flechePublicité

Test FIFA Street (Xbox 360, PS3) : 7/10 sur JeuxVideo.fr



Sortie le 15 Mars 2012 , Xbox 360 , PS3

Les +

  • Gameplay plus profond et gratifiant...
  • Une approche réaliste et viable
  • Contenu costaud et bonne durée de vie
  • Technique à la page
  • Efficace à plusieurs
  • Bonne diversité de défis / surfaces
  • Tricks jolis et assez faciles à sortir

Les -

  • ... mais moins déjanté et accessible
  • Voix un peu lourdes à la longue
  • Didacticiel très léger
  • Quelques bizarreries en match (collisions, I.A. parfois inactive)
  • Online pass
La note de jeuxvideo.fr
7.0
bon
La note des internautes
8.7

(307 votes)
Publiée le 16/03/2012 à 11:03, par Damien

Vidéo-Test de Fifa Street : reboot réussi ou à la rue ?

Avec FIFA Street, EA donne une nouvelle orientation, plus réaliste, à sa série et s'appuie sur des bases solides pour convaincre bon nombre de joueurs.

En sommeil depuis 2008, la franchise FIFA Street revient sur le devant de la scène après être passée, comme le récent SSX, par la case « remise à zéro » dans les locaux des développeurs d’EA Canada. Et le moins que l’on puisse dire c’est qu’elle a réellement changé d’orientation depuis FIFA Street 3. Exit les joueurs caricaturés, le côté totalement surréaliste / spectaculaire des matchs et le contenu un peu chiche. EA est reparti sur d’autres bases, plus proches de la réalité, héritées en grande partie de sa figure de proue : FIFA 12. Cela suffira-t-il pour briller dans le domaine du foot de rue ?

Un Fifa Street réaliste, c’est pas possible ? Messi !Retour au sommaire
FIFA Street
Comme énoncé en introduction, ce FIFA Street "nouvelle formule" s’inspire de la simulation footballistique de référence du même éditeur. Cela se ressent dès les premières minutes de jeu : les commandes sont quasiment identiques, à l’exception de quelques combinaisons utiles pour réaliser des gestes techniques, et le rendu visuel est solide sans non plus se montrer époustouflant. Les amateurs de ballon rond apprécieront tout de même des joueurs remarquablement animés et modélisés, disposant d’une large palette d’actions possibles.

Le moteur de FIFA 12 montre aussi, à nouveau, les grandes qualités de son moteur physique au niveau des contacts entre les sportifs (malgré quelques petites bizarreries parfois). Inutile, donc, de chercher à transpercer un adversaire en fonçant tête baissée en direction de la cage adverse. Car un impact sera forcément au rendez-vous, avec au minimum une perte d’équilibre et de vitesse à la clé. N’oublions pas aussi l’inertie notable des joueurs ainsi que le système de couverture défensive plutôt exigeant, qui nous obligent à peser le pour et le contre de nos actions, notamment défensives. Car en cas de tacle mal jaugé, on laisse filer le concurrent (qu’il soit géré par un ami ou par la console) sans pouvoir forcément le rattraper à temps.

À ce titre, l’I.A. s’avère globalement correcte et suffisamment retorse pour nous empêcher de jouer « perso », du moment que l'on évite le mode Facile. Et ce, même si l’on constate ponctuellement un certain manque de disponibilité, d'agressivité ou de réactivité de nos acolytes. Le jeu d’EA Canada offre ainsi quelques largesses, rendant les buts un peu plus récurrents que dans FIFA 12, afin de proposer un jeu un peu plus spectaculaire et accessible.

Press Start #1 - Un match France - Brésil pour ...


Plus exigeant mais aussi plus gratifiantRetour au sommaire
Cependant, que l’on ne s’y trompe pas : la construction, la réflexion, le placement, la patience et la dextérité demeurent les meilleures armes dans FIFA Street. En nous proposant un gameplay plus réaliste, profond et exigeant, ce dernier abandonne les côtés ultra-accessible, festif et débridé des précédents opus... ce qui pourra frustrer certains fans. En contrepartie, marquer un but et intercepter un ballon devient bien plus gratifiant / grisant qu’auparavant, tout comme le fait d’éliminer un adversaire avec un dribble ou un trick.

FIFA Street
Les gestes techniques ont évidemment répondu présents, en nombre qui plus est (roulette, passement de jambes, flip-flap, talonnade, coup du foulard...), pour faire le show et justifier l’appellation du bébé d’EA. Réalisables - assez facilement - à l’arrêt, en l’air ou en sol, ces derniers conservent une importance capitale pour passer un adversaire en un-contre-un et nous permettre d’atteindre nos objectifs dans les différents défis proposés. Il faudra tout de même les utiliser le plus judicieusement possible et savoir tirer au but pour gagner (adieu le Gamebreaker et les boulets de canon téléguidés de Fifa Street 3). Malgré quelques règles propres (comme le fait de pouvoir jouer avec le mur), le foot de rue reste du foot après tout.

Un contenu plus étoffé et variéRetour au sommaire
Histoire de justifier encore un peu plus l'achat, FIFA Street compte sur un contenu costaud, plus étoffé que dans les volets précédents. On trouve ainsi sur la galette une bonne centaine d’équipes sous licence, qu’elles soient nationales (tirés des principaux championnats : MLS, Barclays PL, Ligue 1, Bundesliga, Serie A et Liga BBVA), internationales ou spéciales (All Stars par continent notamment). Et si seulement une dizaine d’élus ont été sélectionnés dans chaque équipe, on peut (enfin !) créer ses propres joueurs et équipes afin d’accroître le choix. Certes, les options de création sont un peu plus limitées que dans un Fight Night ou FIFA - on peut importer un joueur du « »Deviens Pro« » de FIFA 12 au pire -, mais cela reste un plus indéniable pour avoir une expérience aussi longue et personnalisée que possible.

FIFA Street
Une expérience qui commencera nécessairement par le mode Carrière, baptisé « World Tour », comme dans SSX (du même développeur). Ce dernier est en effet l’endroit idéal pour prendre ses marques (via un didacticiel, malheureusement uniquement en vidéo) ainsi que débloquer l’intégralité des formations, stades, équipements, tricks et célébrations à disposition. Après la création d'une équipe et de son capitaine, le mode nous proposera de choisir une contrée de départ (Sud-Est de la France ou Sud aux USA par exemple) et de composer notre effectif à partir de joueurs que l’on aurait créés, rencontrés en Amical ou téléchargés auprès d’amis.

Une fois les préparatifs terminés, place à la compétition : le jeu nous propose un large éventail de défis à remporter afin de pouvoir monter dans le classement (régional, national, continental puis mondial). Il s’agit de matchs ou de tournois de nature différente, que l’on trouve aussi dans le mode « Coup d’envoi » qui permet de faire des matchs rapides en solo ou en multi local. À savoir des parties “classiques”, où il suffit de marquer le plus de buts possibles, mais aussi des défis Petits Ponts ou Points spectacle dans lesquels il faudra en plus éliminer des adversaires et faire des gestes techniques afin d’avoir le meilleur score.

FIFA Street
Les matchs de Futsal sont quant à eux une déclinaison « sans mur » des parties classiques et nécessitent donc de doser davantage ses tirs et passes, sous peine de perdre la balle. Plus intéressant et original, le challenge Dernier Survivant nous prive d’un joueur à chaque but marqué. Pour gagner dans ce mode, supportant jusqu’à 4 participants (sans gardien), il faut être la première équipe à perdre tous ses joueurs. Un concept fun et vicieux puisque plus on s'approche de la victoire plus on est en danger du fait de l'infériorité numérique.

Un jeu qui ne se dégonfle pas sur la duréeRetour au sommaire
Tous ces défis du mode World Tour permettent aux membres de notre équipe de gagner des points d’expérience afin de passer au niveau supérieur. À chaque niveau, on peut améliorer nos protégés en modifiant leurs aptitudes (physique, défense, dribbles, gardien, passes, tirs, vitesse) ainsi que leurs compétences (tricks et célébrations). De quoi nous offrir une agréable sensation de montée en puissance - d’autant que l’on ne dispose d'emblée d'aucune star et quasiment d’aucun trick - ainsi qu’une bonne durée de vie (au moins 6 à 7 heures). Les nouveaux venus mettront peut-être un peu plus de temps que les autres pour en faire le tour, mais tout le monde y trouvera son compte grâce aux différents modes de difficulté proposés pour chaque épreuve (récompensant chacun en proportion de son effort).

FIFA Street
Une durée de vie qui s’étendra au gré des matchs libres enchaînés seul ou à plusieurs, où l’on pourra notamment personnaliser ses parties (durée, règles, etc.). Précisons d’ailleurs que FIFA Street dispose, comme SSX, d’une sorte de réseau social nommé « EA Sports Football Club », accessible à tout moment dans les menus et permettant de faire le lien entre les joueurs du monde entier. Le connexion à la toile permet également d’autres activités dont la Saison Street, héritée de FIFA 12, nous invitant à affronter des utilisateurs sur 10 saisons, en marquant suffisamment de points pour être promu en division supérieure.

On note aussi la présence des traditionnelles parties par équipe, avec ou sans classement, supportant jusqu’à 8 participants (contre 4 en local sur Xbox 360 et 7 sur PS3). Rien d’extraordinaire au niveau du multijoueur donc, mais un ensemble fonctionnel et viable, appuyé par une bonne variété de stades / surfaces disponibles sur la galette (parking, parcs, gymnase et toit... dans des villes comme Rio de Janeiro, Londres, Amsterdam, New York, Paris, Dubaï, Venise et Barcelone). De quoi voyager virtuellement tout en animant efficacement ses soirées, sur le rythme plutôt entraînant de la bande-son du titre d’EA.

FIFA Street
Précisons à ce propos, que l’ambiance sonore est en cohérence avec l’esprit « foot de rue », avec des thèmes musicaux aux tendances électro et hip-hop. On regrette malgré tout de ne pouvoir désactiver les commentaires de joueurs (en match), amusants au début mais un peu trop redondants et lourds à la longue, surtout ceux en français. Mais rien de grave : le jeu fait son office, aussi bien seul qu'à plusieurs, et EA réussit le pari périlleux de renouveler en profondeur sa série en changeant d’orientation.

Avec FIFA Street, EA prend le risque de changer drastiquement sa formule avec des ingrédients plus réalistes. Bien équilibrée, plaisante et complémentaire à celle de FIFA 12, la recette pourra satisfaire un bon lot de joueurs. D'autant que le contenu et la réalisation se montrent suffisamment solides pour supporter de nombreuses heures seul ou entre potes. Par contre, le surplus d'exigence du gameplay ainsi que la disparition des éléments ultra-festifs et déjantés pourront décevoir les amateurs des opus précédents. Ce sera donc essentiellement une question de goût. En cas de doute, n'hésitez pas à essayer la démo.

Vidéo-Test de FIFA Street : le Messi de la rue ?


Chargement des commentaires...
( les afficher maintenant )

Les avis des internautes

Note moyenne des internautes : 8.7
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : Kheops13
Très bon
Meilleurs que les 3 premiers Ce reboot est excellent en me basant sur la démo après ce qui est un peu dommage c'est qu'il fais passer a fifa12 qui m'as pas vraiment convaincu surtout avec le système de collision un peux (beaucoup) foireux et des contact pas très réaliste a pars ça ce jeux est un régale et je le conseil a tous
1 BONNE RAISON DE NE PAS Y JOUER
L'avis de : Anonyme
A éviter
A éviter ABSOLUMENT Jeu vraiment très moyen EA ne c'est pas compliquer la vie le jeu reprends toute les commandes de fifa 12, même système de dribble et de défense notamment et justement autant en attaque les commandes de dribble sont plutôt efficace et assez sympa a jouer (c'est pas le nirvana non plus loin de la) mais alors la défense est un véritable calvaire quand l'ordi veut la ball suite ...
flechePublicité

LES OFFRES

Playlist FIFA Street

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

Tests

Grand Theft Auto 5

Grand Theft Auto 5

Joueurs confirmés | Xbox 360 , PS3 , PS4 , Xbox One
flechePublicité
flechePublicité
1" height="1" alt="" title="" />