flechePublicité

Test Gran Turismo 6 (PS3) : 8/10 sur JeuxVideo.fr



Sortie le 06 Décembre 2013 , PS3

Les +

  • Un net mieux au niveau finition et sensations
  • Les passages à 60ips grisants
  • Grande variété des tracés
  • Nombre impressionnant de véhicules
  • Carrière plus fluide...
  • Quelques excentricités sympas
  • Les variations climatiques
  • Contenu à venir gratis

Les -

  • Tares techniques
  • Sentiment de déjà-vu
  • IA et sons aux fraises
  • Collisions et dégâts trop peu impactants
  • Cockpit souvent trop sombre
  • ... mais trop aisée et archaïque
  • Quelques voitures et améliorations trop coûteuses
La note de jeuxvideo.fr
8.0
tres bon
La note des internautes
7.8

(310 votes)
Publiée le 17/12/2013 à 18:12, par Damien

Test de Gran Turismo 6 : The Real Driving Evolution ?

Polyphony Digital nous offre un jeu de course riche, plaisant et mieux fini que son aîné mais qui traîne toujours des tares bien perceptibles.

Après une course en tête dans le domaine de la simulation automobile durant 4 épisodes, la série Grand Turismo a marqué le pas avec un cinquième opus assez agréable au demeurant, mais perclus de défauts qui l'ont empêché de briller autant que ses aînés. De même, la finition du jeu commercialisé laissait clairement à désirer tant il fallait de mises à jour successives ainsi que de longues / lourdes installations sur le disque dur pour avoir un titre plus stable et complet.

Tu étais formidableRetour au sommaire
Gran Turismo 6
Heureusement, le développeur a pris les remarques en compte et GT6 nous rassure d'emblée par son côté plus abouti et fignolé. Pas de grosse installation (du jeu) imposée sur le disque dur au lancement : on nous propose d'entrer rapidement dans le vif du sujet avec une course d'échauffement. Une entrée en matière plus directe et avenante, on apprécie.

Note : Pour réduire les temps de chargement, assez longs de base, Gran Turismo 6 propose une installation progressive sur le disque dur à mesure que l'on avance dans le jeu. Cette option - que nous vous conseillons de laisser activée - peut réduire de moitié (environ 20s) le temps d'attente pour lancer une course et nécessite au moins 10 Go d'espace libre. Redémarrer la course terminée est par ailleurs quasiment instantané.

On est ensuite guidé dans les menus, simples/sobres, pas révolutionnaires pour un sou mais efficaces et surtout bien plus réactifs que ceux de GT5. Exit les bugs, soucis d'ergonomie et manques grossiers qui donnaient l'impression d'un jeu sorti à la va-vite, GT6 inspire confiance et c'est avec envie qu'on se met à farfouiller dans les rubriques (modes Arcade, En Ligne, Événements spéciaux, Garage, Entretien, Concessionnaire) avant de se lancer dans la sacro-sainte Carrière.

1er Permis


Et là aussi, on se rend compte que Polyphony a fait un peu évoluer sa recette tout en capitalisant fortement sur les bases de la série : on retrouve donc différentes catégories (Novice, National, International et Super), qui proposent un challenge croissant et se débloquent progressivement, ainsi que les traditionnels crédits et permis. Évoquons tout de même l'arrivée d'étoiles, attribuées en fonction de notre position sur la ligne d'arrivée, qui nous permettent d'accéder aux examens (obligatoires pour passer à la classe supérieure). Ce nouveau système de gratification rend l'avancée bien plus aisée que le combo expérience/niveaux de GT5 car même la dernière place nous octroie une étoile. Et même s'il y a plus de défis (5) par permis, il demeure très facile de les passer. Plus besoin donc d'exploiter un pote (n'est-ce pas Jean-Marc ?) ou un membre de sa famille pour décrocher au minimum une médaille de bronze. Qu'on se le dise : avec ce sixième opus, Gran Turismo cherche à conquérir un public encore plus large avec une avancée plus fluide et plaisante.

Gran Turismo 6
Une optique qui ne plaira pas à tous puisque la série conserve en parallèle des bases un peu archaïques en Carrière, ne proposant ni choix de difficulté ni bonus en cas de désactivation des aides qui auraient permis d'encourager ou gratifier la prise de risque (à l'instar de ce qui se fait dans Forza Motorsport). Du coup, les habitués devront attendre globalement les classes iA, iB et S pour avoir un défi à leur mesure. Pas seulement parce que les tracés sont plus délicats et les bolides plus véloces, mais aussi parce que l'on commence la course en queue de peloton et qu'il faut donc rattraper jusqu'à 15 adversaires devant nous... car oui, il n'y a toujours pas de phase de qualification. Un manque d'autant plus surprenant que ces dernières sont disponibles en multi.

Autre manque pas si anodin : la disparition des véhicules d'occasion, pourtant présents dès le 1er opus. En contrepartie, tous les véhicules sont accessibles d'emblée chez le concessionnaire... mais tarifs plein pot (d'échappement). Ensuite, on constate que le jeu nous offre désormais beaucoup moins de bolides en guise de récompense (seulement en permis et événements spéciaux). Ce qui nous conduit à une autre nouveauté de GT6, peu ragoûtante : les achats en micropaiement. De plus en plus courants dans le genre, ces derniers permettent d'accéder plus rapidement à des voitures moyennant de l'argent réel (environ 100 000 crédits pour 1€, soit environ 150 € pour certaines voitures extrêmement coûteuses comme la Ferrari 330 P4 '67). Si l'on ne peut évidemment pas se réjouir de telles pratiques, précisons tout de même que Polyphony n'en a pas fait un élément indispensable ou omniprésent.

Gran Turismo 6
Déjà, tous les véhicules peuvent se débloquer en jouant, avec certes un peu de patience et d'assiduité pour certains modèles mais c'est faisable. Ensuite, la majorité des bolides ont des prix honnêtes et ceux que l'on nous donne s'avèrent souvent bien utiles. De plus, l'option de micropaiement se veut très discrète et n'est pas visible en concession : aucune erreur de manip' possible, le jeu nous dit que l'on n'a pas assez de crédits et basta. Mieux, le titre nous conseille sur les véhicules ayant le meilleur rapport qualité / prix pour les principaux types de courses ou classes. Et n'oublions pas qu'il sera souvent très profitable de modifier son véhicule, via la partie tuning toujours présente (suspensions, freins, poids, turbo...), même si l'on pourra grincer des dents sur le prix de quelques améliorations un peu coûteuses, voire clairement exagérées comme le kit Nitro.

Améliorations et Course à Willow Springs


Mécanique bien huiléeRetour au sommaire
Pour le reste, on apprécie fortement la grande variété des défis proposés, en Carrière comme dans le jeu en général, où les courses et contre-la-montre assez classiques côtoient quelques "excentricités", comme les défis pauses cafés (renverser des cônes en un temps limité ou aller le plus loin possible en économisant son carburant), les défis de kart ou sur la Lune, dispensables mais qui donnent un peu d'air et de folie à l'ensemble. Contrairement à son aîné, GT6 se paie de plus le luxe d'être d'entrée très généreux au niveau contenu malgré l'absence du mode B-Spec et de l'éditeur de niveaux... même si des mises à jour gratuites apporteront de nouveaux éléments comme des événements spéciaux et voitures bonus, à l'image de la Mercedes AMG Vision GT déjà disponible.

Gran Turismo 6
Avec pas moins de 1200 bolides en provenance d'une centaine d'écuries différentes (allant de la Honda FIT des familles à la puissante Peugeot 908 en passant par d'excellents concept cars exclusifs), près de 40 circuits (Silverstone, Mugello, Suzuka, Indianapolis, Nürburgring, Brands Hatch, Goodwood Hillclimb...) et 100 tracés - avec quelques redondances néanmoins -, c'est indéniablement une des grandes forces du titre. D'autant que les conditions climatiques ou d'adhérence sont elles aussi assez variées : cycle jour/nuit, pluie, neige, terre, chemins de montagne ou en forêt, villes... il y a vraiment de quoi se faire plaisir. GT6 fait preuve d'une exhaustivité réconfortante qui lui octroie donc une durée de vie plus que conséquente en solo.

Gran Turismo 6
Gran Turismo 6
Gran Turismo 6
Le Mode photo s'avère toujours aussi sympa/gratifiant à utiliser, avec possibilité d'exporter sur support USB en JPEG.

En multi, le bébé de Polyphony dispose d'arguments solides avec un mode à 2 en écran partagé tout à fait viable et une rubrique online fonctionnelle mais sans grande originalité. On peut y affronter jusqu'à 15 adversaires en course, en ayant rejoint ou créé un salon au préalable, avec un bon choix d'options et de règles à disposition (dont les entraînements, qualifications, aides et conditions météo). L'ensemble s'est avéré stable / fluide durant notre test et arbore des événements saisonniers pour donner un peu de vie au mode. Néanmoins, l'ergonomie demeure perfectible et nous regrettons de ne pas pouvoir faire de championnats en ligne. Pas de quoi crier au scandale, bien sûr, mais pas de quoi s'enthousiasmer non plus.

Réaliste à moitiéRetour au sommaire
Reste à voir évidemment les évolutions au niveau des sensations de pilotage et de l'aspect simulation revendiqué à chaque épisode. Et là, nos impressions sont plus mitigées. Certes, le pilotage est agréable, assez exigeant et bien différent en fonction de chaque bolide ou de l'environnement. On note d'ailleurs - surtout au volant - un net mieux par rapport à GT5 au niveau de la physique des véhicules, avec des transferts de masses plus crédibles et perceptibles dans les virages, une adhérence plus pertinente des différents types de pneus (malgré une tendance à la glissade sur les routes enneigées et poussiéreuses) ainsi qu'une meilleure gestion des suspensions. C'est incontestable : tout cela rend la conduite plus réaliste, instinctive et jouissive.

Gran Turismo 6
Non, là, où le titre de Polyphony pêche vraiment, c'est au niveau des collisions et de l'IA. Comme les sorties de piste qui ne nous pénalisent/ralentissent que trop peu, les collisions n'ont quasiment aucun impact sur la conduite et les dégâts paraissent un peu "légers" visuellement (des petits enfoncements sur la carrosserie et traces superficielles principalement). Et vu que les adversaires gérés par la console, bien que sensiblement plus agressifs, sont toujours assez bêtes et souvent sur leur rail, il n'est pas rare de tamponner alors qu'on souhaitait « la jouer propre ». De plus, l'IA freine systématiquement trop tôt, ce qui rend le dépassement plus aisé... en cas d'anticipation bien sûr, sinon il faut appeler Carglass. Des défauts déjà évoqués dans GT5 qui marquent un certain retard vis-à-vis de son concurrent Forza et qui empêchent logiquement son successeur de trôner au rang de meilleure simulation auto sur consoles. C'est vraiment dommage car le potentiel est là, les améliorations vont dans le bon sens et la conduite est suffisamment exigeante pour procurer d'excellentes sensations de pilotage.

1er Championnat


GT5 EpilogueRetour au sommaire
Même topo pour la réalisation, elle aussi satisfaisante mais qui traîne encore quelques vieilles casseroles que l'on aurait aimé voir disparaître. Jugez plutôt : aliasing et scintillement omniprésents, textures parfois vraiment peu fines, arbres peu esthétiques et tramés par endroits, apparition tardive de certains éléments, tearing, quelques effets parfois franchement basiques, une vue cockpit et des vitres souvent trop sombres (sans doute pour masquer des intérieurs peu détaillés), régulières baisses de framerate... on ne peut pas dire que GT6 soit impeccable ou si différent de son aîné. Pour autant, on observe tout de même un petit mieux au niveau de la fluidité de l'animation et le titre se montre particulièrement grisant dans les nombreux moments où il parvient aux 60 images par seconde promises par Yamauchi.

Gran Turismo 6
On apprécie aussi le traitement globalement photoréaliste apporté aux tracés connus, immédiatement reconnaissables, ainsi qu'à ceux inventés par le développeur, lesquels font régulièrement mouche et témoignent de petites inspirations artistiques bien senties (couchers de soleil, panorama...). Les replays font eux aussi office de petite récompense savoureuse en fin de course, avec des plans judicieusement choisis et quelques jolis effets de vitesse. Comme pour les quelques défis bonus déjà énoncés, on sent que le studio s'est davantage lâché pour donner un supplément de caractère à son bébé malgré un air de déjà-vu lié à la conservation de bon nombre d'éléments de son grand-frère (certains circuits étant purement et simplement identiques d'une version à l'autre).

Pour autant, le titre se sépare de l'option 3D stéréoscopique et n'a pas revu son aspect sonore, toujours en deçà par rapport à la concurrence au niveau des bruits de véhicules et d'impacts. Reste une excellente gestion du 5.1, une playlist assez confortable et la possibilité toujours appréciable d'importer ses pistes personnelles sur le disque dur. Enfin, n'oublions pas de préciser que le titre est compatible avec la plupart des volants du marché (Thrustmaster T500 RS, Logitech Driving Force GT / EX / Pro, G27 et G25...) et se révèle comme toujours bien plus intéressant et fun à pratiquer - conduite plus précise et fine - surtout avec le retour de force.

Sans changer la recette de son aîné en profondeur, GT6 le supplante au final sans mal avec un contenu plus costaud et peaufiné, le rendant incontournable sur PS3. Très agréable, varié et long, le titre pêche malheureusement encore par des manques flagrants en matière de réalisme et quelques tares techniques bien perceptibles. A défaut d'avoir LA simulation auto de référence, la console de Sony s'offre malgré tout un jeu de course proposant d'excellentes sensations, suffisamment exigeant et généreux pour convaincre bon nombre de pilotes en herbe.


Gran Turismo 6
Gran Turismo 6
Gran Turismo 6
Gran Turismo 6
Gran Turismo 6

Les avis des internautes

Note moyenne des internautes : 7.8
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : eutha2007
Très bon
gt 6 est une bombe Influencé par le casting subi par le jeux, j'ai failli passer à coté d'une pure merveille... Innovations sur le gameplay encore plus réaliste, le "touché" est proche de la perfection et permettra aux pro d'aller encore plus vite grâce à un comportement cohérant qui pousse à rechercher la limite des voitures. Au volant c'est jouissifs, tout simplement ! Innovations les suite ...
1 BONNE RAISON DE NE PAS Y JOUER
L'avis de : Anonyme
Bof
encore arrangé encore arrangé ,toi quand ils te frappe tu part en vrille et ca n'arrete plus tant que tu n'est pas aux dernier rang , et quand cé toi qui les frappe ils ne bouge pas cé encore toi qui part comme une fusée ,de plus dans les tournoi ils te fout des bolides qui n'ont pas d,affaire la ,et ils sont toujours au 1er rang , et de plus quand tu gagne ton rang reste toujours le meme dernier ou avant dernie suite ...
flechePublicité

LES OFFRES

Playlist Gran Turismo 6

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

Tests

Grand Theft Auto 5

Grand Theft Auto 5

Joueurs confirmés | Xbox 360 , PS3 , PS4 , Xbox One
flechePublicité
flechePublicité
sh('cUx9Dqt8ar4jHuadbi-bnq');Tynt.i = {'st': true, 'ap': 'Tellement + sur JeuxVideo.fr :'}; (function(){var s=document.createElement('script');s.async="async";s.type="text/javascript";s.src='http://tcr.tynt.com/ti.js';var h=document.getElementsByTagName('script')[0];h.parentNode.insertBefore(s,h);})(); } -->