l'autre gros morceau du menu principal. Plusieurs modes coopératifs ou compétitifs nous sont à nouveau proposés, tous réunis dans un sous-menu baptisé Infinity du nom du croiseur de l'UNSC qu'accompagne le Master Chief tout au long de la campagne. Au rang des nouveautés, les Spartan Ops figurent en bonne place.

Halo 4
Rien de très original cependant : des séries de missions à accomplir seul ou jusqu'à quatre joueurs et situés dans des environnements voisins de ceux explorés en Campagne (elle-même jouable à quatre soit dit en passant). Les objectifs sont assez quelconques mais il y a lieu de s'amuser, surtout à plusieurs, grâce un challenge plutôt costaud et un côté « guerre ouverte » assez furieux. Pour l'heure une première série est d'ores et déjà disponible et dix autres feront progressivement leur apparition d'une semaine sur l'autre.

Un système de progression revu et corrigéRetour au sommaire
Halo 4
Mais c'est évidemment le versant compétitif du multijoueurs qui constitue le cœur de cette partie du jeu. Là encore, 343 Industries donne un petit coup de polish à une formule éculée. Les cartes d'abord, dont neuf sur dix sont inédites, seule Ragnarok - un classique indémodable - nous revient des précédents opus. On peut saluer l'efficacité de leur level-design, rigoureux et ménageant de multiples accès quoiqu'assez rarement asymétriques. En revanche, question topologie 343 n'a pas l'inspiration de Bungie qui parvenait à concevoir des maps mariant intérieurs et extérieurs avec un naturel et une logique interne assez remarquables.

Halo 4
Les règles de jeux sont en revanche toutes bien connues, ce qui n'enlève rien à leur efficacité. D'autant qu'un grand nombre d'options sont une fois encore de la partie pour les personnaliser. Bref là encore 343 ne tente pas une refondation ex-nihilo d'un pan de la licence qui a largement fait ses preuves et continue de donner lieu à des matchs disputés. On relève tout de même quelques agréments comme des largages d'équipements récompensant les séries de frags ou encore un affichage des armes à proximité. Mais s'il y a un peu de neuf à chercher c'est plutôt du côté du système de progression entièrement revu et corrigé qu'il faut se tourner.

Halo 4
Tous les modes du sous-menu Infinity permettent en effet d'engranger des points d'expérience et donc de gagner des niveaux et leur lot de nouvelles armes, pièces d'armure, capacités, bonus etc. Tout cela dans le but, non seulement de personnaliser son Spartan, mais aussi de constituer son paquetage de combat avec l'équipement débloqué. Les plus tenaces auront d'ailleurs à cœur d'accomplir certains challenges et d'obtenir certaines décorations donnant accès à du matériel et des bonus hors-progression.

Une progression sur cinquante niveaux au-delà desquels pourront se hisser les plus téméraires d'entre nous puisque plusieurs spécialisations viennent prendre le relai et dispenser de nouveaux bonus. Bref il y a de quoi faire et 343 délivre le multijoueurs le plus étoffé de toute la saga Halo à défaut d'être un tant soit peu original.

Une réalisation digne de ce nomRetour au sommaire
Halo 4
Enfin il faut saluer la réalisation du titre qui fait - enfin ? - honneur à la Xbox 360. Après un Halo 3 un poil décevant et un épisode Reach déjà un peu plus correct, Halo 4 peut quant à lui compter sur une assise technique très solide. Baigné d'effets de lumière et de particules en tout genre, toujours très fluide en dépit du tumulte agitant bien souvent le champ de bataille et se permettant même de ménager des circulations entre de vastes intérieurs et extérieurs sans jamais nous assommer de temps de chargement, le titre de 343 est exempt de reproches. D'autant qu'il jouit d'une direction artistique marquée par l'empreinte des Forerunners et de leurs grandiose civilisation. Côté bande-son, la qualité des doublages français comme anglais n'est pas à mettre en doute au même titre que les compositions enlevées de Neil Davidge, pour l'occasion épaulé par Sotaro Tojima (MGS 4) en guise d'audio director.

Halo 4
Halo 4
Halo 4


Pour répondre à notre question posée en introduction, oui Halo 4 est indéniablement ce qui s'est fait de mieux dans la série depuis bien longtemps. Les puristes pourront toujours discuter cette affirmation et lui opposer les deux premiers volets unanimement considérés comme indétrônables. Il n'empêche qu'avec ce quatrième volet, 343 Industries est indéniablement parvenu à relancer la série sur de solides bases scénaristiques. Sans révolutionner quoique ce soit, en solo comme en multijoueurs, le studio de Kirkland livre tout de même un épisode archi solide sur bien des points. En solo d'abord, avec une campagne rondement menée, explorant tout un pan de la mythologie Halo tout juste esquissée jusqu'alors tout en se risquant à des développements pas forcément évidents sur la destinée de John-117 et sa relation avec Cortana. En multijoueurs ensuite, en agrémentant un modèle éprouvé de quelques emprunts bienvenus, notamment un système de progression rétribuant l'investissement du joueur. En somme, Halo 4 ancre de solides fondations pour cette nouvelle trilogie en devenir. De quoi se montrer confiant pour l'avenir.

Vidéo-Test de Halo 4



Ailleurs sur le web

Chargement des commentaires...
( les afficher maintenant )

Les avis des internautes

Note moyenne des internautes : 9.0
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : somaneo
Très bon
Un jeu bien réalisé, soigné et prenant Après quelques heures de jeu en solo, je le trouve jusqu'à présent, bien réalisé tant sur le plan visuel que narratif. Bien entendu, nous sommes dans de la science-fiction et rares sont les jeux (ou les films et les livres) novateurs dans le domaine. Il ne faut pas s'attendre à du jamais vu ni à de la grande littérature. Somme toute, c'est bien mené. La qualité graphi suite ...
Cet avis vous a-t-il été utile ? oui (5) / non (1)
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : Anonyme
Très bon
Halo pour toujours Un jeu Halo n'a jamais été aussi beau, c'est aussi le jeu le plus cher de Microsoft. Les effets de lumières sont blufants, la moindre particule modifie en temps réel la dynamique du jeu. Même les cartes multi ont bénéficiées d'un beau rendu car généralement le multi est un peu moins beau. Le seul hic vient des explosions qui à mon goût ne sont pas représentatives des suite ...
Cet avis vous a-t-il été utile ? oui / non
Commander sur
Halo 4
flechePublicité

LES OFFRES

Playlist Halo 4

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

Tests

Endless Legend

Endless Legend

Pour tous joueurs | PC , Mac
flechePublicité
flechePublicité