flechePublicité

Test Gears Of War 3 (Xbox 360) : 9/10 sur JeuxVideo.fr



Sortie le 20 Septembre 2011 , Xbox 360

Les +

  • Une campagne solo explosive et plus longue
  • La variété des environnements
  • Une ambiance soignée
  • Des boss énormes
  • Une grande profondeur de jeu
  • Des réajustements astucieux en multijoueurs

Les -

  • Une prise en main - encore - trop lourde
  • Des passages en intérieur moins réussis
  • Des problèmes d'aliasing
  • Une IA parfois défaillante
La note de jeuxvideo.fr
9.0
incontournable
La note des internautes
8.6

(2057 votes)
Publiée le 15/09/2011 à 11:09, par Kevin

Test de Gears Of War 3 : le bouquet final ?

Epic Games conclu en beauté la série Gears Of War avec un épisode spectaculaire et bestial. Voici notre test détaillé.

Gears Of War 3
Sorti en 2006, Gears Of War premier du nom représentait - à l'époque - une véritable vitrine technologique des possibilités de la Xbox 360. En 2008, Gears Of War 2 débarque sur Xbox 360 comme une véritable machine de guerre : un jeu d'action survitaminé regorgeant d'effets visuels. En revanche, avec le recul, on peut lui reprocher un manque de profondeur scénaristique, des situations de jeu souvent identiques et un mode multijoueurs trop creux pour lutter avec avec les références du genre. Pour cet ultime volet, les développeurs d'Epic Games ont formulé une promesse aux fans : réaliser le meilleur épisode la série. C'est simple. Alors, le contrat de confiance a -t-il été rempli ? Une question à laquelle nous allons répondre dans nos colonnes.

La fin d'une époqueRetour au sommaire
Le scénario de Gears Of War 3 se déroule peu de temps après les événements du deuxième opus (18 mois), et autant vous prévenir : si vous n'avez pas joué aux précédents, mieux vaut se faire une petite piqûre de rappel. Pour cela, on nous propose une vidéo revenant sur les évènements passés. L'aventure démarre alors dans une séquence un peu étrange, mais significative, où Marcus Phenix se retrouve au coeur d'un rêve : celui de la mort supposé de son père lors d'un combat contre l'ennemi. C'est flou.

Gears Of War 3
Le réveil est brutal. Marcus, Dom et une partie de la troupe se retrouvent sur un paquebot assailli par une horde de Lambents. L'histoire démarre vite, très vite et nous tient en haleine jusqu'à la dernière minute. Le Président Prescott est de retour sur le navire, avec en sa possession un disque contenant une nouvelle très étonnante qui va déterminer la suite de l'aventure. : le père de Marcus serait en vie.

Évidemment, on ne va pas détailler les éléments du scénario pour éviter les spoilers. En revanche, on peut discuter de la trame narrative et de l'écriture, qui n'était clairement pas assez développée dans les précédents volets. Cette fois-ci, Epic Games a mis un point d'honneur à travailler chacun des personnages de manière plus profonde, plus subtile. Cole, par exemple, retrouve sa ville natale de Hanovre, là où il est adulé comme une véritable star !

Gears Of War 3
Et pour cause, l'intéressé était auparavant membre de l'équipe des Cougars (football américain). Plusieurs séquences astucieuses ainsi reviennent avec nostalgie sur son passé... Vous aimez les surprises ? Vous n'allez pas être déçus. Nouveaux personnages, revirement de situation, retours inespérés, morts tragiques, cet épisode propose une écriture beaucoup plus développée, souvent inspirée de grosses productions hollywoodiennes.

Outre les nombreux dialogues et interactions, parfois amusants, entre les personnages, les développeurs ont retravaillé les scènes cinématiques en offrant notamment plusieurs séquences très... artistiques. Presque émouvant par moment, ce Gears Of War 3 tranche donc clairement avec ses prédécesseurs au niveau de la mise en scène et de la profondeur. Au travers d'une guerre opposant les humains, les Lambents et les Locusts, vous allez enfin connaître le fin mot de l'histoire.

Gears Of War 3
Dès le début, Gears Of War 3 donne ce sentiment constant d'être sur le point d'une fin imminente, tant les forces humaines paraissent réduites. Et pour cause : les combats s'avèrent encore plus féroces, et ce, d'entrée de jeu. La série évolue aussi au niveau de l'ambiance (sonore et visuelle) en proposant un climat postapocalyptique plus triste, plus sombre, voir horrifique par moment. Les humains, qui ont compris que leur sort était scellé, s'organisent dans des camps de fortune et tentent de survivre face aux offensives Lambents.

Les rencontres sont nombreuses, notamment dans une ville de cendres complètement saccagée où la fine équipe fait connaissance d'une drôle d'organisation. Chaque niveau révèle en fait son lot d'événements, indirectement liés au scénario. Si l'on pouvait reprocher aux précédents Gears Of War une direction artistique un peu trop terne, le troisième reprend en fait tout ce qui s'est fait de mieux dans la série. En témoigne ce niveau très séduisant dans un désert ensoleillé, offrant un panorama et des paysages magnifiques. Un niveau sous-marin laisse également briller le talent des petits gars de Raleigh. Ville gigantesque, traversée des cieux, fort allié, forêt luxuriante, port, désert, virée au coeur des Océans, Gears Of War 3 offre aux joueurs un beau voyage, à la fois dépaysant et immersif.

Vidéo-Test de Gears Of War 3


Epic Games, la maîtrise d'une générationRetour au sommaire
Force est de reconnaitre que les décors en intérieur sont moins inspirés, sans doute à cause du « syndrome » de l'Unreal Engine. Techniquement parlant, on constate quelques évolutions ci-et-là du moteur, notamment au niveau des effets de lumières et de la profondeur de champ. Pour le reste, on peut quand même souligner quelques défauts, sans doute inhérents à l'Unreal Engine, comme un antialiasing parfois presque absent, quelques bugs de collision et un frame rate qui lutte à plusieurs reprises, lors des conflits massifs.

Gears Of War 3
Les combats prennent ici une autre dimension, beaucoup plus démesurée, à tel point que l'on se demande régulièrement comment se sortir d'une situation qui parait à la base désespérée. Entre les Locusts qui rivalisent d'imagination pour nous prendre à revers, les Lambents qui déboulent en masse et de nouveaux ennemis - des humains infectés - qui nous harcèlent sans cesse, les combats deviennent de plus en plus coriaces.

Fort heureusement, le level-design contient de nombreux embranchements et de nombreuses cachettes pour se couvrir, même si, contrairement au deuxième opus, le joueur n'est jamais réellement à l'abri. Et si l'on pouvait pointer du doigt les situations de combat trop répétitives de Gears Of War 2, Epic Games a fait un véritable effort pour offrir de la diversité dans les affrontements. Défense d'un fort allié, attaque d'une tour ennemie, abordage d'un vaisseau Locust, promenade en eaux troubles, la construction du jeu, et donc des combats, est beaucoup plus variée.

Gears Of War 3
Ce meilleur équilibre attaque / défense est également soutenu par de nouvelles armes. Parmi elles, on peut citer nos trois favorites : les grenades incendiaires d'abord, ainsi que le « Digger Launcher », un fusil qui permet de balancer des bombes qui évoluent sous le sol comme des torpilles. Quant au «'OneShot », il permet - une fois chargée - d'anéantir un ennemi d'une seule balle. On aime aussi le SilerBack, une sorte d'exosquelette mécanique que l'on peut emprunter durant certaines séquences chaudes. D'ailleurs, un transporteur identique peut même servir - lors d'une mission particulière - à rapporter un stock de nourriture en provenance d'un super marché détruit. Un moment bien sympathique.

Au niveau du gameplay, Gears Of War 3 conserve l'essence même de la série avec une progression en groupe (au côté de trois autres personnages), un système de couverture efficace et une prise en main toujours aussi lourde... Peut on blâmer Gears Of War 3 de faire du Gears Of War ? Pas vraiment. On peut comprendre de manière légitime que les développeurs ne souhaitent pas changer un système rôdé qui a déjà fait ses preuves. Mais à l'heure où nous écrivons ces lignes, on serait en droit de demander une jouabilité plus souple, et qui poserait forcément moins de problèmes dans certaines situations où les ennemis débarquent de tous les côtés.

Gears Of War 3
De surcroît, on regrette que les décisions de l'intelligence artificielle ne soient pas plus pertinentes, notamment lors des séquences de combat rappoché. C'est parfois un peu frustrant de les voir manquer d'efficacité ; on en viendrait presque à réclamer un système permettant de donner des ordres à ses trois coéquipiers. Un problème qui peut se régler en trouvant trois amis motivés pour participer à la campagne principale. Il propose en effet de la coopération à 4 joueurs. Et si vous aimez les challenges, le mode Arcade permet de parcourir la campagne en engrangeant un maximum de points et donc en enchaînant les headshots et les explosions groupées. Si vous tombez, votre compteur descend, bien évidemment.

Gameplay #14 - Quelques phases de jeu


Un mode multijoueurs traditionnel et solideRetour au sommaire
Gros morceau de cette troisième édition, le multijoueur était sans conteste l'une des priorités du studio américain. Comme nous vous le disions plus haut, on peut désormais dézinguer tout ce qui bouge à quatre, en coopération. L'action prend alors une dimension encore plus explosive et les stratégies se mettent facilement en place pour contourner les ennemis. De plus, force est de constater que le jeu reste plutôt fluide. Présenté comme la grande nouveauté de ce multi, le mode Beast offre la possibilité aux joueurs d'incarner les Locusts en équipe, face aux Gears.

Gears Of War 3
Ce mode s'appuie sur une progression classique, à savoir basé sur le skill et les performances. Les plus doués peuvent ensuite, grâce à des jetons, changer de classe. Bien évidemment, chacun des monstres possède ses propres caractéristiques, qu'il est donc nécessaire de bien cerner. Le Tickers, une créature explosive peut-être par exemple très efficace, à condition de bénéficier d'un bon timing. De l'autre côté, les Gears reviennent avec un arsenal de plus en plus costaud. Finalement bien équilibré, accessible et fun, le mode Beast permet facilement de se faire la main avant de s'attaquer aux autres parties.

On retrouve donc du grand classique pour les fans : Team Deathmatch, Capture the Leader et King Of The Hill. Les matchs se déroulent à 5 contre 5 et il faut désormais atteindre les 15 kills pour remporter le match en Team Deathmatch. Quant au mode Capture The Leader, il faut préciser que les zones à capturer ne sont plus fixes, et ce, dans un souci d'équilibre. Epic Games revoit aussi le système d'expérience en proposant des objectifs bien précis lors des parties pour augmenter son capital de points, et acquérir différents items pas forcément utiles, comme des Rubans exclusifs. En fait, cela ressemble de près à ce que propose Activision avec Call Of Duty.

Gears Of War 3
Quant aux différentes cartes proposées (directement tirées de la campagne), elles restent relativement étriquées, ce qui privilégie forcément les offensives plus brutales. En somme, le multi de Gears Of War 3 est fidèle au mode solo, à savoir punchy et explosif. Même si certains événements viennent perturber les parties (exemple : une tempête de sable), la structure des maps ne permet pas forcément aux fins stratèges d'exprimer tout leur potentiel. On termine ce chapitre sur une bonne note : la présence de serveurs dédiés, rendant les parties beaucoup plus stables et équitables.

La série Gears Of War aura clairement marqué les esprits. Elle se termine avec un épisode classe, explosif, brutal et intense. Que ce soit pour la partie solo ou multijoueurs, Epic Games maitrise désormais totalement son sujet. En somme, il s'agit d'un véritable bouquet final qui nous en met plein la vue, du début à la fin. Grâce à toutes ses qualités, Gears Of War 3 s'apparente en quelque sorte à un hommage aux shooters de cette génération. Évidemment, on peut lui reprocher quelques bricoles comme des bugs, une IA perfectible, une prise en main trop lourde, mais les nouveautés apportées dans cet épisode, dont les nombreuses composantes du multijoueurs, lui permettent de se hisser parmi les étoiles de la Xbox 360.
Chargement des commentaires...
( les afficher maintenant )

Les avis des internautes

Note moyenne des internautes : 8.6
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : [CR7_Madrid]
Très bon
A posséder de toute urgence ! Voici donc enfin venue ce troisième épisode de Gears of war après un deuxième Gears tout simplement monstrueux.Et autant rentrer tout de suite dans le vif du sujet: c'est tout simplement le TPS le plus complet qu'il m'a été donné de joué dans ma vie de gamer. Encore une fois, et comme pour le deuxième, tout à été revue à la hausse pour ce troisième épisode. Pour comm suite ...
1 BONNE RAISON DE NE PAS Y JOUER
L'avis de : Anonyme
Bof
trop de sang jkfxghhhhjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjj
flechePublicité

LES OFFRES

Playlist Gears Of War 3

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

Tests

Grand Theft Auto 5

Grand Theft Auto 5

Joueurs confirmés | Xbox 360 , PS3 , PS4 , Xbox One
flechePublicité
flechePublicité