flechePublicité

Test Dynasty Warriors : GUNDAM Reborn (PS3) : 5/10 sur JeuxVideo.fr



Sortie le 26 Juin 2014 , PS3

Les +

  • Encore plus de contenu
  • Systèmes de combat et d'évolution remaniés
  • Les Mobile Armor jouables
  • Le jeu en coop'

Les -

  • Encore et toujours du recyclage
  • Dimension stratégique abandonnée
  • Retour des missions spatiales sans améliorations
  • IA aux fraises, décors vide, moteur vieillissant
La note de jeuxvideo.fr
5.0
moyen
La note des internautes
8.2

(5 votes)
Publiée le 10/07/2014 à 09:07, par Virgile

Test de Dynasty Warriors Gundam Reborn : Omega Force maintient le statu quo

Alors que le troisième volet introduisait une dimension stratégique rafraîchissante, Reborn en fait son deuil et revient à une formule beaucoup plus primaire.

Faire la critique d'un Dynasty Warriors est, au choix, une corvée ou une formalité. Nous opterons pour la seconde approche, conscient que cette niche dans la niche que sont les amateurs de la série d'Omega Force et de Gundam sont déjà bien au fait de quoi il retourne. A ceux-là d'ailleurs nous préférons d'ores et déjà annoncer la couleur : oui Dynasty Gundam Reborn apporte quelques réglages intéressants ; mais dans le même temps il bazarde la meilleure idée introduite par son prédécesseur et nous renvoie à la déception du second volet...

Dynasty Warriors Gundam 2 RebornRetour au sommaire
Dynasty Warriors : GUNDAM Reborn
On reprend les mêmes et on recommence ! Ou presque. Dynasty Warriors Gundam Reborn nous propose deux principaux modes de jeu distincts : l'un retraçant les événements de plusieurs séries des saga Universal Century et Cosmic Era le tout agrémenté de cut-scenes de qualité, l'autre mélangeant époques, personnages et Mobile Suits dans une flopée de missions sans grand rapport les unes aux autres. En somme, de ce côté-là, Omega Force réunit le meilleur des deux derniers volets en proposant aussi bien une trame respectueuse de la chronologie des événements des séries qu'une sorte de multiverse sans queue ni tête. Avec en prime la possibilité de piloter les célèbres et titanesques Mobile Armor. Et c'est d'ailleurs la meilleure chose qu'apporte ce nouvel épisode car à côté de ça Omega Force fait table rase d'un apport majeur du précédent volet.

L'attaque de Jaburo (Z Gundam)



Le troisième opus de l'improbable rencontre entre Dynasty Warriors et Gundam avait tenté de réformer un système de jeu resservi épisode après épisode. Sa principale qualité résidait dans la cartographie des aires de combat, certes plus restreintes qu'à l'accoutumée mais jalonnées de points d'intérêts dont s'emparer avant l'ennemi (rampes de lancement, hangar de réparation, etc.). Il n'était alors plus seulement question de moissonner des GM ou des Zaku mais aussi de prendre un ascendant stratégique sur l'adversaire pour s'assurer la victoire.

Dynasty Warriors : GUNDAM Reborn
A l'époque nous saluions cette nouveauté et quelques autres en accordant une note plus généreuse à ce volet (7 contre 5 pour son prédécesseur) et pensions qu'Omega Force était enfin sur la bonne voie pour sortir la série de sa rengaine. Avec un épithète comme le sien, Dynasty Warriors Gundam : Reborn laissait d'ailleurs espérer que notre intuition était la bonne. Mais soyons clairs, de renaissance il n'y a pas et il n'y aura probablement jamais.

Allez savoir pourquoi, ce Reborn revient à un déroulement des batailles tout ce qu'il y a de plus bourrin et linéaire. Non pas que son prédécesseur fut un modèle de finesse, mais tout de même. De nouveau il s'agira donc de bourrer tout ce qui passe en s'attaquant prioritairement aux leaders et de passer à la zone suivante une fois le génocide accompli. Plus question de planification de son attaque, on se laissera une nouvelle fois guidé par l'urgence des alertes successives et des appels à l'aide de nos compagnons d'armes. Les monomaniaques capables de s'envoyer du Musô matin, midi et soir ne s'en émouvront sans doute pas plus que ça. Pour notre part, c'est une première déception majeure.

Autre point de mécontentement : le retour des missions spatiales. Un défaut en soi ? Non, évidemment. Le problème c'est qu'elles nous reviennent exactement telles qu'elles étaient dans le second volet. Autrement dit, les batailles se disputent sur un plateau invisible et ne malmènent donc jamais nos repères comme devrait le faire toute escarmouche dans le vide spatial. Leur abandon était un moindre mal dans le troisième opus. Leur retour sans la moindre amélioration a franchement de quoi exaspérer.

Dynasty Warriors : GUNDAM Reborn
Au premier abord c'est donc l'incompréhension qui règne face aux choix d'Omega Force. Heureusement, quelques subtiles améliorations font en partie passer la pilule - quand bien même elles ne redressent pas complètement la barre. Chaque pilote dispose ainsi d'une jauge de Burst permettant de gagner en vitesse et en puissance voire, pour les personnages de types génétiques spéciaux, de bénéficier d'une aptitude propre. Les Newtypes par exemple, comme Amuro ou Char, ralentissent le temps pour s'en donner à cœur joie. Une fois activé, ce mode Burst permet également de lancer une attaque combinée entre notre pilote et son soutien. Ce dernier pourra même être un commandant de vaisseau, comme Bright Noah par exemple. Dans cette configuration, l'attaque SP du pilote sera alors suivi d'un bombardement surpuissant du White Base. Omega Force a d'ailleurs, d'une manière générale, pris soin de singulariser encore un peu plus pilotes et Mobile Suits. Le Strike Gundam de Kira et le Impulse Gundam de Shinn peuvent, par exemple, switcher entre trois modes de combat.

Dynasty Warriors : GUNDAM Reborn
A côté de ça, les micro-réglages sont nombreux - plans d'améliorations simplifiés, compétences des pilotes à débloquer, etc. - et réjouiront sans doute les habitués de la série ayant abdiqué toute forme d'exigence sur l'autel du fan-service. Car, soyons honnête, tout ça commence à bien faire. La pauvreté des décors, le moteur sans cesse recyclé, l'IA complètement léthargique, le panel de combos ridicule et j'en passe. Comment peut-on encore accepter cela après quatre épisodes ?

L'amour pour une série - ou deux, dans le cas présent - ne suffit pas toujours. Tecmo Koei et Omega Force semblent n'en avoir cure et continuent d'user le concept des Musô jusqu'à la corde tout en se gardant bien de faire preuve d'un minimum d'inventivité. Pire, cet épisode Reborn revient sur l'une des meilleures idées de son prédécesseur, à savoir la cartographie des zones de combat désormais débarrassés des points stratégiques à conquérir. On regrette également que les missions spatiales fassent leur retour sans la moindre amélioration après avoir été provisoirement évincées dans le troisième volet. Alors bien sûr, les quelques réglages apportés aux systèmes de combat et d'évolution, au même titre qu'un contenu encore plus costaud et la possibilité de piloter les Mobile Armor trouveront grâce aux yeux des amateurs. Mais est-ce bien suffisant pour excuser le laxisme d'Omega Force face à tant d'autres insuffisances transmises d'épisode en épisode ? Il est plus que temps qu'une véritable renaissance de la série se produise...

Dynasty Warriors : GUNDAM Reborn
Dynasty Warriors : GUNDAM Reborn

Dynasty Warriors : GUNDAM Reborn
Dynasty Warriors : GUNDAM Reborn
Dynasty Warriors : GUNDAM Reborn

Dynasty Warriors : GUNDAM Reborn
flechePublicité

LES OFFRES

Playlist Dynasty Warriors : GUNDAM Reborn

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

Tests

Grand Theft Auto 5

Grand Theft Auto 5

Joueurs confirmés | Xbox 360 , PS3 , PS4 , Xbox One
flechePublicité
flechePublicité
nt,'flg',(null !== document.cookie.match('nfuserid') ? document.cookie.match(/nfuserid=(\d+)/i)[1] : null));