flechePublicité

Test Enslaved : Odyssey To The West (Xbox 360, PS3) : 5/10 sur JeuxVideo.fr



Sortie le 08 Octobre 2010 , Xbox 360 , PS3 Sortie le 25 Octobre 2013 , Plus de tests sur PC

Les +

  • Un jeu facile à prendre en main
  • Quelques zones sympas visuellement
  • Pas de réelle difficulté...

Les -

  • ... Dommage
  • Bien trop dirigiste
  • Caméra bien trop capricieuse
  • Réalisation en dent de scie
La note de jeuxvideo.fr
5.0
moyen
La note des internautes
7.9

(572 votes)
Publiée le 13/10/2010 à 12:10, par Renaud

Enslaved en test, un titre esclave de son moteur ?

Après Heavenly Sword et en attendant le prochain DMC, Ninja Theory vous propose de découvrir le monde apocalyptique de Enslaved.

Après avoir joué la carte de l’exclusivité sur Playstation 3 avec Heavenly Sword, les développeurs de chez Ninja Theory reviennent sur le devant de la scène avec un certain Enslaved : Odyssey To The West, un titre disponible sur la console de Sony, mais aussi sur la Xbox 360 de Microsoft. Mélange des genres et jouant la carte de la coopération entre les deux personnages principaux, Trip et Monkey, il va essayer de nous faire oublier l’excellent Castlevania disponible au même moment. Un pari difficile que Namco Bandai, l’éditeur du jeu, va tenter de relever.

Finies les singeries, Monkey est dans la place !

Enslaved : Odyssey To The West
Dans un monde futuriste, en proie à la désolation, les hommes vivent dans la peur des machines. Réduits en esclavage, ils n’ont pas d’autre choix que de se soumettre à ces monstres mécaniques jadis utilisés dans d’innombrables guerres. Emprisonnée dans l’un d’entre eux, Trip, une jeune et jolie rouquine, décide de ne pas se laisser faire. Dans une tentative d’évasion désespérée, elle entraîne dans sa fuite un jeune homme se faisant appeler Monkey (nous !). À eux deux, ils vont tout faire pour retrouver le père de Trip, mais aussi tenter de trouver qui peut bien mettre en péril la race humaine.

Profitant d’un atterrissage en catastrophe dans les rues dévastées de New York, Trip équipe Monkey d’une étrange couronne. Notre compagnon de route devient alors l’esclave de la belle et n’a d’autre choix que de lui obéir. C’est donc ensemble qu’ils commencent un périple de plus de 500 kilomètres, une aventure semée d’embûches au cours de laquelle nos deux compagnons de route doivent, s’ils veulent survivre, apprendre à travailler ensemble.

Vidéo-Test de Enslaved : Odyssey To The West

Vidéo-Test de Enslaved : Odyssey To The West


Une héroïne qui a bien du mal à se sortir les tripes

Enslaved : Odyssey To The West
Tout va donc se jouer du côté du gameplay. L’homme de service, à savoir Monkey, est avant tout là pour venir à bout des quelques ennemis rencontrés. À l’aide de son bâton et des deux ou trois attaques dont il dispose (faible et rapide, lente et puissante, etc.), Monkey met à mal les robots se plaçant en travers de sa route. Viennent s’ajouter, dans des cas bien précis, des actions contextuelles à effectuer au bon moment. Ainsi, d’une simple pression sur l’un des boutons de la manette, nous lançons une sorte de séquence de mise à mort, qu’ensuite nous nous contentons de regarder. Pas question ici, d’enchaîner des combos de folies pour terrasser notre adversaire du moment.

Enslaved : Odyssey To The West
Pouvant également faucher ses ennemis, voire charger son bâton afin de lancer une attaque capable de briser les défenses adverses, Monkey peut également utiliser son arme pour tirer deux types de munitions. Même si la variété n’est pas forcément au rendez-vous, nous disposons tout de même d’une petite panoplie d’attaques différentes nous permettant de venir à bout des deux ou trois types de robots – à l’exception des rares boss - qui croisent notre route. Rien de bien folichon à se mettre sous la dent, d’autant plus que du côté des déplacements de notre héros, la liberté de mouvement n’est pas non plus au rendez-vous.

Enslaved : Odyssey To The West
En effet, il n’est pas question ici de passer des heures à chercher son chemin. Nous évoluons la plupart du temps dans de longs couloirs et lorsque nous devons tout de même tirer le meilleur des dons d’acrobate de Monkey, le travail nous est facilité par la présence de points d’ancrage toujours mis en surbrillance. Ensuite, une simple pression sur le bouton de saut nous permet de passer de l’un à l’autre sans aucune difficulté. En effet, à aucun moment nous ne risquons de rater une manœuvre qui pourrait sembler délicate, Monkey ayant pour habitude de toujours se diriger sans aucune intervention de notre part, ou presque, vers le prochain point d’accroche disponible.

Enslaved : Odyssey To The West
Enslaved : Odyssey To The West
Enslaved : Odyssey To The West


Trip, une jolie rouquine plutôt collante

Enslaved : Odyssey To The West
Évoluant donc sans trop de difficulté dans ce monde hostile, Monkey peut également compter sur le soutien de Trip, la jolie jeune fille de service. Tout au long de cette aventure, elle va pouvoir, à des moments bien précis et suite à un ordre que nous lui avons donné, faire diversion afin que nous puissions nous frayer un chemin jusqu’à l’ennemi, actionner divers mécanismes, ou encore, dans des situations courues d’avance, utiliser son EMP pour immobiliser quelques vilains méchants qui auraient décidé de s’en prendre directement à elle.

Toujours collée à nos basques, Trip est également là pour nous soigner en cas de besoin, voir pour nous permettre de dépenser les quelques gemmes récoltées dans de nouvelles améliorations. En effet, nous pouvons régulièrement augmenter la puissance de notre bouclier, décupler la puissance de feu de notre bâton, améliorer notre capacité de régénération, ou encore débloquer quelques nouvelles techniques de combat comme la parade.

Enslaved : Odyssey To The West
Enslaved : Odyssey To The West
Enslaved : Odyssey To The West


Enslaved : un jeu esclave de son moteur !

Enslaved : Odyssey To The West
De plus en plus fort, et de mieux en mieux protégé, Monkey progresse sans trop de difficulté à travers les quatorze niveaux proposés. Cette sensation de simplicité est encore accentuée par de nombreuses petites choses. Ainsi, Trip est toujours là pour nous dire comment aborder une nouvelle zone, des murs invisibles nous empêchent de lancer des phases de saut improbables, les séquences de plateformes ne laissent quant à elle aucune part à l’improvisation, tandis que les ennemis, à l’intelligence d’une huître, arrivent toujours à des moments bien précis.

Enslaved : Odyssey To The West
La difficulté du jeu aurait donc pu résider dans le fait de devoir constamment protéger Trip, mais il n’en est rien. En effet, cette dernière reste toujours en retrait et ne se déplace que lorsque nous lui demandons, ou tout simplement quand la voie est dégagée. Trop dirigiste et plutôt facile, Enslaved n’est pas non plus exempt de tout reproche côté réalisation. Le moteur du jeu a également beaucoup de mal à suivre. Il n’est donc pas rare d’avoir droit à quelques ralentissements, à des affichages tardifs d’éléments de décors, mais pas seulement. En effet, que dire de la piètre qualité de quelques scènes cinématiques (notamment la petite balade en moto à gerber !), de la pauvreté de certaines textures, ou encore de la caméra trop souvent à la ramasse.

Conclusion

À trop vouloir faire comme tout le monde, on finit par faire dans le bas de gamme. Certes, Enslaved : Odyssey To The West n’est pas le plus mauvais des jeux, mais il n’offre rien de bien original. Pire, en étant trop dirigiste, il en devient presque trop facile et les niveaux s’enchaînent assez rapidement. Si à cela nous ajoutons les quelques errances techniques, alors nous avons devant nous un titre des plus banal qui pourtant semblait très prometteur après quelques minutes de jeu.

Enslaved : Odyssey To The West
Enslaved : Odyssey To The West
Enslaved : Odyssey To The West
Chargement des commentaires...
( les afficher maintenant )

Les avis des internautes

Note moyenne des internautes : 7.9
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : pit07
Très bon
Une bouffée d'air frais ! Une nouvelle licence ! Déjà, c'est rare... De plus, l'équipe de Ninja Theory et Andy Serkis ont encore fait des merveilles : difficile de ne pas se sentir immergé dans cette histoire joliement mise en scène, avec humour. Comme Heavenly Sword, le travail sur la motion capture, les expressions faciales, le doublage, et la mise en scène cinématographique font de ce jeu u suite ...
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : Anonyme
Très bon
Super Aaah une nouvelle license ça fait du bien! Design et graphismes vraiment très réussies, deux personnages super attachants...Les seules petits soucis rencontrès sont : une certaine linéarité (on suit un chemin tout balisé tout au long de l' aventure), une redondance dans l' action, des caméras pas toujours la ou il faudrait, et un mixage sonore des voix carrément a la suite ...
flechePublicité

LES OFFRES

Playlist Enslaved : Odyssey To The West

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

Tests

Grand Theft Auto 5

Grand Theft Auto 5

Joueurs confirmés | Xbox 360 , PS3 , PS4 , Xbox One
flechePublicité
flechePublicité
(document.location.protocol=='http:'){ var Tynt = Tynt || [];Tynt.push('cUx9Dqt8ar4jHuadbi-bnq');Tynt.i = {'st': true, 'ap': 'Tellement + sur JeuxVideo.fr :'}; (function(){var s=document.createElement('script');s.async="async";s.type="text/javascript";s.src='http://tcr.tynt.com/ti.js';var h=document.getElementsByTagName('script')[0];h.parentNode.insertBefore(s,h);})(); } -->