flechePublicité

Test Final Fantasy 12 (PS2) : 8/10 sur JeuxVideo.fr



Sortie le 22 Février 2007 , PS2

Les +

  • Innovant, dépaysant et techniquement impressionnant
  • Bien traduit et transposé en 50 Hz
  • Soucis du détail prononcé
  • Une longue épopée
  • Riche et complexe
  • Enfin un nouveau FF sur PS2
  • Des passages mémorables

Les -

  • Nouveautés de cet opus ne seront pas du goût de tous
  • Scénario assez diffus
  • Certain manque de charisme des "héros supposés"
  • Long à se mettre en marche
  • Petite carte en haut de l'écran assez peu pratique
  • Certains passages lourds, ardus voire frustrants
La note de jeuxvideo.fr
8.0
tres bon
La note des internautes
8.8

(213 votes)
Publiée le 06/03/2007 à 15:03, par Damien

Final Fantasy XII : le renouveau de la saga ?

id photo video presentation final fantasy xii ffxii 175x105
Après un dernier opus sorti en France sur PS2 en 2004 nommé FFX-2 (FFXI étant online et sorti sur PC et Xbox 360 chez nous), inspiré du même univers que FFX (sortie en 2002), la saga Final Fantasy repart sur une nouvelle lancée : un pari baptisé Final Fantasy XII. Avec pour maîtres mots innovation, changements et liberté : va-t-il arriver à conquérir un nouveau public tout en gardant la troupe de fidèles de la saga ?

FFXII pris en Vagrant délit

Final Fantasy XII
Attendu au tournant, FFXII se devait de redorer le blason de la saga comme celui de Square Enix, en réaffirmant la capacité du groupe nippon à innover. Aux commandes du jeune Vaan (le « héros » du jeu), on se retrouve dans une région d'Ivalice divisée par la guerre, Dalmasca. « Ivalice » est un monde et un mot qui devrait rappeler des souvenirs aux joueurs de Final Fantasy Tactics Advance sur GBA, tout comme le Mog Montblanc par exemple. D'autres éléments récurrents à la série Final Fantasy sont également de la partie. On retrouvera donc les chocobos et certains noms comme « Shiva », « Bahamut » (qui sont des vaisseaux cette fois et non des chimères), sans oublier l'inévitable Cid.

Ceci étant, qu'on ne s'y méprenne pas. FFXII est résolument un titre unique, qui se démarque sur bien des aspects des autres opus de la saga. Difficile entre autres de ne pas faire de rapprochement avec Vagrant Story, tellement les inspirations sont perceptibles : certains sons, la police utilisée pour les dégâts, sans oublier le character design des personnages ou encore l'aspect de certains lieux (tombeau, château en particulier). Tout cela est bien sûr logique vu que Matsuno-san (à l'origine de Vagrant Story et Final Fantasy Tactics Advance et Tactics Ogre) était aux commandes des deux titres. Néanmoins, on ressent FFXII comme un jeu très personnel, par conséquent bien différent de ce que la série avait pu nous proposer à ce jour.

Ocean Twelve

Final Fantasy XII
C'est principalement à travers ses systèmes de jeu que FFXII tranche avec ses prédécesseurs. Tout d'abord, adieu la transition entre la phase d'exploration et celle de combat ! Bienvenue dans le monde du temps réel. Vous voyez un ennemi à l'écran. Vous vous approchez et vous le tapez dans la foulée. Un autre ennemi est à ses côtés, pas de problème on peut aussi s'occuper de celui-là ! Une véritable révolution pour ceux qui n'ont suivi que la saga "principale" (hors Final Fantasy Crystal Chronicles et Final Fantasy XI donc). L'océan de nouveautés FFXII ne s'arrête pas là et nous propose une gestion des alliés (« Gambits » ) paramétrée avec des conditions-actions prédéfinies... à la manière d'une intelligence artificielle, disons pour simplifier. Exemples : "Attaquer si l'ennemi est visible ou ciblé par le leader", "Si un allié se retrouve avec moins de 40% de points de vie, alors lancer la magie Soin"....

Ces conditions sont en nombre limité (surtout au début de l'aventure) et ne s'obtiennent que progressivement. Elles permettent de se concentrer principalement sur les actions de son leader et de laisser les alliés faire leur travail indépendamment. N'oublions pas non plus le système des Permis (ou Licences), assez proche du sphérier de FFX. Ce dernier permet d'acquérir le droit d'utiliser un équipement, un sort ou une amélioration de compétences. La vidéo de présentation qui suit vous montrera de manière plus visuelle le contexte de ce FFXII ainsi que les principaux concepts propres à ce nouvel épisode.

Vidéo de présentation de Final Fantasy XII

Visionner notre vidéo de présentation de Final Fantasy XII sur PS2


Fantasy star pas online

Final Fantasy XII
Certains trouveront que FFXII emprunte beaucoup au genre MMORPG et ils n'auront pas tout à fait tort. Déjà, car le bébé de Square Enix était initialement prévu pour être en ligne. Ensuite, parce que la firme nippone a clairement exploité son expérience « FFXI » sur PC et Xbox 360 en France (un vrai MMORPG pour le coup), qui tournait également sur PS2 au Japon. Il est donc assez légitime de faire le rapprochement, d'autant que, comme dans la plupart des MMORPG, on peut tourner la caméra à 360 degrés tout en zoomant et dézoomant à volonté. Il est vrai également qu'après une bonne vingtaine d'heures de jeu, on laisse de plus en plus ses personnages agir seuls (grâce aux gambits).

A tel point qu'on a parfois l'impression de ne faire que le déplacement. L'exploration est par ailleurs souvent longue et tortueuse, les cartes étant globalement vastes et remplies d'embranchements. Le jeu semble comme étiré en longueur, nous imposant un "leveling" (action de rester dans une zone donnée afin de monter en niveau) répété, des allers-retours ainsi que des quêtes annexes "marathon". Ces quêtes annexes sont très similaires et finalement assez "directes" à résoudre : il faut lire la quête sur un tableau d'affichage, trouver le commanditaire, résoudre le problème (en gros éliminer une ou plusieurs créatures indésirables) et retrouver ce même commanditaire pour qu'il nous récompense enfin.

Le scénario (assez adulte et sur fond politique) est quant à lui assez diffus : les phases d'histoire sont assez dispersées, les phases de dialogues globalement plus courtes et distillées que dans certains opus comme FFX. Idem pour le côté spectaculaire des combats. Certes, les magies et invocations sont toujours de la partie, mais on a au final une impression d'un rendu plus sobre, moins "spectaculaire pour faire du spectaculaire". Le fait de consommer toute la barre de magie (PM) pour lancer une invocation ou une attaque de Myste, limite grandement leur utilisation et de fait, les rend forcément moins présentes. Cela dit leur aspect visuel est toujours aussi soigné comme le démontre la vidéo exclusive qui suit.

Vidéo Exclu #2 - Totale immersion #1

Visionner notre vidéo exclusive de Final Fantasy XII : les Mystes


Final Fantasy XII
Les puissantes magies, les Mystes (sorte de gros coups spéciaux propres à chaque personnage) ainsi que les invocations ne se débloquent qu'assez tardivement dans l'aventure (à partir d'une bonne vingtaine d'heures en fonction de votre avancée). Du coup, bon nombre d'entre vous seront assez déstabilisés de ne pas pouvoir user de coups spéciaux à tout va. D'autant que chaque Myste ou invocation doit d'abord être débloqué sur le damier des permis, ce qui signifie qu'il faudra dépenser de précieux Points de Permis (PP). Ne pas être trop gourmand, anticiper ses besoins, récupérer quelques magies puissantes, créer une équipe aux talents complémentaires (un personnage plutôt soigneur, un autre plus guerrier, etc.), tout cela est essentiel pour s'en sortir.

Tout se paie dans FFXII, il est donc nécessaire de garder une bonne poignée des gils (la monnaie du jeu) sur vous. Les objets récupérés sur les corps des victimes ou dérobés pendant les combats peuvent aisément renflouer les caisses en cas d'achat pressant. Tout cela demande du temps, beaucoup de temps, un peu à la manière d'un MMORPG où l'on passe parfois de nombreuses heures à monter ses héros en niveaux, à dénicher des passages inexplorés ou de nouveaux équipements... Une telle richesse est d'ailleurs bien rare pour un titre offline : certains adoreront, d'autres seront frustrés devant tant de contenu. Encore une fois, on sent que Square Enix a mis les moyens et a pris le temps de peaufiner son bébé.

My FF is rich... and beautiful.


Final Fantasy XII
La réalisation, sur une PS2 dite « en fin de vie » ou « dépassée », est tout bonnement incroyable. La distance d'affichage est impressionnante, tout comme l'aspect vivant des villes. De nombreux personnages, tous bien différents visuellement et remarquablement animés, vaquent à leurs occupations. L'aspect des zones est très vaste même si un découpage impose des temps de chargements (toujours « maquillés » sous forme d'écrans noirs). Une prouesse d'autant plus notable que la caméra est désormais mobile et qu'il n'y a plus de transition entre exploration et combat. Comble du bonheur, malgré parfois de nombreux protagonistes à l'écran, l'ensemble reste toujours fluide. Les héros et leurs équipements sont très détaillés : certains éléments bougent (les cheveux en particulier), leurs animations sont soignées, les visages vivants, etc.

A tel point que les sacro-saintes vidéos en images de synthèse, assez discrètes, sont supplantées par des cinématiques réalisées avec le moteur du jeu. Le résultat est impeccable et la continuité entre phases de jeu et cinématiques est quasi parfaite. Avec FFXII, Square Enix est allé chercher la puissance au plus profond des entrailles de la PS2. Les effets de lumière, la touche artistique de l'ensemble, la qualité et la variété des textures sont tout bonnement impressionnants. Certes on note un crènelage (aliasing) assez prononcé, tout comme un scintillement malheureusement récurrent sur PS2 (malgré une option « anti-flick » fort appréciable). Le résultat n'en reste pas moins très largement à la hauteur de nos espérances. La preuve notamment avec cette seconde vidéo exclusive illustrant l'invocation Bélias et son utilisation.

Vidéo Exclu #3 - Totale immersion #2

Visionner notre vidéo exclusive de Final Fantasy XII : l'invocation Bélias


On le répète une nouvelle fois, ce Final Fantasy XII est richissime. Sa durée de vie, difficile à évaluer étant donné qu'elle repose principalement sur votre capacité à monter en niveau, à utiliser au mieux les possibilités des Permis ainsi que des Gambits, ou tout simplement à errer dans les différentes zones pour les raisons expliquées plus haut. Soixante à cent heures de jeu ne seront globalement pas de trop pour en faire le tour... loin de là ! Surtout pour le peu que vous vouliez récupérer toutes les invocations, résoudre toutes les quêtes, avoir les meilleurs équipements possibles. Les nouveaux systèmes de jeu paraissent très complexes de prime abord mais se maîtrisent finalement assez aisément, de manière progressive en fonction de vos besoins. Il est aisément imaginable que certains trouvent qu'ils dénaturent la série ou qu'ils sont trop fouillis ; que le jeu est étiré en longueur, parfois vraiment ardu... que les points de sauvegarde sont généralement assez éloignés, qu'il n'y a pas de phase en aéronef ou en bateau pour se déplacer sur la carte, que les quêtes annexes ne sont pas aussi profondes que dans d'autres épisodes de la série ou encore que l'on ne peut pas soigner ses personnages via le menu... Mais il est indéniable que Square Enix a réussi un tour de force en faisant évoluer en profondeur sa série fétiche, avec un titre aussi riche et innovant qu'impressionnant techniquement.

Epilogue

Final Fantasy XII
C'est sûr, comme ses prédécesseurs depuis l'épisode VII, FFXII ne fera pas totalement l'unanimité. Le VII avait divisé à cause du passage à la 3D, le VIII par ses héros qui n'étaient plus super-déformés et son histoire romantique, le IX du fait de son look jugé "très enfantin", le X avec son côté extrêmement linéaire et son scénario souvent qualifié « à l'eau de rose », etc. Dans FFXII, le charisme des personnages de votre équipe est assez inégal. Les « héros désignés » (Vaan et Pénélo) pêchent étonnamment par leur relative transparence et leur manque de profondeur, alors que d'autres (a priori plus improbables) excellent (Basch, Fran et surtout Balthier). Autre point qui fera sans doute grincer des dents certains fans, les invocations sont affiliées à un personnage exclusivement, une fois pour toutes. Le choix est drastique et peut paraître assez étonnant, voire frustrant. D'autant que l'on débloque assez tardivement ces mêmes invocations et qu'elles se révèlent la plupart du temps vite dépassées (Bélias notamment).

Comme vous avez pu le constater, il y a beaucoup à dire sur ce FFXII, et nous n'avons évidemment pas l'opportunité d'aller dans les détails, voire même de parler de tous les aspects du jeu (musique, mini-jeux, level design, méthodes de fonctionnement des Mystes...). Avec ce virage important (combats en temps réel, mise en scène plus sobre, gestion plus complexe de ses personnages...), Square Enix a tenté son pari à fond et signe un très grand titre. L'avenir nous dira si les idées intégrées dans ce FFXII seront retenues, ou si l'on repartira sur consoles « nouvelle génération » avec les principes plus traditionnels de la série. Un petit indice pour ouvrir le débat : c'est Toshiro Tsuchida, qui a déjà oeuvré sur Final Fantasy X, qui se charge des combats de Final Fantasy XIII sur PS3...

Conclusion :

Un très grand jeu, Final Fantasy XII l'est indubitablement. Très riche, impressionnant techniquement, abouti et innovant, il devrait à juste titre trouver son public, aussi bien chez les novices que chez les fans de la série. Cela dit, cet épisode risque de ne pas contenter tout le monde de par son système de jeu différent et complexe, sa durée de vie qui s'étire en longueur, son scénario plus dispersé ou quelques broutilles chères à certains fans. Mais avec de la patience, une bonne compréhension des nouveaux systèmes de jeu et un peu de persévérance, on arrive à tirer la quintessence de cette fresque vidéoludique.



Final Fantasy XII
Final Fantasy XII
Final Fantasy XII
Final Fantasy XII
Final Fantasy XII
Final Fantasy XII
Final Fantasy XII
Final Fantasy XII
Final Fantasy XII
Final Fantasy XII
Final Fantasy XII
Final Fantasy XII
Chargement des commentaires...
( les afficher maintenant )

Les avis des internautes

Note moyenne des internautes : 8.8
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : fg03
Très bon
Pas mal mais pas parfait ! Ayant joué a FF7,8,9,10 et XII... La meilleure chose dans ce volet de Final Fantasy est le système de combat qui gagne enfin en dynamisme, en rapidité. On ne zappe plus entre des système d'exploration et des système de combat... tout est mêlé. Le dynamisme laisse la part belle à la stratégie et à la Gestion du combat. C'est vraiment ce qu'il y a ed mieux dans ce F. suite ...
1 BONNE RAISON DE NE PAS Y JOUER
L'avis de : Predicator
Bof
flechePublicité

LES OFFRES

Playlist Final Fantasy 12

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

Tests

Grand Theft Auto 5

Grand Theft Auto 5

Joueurs confirmés | Xbox 360 , PS3 , PS4 , Xbox One
flechePublicité
flechePublicité
pt>