flechePublicité

Test Grand Chelem Tennis 2 (Xbox 360, PS3) : 6/10 sur JeuxVideo.fr



Sortie le 09 Février 2012 , Xbox 360 , PS3

Les +

  • Les 4 tournois du Grand Chelem
  • Les matchs marquants du GC
  • Amorties et volées jouissives
  • Visuellement propre
  • Mise en scène assez soignée
  • Un effort sur l'ambiance sonore
  • Bon compromis entre arcade et simu
  • Bonnes sensations
  • Sympa au PS Move

Les -

  • Difficulté mal réglée
  • Volées trop puissantes et présentes
  • Jouabilité au stick moins précise
  • Moins réaliste que Top Spin 4
  • Commentaires perfectibles
  • Quelques ralentissements (surtout sur PS3)
  • Manque de courts
  • Mode Carrière un peu décevant
La note de jeuxvideo.fr
6.0
bon
La note des internautes
7.7

(100 votes)
Publiée le 09/02/2012 à 18:02, par Damien

Vidéo-Test de Grand Chelem Tennis 2 : Ace ou faute ?

EA débarque sur PS3 et Xbox 360 pour concurrencer les ténors du genre, avec un jeu de tennis disposant d'un certain nombre de qualités mais aussi, malheureusement, de certaines tares bien perceptibles.

En 2009, EA tente une incursion plutôt réussie dans le domaine des jeux de tennis avec Grand Chelem Tennis sur Wii, premier ambassadeur du WiiMotion Plus. En 2012, l'éditeur récidive, mais sur PS3 et Xbox 360 uniquement. A-t-il les armes pour titiller les ténors de la discipline ? La réponse dans notre test.

EA dit enfin "Wii" à un Grand Chelem Tennis en HDRetour au sommaire
EA SPORTS Grand Chelem Tennis 2
Comme énoncé brièvement en introduction, GCT 2 est la suite d'un titre exclusif à la Wii. Malgré quelques lacunes, le jeu faisait figure de référence en la matière sur la console de Nintendo. Il faut dire que la concurrence n'était pas forcément des plus féroce : les portages des deux licences phares (Top Spin et Virtua Tennis) n'ayant pas pris le support très au sérieux... à part d'un point de vue commercial bien sûr.

En passant sur consoles HD, la série d'EA Sports se frotte aux mêmes concurrents, mais cette fois sur leur terrain de prédilection. Du coup, elle muscle son jeu et se montre plus agressive : exit les personnages cartoonesques, les couleurs « flashy » et le faible contenu sur la galette ! Et place à un visuel bien plus réaliste ainsi qu'aux nombreux modes de jeu hérités des autres séries de l'éditeur, comme FIFA.

Gameplay #4 - Quelques balles dans le mode ...


Joue là comme FIFARetour au sommaire
La filiation avec le jeu de sport phare de la firme de Redwood City se perçoit d'ailleurs dès l'accès au menu principal (sobre et plutôt fonctionnel, mais un peu long à la détente), à l'architecture similaire. Entrainement, Match rapide, parties en ligne (tournois et matchs simples) et mode de création de joueurs (notamment lié au service web Game Face, assez bluffant, déjà vu sur les derniers FIFA et Tiger Woods)... on est en terrain connu. Même le online pass, code à usage unique nécessaire pour jouer en ligne, a malheureusement répondu présent... Pour le coup, on s'en serait bien passé (« online pass », « passé »... ok, je sors).

L'inévitable Carrière est également de la partie, nous proposant de prendre un joueur lambda et de le faire progresser jusqu'au sommet du classement mondial en pas moins de 10 années (virtuelles). Deux actions sont proposées avant chaque tournoi du Grand Chelem (pré-tournoi, entrainement ou exhibition) et la difficulté monte crescendo. En plus de gagner les matchs, nous sommes invités à remplir quelques objectifs bonus, comme dans Top Spin 4. De même, il faudra faire des choix pour améliorer en priorité certaines des six compétences de base (vitesse, puissance, endurance, etc.). Un mode toujours intéressant dans le fond, qui n'offre cela dit rien de bien nouveau ou de particulièrement excitant, surtout par rapport à l’addictif mode Carrière du jeu de 2K plus complet et profond. D'autant que l'on se retrouve trop vite à jouer contre des sportifs du Top 5 compte tenu de la faible difficulté ; les choses se corsent toutefois très (trop ?) nettement dès la troisième année, quand le jeu passe en difficulté Pro puis Superstar.

Grand Chelem Tennis 2
On apprécie davantage la présence de la rubrique « Matchs classiques du Grand Chelem » permettant de revivre les moments forts de l'histoire du Grand Chelem (plus quelques parties imaginaires) : Borg/McEnroe à Wimbledon en 1980 ou encore la finale 2008 Federer/Nadal, etc. Au départ, seuls les matchs des années 2000 sont disponibles. En les remportant, on débloque des points utiles pour accéder aux autres rencontres. De quoi assurer une durée de vie confortable au titre, récompenser les grands nostalgiques et pallier au faible nombre de terrains. En effet, on n’en dénombre que 16 : ceux du Grand Chelem (dont Wimbledon, en exclusivité) plus quelques autres... Un peu juste face aux 40 courts de Top Spin 4. Cela dit, toutes les principales surfaces sont là.

Au niveau du casting, il se place dans la moyenne du genre avec 25 stars d’hier et d’aujourd’hui : Djokovic, Nadal, Federer, Murray, Tsonga, Sharapova, les sœurs Williams, Evert, Henin, Navratilova, Borg, McEnroe, Stich, Sampras, Agassi, etc. Il y a d’ailleurs fort à parier que de nombreux joueurs étofferont cette liste, grâce à la possibilité de partage en ligne des personnages créés via l'éditeur évoqué plus haut (un petit Monfils fait maison ? Oui, mon fils, c’est possible). Jusque ici, tout va donc plutôt bien.

Gameplay #5 - Djokovic / Nadal et Henin / Ivanovic, ...


Une réalisation viable mais manquant de finitionRetour au sommaire
Grand Chelem Tennis 2
Au niveau de la réalisation, le constat est également assez positif malgré quelques tares significatives. L'ensemble s'avère, en outre, propre et plutôt à la hauteur des supports. Les athlètes sont bien modélisés et aisément reconnaissables. Certains se paient même le luxe d'être plus ressemblants que chez les concurrents (Djokovic et Henin notamment). Les courts demeurent quant à eux tout à fait acceptables (ceux du Grand Chelem sont réussis, les autres un peu moins) même si certaines textures - au sol notamment - gagneraient à être plus fines. On apprécie par contre le soin porté aux séquences cinématiques et aux traces de pas ainsi que de balle qui apparaissent en temps réel sur la surface (et restent). Un régal sur terre battue.

La fluidité se montre globalement au rendez-vous en offline comme en online, même si l'on a constaté quelques rares petits ralentissements (principalement en double) et un peu de lag lors de nos premières parties en ligne. Rien de rédhibitoire pour autant, sauf sur le Louis Armstrong Stadium de l'US Open dans la version PS3 où les ralentissements rendaient les matchs (même en simple) assez désagréables. Précisons au passage que quatre personnes peuvent jouer simultanément sur le même écran (et jusqu'à huit, en alternance, en tournoi) histoire d'animer un peu les soirées entre amis.

Grand Chelem Tennis 2
Restons dans le domaine de l'animation, en parlant de celle des joueurs, plutôt correcte d'un regard lointain. En s'y penchant de plus près, les connaisseurs constateront que l'ensemble manque tout de même de réalisme par endroits. Les joueurs paraissent en effet un peu trop légers et les mouvements des athlètes ne sont pas forcément en adéquation avec ceux de la réalité. Exemple frappant : Nadal abandonne souvent son sacro-saint revers à deux mains et vient un peu trop fréquemment à la volée.

Au moins, on peut se consoler avec les bruitages (des raquettes, balles et autres cris) assez satisfaisants et crédibles. Le public réagit plutôt bien aux actions et contribue à une ambiance sonore viable... Seuls les commentaires de l'ami Guy Forget, un peu trop présents et parfois très perfectibles au niveau de l'intonation - un calvaire en entraînement -, viennent entacher le tableau. L'effort d'inclure un speaker reste tout de même à saluer dans le fond, tout comme les remarques de ce dernier parfois assez judicieuses et précises.

Un compromis intéressant entre arcade et simulation... mais qui traîne quelques casserolesRetour au sommaire
Grand Chelem Tennis 2
Venons-en au gros morceau : le gameplay. Et là encore, il y a pas mal de choses à dire. En effet, Grand Chelem Tennis 2 nous propose un système de jeu à la fois plus accessible qu'un Top Spin et plus exigeant / crédible qu'un Virtua Tennis. Ainsi, les notions de timing, de placement et de précision sont importantes mais on n'est pas non plus obligé de tout faire parfaitement pour s'en sortir. Histoire de se démarquer des concurrents, le titre d'EA met en avant une jouabilité baptisée « Contrôle total de la raquette » nous invitant à réaliser tous les coups au stick analogique droit, comme dans Fight Night (ou même dans les services de Top Spin 4). En l'inclinant rapidement vers l'avant dans la direction voulue, on réalise un coup à plat, alors que l'on fait un lift en rabattant d'abord le stick vers l'arrière. Plus compliqué à maîtriser, le slice demande de rabattre le stick au bon moment, dans la direction inverse de l'endroit escompté (par défaut, mais on peut changer ça dans les options). Et n'oublions pas le lob, qui nécessite d'appuyer simultanément sur un autre bouton.

Autant le dire clairement : le système est plutôt louable et fonctionnel - après un certain temps d'adaptation - et renforce globalement l'immersion. Pourtant, il n'est pas forcément le plus intuitif et le plus sûr, surtout si l'on a déjà fait ses armes sur d'autres jeux de tennis sur consoles HD. Quelques imprécisions, notamment au niveau du type de coup (ex : on fait un slice au lieu d'un lift), peuvent en outre surgir en cours de match. Quitte à jouer à fond la carte de l'immersion, autant se lancer dans une partie avec le PS Move (pas de compatibilité Kinect sur X360). Ce dernier offre de bonnes sensations, assez proches de la version Wii (on contrôlera ou non le déplacement de notre joueur si l'on dispose du Navigation controller). Y compris en difficulté Pro, pourtant exigeante. Cela permet de rentabiliser un peu plus l'achat du périphérique de Sony, bien que l'on ne fasse pas toujours exactement ce qu'on voulait au départ.

EA SPORTS Grand Chelem Tennis 2
Au final, il y a fort à parier que la plupart des joueurs (comme votre humble serviteur) privilégieront l'approche "classique" avec les touches, histoire d'être aussi serein que possible dans les matchs à enjeux, notamment en ligne. EA a d'ailleurs prévu le coup puisque les deux jouabilités sont accessibles à tout moment sans passer par les options. L'éditeur a également décidé d'apporter plus de profondeur aux lobs, volées et amorties puisque ces derniers existent en trois déclinaisons (coup à plat, slice, lift). Un choix appréciable, d'autant que les amorties et volées se montrent particulièrement agréables / efficaces.

« Les volées au filet sont dévastatrices et omniprésentes »

Un peu trop même, et c'est là l'un des gros points noirs du jeu. En effet, au fil des parties, on se rend compte que les volées sont dévastatrices et omniprésentes, du fait d'un lob peu utile et de passing-shots bien rares. L'I.A. l'a bien compris puisqu'elle abuse - tout comme les quelques joueurs rencontrés en ligne - des volées dès le niveau de difficulté Pro. Et ce, quel que soit l'athlète ou la surface. On arrivera certes à passer outre avec un peu d'expérience et de persévérance, mais cela déséquilibre significativement les échanges et les rend parfois frustrants.

Grand Chelem Tennis 2
On regrettera également l'apparente légèreté des joueurs sur le court, rendant certaines courses - dont celles de Nadal - peu crédibles, ainsi qu'un certain manque de punch sur les coups puissants (par exemple sur le coup droit de Djokovic). De plus, la fatigue est quasi imperceptible - contrairement à Top Spin 4 -, seules les fautes directes paraissent un peu plus nombreuses en fin de partie. Mais, au final, ces dernières nous ont semblé tout de même un peu trop rares dans notre phase de test. Tout cela atténue l'aspect simulation du jeu et pourra refréner un peu les experts du sport. À l'inverse, les autres se satisferont d'un gameplay plus permissif.

Revenons un peu sur l'I.A., qui nous laisse un goût mitigé. Un brin trop docile en difficulté Amateur, elle se montre un peu trop coriace en Pro, pourtant seulement un cran au-dessus (et pas le niveau le plus élevé). Elle s'adapte certes assez bien à nos actes / déplacements (en révisant sa manière de jouer au fil de la partie pour mieux nous contrer) mais abuse des volées et se fait très rarement surprendre. Du coup, il est fort probable que la plupart des joueurs se rabattent sur le multi (en ligne ou sur la même console). Et ils auront raison, puisque le fun est au rendez-vous (il est plus facile de se défaire d’un humain que de l’I.A., notamment avec le lob), grâce au côté assez accessible de son gameplay et aux bonnes sensations générales qu'il procure. Vous l'aurez compris : on profitera vraiment de Grand Chelem Tennis 2 du moment que l'on joue à plusieurs et, idéalement, avec des personnes qui varient leurs actions. C'est déjà ça.

Plus abouti et réaliste que Virtua Tennis 4, moins "simu" et exigeant que Top Spin 4, Grand Chelem Tennis 2 est un compromis intéressant, principalement dans l'optique de parties en multi. Il dispose de qualités indéniables qui le rendent légitime dans le genre (bonnes sensations, visuel propre, contenu lié aux tournois du Grand Chelem, 25 joueurs sous licence, GameFace, modes en ligne…). Et il aurait sans doute pu prétendre à plus sans quelques défauts handicapants : volées surpuissantes et omniprésentes, lobs peu efficaces, difficulté mal réglée, peu de courts, ralentissements, mode Carrière peu excitant… Avant d'investir environ 70 euros, on ne peut que vous conseiller de bien prendre ces éléments en compte, voire d'essayer la démo, avant l'achat.

Vidéo-Test de Grand Chelem Tennis 2 : Ace ou faute ...



Chargement des commentaires...
( les afficher maintenant )

Les avis des internautes

Note moyenne des internautes : 7.7
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : Anonyme
Bon
Ca move ma poule Alors pourquoi jouer à ce jeu, c'est simple il dispose d'après moi de beaucoup d'atout malgrès quelques defauts, il est tout d'abord utilisable avec le move et quand je disu tilisable c'est même concu pour le move. Je m'explique ayant virtua tennis 4 c'est le jour et la nuit au move, on peu enfin diriger son personnage chose impossible au move, ea sport justifie l'ach suite ...
1 BONNE RAISON DE NE PAS Y JOUER
L'avis de : patrio
Bof
On en attendait quand même mieux de la part d'EA. Encore le jeu aurait été développé par un petit studio, on lui aurait pardonné ce manque d'ambition et de finition. Pour moi ce jeu mérite une note de 10/20. Je suis fan de tennis et pratiquant (niveau amateur^^), je suis donc bien plus attiré par un titre comme Top Spin, bien plus rigoureux et fidèle au niveau du Game suite ...
flechePublicité

LES OFFRES

Playlist Grand Chelem Tennis 2

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

Tests

Grand Theft Auto 5

Grand Theft Auto 5

Joueurs confirmés | Xbox 360 , PS3 , PS4 , Xbox One
flechePublicité
flechePublicité
:'){ var Tynt = Tynt || [];Tynt.push('cUx9Dqt8ar4jHuadbi-bnq');Tynt.i = {'st': true, 'ap': 'Tellement + sur JeuxVideo.fr :'}; (function(){var s=document.createElement('script');s.async="async";s.type="text/javascript";s.src='http://tcr.tynt.com/ti.js';var h=document.getElementsByTagName('script')[0];h.parentNode.insertBefore(s,h);})(); } -->