flechePublicité

Test Final Fantasy Type-0 (PSP) : 7/10 sur JeuxVideo.fr



Les +

  • Système de jeu passionnant
  • Durée de vie conséquente
  • Musiques pêchues pour des arrangement réussis
  • Doublage de qualité
  • Multi en LAN (presque) facile d'accès

Les -

  • Des loadings parfois à mourir sur UMD
  • Des persos charismatiques comme des photocopies
  • Les phases de jeu verbeuses dans l'école
  • Difficulté en montagnes russes
La note de jeuxvideo.fr
7.0
bon
Niveau d'attente
des lecteurs de Jeuxvideo.fr
Elevé
(Attendu par 93% des lecteurs)
(637 votes)
Publiée le 18/11/2011 à 19:11, par Nathan

Test import de Final Fantasy Type 0 : L'école est finie

"D'un rien, faire un feu d'artifices", c'est l'idée de ce Final Fantasy, qui s'arrache à sa destinée de petit jeu pour devenir une vraie aventure à l'impact calibré.

Final Fantasy Type 0
Remember Final Fantasy XIII. En grattant bien au fond de son cerveau, on se souviendra surement des l'Cie et des fal'Cie et toutes ces autres notions qu'on croyait effacé à jamais. Il y avait toute cette histoire aussi intelligible qu'un pote bourré dans un bar, à tel point qu'elle était mieux racontée dans la base de donnée du menu d'options. On en retrouve un peu dans Final Fantasy Type 0, de ce monde Fabula Nova Crystallis, mais sans insistance. Même le logo s'est fait tout discret à l'image de cette mythologie farfelue. Celui qui ne devait être qu'un jeu pour téléphone portable sous le sobriquet "Agito XIII" voit finalement le jour sur PSP dans une aventure qui a vraiment gagné en volume.

Jusqu'au bout de ses limitesRetour au sommaire
Final Fantasy Type-0
Du volume, oui, tellement gigantesque qu'il se sent à l'étroit sur ma bonne vieille PSP, une PS-1000 qui d'ailleurs n'a pas la possibilité de faire un jeu en LAN. Va comprendre. Il convient d'ajouter à l'embarcation "Type Zéro", une installation de 2 giga, un cache pour profiter au maximum de l'aventure contenue sur 2 UMD. Le premier chapitre se déroule sur le premier, puis on enchaine sur le deuxième avant d'y revenir pour le grand final. La manière la plus logique de limiter les temps de chargements terriblement long, c'est d'opter pour la version dématérialisée. En pimpant son produit au maximum, Square Enix est allé jusqu'au bout de sa démarche sur PSP. On y ressent forcément comme un baroud d'honneur qui aurait sans doute plus logiquement trouvé sa place en jeu de lancement de la PS Vita. On ne peut pas les blâmer: après tant de gestations, il fallait que "Rei Shiki" comme on l'appelle souvent au Japon, sorte enfin dans les bacs et surtout, se vende.

Bande-annonce #5



« C'est sans doute une des mécanique action-rpg les plus accrocheuses qu'ait imaginé Square depuis une décennie. »Retour au sommaire
Final Fantasy Type 0
Final Fantasy Type 0 est un action-RPG assez ambitieux qui reprend, dans ses grandes lignes, des idées développées dans les récents Kingdom Hearts ou encore dans le récent 3rd Birthday. La prise en main n'est pas sans rappeler Monster Hunter avec un personnage qui se dirige au stick analogique et la caméra à la croix directionnelle. Pour en profiter comme un pro, il faudra saisir sa PSP avec la technique dite de la "Claw", de prime abord aussi peu naturelle que "la prise à la chinoise" d'une raquette de ping-pong. S'habituer aux personnages est la clef de la réussite car tous sont assez différents. Certains y vont aux sabres, d'autres à l'arc, au gun, au fouet ou encore aux cartes magiques, avec des techniques et des combos assez différents pour chacun d'entre eux. Le viseur permet de garder un peu de cohérence, surtout lorsque l'on change de perso à la volée, 3 par combat, comme dans le premier Marvel Vs Capcom venu. C'est sans doute une des mécanique action-rpg les plus accrocheuse qu'ait imaginé Square depuis une décennie.

Final Fantasy Type 0
Mais avant de s'enthousiasmer encore un peu plus, il faut resituer l'histoire dans son contexte et en l'occurrence, dans l'air du temps. Toute la thématique de cet épisode s'inspire bien volontiers de Harry Potter et de son école de magiciens. Nos personnages, les étudiants de la classe Zéro, sont l'élite des sorciers, l'ENA des combattant. Ils vont malheureusement se retrouver au cœur d'un conflit opposant leur propre nation à celle de "Milites", dirigée par Cid Aulstyne. En bon militaire installé au pouvoir, ce Kadhafi de RPG va rompre tous les traités de paix possibles pour aller mettre la main sur les cristaux des contrée voisine. A la vue de ce massacre qui va aller jusqu'à nous montrer un chocobo agonisant dès les premières minutes du jeu , les élèves de la Classe Zéro vont répondre présents.

Le Nomura Chara-StudioRetour au sommaire
Final Fantasy Type-0
L'idée de départ de voir une école (un thème évoqué dans FFVIII) et plus particulièrement toute une classe résister à l'oppresseur est en soit assez intéressante. Mais ce concept fort se heurte à un gros problème: le charisme général des héros, de véritables clones tout droit sortis de l'usine à persos Nomura, jusqu'à la caricature. Ils ne sont reconnaissables qu'à la coupe de cheveux et à leurs armes. Chacun porte un nom de carte à jouer: King, Queen, Jack, Nine, Eight et ainsi de suite jusqu'à Ace. Deux personnages "avec des vrais noms" dont on devine l'importance pour l'histoire vont rejoindre la classe ce qui nous amène à un total de 14 persos jouables (qu'il faudra équiper en conséquence, attention l'endettement de la zone "Gil"). Mais même après de longueurs heures de jeux à les voir se remuer, un train pourrait leur passer dessus que je ne les aimerais pas plus.

Bon nombres de questions se bousculent : Où diable est passé le savoir-faire de Square-Enix pour concevoir cet élément important d'une histoire qu'est "le protagoniste" ? Pourquoi en créer plus d'une douzaine alors qu'on sait tous qu'une poignée de héros accrocheurs, ce n'est déjà pas si facile à imaginer. Et puis au fond, qui sont ces mecs, presque aussi ineptes que la batterie de zigotos à capuches apparus dans Kingdom Hearts 358/2 mais dont les noms étaient, ça n'aide pas, en verlan. A force de donner de l'épaisseur à un jeu plus modeste, il a sans doute fallu imaginer un nombre conséquent de héros pour qu'il se marie correctement avec le système.

Final Fantasy Type 0
Dans l'intensité des combats où l'on meurt souvent (et il n'y a pas de pause, comme dans tous les rpg orienté "multi" de la PSP), il faut régulièrement faire tourner son effectif. Ces personnages dont le charisme repose surtout sur leur manière de se battre ne sont finalement que de la chair à canon, aux mains d'un système qui les utilise à la perfection. La tension dramatique (on est en pleine guerre après tout) va heureusement monter et nos quasi-anonymes du Tapis Vert vont trouver enfin trouver un peu de consistance à défaut de panache.

Youpi, l'école est finieRetour au sommaire
Final Fantasy Type 0
Il y a une vraie carte de jeu "à l'ancienne", sublimée par une musique particulièrement inspirée. Ces dernières, généralement des arrangements un peu rock des thèmes classiques de la saga, montre à quel point Square Enix ne voit pas son opus PSP comme un petit jeu. Mais avant d'aller se balader dans le monde de Final Fantasy Type 0, il va falloir revenir à chaque fois dans la faculté de magie pour arpenter ses couloirs et discuter aux PNJ clefs pour littéralement « tuer le temps ». Chaque entretien fait passer deux heures et surtout rapporte un item. On a parfois plusieurs jours à écouler. Zoner dans le bahut est sans doute la partie la moins intéressante du jeu qu'on peut heureusement écourter par différents stratagèmes, notamment en sortant de l'enceinte de l'établissement pour aller accomplir des quêtes secondaires.

Il nous sera même proposé des missions de niveaux 6 fois supérieur à ce que l'on est susceptible d'encaisser. De même, certains pics de difficultés maboules viendront harasser les aventuriers qui n’ont pas compris l'intérêt de la victoire "petit bras" à la Dark Souls, par exemple en tirant des flèches de super loin comme un lâche. Type 0 s'adresse encore à ceux qui, à l'instar de Monster Hunter, dorment sur leur jeux, si possible en multi.

Final Fantasy Type-0
La possibilité de rejoindre presque à la volée la partie de son ami en LAN fait de Final Fantasy Type 0 le rpg en multi sur console le plus accessibles depuis Dragon Quest IX. On peut donc faire participer ses invités à des missions variées et même à l'aventure centrale, où des points bonus octroyés uniquement lorsque l'on joue entre amis, il y a un vrai intérêt à se donner la peine de se réunir. Une réussite d'efficacité pour une PSP qui donne tout ce qu'elle a dans le bide.

Square Enix sait indéniablement bien faire de la mécanique et prouve sa maitrise absolue de la PSP comme ce fut le cas des précédentes consoles de Sony. A quelques ratures près, c'est tout simplement le meilleur action-rpg de la firme depuis des lustres. Le hic nous vient de ce qui semblait pourtant élémentaire, l'histoire et plus particulièrement ce lien étrange qu'une aventure qui dure des dizaine d'heures se doit d'avoir avec le joueur. Proposer littéralement une quinzaine de personnages fabriqués dans le même moule pour des dialogues à rallonge dans une académie de magie n'était clairement pas la meilleure méthode pour leur donner un souffle héroïque. Passionnant mais trop bricolé à la fois, au petit jeu de l'efficacité contre passion, Final Fantasy Type 0 ressemble à du sexe jouissif mais sans sentiment.

gif : petite Flèche orange
Test réalisé à partir d'une version japonaise du jeu
Chargement des commentaires...
( les afficher maintenant )

Les avis des internautes

Note moyenne des internautes : 0.0
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : Anonyme
Très bon
fvhdrhgrjkf caca vdfdfgqdjqgbdfjkghkfcgfrfbvrtegoertzegfuyhgyurhdvbjhesgbfsdjk:blv,ndbfjrhguiqerfvbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbfgffffjlkljkljljldfgdfsfgs cc xflfgjjf545455445546bvdfvdffdgudhgfvdbfvdgfyedgfxjhfgchvqsdb;
flechePublicité

LES OFFRES

Playlist Final Fantasy Type-0

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

Tests

Grand Theft Auto 5

Grand Theft Auto 5

Joueurs confirmés | Xbox 360 , PS3 , PS4 , Xbox One
flechePublicité
flechePublicité
= document.getElementsByTagName('script')[0]; s.parentNode.insertBefore(ins, s); })();