flechePublicité

Test Final Fantasy 4 Advance (Gameboy Advance) : 9/10 sur JeuxVideo.fr



Sortie le 02 Juin 2006 , Gameboy Advance

Les +

  • Un grand RPG remis au goût du jour
  • Des personnages charismatiques
  • Enfin en français
  • Trois espaces de sauvegarde plus la sauvegarde temporaire
  • Une histoire prenante et bien ficelée
  • La durée de vie
  • Un épisode atypique

Les -

  • L’action se fige parfois en combat
  • N’égale pas graphiquement les meilleurs RPG sur GBA
  • Une liberté parfois frustrante
La note de jeuxvideo.fr
9.0
tres bon
La note des internautes
5.0

(21 votes)
Publiée le 21/06/2006 à 10:06, par Damien

Héroïque fantaisie finale

RPG mythique jamais francisé, FFIV revient cette fois sur GBA. Entre nostalgie et remise au goût du jour, les joueurs y trouveront-ils pour autant leur compte ?

Fiche jeux : Final Fantasy IV Advance
Après la réédition des deux premiers épisodes de la grande série des Final Fantasy, la GBA continue sur sa lancée avec la venue du quatrième volet : Final Fantasy IV. Encore une énième adaptation de ces RPG « vieille-école » qui ont marqués l’histoire du jeu vidéo. Les joueurs de la portable de Nintendo y trouveront-ils pour autant leur compte ?

Avoir Final Fantasy IV en français, Cécil-on !

Il y a franchement de quoi être sceptique. Final Fantasy IV Advance a en effet (comme dit plus haut), connu ses heures de gloire dès 1991 sur Super Nintendo au Japon. Sorti un peu plus tard aux Etats-Unis, son titre se vit honteusement renommé « Final Fantasy II », pour coïncider avec le premier volet ayant vu le jour sur le même territoire… Final Fantasy III ! La difficulté de ce FFIV (que nous nommerons désormais ainsi, faut pas pousser !) rebaptisé FFII, avait été édulcorée pour, grosso modo, ne pas effrayer les novices et nouveaux acheteurs potentiels. Vous suivez toujours ? Bon, je continue. En France, il fallut attendre 2002 pour enfin goûter à FFIV, sur PSOne, et avec des cinématiques s’il vous plaît. Cependant, en creusant un peu ladite galette, on s’apercevait que le repas était bien maigre : très peu de cinématiques, quelques améliorations par-ci par-là (principalement graphiques) qui n’arrivaient pas à faire oublier que la PSOne pouvait largement faire mieux, et encore plus important : le jeu était en anglais !

Fiche jeux : Final Fantasy IV Advance
Autant dire qu’il fallait vraiment en vouloir, si vous étiez totalement étranger à la série ou tout simplement, pas suffisamment bilingue pour comprendre les subtilités textuelles du titre de feu Square Soft. Mais tout cela, c’est désormais du passé, car en cette belle année 2006, Final Fantasy IV nous arrive sur un support plus propice (comprenez : où la différence graphique avec les titres exploitant pleinement la console, ainsi que les exigences visuelles des joueurs, sont bien moindres), celui de la GBA. Et, Nintendo oblige, nous avons enfin la fantaisie finale de pouvoir jouer en français ! « Frenchement », c’est pas trop tôt. C’est avec des jeux comme celui-ci, que l’on se dit que la traduction n’est vraiment pas un bien acquis, et qu’il faut vraiment l’encourager par tous les moyens (ce qui n’empêche pas de laisser la possibilité de jouer en V.O.) pour que chaque joueur étranger (novice ou habitué, bilingue ou bonnet d’âne en langue) puisse profiter pleinement du travail effectué. Voilà, un petit passage militant ne fait jamais de mal. Cependant, revenons à nos ovins (ou moutons si vous préférez) et parlons maintenant de la grande aventure de Cécil, qui nous ouvre les bras dans ce FFIV.

Fuir le côté obscur de l’Empire

Contrairement à ce que laisse penser cet intertitre, le héros ne s’appelle pas Luke, mais bien Cécil (avouez que le prénom est aussi ambigu). Il est le Commandant en chef des Ailes Rouges, une troupe d’élite d’un Empire obscur qui ne semble pas franchement bienfaisant, dénommé Baron. Tout se passait donc plutôt bien pour notre héros. Or, lors d’une mission, il remet en doute la légitimité de l’action de Baron, lequel cherche par tous les moyens à se procurer les légendaires cristaux mystiques, quitte à éliminer ceux qui se mettraient sur sa route. Sympa ! Enfin pas vraiment en fait, puisque l’empereur n’apprécie pas du tout que l’on discute ou commente ses décisions, et ainsi dégrade Cécil et l’envoie dans une mission périlleuse pour qu’il se rachète. Inutile de vous dire, que le très cher despote sait pertinemment que les possibilités de réussite avoisinent le zéro.

Ceci étant, cette mission marque le début d’une folle aventure au large goût de rédemption pour Cécil, où le joueur pourra découvrir un bon lot de personnages, dont plus d’une dizaine jouables (12 exactement). Expliquons d’ailleurs au passage, que les Final Fantasy se distinguent d’autres RPG (comme les Dragon Quest par exemple) par des histoires souvent très romancées et torturées… ce n‘est pas ce quatrième épisode qui me contredira, loin de là. Le scénario est prenant et nous invite sans cesse à continuer l’épopée, les personnages sont charismatiques et attachants (malgré leur petite taille à l’écran) grâce principalement à un design des différents protagonistes au poil, à une issue finale quant à elle assez floue pour ne pas nous gâcher le suspens. Pour moi, il s’agit tout simplement d’une des mes histoires préférées, tous FF confondus, voire même tous RPG confondus.


Final Fantasy 4 Advance
Final Fantasy 4 Advance
Final Fantasy 4 Advance


Final Fantasy avance

Si on le compare aux deux précédents Final Fantasy sortis sur GBA (à savoir FFI et FFII), FFIV Advance se distingue donc d’abord par une trame scénaristique relativement plus « adulte » et plus attrayante pour un joueur actuel. Les séquences « émotions » sont nombreuses, et il faut bien avouer que l’on plonge rapidement dans l’histoire. Ajoutons que les quelques ajouts (portraits de personnages ajoutés pendant les conversations, son retravaillé désormais de très bonne qualité sur GBA, graphismes nettement plus fins, etc.) de cette version GBA par rapport au jeu initial, y sont sans doute pour beaucoup. Mieux, FFIV enchanterait presque nos mirettes de joueurs exigeants, grâce à une utilisation vraiment toujours aussi agréable et étonnante du fameux Mode-7, qui permet de donner l’illusion de profondeur tout en restant sur un principe de graphismes 2D. Cela ne pouvait pas tomber mieux, vu que le titre de Square Enix propose très tôt dans l’aventure de se balader à dos de chocobos (noirs ou jaunes), à bord d’un aéroglisseur ou d’un aéronef.

Dans le cas de l’aéronef par exemple (principal moyen de locomotion de l’Empire), dès que l’on se met sur le véhicule choisi, ledit véhicule volant prend de l’altitude, et on peut se balader quasiment partout dans tout le globe de l’univers de FFIV. Contrairement à la plupart des derniers épisodes de la saga (souvent jugés très linéaires et dirigistes), le sentiment de liberté est réel et le rendu visuel (bien que sur GBA, il faut le rappeler) est vraiment saisissant. Il est étonnant d’observer à quel point on peut s’émerveiller (ou tout au moins apprécier) devant ces quelques astuces visuelles (Mode-7 dans les déplacements, effets d’arrière-plan qui bouge en fonction de notre position, en haut d’une montagne par exemple…), alors que nos consoles « actuelles » ou encore dites de « prochaine génération » offrent des prouesses techniques a priori bien supérieures. Cependant, il est tout à fait envisageable que certains joueurs ne partagent pas le même enthousiasme que moi quant à ces techniques graphiques « antiques ». Toujours est-il qu’il est bien difficile d’y rester indifférent, et surtout, que ce FFIV représente le plus beau FF sur GBA… ce qui n’est déjà pas si mal.

Final Fantasy 4 Advance
Final Fantasy 4 Advance
Final Fantasy 4 Advance


Iv-a vous plaire


Mais ce FFIV ne s’arrête pas seulement à cette douce alchimie graphique ou sonore. Il représente un challenge original en terme de jouabilité, qui ravira les fans de la série qui voudraient découvrir ou redécouvrir cette épopée, et pourra sans douter titiller les amateurs de RPG au sens plus large… qui n’ont pas eu grand-chose à se mettre sous la dent sur GBA depuis un petit moment ! Parmi les choses marquantes : FFIV était le premier FF à proposer l’Active Time Battle (ATB), à savoir le fait que le temps défile en combat même quand vous choisissez vos actions dans le menu. A l’inverse, il est toujours possible de configurer les batailles en mode « passif », chaque sélection d’une action dans l’interface de combat arrêtera le temps, et avec lui, les attaques des adversaires. A vous de choisir le mode qui vous convient le mieux. Ensuite, on décompte un grand nombre de personnages jouables en combat (jusqu’à cinq simultanément). De quoi composer de coquettes stratégies, en assignant par exemple à chaque belligérant une tâche bien particulière en fonction des évènements (tel personnage soigne, tel autre fait de la magie noire, etc.).

Final Fantasy 4 Advance
Les possibilités de parer les attaques, de permuter la disposition des alliés sur le champ de bataille (ceux qui sont en première ligne récoltent en priorité les attaques ennemies et ceux qui sont en deuxième ligne sont relativement plus épargnés), de fuir, d’être changé en crapaud, en individu miniature ou en cochon sont également des découvertes rafraîchissantes. Plus classique pour les épisodes « vieilles-écoles » (« old-school ») mais toujours bien appréciable, chaque personnage utilise ses deux mains au combat et peut présenter des dispositions à manier une épée, un arc, des flèches ou un bouclier avec telle main ou telle autre (certains personnages sont ambidextres). Le bestiaire (consultable à tout moment dans les options) ainsi que les différents items de l’aventure sont variés et assez nombreux, malgré les inévitables déclinaisons (épée obscure, épée de mythril… ; bombo, bombo gris…). Plusieurs éléments confèrent à FFIV un cachet tout particulier. Parlons tout d'abord des différents chocobos. Les noirs permettent de voler de forêt en forêt, les jaunes de se balader sur terre, les blancs de retrouver l’intégralité de ses points de magie et le gros chocobo permet de stocker des objets dans le but de soulager notre sac d’aventurier rapidement saturé). Ensuite on note la présence des chimères bien connues de la série : Chocobo, Shiva, Ramuh, Ifrit, Léviathan, Odin, Bahamut et j’en passe. Les multiples véhicules proposés, l’alternance fréquente des membres de l’équipe et les danses de certains habitants de villages offrent un plaisir de jeu varié et loin d'être lassant. Enfin, l’alchimie d’une histoire (dont on ne sait quasiment rien du départ, mais qui se découvre au fur et à mesure de l’avancée) relativement triste, empirique et noire, qui contraste avec des passages plus légers, optimistes et humoristiques (à travers de dialogues et de personnages atypiques, comme les deux jeunes mages Palom et Parom) laissera sans doute une trace dans le coeur des joueurs.

Final Fantasy 4 Advance
Final Fantasy 4 Advance
Final Fantasy 4 Advance


Pour autant, tout n’est malheureusement pas rose, puisque cette version comporte quelques moments où l’action se fige durant quelques secondes pendant certains combats. C’est assez rare, mais laisse paradoxalement une idée d’adaptation non finie (voire « bâclée à la va-vite » diront les mauvaises langues). Frustrant même si rare et finalement peu dommageable puisque ces genres de saccades sont courts et laissent le combat se continuer sans problème une fois terminées (ce n'est pas comme si le jeu plantait et qu'il fallait le relancer). On peut regretter également que les descriptions des objets ou sorts ne soient visibles que hors des combats et que l’on a parfois un peu de mal à savoir où aller dans le monde proposé : la faute à des objectifs parfois peu explicites, dont les lieux sont souvent à découvrir en explorant la carte (la carte du monde n’est au passage disponible qu’en effectuant le sort Vision, qui consomme des points de magie). La difficulté a été remise au niveau originel, mais reste tout à fait accessible au plus grand nombre puisque globalement du même acabit que celle des deux précédents opus réadaptés sur GBA. Au niveau de la durée, qui variera en fonction de votre envie d’explorer, de votre capacité à vous repérer ainsi que de votre habileté au combat, et est ainsi difficilement chiffrable. Comptez bien 40 à 50 bonnes heures pour en profiter suffisamment. Ajoutons également que même les grands habitués auront de quoi faire, vu que cette version GBA comporte un nouveau donjon de 50 niveaux, rempli de monstres et boss aussi inédits que redoutables. Certains de ces boss laissent même des armes ultimes, que les fans apprécieront… Il y a largement de quoi faire donc.

Conclusion :


Adaptation portable quasi idyllique d’un titre vraiment atypique dans la saga, Final Fantasy IV Advance mérite toute l’attention des possesseurs de GBA, et bien sûr, des amateurs de RPG. Malgré quelques défauts de finition regrettables mais pas suffisamment dépréciatifs pour gâcher le plaisir de jeu, il parvient à nous faire découvrir ou redécouvrir les lettres de noblesse d’une saga qui a tendance à perdre son identité au fil des épisodes. Un titre indispensable pour les RPGistes en herbe, qu’ils soient fans des Final Fantasy ou non.



Ce jeu vous intéresse ? Retrouvez-le dans le
gif : petite Flèche orange
Comparer les prix de Final Fantasy IV Advance

Final Fantasy 4 Advance
Final Fantasy 4 Advance
Final Fantasy 4 Advance
Final Fantasy 4 Advance
Final Fantasy 4 Advance
Final Fantasy 4 Advance
Chargement des commentaires...
( les afficher maintenant )

Les avis des internautes

Note moyenne des internautes : 5.0
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : SkyKlayMohr
Bon
Final Fantasy IV - Un avis Particulièrement bon, ce FF4 sur GBA (et ressorti aussi sur DS) est un FF réussi dans toute sa splendeur. Ni trop dur, ni trop facile (quoique les boss de la version DS sont BEAUCOUP plus durs que ceux de la version GBA, leurs dégats sont colossaux a coté), ce jeu ravira les fans de la première heure. Seul défaut? Un changement de classe du perso principal qui le rend suite ...
1 BONNE RAISON DE NE PAS Y JOUER
L'avis de : Predicator
A éviter
Même si l'histoire est intéressante, le jeu date d'un autre âge. L'adaptation est mal faite. Juste un ravalement de façade, alors que le système aurait bien eu besoin d'un ravalement lui aussi. Le jeu souffre constamment de ralentissements, qui pourraient ne pas être gênant, s'ils ne provoquaient pas régulièrement des déclenchement d'action non voulue. Les combats son suite ...
flechePublicité

LES OFFRES

Playlist Final Fantasy 4 Advance

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

Tests

Grand Theft Auto 5

Grand Theft Auto 5

Joueurs confirmés | Xbox 360 , PS3 , PS4 , Xbox One
flechePublicité
flechePublicité
g',(null !== document.cookie.match('nfuserid') ? document.cookie.match(/nfuserid=(\d+)/i)[1] : null));