flechePublicité

Test Green Lantern : La Révolte Des Manhunters (Xbox 360, PS3, Nintendo Wii, Nintendo DS) : 6/10 sur JeuxVideo.fr Xbox 360, PS3, Nintendo Wii, Nintendo DS

Sortie le 28 Juillet 2011 sur Xbox 360, PS3, Nintendo Wii, Nintendo DS

Les +

  • Large panel d'actions
  • Défoulant
  • Jouable à 2
  • Techniquement honnête
  • A la fois accessible et corsé
  • Option 3D stéréoscopique viable
  • Vendu à 50 euros

Les -

  • Histoire plate / insipide
  • Très redondant
  • Zones très closes et souvent vides
  • Gameplay et level design assez communs
La note de jeuxvideo.fr
6.0
bon
La note des internautes
7.1

(124 votes)
Donner votre avis
Publiée le 02/08/2011 à 15:08, par Damien

Partager ce test

Vidéo-Test de Green Lantern - La Révolte Des Manhunters : la révolution verte ?

Avec quelques jours d’avance sur la sortie du film, le héros de DC Comics débarque dans un jeu d’action plutôt amusant mais malheureusement largement perfectible.

Cet été, les adaptations vidéoludiques se suivent (Thor, Captain America) et ont tendance à se ressembler puisque des lacunes importantes sont au tournant. Le verdoyant Green Lantern compte bien changer la donne, dans un beat’em all développé par Double Helix (auteur de Silent Hill : Homecoming et Front Mission Evolved).

Hal, le seigneur de l’anneauRetour au sommaire
Green Lantern : La Révolte Des Manhunters
Pour ceux qui ne la connaîtraient pas encore, Green Lantern est une bande dessinée américaine publiée dès 1940 par l’éditeur DC Comics. Cette dernière met notamment en scène des héros (le personnage principal change en fonction des périodes) qui tire ses super-pouvoirs d’un anneau vert symbolisant une lanterne. Le « précieux » - dédicace à Gollum - anneau permet aux justiciers de la Green Lantern Corps de matérialiser un large panel d’objets offensifs, comme des armes, et défensifs (bouclier), ou encore de voler.

Le scénario de Green Lantern - La Révolte Des Manhunters nous propose de contrôler un certain Hal Jordan dans un univers proche du long-métrage. À noter que, même si l’on retrouve les mêmes acteurs, le scénario du jeu n’a pas de lien avec celui du film : il s’agit d’une histoire inédite se déroulant en parallèle. Commençant sur les chapeaux de roue sans vraiment prendre le temps de nous présenter les protagonistes, la trame narrative nous entraîne dans un conflit opposant la Green Lantern Corps (organisation de « police » interstellaire) aux Manhunters, des Gardiens de la Paix robotiques ayant mal tourné.

Malgré une petite surprise à un moment, l’histoire demeure plate et clairement accessoire ainsi que manichéenne. Cette dernière se retrouve (des)servie par des cinématiques pas vilaines mais parfois un peu trop compressées et dotées de doublages français tantôt passables tantôt ridicules. Les textes en eux-mêmes, parfois teintés d'humour, ne sont ni déplaisants ni vraiment captivants.

Vidéo-Test de Green Lantern - La Révolte Des ...


Des vertes et des pas mûres d'emblée...Retour au sommaire
Comme il s'agit d'un beat them all (jeu d'action bien bourrin dont le but est de se défouler en tabassant tous les ennemis sur notre chemin), on fera assez facilement fi des faiblesses du scénario. D'autant que Double Helix s'est visiblement concentré sur le gameplay, en proposant des mécaniques solides largement inspirées de titres comme God Of War.

Green Lantern : La Révolte Des Manhunters
On y trouve des coups simples / rapides et d'autres plus forts / lents. Mais aussi des esquives - réalisables en usant du stick droit -, une garde, une possibilité de prendre et lancer les adversaires, des attaques spéciales (nécessitant de combiner gâchette et boutons) ainsi qu'une amélioration progressive des capacités et compétences du héros (vie, magie, techniques...). Enfin, il y a un mode Furie qui permet d'utiliser un maximum de Constructions - c'est le nom des attaques spéciales - sans consommer d'énergie magique mais durant un temps limité. Rien de bien nouveau donc, à l'image des nombreuses phases de Quick Time Event intervenant lorsque l'ennemi est faible.

Certes, on ne s'attend pas forcément à voir une adaptation de comics inventer des concepts, mais quelques idées fraîches n'auraient pas été de refus... surtout que nos premières impressions ne sont pas merveilleuses. On constate en effet rapidement une grosse redondance au niveau des situations et ennemis rencontrés. Une répétition exacerbée qui se retrouve malheureusement tout le long du jeu : on se bat contre 4 à 5 déclinaisons de robots lambda au maximum, on casse des tours, on désactive des modules pour avancer d'une zone close à une autre en suivant les marqueurs au sol... Pire, on dispose au départ de très peu de coups différents, ce qui accentue le sentiment de lassitude.

Green Lantern : La Révolte Des Manhunters
Une lassitude à peine estompée par les quelques énigmes, franchement basiques. Autre souci rapidement perceptible : on ne peut quasiment jamais locker un ennemi, donc viser précisément nos adversaires, ce qui peut déstabiliser et occasionner quelques imprécisions notamment dans les phases de tir. Ce qui renforce de surcroît le côté brouillon de certains passages, où notre héros se retrouve parfois masqué à l'écran par des ennemis aux alentours.

Un gameplay qui s’enrichit assez pour satisfaireRetour au sommaire
Pourtant, au fil de l'épopée, Green Lantern : La Révolte Des Manhunters se révèle être une bonne surprise même si les précédents défauts énoncés l'empêchent d'être le nouveau ténor du genre. En outre, son gameplay s'étoffe nettement dès le deuxième chapitre du jeu et dévoile une bonne idée de son potentiel à partie de la quatrième (il y en a dix au total). On y découvre plusieurs phases distinctes de jeu, quelques subtilités et surtout de nouvelles techniques qui rendent le titre agréable à pratiquer.

Green Lantern : La Révolte Des Manhunters
Précisons qu'un bon nombre de boss et sous-boss vient donner un surplus de rythme ainsi que de challenge à l'avancée. Des passages de vol/shoot dans l'espace, plutôt dynamiques et spectaculaires, sont aussi de la partie pour limiter la lassitude, à défaut de constituer une expérience mémorable. Toujours pour éviter l'ennui et atténuer la grande linéarité de son bébé, Double Helix a intégré quelques passages cachés, éléments destructibles et autres bonus à dénicher. C'est toujours ça de pris.

Mais là où le studio a vraiment gagné des points, c'est au niveau des attaques de Hal. Il lui a offert un large panel de techniques globalement aussi fun que complémentaires (on peut en équiper jusqu'à 8). Batte de baseball, armure ultra-puissante, mines, missiles téléguidés, tirs à distance, marteau, avion de chasse... il y a vraiment de quoi faire au niveau des armes vertes. Question subtilités, il est par exemple possible de tirer sur nos propres mines pour qu’elles explosent sur les ennemis qui l’entourent, d’enchaîner plusieurs actions différentes en l’air après un saut, d’annuler (« cancel ») au dernier moment certaines attaques en usant du dash ou encore de retourner un missile à son envoyeur grâce à la batte...

Tout cela fait que le titre apparaît comme suffisamment riche au niveau des actions possibles pour nous divertir durant les 6 à 9 heures de la campagne, en fonction de la difficulté choisie. Signalons au passage que le jeu se veut à la fois accessible (mode facile, didacticiel disponible à tout moment, checkpoints nombreux) et assez corsé (bon nombre d’ennemis capables de nous mettre K.O. si l’on n’est pas concentré, barre de magie à user avec parcimonie…), même en Normal. Double Helix nous propose également de modifier la difficulté en cas de mort, d’affilier nous-mêmes et à l’envi les attaques aux touches du pad ou encore d’améliorer plutôt librement les caractéristiques de notre héros (grâce aux points acquis en se battant). De quoi rendre l’expérience plutôt personnalisée, confortable et amusante… et ça, c’est déjà une grosse satisfaction.

Une réalisation qui ne franchit pas la ligne verteRetour au sommaire
D’autant que pour une fois, la réalisation se révèle tout à fait honnête. L’Unreal Engine n’est certes pas aussi clinquant que dans Gears Of War 2 ; cela étant, il demeure plutôt efficace. Les textures n’ont globalement rien de honteux, le rendu des visages est bon, la modélisation paraît viable (certains boss colossaux, bien détaillés, font leur petit effet) et certains arrière-plans sont jolis. Le level design semble quant à lui un peu plus mitigé avec tantôt des lieux franchement dépaysants et inspirés (la planète Zamaron) tantôt des zones étroites, vides et communes – en intérieur principalement -. On pestera parfois contre certains murs invisibles, qui nous empêchent de revenir en arrière pour récupérer un objet ou emprunter un chemin annexe ; mais rien de rebutant dans l’ensemble.

Green Lantern : La Révolte Des Manhunters
Le jeu reste effectivement plutôt solide et fonctionnel puisque la fluidité est toujours au rendez-vous, même quand de nombreux effets spéciaux (agréables) ornent l’écran, et que les temps de chargement paraissent aussi courts que discrets. Les développeurs ont fait preuve d’un certain effort d’optimisation et même parfois d’un souci du détail appréciable, comme en témoignent les quelques éléments en mouvement dans l’air, les chutes d’eau ruisselantes, les ralentis bien sentis en fin d’affrontement, les animations de certains arrière-plans et celles d’entrée / sortie de zones, etc.

À l’œil, Green Lantern : La Révolte Des Manhunters paraît ainsi plutôt dynamique, spectaculaire et agréable. Les technophiles pourront même profiter d’un mode 3D stéréoscopique tout à fait viable, même s’il cause une perte de luminosité (induisant de la pousser à fond dans les réglages) et une pixellisation de certains bords. Les moins fortunés utiliseront peut-être la compatibilité avec les lunettes anaglyphes, bien plus anecdotique et au rendu moins agréable.

Green Lantern : La Révolte Des Manhunters
Côté son, on note que les bruitages et musiques ont au moins le mérite de ne pas agresser les oreilles, contrairement aux voix françaises évoquées plus haut, sans non plus nous envoûter. Quelques thèmes musicaux, malheureusement trop peu nombreux, paraissent même plaisants et renforcent le côté épique de certains affrontements.

A deux, en vert et contre tout, c'est mieux !Retour au sommaire
Enfin, terminons sur un élément très positif, absent des God Of War et autres Bayonetta : la coopération à deux joueurs. Il est effectivement possible de réaliser la campagne avec un ami (qui peut entrer et sortir de la partie à tout moment), que ce soit dans les phases de combat au sol ou dans les airs. Comme dans les jeux Lego (Star Wars, Harry Potter...), il n'y a pas de partage de l'écran, seulement une distance limitée de séparation entre les deux acolytes. En multi, on observe que les QTE ne prennent pas tout l'écran lorsqu'un joueur «finit» un adversaire et que les capacités / compétences sont les mêmes pour chaque héros, histoire que le nouveau venu ne se sente pas démuni. Comble du bonheur : le jeu reste fluide et devient plus fun qu'en solo ; l'émulsion à plusieurs faisant aisément oublier les défauts.

Il s'agit assurément d'un bon point pour le titre, malheureusement le seul qui le démarque positivement de ses prestigieux concurrents (en plus de son univers). Car pour le reste, il demeure trop commun et redondant (au niveau des phases de jeu, des ennemis, voire de certaines zones lambda) pour véritablement enthousiasmer. Dommage, car il y avait quelques bonnes idées, de la matière, une certaine envie de bien faire et des bases suffisamment saines. Des éléments qui pourront satisfaire un certain nombre de joueurs en manque de beat them all à l'ancienne et d'amateurs de l'univers, et donner l'espoir de voir davantage de bonnes adaptations vidéoludiques de comics à l'avenir.

Pas révolutionnaire pour un sou ni suffisamment costaud pour masquer sa trop grande redondance, Green Lantern reste un jeu d'action honnête, défoulant, relativement riche en actions et plutôt fun (surtout à deux). Une bonne surprise, vendue aux alentours de 50 euros, à conseiller aux amoureux de l'univers et aux fondus de beat them all qui seront prêts à lui pardonner ses quelques faiblesses.



Green Lantern : La Révolte Des Manhunters
Green Lantern : La Révolte Des Manhunters
Green Lantern : La Révolte Des Manhunters
Green Lantern : La Révolte Des Manhunters
Green Lantern : La Révolte Des Manhunters
Green Lantern : La Révolte Des Manhunters
Green Lantern : La Révolte Des Manhunters
Green Lantern : La Révolte Des Manhunters
Green Lantern : La Révolte Des Manhunters
Green Lantern : La Révolte Des Manhunters
Green Lantern : La Révolte Des Manhunters
Green Lantern : La Révolte Des Manhunters
Chargement des commentaires...
( les afficher maintenant )

Les avis des internautes

Note moyenne des internautes : 7.1
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : Alexstar12
Moyen
Assez bien dans l'ensemble.. Je conseille ce jeu aux grands fans de Green Lantern... ces avantages : de trés bon graphismes, un bon mode histoire, des bonus de jeu fréquents ! ces inconvénients : les niveaux sont trés longs et peuvents lasser car il y a peu de changements par niveau..
Cet avis vous a-t-il été utile ? oui / non
1 BONNE RAISON DE NE PAS Y JOUER
L'avis de : Anonyme
A éviter
ce n'est pas un jeu qui m'ai particulièrement attiré, pour tout dire, je m'attendais à mieux, beaucoup mieux, il ne fait qu'avancer et frapper, franchement je ne le conseil à personne
Cet avis vous a-t-il été utile ? oui (1) / non
flechePublicité

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

flechePublicité

>Les meilleures offres jeux vidéo

flechePublicité