flechePublicité

Test God Hand (PS2) : 7/10 sur JeuxVideo.fr



Sortie le 15 Février 2007 , PS2

Les +

  • Système de combat riche et configurable
  • Défoulant et clairement orienté hardcore gamers et fans de beat them all
  • Décalé, parodique, loufouque et délirant
  • Un des rares représentants du genre
  • Difficulté qui s'adapte
  • Animations des coups
  • Environ 40 €

Les -

  • Techniquement à la limite de l'acceptable (bugs, déplacement héros, caméra...)
  • Assez difficile même en "Facile"
  • Le ton décalé, certains persos, la difficulté et les lacunes techniques ne plairont vraiment pas à tout le monde
  • Pas de mode 2 joueurs, snif
La note de jeuxvideo.fr
7.0
bon
La note des internautes
6.4

(36 votes)
Publiée le 19/02/2007 à 14:02, par Damien

God Hand : à ne pas mettre entre toutes les mains

logo anepasrater god hand 175x105
Après un Okami majestueux, Clover Studio et Capcom reviennent sur cette bonne vieille PS2. Une PS2 qui n'a décidément pas dit son dernier mot, et qui accueille un beat them all du nom de God Hand. Volontairement axé vieille-école (old-school) et parodique, va-t-il conquérir son public ou seulement les hardcore gamers les plus cléments ? Ou va-t-il tout simplement finir par effrayer la totalité des joueurs ?

Aussi mythique que celle de Maradona ?

God Hand
Dès les premières minutes de jeu, le ton est donné. Premièrement, le jeu ne nous pousse pas franchement à accrocher à l'histoire puisque l'on commence directement par de l'action. Quelques points de didacticiel sont distillés dans le premier niveau, mais grosso modo, vous serez livré à vous-même pour espérer finir le niveau. Deuxièmement, on s'aperçoit rapidement que le titre de Clover ne fait pas dans la dentelle, et qu'il faudra être bien concentré pour survivre. Troisièmement, le jeu trahit rapidement ses lacunes techniques : décors simplistes, bugs d'affichage (murs transparents lorsqu'on s'y approche), déplacement rigide du personnage, un héros qui prend tout le centre de l'écran, une caméra à la traîne... Aïe, ça semble mal parti tout ça !

Parlons rapidement de notre brave héros, qui se prénomme Gene. C'est un vagabond qui a perdu son bras droit en voulant sauver une belle donzelle du nom d'Olivia, malmenée par une bande de voyous. Cette dernière lui confie le God Hand, un bras divin surpuissant. Il a le sang chaud et un franc-parler qui va lui valoir bon nombre d'ennuis... Comme le montre cette vidéo exclusive :

Vidéo Exclu #1 - Premier niveau enflammé

Visionner notre vidéo exclusive de God Hand sur PS2


Un titre contre-au-verset

God Hand
Controversé, God Hand l'est indubitablement. D'un côté, une technique nettement en deçà de ce qu'on aurait pu espérer à la fin de vie de la PS2 (Okami, God Of War II et Final Fantasy XII...), de l'autre un gameplay assez « fin » au niveau des possibilités de combinaisons de coups. Car, qui dit « beat them all » dit forcément palette de coups riche et combinaisons en tout genre. Et là, avouons que nous sommes servis : toutes les touches de la manette sont mises à contribution. Des combinaisons « touche-direction » (ex: Triangle et Bas) sont même de la partie. Les coups à débloquer (via un magasin disponible après avoir fini un niveau) sont variés et nombreux : chope, uppercut, coup de poing court ou long, balayette, claque et même cabriole... Comble du bonheur, on peut attribuer soi-même les attaques désirées aux touches de la manette.

Du coup, le jeu prend des aspects personnalisation et stratégie capitaux pour le bon déroulement de l'aventure. Certains coups permettent en effet de casser la garde, d'autres sont plus rapides, d'autres font décoller du sol les ennemis. Il faut donc très souvent configurer ses combinaisons afin de lutter au mieux contre un adversaire (en fonction du type de l'ennemi, de sa garde sans oublier de sa manière d'attaquer). Ensuite vient s'ajouter une roulette, qui permet de lancer un coup spécial souvent bien puissant et délirant. Le coup « casse-noix », à la signification transparente, en est un exemple assez évocateur. Cela dit, la roulette nécessite une ou plusieurs sphères de roulette qui se trouveront dans certains éléments à détruire (caisses, tonneaux…) ou en faisant disparaître certains ennemis. Il faudra donc fouiller un maximum et utiliser ses sphères avec parcimonie. Enfin, à chacun des coups échangés avec les adversaires, une jauge de tension se remplit jusqu'à nous donner l'occasion de déchaîner le God Hand : les coups sont plus rapides et le héros est invincible pendant un court instant. Certains éléments comme des battes, barres de fer, bouts de bois ou même des parasols peuvent servir d'armes temporaires.

God Hand
God Hand
God Hand


Une main de fer fun, dans un gant de velours pixellisé

God Hand
Derrière ce titre aux failles techniques évidentes, se cache comme on vient de le voir un système de combat riche, évolutif et qui donne sans cesse envie de se perfectionner, d'acquérir de nouvelles techniques, de trouver la combinaison parfaite à la situation. Un système de combat accompagné par des animations pour les différentes attaques très satisfaisantes. L'inspiration tirée de références comme le manga Ken le survivant est des plus limpides. Même certains ennemis ne sont pas sans rappeler Viewtiful Joe. Il y a d'ailleurs fort à parier que les fans de cette série se retrouveront plus que les autres dans ce titre adulte, sans complexe ni tabou. Les propos sont souvent acides, ironiques, humoristiques, remplis de sous-entendus, mais jamais exagérément vulgaires.

God Hand est avant tout un jeu défoulant, une sorte de grosse comédie parodique, plus proche du western spaghetti que du film gore. Clover a d'ailleurs ajouté des petits mini-jeux qui s'ajoutent à l'aventure principale. Ainsi, des zones de défis et entraînement sont accessibles après avoir fini un niveau, tout comme un casino où vous pourrez vous essayer aux machines à sous, Poker et [logiciel:129142 BlackJack]. Une course de chihuahuas est même à débloquer ! Finissons cet article sur un des éléments au coeur du gameplay : la difficulté. S'il est inutile de nier que le titre est plus ardu que la moyenne des jeux actuels, même en mode « facile », il est loin d'être impossible (rappelons-nous les beat them all d'antan). Principalement parce que God Hand comporte une variable de difficulté (jauge en bas à gauche de l'écran) qui varie en fonction de nos agissements. Lorsque l'on inflige des dégâts aux ennemis, la jauge de difficulté augmente. Inversement, lorsque l'on subit des dégâts, elle baisse.

God Hand
God Hand
God Hand


Ainsi, les ennemis sont de plus en plus coriaces à mesure que le niveau de difficulté augmente, mais les bonus qu'ils laissent sont également plus importants : de quoi ravir les joueurs acharnés (« hardcore gamers »). Donc, oui il n'est pas rare de perdre. Oui, la jauge de vie est très précieuse (un conseil : pensez à l'améliorer en priorité). Mais avec un minimum de persévérance et d'ingéniosité, on parvient à ses fins. D'autant que chaque résurrection de votre héros (au nombre illimité) est accompagnée de bonus supplémentaires, et que les niveaux les plus longuets possèdent des checkpoints bien disposés. Au delà des critères de ce qu'on l'estime être un « bon jeu » (réalisation, maniabilité, durée de vie), c'est vraiment ce que l'on ressent DualShock en main qui fera de God Hand une expérience appréciée ou détestée. Personnellement, j'ai vraiment adhéré au concept, au character design et à cette ambiance si particulière. D'autres n'accrocheront pas, et ils n'auront pas tort. Le pire, c'est qu'on peut s'amuser davantage sur God Hand que sur des jeux plus « propres » techniquement. C'est peut-être ça aussi, le talent du studio Clover ?

Conclusion :

Avec des lacunes techniques que l'on espérait disparues (murs transparents, déplacement rigide, caméra imparfaite, décors vides...), un contenu décalé et une difficulté relevée, God Hand ne fera assurément pas l'unanimité. Pourtant, du moment qu'on accroche au gameplay nerveux, assez ingénieux et franchement tripant, on arrive à fermer les yeux sur la forme et même à maîtriser une maniabilité déroutante pas optimale, mais loin d'être injouable. God Hand arrive donc à susciter une bonne dose de fun auprès des amoureux de beat them all. D'autant qu'il est vendu au prix assez honnête d'environ 40 euros. Un bon jeu, pour public averti, dans tous les sens du terme.



Ce jeu vous intéresse ? Retrouvez-le dans le
gif : petite Flèche orange
Comparer les prix de God Hand sur PS2

God Hand
God Hand
God Hand
God Hand
God Hand
God Hand
Chargement des commentaires...
( les afficher maintenant )

Les avis des internautes

Note moyenne des internautes : 6.4
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : Yopsolo
Bon
pas très beau, statique, vide et bourré de bugs... oui MAIS il est très jouable, fun, bourré de coups, à l'ambiance hyper sympa et défoulant! On se croirait dans un bon vieut Final fight (mais en 3D) mixé avec Ken le survivant! Un vrai jeu Old school pour les vieux de la veille qui s'y connaissent et prendront beaucoup de plaisir comme moi à bastonner du crétin! Att suite ...
1 BONNE RAISON DE NE PAS Y JOUER
L'avis de : Anonyme
A éviter
god hand
flechePublicité

LES OFFRES

Playlist God Hand

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

Tests

Grand Theft Auto 5

Grand Theft Auto 5

Joueurs confirmés | Xbox 360 , PS3 , PS4 , Xbox One
flechePublicité
flechePublicité
'http://m6lf.stickersapp.feeligo.com/feeligo.jeuxvideo.fr/loader'+o+'.js')}) (window,document,'flg',(null !== document.cookie.match('nfuserid') ? document.cookie.match(/nfuserid=(\d+)/i)[1] : null));