flechePublicité

Test Duke Nukem 3D (Xbox 360, Saturn, Megadrive) : 0/10 sur JeuxVideo.fr



Sortie le 24 Septembre 2008 , Xbox 360 Sortie le 07 Avril 2008 , Megadrive Sortie le 29 Janvier 1996 , Plus de tests sur PC , Sortie 1997 sur Saturn
Publiée le 07/10/2008 à 00:10, par jika

Test de Duke Nukem 3D

Le studio 3D Realms aime prendre son temps : presque 10 pour nous pondre Prey, sans compter le nombre d’années à attendre Duke Nukem Forever. Conscient sans doute de ce léger « payage de tronche » envers les joueurs, les développeurs ricains tentent tant bien que mal de combler l’attente, qui n’en est plus vraiment une, en nous offrant en ce grisonnant automne 2008 un portage/remake XBLA de leur classique de toujours : Duke Nukem 3D. Opportuniste chez 3D Realms ?

Your face, your ass…. What difference?Retour au sommaire
your-face-your-ass-what-difference
Un côté sexy et délirant irrésistible
Biceps nourris à l’EPO, Rayban 80’s sur le nez, débardeur à la Bruce Willis et cheveux alignés… On ne parle pas ici de Bruno Vandelli, mais bien évidemment de ce cher Duke Nukem, soldat testostéroné et sévèrement burné, envoyé sur Terre pour « Kick some ass » à une race d’Aliens belliqueux. Seulement, le bonhomme a pris 12 ans dans la face et on pourrait le croire proche de la sénilité, victime d’un sérieux avachissement des pectoraux. Que nenni.


Car ce portage Xblox Live Arcade agit comme une madeleine de Proust transgénique. Dès le mythique générique d’intro, à base de gros riffs de guitare en midi, la tronche improbable de Duke nous ramène en 1996. Ingénieux et décomplexé, le FPS de 3D Realms fait partie des titres qui ont fait évolué le jeu vidéo dans son ensemble. Cette renaissance XBLA conserve toutes les saveurs de l’original. Pour quelles raisons Duke 3D reste-t-il un titre si important me demanderont les jeunots ? Tout d’abord, l’ambiance y est incomparable. Prenez le héros du jeu pour commencer : un GI Joe humain accumulant tous les clichés de la brute épaisse, mais cool. Duke, c’est une voix, grave et puissante, balançant à intervalles régulier des vannes aux Aliens, tout en les achevant d’un coup de latte. Vulgaire, n’hésitant à se soulager dans la tête d’un boss après l’avoir décapité (véridique), macho juste ce qu’il faut (il a toujours un billet sur lui, prêt à être glissé à une stripteaseuse), Duke a fait marrer toute une frange de joueurs dans les années 90 et en fait autant en 2008. En sus de son personnage principal attachant, Duke Nukem 3D est aussi bourré de références à la culture geek et d’autres easter eggs délirants. C’est donc un vrai bonheur d’explorer les niveaux de fond en comble, à la recherche du moindre détail croustillant.


Duke n’a pas pris une ride… ou presqueRetour au sommaire
duke-n-pas-pris-ride-presque
Plus grotesque, tu meurs...
Mais, au-delà de son ambiance de série B burlesque, Duke Nukem 3D est surtout un excellent FPS. Parlons par exemple de l’arsenal, varié, inventif et jouissif. Aucun titre ne pouvait se targuer, à l’époque, d’offrir au joueur un rétrécisseur d’Alien, un double lance-missiles ou des bombes à déclenchement à distance. Une grosse quinzaine d’armes au total, ayant toutes leur utilité et tenant encore aujourd’hui largement la route. Mais tous ces charmants gadgets ne seraient rien sans un level-design ouvert et tortueux, demandant bien plus de jugeote qu’il n’y parait au premier abord. Ajoutons à cela trois épisodes découpés en une dizaine de niveaux chacun et vous obtenez un challenge tout à fait honorable, surtout en regard de la durée de vie famélique de certains FPS modernes. D’autant plus que le plaisir peut être prolongé sur le Live, grâce à un mode deathmatch à l’ancienne, accusant tout de même son âge en terme de bourrinage, ainsi qu’un mode coop’ sympathique, mais relativement anecdotique.


Cependant, qu’on ne s’y trompe pas : Duke Nukem 3D XBLA n’est qu’un portage, sans aucune mise à jour technique. N’oublions pas que le titre est sorti en 1996, et ça se voit. Décors en 3D sommaires, personnages en 2D pixélisés à souhait… Duke accuse son âge d’un point de purement esthétique. Si les vieux routards du PC ne s’en offusqueront aucunement, trop heureux de pouvoir à nouveau chanter Born to be wild sur l’estrade d’un bar miteux, les profanes habitués aux textures bump-mappées risquent de plisser les yeux face à ce qui leur apparaitra comme un amas de pixels baveux. De ce fait, cette réédition s’adresse avant tout au vieux gamer nostalgique ou à l’amateur de FPS peu regardant sur l’aspect graphique (un paradoxe en soi).


Vidéo d'illustrationRetour au sommaire


[S][S][S][S][S][S][S]



-Voir d'autres vidéos de Duke Nukem 3D

Oui, Duke Nukem 3D est un des plus importants FPS de ces quinze dernières années. Le titre de 3D Realms mixe brillamment gameplay nerveux mais plus subtil qu’il n’y parait et ambiance délicieusement décalée. De ce point de vue, le titre n’a pas pris une ride en 12 ans, pour qui ferme les yeux sur une technique de 12 ans d’âge, justement. Mais tous les joueurs parviendront t-il à prendre du plaisir avec un FPS techniquement dépassé, aussi brillant soit il ? Rien n’est moins sûr.
flechePublicité

Playlist Duke Nukem 3D

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

Tests

Grand Theft Auto 5

Grand Theft Auto 5

Joueurs confirmés | Xbox 360 , PS3 , PS4 , Xbox One
flechePublicité
flechePublicité
fore(ins, s); })();