flechePublicité

Test Golden Sun : Obscure Aurore (Nintendo DS) : 7/10 sur JeuxVideo.fr



Sortie le 10 Décembre 2010 , Nintendo DS

Les +

  • Réalisation d'ensemble
  • Soucis du détail visuel
  • Des énigmes intéressantes
  • Les invocations

Les -

  • Obscure pour qui ne connaît pas la série
  • Gestion d'inventaire archaïque
  • Progression linéaire
  • Rien de nouveau
La note de jeuxvideo.fr
7.0
bon
La note des internautes
8.8

(285 votes)
Publiée le 10/12/2010 à 10:12, par Jean-Marc

Test de Golden Sun : Obscure Aurore sur Nintendo DS

Si la mode du JRPG est de faire du vieux avec du neuf, Camelot nous fait du vieux avec du vieux et ça fonctionne malgré tout !

Golden Sun : Obscure Aurore
Alors que nous pensions tout savoir sur le monde de Weyard, puisqu’à l’origine la série Golden Sun de Hiroyuki Takahashi, ne devait comporter que deux épisodes, tous deux sortis sur Gameboy Advance en 2002 et 2003, voici que se pointe un nouvel opus intitulé Golden Sun : Obscure Aurore. Dans ce dernier, nous incarnons les fils et filles (Matt, Terry et Kiara) des héros (Vlad, Garet et Ivan) du tout premier titre. Cette série qui revient après sept ans d’absence est-elle à l’aube du renouveau ou toujours aussi ancrée dans ses mécaniques vieille école ?

Image Djinns, oh les peoples !
Alors que les deux premiers épisodes de la série se suivaient, les événements de ce dernier opus se déroulent une trentaine d’années après la fin de Golden Sun : L’Âge Perdu. Tout commence alors que Terry, tête brûlée et dénicheur d’ennuis de première, tente un vol en Deltaplume. Inconscient du danger et n’écoutant pas les conseils de ses aînés, il termine sa virée aérienne dans les grottes de la région. Ni une, ni deux, tout le monde part à sa rescousse. C’est l’occasion d’apprendre, pour ceux qui ne connaissent pas la série qu'elles en sont les mécaniques de base.

Terry est sauvé, le Deltaplume est détruit et nos héros découvrent une anomalie en rapport avec l’Alchimie et la psynergie. Si vous ne comprenez pas le moindre mot de la phrase précédente, c’est que vous ne connaissez pas la série. C’est bien là que se situe l’un des problèmes de ce Golden Sun. Le jeu nous assomme immédiatement de concepts et de références parfaitement indigestes pour qui ne connaît pas la série, ni le monde de Weyard. Par contre, pour les fans, c’est une mine d’informations qui les ravira à n’en pas douter. Ainsi, le nouveau venu aura certainement beaucoup de mal à s’immerger dans cet univers malgré la présence d’une Encyclopédie à mettre à jour régulièrement au fil des discussions.

Gameplay #1 - Morceaux choisis

Golden Sun : Obscure Aurore - Morceaux choisis


Golden Sun : Obscure Aurore
Le scénario est d’un classicisme à toute épreuve, bien dans la tradition des jeux de rôles japonais de l’ancienne école. Comprenez par là qu’en sept ans, rien n’a changé pour la série. Nos héros partent à la recherche d’un oiseau afin de réparer le Deltaplume. Cette quête assez simple va rapidement déboucher sur un mystère bien plus important mettant en péril la survie de Weyard et derrière lequel se cachent de mystérieux individus qui tirent les ficelles. Alors certes, on se prend rapidement à l’histoire, on remplit l’Encyclopédie, mais globalement, comme nous l’avons évoqué précédemment, on ne comprend pas véritablement les tenants et les aboutissants. Du coup, on se laisse guider en faisant confiance à une progression somme toute très linéaire pour ne pas trop se sentir perdu.

En ce qui concerne les mécaniques de jeu, l’habitué de la série reprend immédiatement ses marques. Toujours divisé en trois parties, on retrouve les phases d’exploration de villes et de donjons avec moult énigmes à résoudre, les passages sur la carte du monde avec ses rencontres aléatoires, et les combats. Ces derniers sont bien moins fréquents que dans les précédents opus ou dans les ténors du genre que sont les Final Fantasy et autres Star Ocean. La fréquence des rencontres aléatoires en extérieur ou en donjon est peu élevée, ce qui est une bonne chose, laissant la place à l’exploration et à la réflexion, car le jeu est truffé de donjons regorgeant d’énigmes à base de Psynergie.

Golden Sun : Obscure Aurore
Golden Sun : Obscure Aurore
Golden Sun : Obscure Aurore
Golden Sun : Obscure Aurore

La Psynergie est le pouvoir détenu par les Mystiques que sont nos héros et accordé par les Djinns. C’est avec ces capacités qu’il va être possible de déplacer des blocs de pierre, de faire pousser des lianes grimpantes, de faire s’envoler des objets, de se déplacer en embarcation maritime, d’allumer des feux, de s’agripper à des piliers ou d’attraper des objets éloignés, j’en passe et des meilleures. Ces énigmes nombreuses, variées et parfois subtilement discrètes sont un vrai régal et font preuve de beaucoup d’ingéniosité. D’autant plus que le joueur à l’affût n’hésite pas à tenter de sortir du chemin bien tracé pour aller dénicher les trésors cachés ou le Djinn à priori inaccessible. Comme de coutume, les donjons tirent parfois un peu trop en longueur, mais ne boudons pas notre plaisir, d’autant plus qu’il est possible de sauvegarder sa partie à tout moment et non pas à certains endroits bien définis par les concepteurs de l’aventure.

Djinn... Djinn.... d'Afflelou ?
Golden Sun : Obscure Aurore
Le gameplay n’a donc pas bougé d’un iota et est toujours basé sur l’utilisation des Djinns, ces créatures élémentaires (eau, feu, air et terre) qui octroient classe, pouvoirs psynergiques et capacités exploitables sur le terrain ou durant les affrontements. Leur utilisation demande un petit temps d’adaptation. Lié à un personnage, ce dernier peut alors le faire intervenir pendant la bataille pour plus de soutien offensif ou défensif. Une fois cela fait, le Djinn est « En Attente ». Il peut alors servir pour lancer une invocation redoutable d’efficacité et dont le style dépend du nombre de Djinns d’une même nature élémentaire qui sont dans cet état d’attente. Ensuite, il faut patienter un petit moment avant que la créature se lie à nouveau automatiquement à son héros.

Les Djinns vont modifier les caractéristiques principales de nos héros et on passe un bon moment à les interchanger pour trouver le meilleur compromis du moment. Il est aussi possible de choisir de tous les lier ou de les mettre en attente. Les possibilités sont importantes et amusantes même si l’attribution automatique de base est en elle-même pleinement satisfaisante. Les Djinns de base sont donnés à nos héros par leurs parents. Les autres se dénichent en cours d’exploration et se joignent à nous paisiblement ou après une bataille. Il arrive même d’en croiser lors d’une rencontre aléatoire.

Press Start #1 - Morceaux choisis des premières ...

Golden Sun : Obscure Aurore - Morceaux choisis des premières minutes


Golden Sun : Obscure Aurore
Dans le registre des choses qui ne changent pas et qui agacent, on retrouve une gestion de son inventaire particulièrement rigide et archaïque qui manque cruellement d’ergonomie. Le nombre d’objets transportables est ridicule et là où un Dragon Quest nous propose un sac fourre-tout gigantesque, ici rien de cela n’est présent. La navigation dans les menus pour opérer ses transactions n’est pas toujours une partie de plaisir. Par contre, on apprécie la possibilité de s’équiper de suite après un achat suivi de celle de revendre dans la foulée l’équipement obsolète, chose que ne propose toujours pas Dragon Quest.

Si les affrontements ne sont pas légion, leur déroulement se fait au tour par tour dans la plus grande tradition des JRPG. Ces combats ne sont pas bien difficiles et sont grandement facilités par l’utilisation des pouvoirs liés à la psynergie. En effet, il est quasiment impossible de se retrouver à court de psynergie. Cette dernière remonte toute seule simplement en marchant. Vous l’avez compris, avec une fréquence de rencontre aléatoire faible, notre réserve de psynergie est quasiment tout le temps à son maximum. Du coup les boss n’hésitent pas à épuiser le plus rapidement possible notre réserve. Mais le reste du temps, c’est une promenade de santé et on lance ses sorts les plus puissants à outrance. Cela laisse moins de place aux attaques physiques même s’il est important d’en faire pour améliorer la maîtrise de ses armes afin de pouvoir exploiter leurs attaques spéciales qui se lancent aléatoirement.

Golden Sun : Obscure Aurore
Golden Sun : Obscure Aurore
Golden Sun : Obscure Aurore
Golden Sun : Obscure Aurore

Pensé pour une utilisation aussi bien au stylet qu’au couple croix/boutons, Golden Sun : Obscure Aurore est d’une maniabilité sans accroc. Le stylet ne sert véritablement que pour certains usages de la psynergie comme déplacer un objet ou donner une direction précise à un sort. Si le déroulement de ce Golden Sun ne bouleverse pas nos habitudes, on ne peut rien lui reprocher quant à sa réalisation. Le titre de Camelot bénéficie d’une véritable patte artistique très soignée, multipliant les détails, peaufinant la finition visuelle dans ses plus petits aspects. Les animations sont toutes d’une finesse remarquable. Seuls quelques zooms révèlent les rares imperfections des textures. La qualité des invocations arrive à émouvoir notre cœur de joueur bercé par celles de Final Fantasy 7 dont on retrouve de grandes inspirations. Déployées sur les deux écrans de la console ces animations sont un véritable régal et se révèlent souvent impressionnantes. La bande-son sait se faire discrète, mais elle fait mouche et accompagne parfaitement les ambiances des lieux visités. Les bruitages ne sont pas nombreux, mais suffisants et bien exploités. Seul le son horripilant des discussions est à couper rapidement dans les options.

Conclusion
Golden Sun : Obscure Aurore est une belle réussite. Il satisfait pleinement les amateurs de la série qui en apprennent encore plus sur cet univers solide et cohérent, mais il reste assez hermétique pour qui prend le train en marche. L’aventure est particulièrement longue et vous retiendra de longues heures devant vos deux écrans. Avec une réalisation à toute épreuve malgré son aspect vieille école particulièrement prononcé, Camelot réussit à proposer aujourd’hui un titre à l’ancienne parvenant à faire mouche grâce à une réalisation de premier ordre qui souffre un peu tout de même de rigidité et d’un archaïsme prononcé dans certains de ses aspects. Golden Sun : Obscure Aurore est la digne suite de ses aînés.



Golden Sun : Obscure Aurore
Golden Sun : Obscure Aurore
Golden Sun : Obscure Aurore
Golden Sun : Obscure Aurore
Golden Sun : Obscure Aurore
Golden Sun : Obscure Aurore
Golden Sun : Obscure Aurore
Golden Sun : Obscure Aurore
Golden Sun : Obscure Aurore
Golden Sun : Obscure Aurore
Golden Sun : Obscure Aurore
Golden Sun : Obscure Aurore
Chargement des commentaires...
( les afficher maintenant )

Les avis des internautes

Note moyenne des internautes : 8.8
1 BONNE RAISON DE NE PAS Y JOUER
L'avis de : Anonyme
Bof
Apres avoir passer des journée entiere a gambader dans les deux premiers épisodes je suis tres decu du peu de renouvellement de cet épisode (meme thelos est encore vivant xD) l'histoire n'est pas non plus fantastique et la difficultée...bein non en fait y'en a pas . bref la greffe ne prend pas et au final on s'emmerde un peu en gros c'est joli a regarder c'est un peu suite ...
flechePublicité

LES OFFRES

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

Tests

Grand Theft Auto 5

Grand Theft Auto 5

Joueurs confirmés | Xbox 360 , PS3 , PS4 , Xbox One
flechePublicité
flechePublicité
script')[0];h.parentNode.insertBefore(s,h);})(); } -->