flechePublicité

Test Fable 3 (Xbox 360) : 8/10 sur JeuxVideo.fr



Sortie le 29 Octobre 2010 , Xbox 360 Sortie le 19 Mai 2011 , Plus de tests sur PC

Les +

  • Excellente mise en scène
  • Combats dynamiques bien chorégraphiés
  • Une simplification positive
  • Doublage de qualité
  • Humour omniprésent
  • Visuellement enchanteur
  • Grande richesse globale
  • Une durée de vie monstrueuse...

Les -

  • ... Ou pas c'est selon
  • Minijeux de métiers inintéressants
  • Pas de nouveauté musicale
  • Temps de chargement
  • Quelques ralentissements
La note de jeuxvideo.fr
8.0
incontournable
La note des internautes
8.7

(1661 votes)
Publiée le 26/10/2010 à 08:10, par Jean-Marc

Le Vidéo-Test révolutionnaire de Fable III

Lionhead Studios nous propose la suite de son Fable II. Cinquante ans après, la révolution gronde dans Fable III. A nous de conquérir des partisans puis le trône, et de tenter de mener une politique juste, équitable et droite... Ou pas !

Fable II nous avait conté une bien belle histoire, celle d’un pauvre orphelin à la destinée extraordinaire qui finit couronné roi. Cinquante années se sont écoulées depuis ces événements. Le roi que vous êtes devenu a eu deux enfants avec sa femme, elle-même grande héroïne du Royaume d’Albion. Votre frère, Logan, est devenu monarque à son tour et c’est d’une main de fer dans un gant barbelé qu’il gouverne. Le peuple est au bord de la révolte, il lui manque un leader capable de mener la révolution, de renverser le roi actuel et peut-être de gouverner avec plus de sagesse. Serez-vous ce dernier ? Voici la nouvelle Fable qui nous est contée.

Ainsi commence notre histoire…

Fable 3
Puisqu’il est question durant toute la première grande partie de Fable III de révolution, tout commence par un monde qui a perdu énormément de sa superbe. Le règne de Logan a vu l’industrialisation se développer et Bowerstone est devenue une capitale polluée par la fumée des usines. Un fossé s’est creusé entre les classes sociales aisées et celles vivant dans la misère la plus noire. Les différentes ethnies s’ignorent et les rancœurs s’exacerbent. Le peuple a de nouveau besoin d’un héros. Ce dernier devra faire ses preuves pour rallier des partisans à sa cause et mettre un terme à la tyrannie.

L’idée de révolution prend très rapidement du plomb dans l’aile dès les premières minutes de jeu. Nous avons l’étrange sentiment de nous retrouver en terrain connu, presque trop connu en fait. Les automatismes acquis dans Fable II reviennent et nous avons l’impression d’être devant une simple mise à jour tant les mécaniques de jeu sont identiques. Mais il s’agit là d’une impression bien trompeuse, car Fable III recèle en son sein des trésors d’améliorations qui font de cette histoire une expérience à part entière des plus plaisante.

Fable 3
Fable 3
Fable 3

Ainsi, les détracteurs de Fable II ne seront tout naturellement pas convaincus par cette nouvelle mouture à l’approche très similaire de la précédente. Ils pourront aussi reprocher la simplification de quasiment tous les aspects présents dans Fable II. Et c’est de là que viendra leur erreur. Cette simplification va en effet dans le bon sens. Et pour s’en rendre définitivement compte, il suffit de lancer Fable II pour s’apercevoir de la lourdeur de ses mécaniques et de son manque d’ergonomie sur de nombreux points. Le travail de refonte de l’interface et des mécaniques de jeu est remarquable. Les simplifications apportées nous permettent d’être encore plus immergés dans l’histoire et dans sa progression.

Fable 3
Nous n’avons plus de menus apparaissant à l’écran pour gérer ses relations sociales ou ses sortilèges. Le choix se fait parmi la palette d’expressions débloquées d’une simple pression, prolongée ou pas, du bouton adéquat (attitude bonne ou mauvaise), et cela peut donner lieu à des situations souvent cocasses selon le partenaire. Durant les affrontements, il n’est plus besoin de se poser la question de savoir quel type d’attaque privilégier (magie, corps à corps, tir) pour la faire progresser. Ceci nous laisse encore plus libre de les gérer à notre guise, jonglant entre toutes les possibilités offertes et nous permettant de prendre vraiment plaisir à réduire à néant nos adversaires du moment. L’expérience récoltée n’est donc plus dissociée, mais commune et son accumulation permet de faire monter la valeur de pouvoir. Cette dernière permet d’ouvrir des coffres sur la Route du Pouvoir qui améliorent nos capacités et débloquent de nouvelles possibilités d’interactions dans le monde de Fable III (travail, marchandage, achat/location de bâtiments, fondation de famille, etc.).

L’interface a également été épurée au maximum. Il n’y a plus de barre de vie en haut de l’écran et durant les combats, les options de choix de potions de soutien (ralentissement du temps, invocation d’alliés) ou de soins (nourriture, potion) n’apparaissent que quand c’est nécessaire. Un minimum d’interface pour un maximum d’immersion, voilà quels sont les maîtres mots et c’est pleinement réussi. Nous sommes absorbés par l’histoire et profitons pleinement du dynamisme et des superbes chorégraphies des combats.

Vidéo-Test de Fable III sur Xbox 360

Vidéo-Test de Fable III sur Xbox 360


Fable III mène sa révolution

Fable 3
Le Sanctuaire est le quartier général de notre héros, le lieu où l’attend Jasper le Majordome. C’est en ce lieu qu’il est permis de choisir son style du moment (habits, pilosités faciales, coiffures, tatouages, maquillages), ses armes et ses pouvoirs magiques. Ces derniers s’utilisent via des gantelets. Si la panoplie des sorts est exactement la même que dans l’opus précédent, il est désormais possible de s’équiper de deux gantelets afin de combiner leurs pouvoirs. Cela donne l’opportunité d’exploiter au final une quinzaine de sortilèges différents avec toujours la possibilité d’en faire des sorts de zone, de les projeter et de les concentrer pour plus de ravages. Toujours avec cette idée de simplification en tête, la carte du monde permet de gérer son patrimoine avec une grande facilitée et de choisir aisément les quêtes à accomplir. Terminée l’exploration laborieuse de chaque région à la recherche de bâtiments à acheter ou de personnages ayant quelque chose à nous proposer. Tout est accessible d’un coup d’œil et se gère le plus simplement du monde en quelques pressions de boutons.

Fable 3
Ce n’est pas parce que tout a été simplifié que Fable III perd en substance, en contenu ou en surprises. Les nombreuses armes qu’il est possible de dénicher ou d’acheter évoluent physiquement en fonction de l’usage que nous en faisons et de nos actions. Les armes légendaires disposent d’objectifs propres à atteindre pour débloquer toute leur puissance. Ainsi, une arme à feu devient plus efficace contre les Hommes-Creux, une épée causera un bonus de dégâts aux Balverines, et bien d’autres avantages… Développer de bonnes relations avec les habitants rencontrés permet d’obtenir des quêtes relationnelles, et potentiellement tous les personnages présents dans le jeu peuvent donner au moins une quête de ce type. Les quêtes de récolte/exploration sont en plus grand nombre et nous occupent durant toute l’aventure et même au-delà (rechercher des nains de jardins, des fleurs, des livres, des clés). Les quelques références à Fable II sont très plaisantes et sources de nouvelles quêtes avec des personnages bien connus comme les fantômes Sam et Max. Les mini-jeux de métiers (jouer du Luth, préparer des tartes et forger des lames) sont toujours présents pour se faire un peu d’or, mais ils sont inintéressants au possible et n’incitent pas à les refaire d’autant plus qu’il n’y a aucune variété entre chacun d’entre eux. Fable II propose donc énormément de choses à faire, toutes les évoquer rallongerait inutilement cet article. Sachez qu'on ne s'ennuie à aucun moment.

Fable 3
Fable 3
Fable 3

Fable III nous offre une mise en scène de premier ordre absolument splendide. Que ce soit la trame principale avec ses nombreux rebondissements et ses surprises, ou bien les quêtes secondaires particulièrement bien écrites, originales et souvent très longues, l’orchestration imaginée joue sa partition sans une fausse note. Parfois nous sommes pris par la main et ne pouvons nous éloigner de la ligne directrice imposée par l’histoire principale, mais, le reste du temps, nous sommes libres de faire ce que bon nous semble, quand nous le souhaitons et comme nous l’entendons. Les créateurs nous offrent un véritable conte, une belle fable, une histoire à vivre pleinement, avec de nombreuses sous histoires parfaitement bien intégrées et qui ne dénotent absolument pas de l’ensemble général.

Fable 3
Fable 3
Fable 3

Tout cela s’appuie sur une réalisation visuelle fortement améliorée depuis Fable II. Terminé les textures un peu grossières, fini l’aspect flouté omniprésent, exit le brouillard dissimulant les décors éloignés. Désormais tout est net, bien visible même au loin, et bien plus fin au niveau des textures. Un gros travail a été réalisé pour reconnaître le monde visité précédemment tout en le modifiant suffisamment pour ne pas se sentir trop comme chez soi. Les ambiances proposées ont bénéficié d’un soin particulier et chaque nouveau lieu est un véritable dépaysement enchanteur, et ce d’autant plus que nous découvrons une toute nouvelle région avec le désert d’Auroréa. Bien entendu, le jeu n’est pas exempt de défauts et nous avons droit à notre lot d’affichages tardifs, de collisions hasardeuses et de ralentissements en cas d’affluence de monde combiné à un déluge d’effets spéciaux. Mais globalement, tout cela ne se produit que ponctuellement et ne se révèle gênant en aucune façon.

Fable III ou l’art des choix

Fable 3
Les zones traversées sont vastes et variées allant jusqu’à proposer plusieurs atmosphères, les personnages rencontrés sont particulièrement nombreux et finissent de donner vie à ce monde parfaitement crédible. Tout ce beau monde vaque à ses occupations, discute, interagit avec nous ou avec notre chien. Ce dernier joue le même rôle que dans l'opus précédent, à achever les adversaires et à dénicher les trésors cachés ou les coffres dissimulés. Les personnages croisés sont bien différents les uns des autres, nous ne retrouvons pas le syndrome du clonage d’individu. Pour ne rien gâcher, le tout bénéficie d’animations réalistes tant du point de vue des personnes que de l’environnement riche et détaillé. Mais tout cela a un prix avec des temps de chargement plus ou moins longs selon les lieux.

Fable II distillait un humour assez agréable et Fable III ne déroge pas à la règle sur ce point. Tout est prétexte à nous faire sourire, les dialogues, les situations, les textes descriptifs et même la mise en scène de certaines quêtes qui ne se prennent pas du tout au sérieux. C’est bon enfant, parfois limite potache, mais ça fait souvent mouche. D’autant plus que le doublage français est particulièrement savoureux avec des comédiens bien investis dans leurs personnages, qu’ils soient principaux ou secondaires. Les thèmes musicaux sont issus de l’opus précédent, la surprise ne viendra pas de là, mais leur qualité est toujours aussi bonne. De même, les bruitages environnementaux finissent d’asseoir un monde auquel nous avons envie de croire.

Fable 3
Fable 3
Fable 3

Toute cette richesse qui nous est proposée nous accompagne tout au long des deux parties de l’histoire. Tout dans Fable III repose sur une dualité, des choix à faire qui vont influer sur le devenir du peuple et sur l’Albion dans son ensemble. La notion de bien et de mal est de nouveau présente. Cette fois, plutôt que de se baser sur nos actions bonnes ou mauvaises, tout repose principalement sur des choix moraux et éthiques qu’il faut faire à certains moments précis. Et tout commence dès les premières minutes de jeu avec une décision bien lourde à prendre qui donne le ton.

C’est principalement dans la seconde partie, lors de notre année de règne, que ces questions vont se présenter régulièrement. Allons-nous être un bon monarque plein de sagesse, près de son peuple, qui honore ses promesses ou suivrons-nous la voie initiée par notre frère ? Avec une seule sauvegarde à disposition, chaque prise de position se révèle cruciale. Cela confère également une excellente rejouabilité puisqu’au final quatre voies s’offrent à nous : être un saint, être un despote, ménager la chèvre et le chou ou faire en sorte de choisir une des deux premières options, mais de faire des sacrifices personnels. Vous comprendrez aisément que je ne puisse vous en dévoiler plus sous peine de vous gâcher la surprise.

Fable 3
Fable 3
Fable 3

Mais c’est probablement là que le bât blesse, dans cette seconde étape. Si nous restons libres de continuer à mener nos quêtes à bien et à vivre notre vie dans ce monde, il est tout à fait possible de faire passer le temps à toute vitesse, d’enchaîner les décisions et finalement de boucler le jeu en quelques heures à peine. Tout va dépendre de la façon que nous avons d’aborder le déroulement des événements de ce Fable III. Ainsi, la durée de vie s’étend sur une bonne douzaine d’heures pour la première partie et peut être amenée à beaucoup plus ou à peau de chagrin arrivée à la seconde partie. Enfin, tout comme dans l’opus précédent, une fois la trame principale terminée, nous avons loisir de continuer nos quêtes inachevées et tenter de terminer complètement le jeu. Heureusement, la rejouabilité, comme nous l’avons évoquée, est bien là et c’est un réel bonheur que de s’essayer à une nouvelle approche. Fable III c’est notre histoire, à nous de la faire durer le temps que nous voulons.

Gameplay #4 - Morceaux choisis

Fable 3 : Morceaux choisis


Conclusion

Si aux premières impressions Fable III donne le sentiment de n’être qu’une grosse mise à jour de Fable II, avec le temps, il se révèle d’une très grande richesse et bien meilleur sur quasiment tous les points. Les simplifications apportées l’ont été à juste titre et améliorent grandement l’investissement du joueur dans cette histoire bien menée. Le système de choix repose cette fois plus sur la moralité et l'éthique que sur le fait de réaliser de bonnes ou de mauvaises actions. Si le scénario reste conventionnel, il est épaulé de bien belle manière par une mise en scène efficace, un monde crédible qui nous absorbe corps et âme.

Le jeu sortant dans quelques jours, la version finale ayant servi à ce test ne permettait pas de tester le multijoueur en ligne.

Fable 3
Fable 3
Fable 3
Fable 3
Fable 3
Fable 3

Ailleurs sur le web

Chargement des commentaires...
( les afficher maintenant )

Les avis des internautes

Note moyenne des internautes : 8.7
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : Le Phacochere Motoculteur
Très bon
Viva La Revolución! Une révolution Fable 3 ? Pas vraiment? plutôt une belle évolution! Etant un fan du premier volet, il m?était resté un goût amer de l?épisode Fable 2. Depuis quelques mois j?étais hésitant à vouloir me prendre Fable 3. Finalement c?est une belle découverte que je n?avais pas eu depuis Fable premier du nom. Durant les premières heures de jeu j?ai été exacerbé par les mê suite ...
1 BONNE RAISON DE NE PAS Y JOUER
L'avis de : Anonyme
Bof
Déception... Simplification pathétique des combats, de l'équipement, des armes, de la magie, de l'interaction avec les autres personnages... bref, ce troisième opus de la saga a du être pensé pour les 5-10 ans tant il prend le joueur par la main. Conviendra parfaitement au joueur lambda qui vit ses premières heures dans le domaine du RPG, mais très certainement pas à un fan des précédents volets. Je ne parlera suite ...
flechePublicité

LES OFFRES

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

Tests

Grand Theft Auto 5

Grand Theft Auto 5

Joueurs confirmés | Xbox 360 , PS3 , PS4 , Xbox One
flechePublicité
flechePublicité