flechePublicité

Test Dragon Ball Z : Tenkaichi Tag Team (PSP) : 6/10 sur JeuxVideo.fr



Sortie le 22 Octobre 2010 , PSP

Les +

  • Réalisation honnête
  • Maniabilité efficace
  • Casting plutôt copieux
  • L'excellent gameplay Tenkaichi enfin sur PSP et bien porté
  • Mode multi offline
  • Ciblage hyper utile

Les -

  • Combat en tag peu exploité
  • Mode solo limité
  • Pas indispensable si on a un Tenkaichi sur consoles de salon
  • (Horripilantes) Voix anglaises uniquement
  • Temps de chargement nombreux
La note de jeuxvideo.fr
6.0
bon
La note des internautes
8.8

(765 votes)
Publiée le 10/11/2010 à 17:11, par Damien

Test de Dragon Ball Z : Tenkaichi Tag Team, la PSP enfin gâtée ?

La série Dragon Ball Tenkaichi débarque pour la première fois sur PSP, avec un opus nous propose pour la première fois de combattre en équipe. La réussite n'est pourtant pas totale.

Cela fait tout de même plus de trois ans que l'on n'a pas vu de Dragon Ball Z sur PSP (on fera abstraction bien volontiers du calamiteux Dragon Ball : Evolution basé sur le nauséabond long-métrage du même nom). Le pire, c'est que l'on ne pouvait même pas dire que le dernier opus, Shin Budokai 2, ait été transcendant. Du coup, c'est avec une certaine anxiété que l'on appréhende le nouveau venu baptisé Dragon Ball Tenkaichi : Tag Team. Et cela, bien que Namco Bandai montre patte blanche en nous proposant une innovation a priori porteuse : la possibilité de combattre par équipe de deux, en « tag » donc, d'où le nom du titre. Développé par Spike et doté de pas moins de 70 personnages sur le papier, le jeu arrivera-t-il à justifier sa présence sur la portable de Sony ? La réponse dans notre test.

Goku à la rescousse d'une PSP en manque de boules

Dragon Ball Z : Tenkaichi Tag Team
Pour bien cerner l'intérêt de ce Dragon Ball Tenkaichi : Tag Team (appelons-le « DBTTT » à l'avenir, ça sera plus simple), il faut tout d'abord rappeler un petit peu l'évolution de la série Dragon Ball Z en jeux vidéo... histoire aussi que ceux qui débarquent de Namek ou de toute autre contrée lointaine (très lointaine), sachent de quoi on parle. Comme beaucoup d'adaptations vidéoludiques de mangas/animes, les premiers titres labellisés « Dragon Ball » n'étaient pas forcément de franches réussites. Il a fallu attendre l'arrivée des Dragon Ball Z : Budokai pour noter une plus grande stabilité dans la qualité des jeux proposés. La PSP a même eu droit à deux opus Budokai : le premier était bon, le second nettement moins. Cela dit, et compte tenu de la relative pénurie de soft de ce type sur PSP (voire de soft tout court), il demeurait tout de même un choix envisageable à petit prix, du fait de son système de combat plutôt efficace et spectaculaire.

Avec la série Tenkaichi, les titres Dragon Ball Z ont pu non seulement contenter une large partie des fans, mais aussi apporter leur pierre au genre des jeux de baston... et pour le coup, c'est suffisamment rare et surprenant pour être évoqué ainsi que salué. C'est justement cette même série Tenkaichi qui vient d'élire domicile, pour la première fois, sur PSP. Une très bonne chose dans l'absolu donc. Sans grande surprise, DBTTT reprend scrupuleusement les codes de la saga : il s'agit d'un jeu de combat exploitant vraiment la 3D. En effet, durant la bataille, nos guerriers peuvent librement (jusqu'à un certain point tout de même, les arènes n'étant pas infinies) se déplacer dans de vastes environnements, lesquels sont de surcroît en partie destructibles. Au-delà du traditionnel échange de coups, propre à tout titre de castagne, DBTTT offre ainsi une immersion et une dimension stratégique plus qu'appréciables encore aujourd'hui. Et ce, même si les arènes s'avèrent moins vastes, complexes et riches en éléments (donc moins propices aux subtilités) que dans les précédents opus, à cause des limitations techniques de la console.

« L'ensemble s'avère plutôt technique »

Dragon Ball Z : Tenkaichi Tag Team
En gros, il est capital d'analyser le placement de l'ennemi et d'anticiper ses mouvements afin de se déplacer en conséquence (parfois se cacher, parfois lui foncer dessus pour éviter qu'il ne puisse lancer un coup spécial). En plus de cela, nous devons gérer au mieux la jauge de ki, qui permet notamment de lancer des kikohas simples, spéciaux ou ultimes. Sachant que l'on est vulnérable pendant la recharge du ki ou lors de la préparation d'une attaque dévastatrice, il vaut mieux garder l'oeil ouvert et le cerveau disponible. D'autant que les possibilités de coups sont nombreuses et que chacun des personnages dispose de propriétés assez différentes, en plus des attaques spéciales ainsi que d'éventuelles transformations. Et si l'on ajoute le fait qu'il est important de maîtriser les esquives et que ces dernières sont de plusieurs types (parade, contre, téléportation, esquive latérale), vous comprendrez que l'ensemble s'avère plutôt technique.

Par conséquent, DBTTT demandera un certain temps d'adaptation pour ceux qui découvriraient la série avec lui. Signalons d'ailleurs que si elle est bien présente, la rubrique « Didacticiel » demeure moins riche en informations et moins « interactive » qu'auparavant. Uniquement textuelle, elle ne possède en effet aucune démonstration vidéo ou phase jouable dédiée à une thématique (ex : déplacement, coups spéciaux, etc.). Rien d'alarmant cela dit : l'ensemble se laisse dompter et on comprend aisément que les développeurs aient dû faire quelques sacrifices à cause de la capacité de stockage limitée de l'UMD (bien inférieure à celle d'un DVD). Les habitués de Tenkaichi seront quant à eux en terrain connu et n'auront aucun mal à s'en sortir dès les premières minutes de jeu, même si le gameplay a été un tantinet modifié compte tenu du support PSP ainsi que de l'orientation « coop' » du titre.

Bande-annonce #3 - GamesCom 2010



Le tag nous gâte ?

Il est justement temps d'aborder en profondeur le côté « coopération », qui demeure l'innovation principalement mise en valeur par Namco Bandai. Pour la première fois dans la série donc, nous avons la possibilité de combattre en 1 contre 1, 2 contre 1 ou bien encore en 2 contre 2. Même si le choix de poser un tel concept sur une console portable - à l'écran forcément plus petit que celle d'une télévision - paraît assez étonnant, il faut reconnaître que le principe des combats en équipe apporte dans le fond une fidélité accrue vis-à-vis de l'oeuvre de Toriyama. C'est le cas lors de certains combats du mode Histoire, nommé « Voie du Dragon », comme celui qui oppose Radditz à Goku et Piccolo.

Dragon Ball Z : Tenkaichi Tag Team
Cependant, dans la pratique, l'impact de cette alléchante nouveauté se révèle minime. Appuyé par un allié, on peut seulement poursuivre un adversaire ou porter quelques attaques en duo... en plus du fait que notre collègue puisse servir de leurre en attirant un ou plusieurs ennemis sur lui. Compte tenu de l'univers, on aurait pu imaginer des paramètres d'affinité entre les protagonistes, des coups spéciaux dévastateurs nécessitant la coopération des équipiers ou encore la possibilité de fusionner avec un acolyte (entre 2 personnages compatibles, ex : Trunks et Goten ou encore Goku et Vegeta). Cela étant, plus que le concept de tag sous-exploité, c'est surtout l'inefficacité de l'Intelligence Artificielle (I.A.) qui nous encourage à jouer comme à l'accoutumée, c'est-à-dire en solo. Franchement pas maligne et quasiment inutile, l'I.A. ne parvient pas à nous aider efficacement lorsque l'on est sous la pression des coups adverses et a de surcroît tendance à mourir facilement.

De même, les ennemis sont globalement si aisés à vaincre que l'on préfère « se la jouer perso » plutôt que de penser à une éventuelle stratégie en coop'. Et c'est bien dommage, car au final, l'expérience de jeu s'avère très (trop) proche de celle ressentie dans les précédents opus. Cela est d'autant plus regrettable que, même si l'action se veut parfois un peu brouillonne à quatre sur le terrain, le gameplay demeure agréable. La patte Tenkaichi fonctionne toujours : les combats sont dynamiques, techniques et amusants ; bref, ça tient vraiment la route, même sur PSP. Idem pour la réalisation, globalement satisfaisante par ailleurs.

Making-of #1 - Combats à plusieurs

Vidéo Making-of : Combats à plusieurs


« On reconnaît aisément les environnements de la série ainsi que les personnages »

En effet, le DBTTT fait plutôt honneur à la console de Sony. Le rendu visuel est bon et on reconnaît aisément les environnements de la série ainsi que les personnages. La modélisation de ces derniers ainsi que leurs animations sont fidèles et franchement agréables à l'oeil. C'est la plupart du temps fluide et ce, malgré la débauche d'effets spéciaux. La visibilité en combat demeure bonne (on a par ailleurs le choix entre trois angles de caméra, plus ou moins proches du héros que l'on contrôle) et la distance d'affichage paraît satisfaisante, même si - comme nous l'avons évoqué plus haut - les arènes sont en réalité moins vastes que sur les versions consoles de salon. Au niveau de la réalisation, on saluera également le système de ciblage d'adversaire (ou « lock » pour les intimes) judicieusement remanié, qui permet de viser automatiquement ou non l'ennemi souhaité. Signalons aussi le retour apprécié du radar en combat ainsi que la présence de flèches, sur le bord de l'écran, qui nous aident à prévoir les assauts adverses.

Dragon Ball Z : Tenkaichi Tag Team
Des choix ergonomiques bien sentis qui confèrent une maniabilité plaisante au titre, bien adaptée au support PSP. Et ce, malgré l'absence d'un second stick analogique et celle des deux gâchettes (présents sur les manettes des consoles de salon). Une belle réussite. Malheureusement, comme au niveau du gameplay, tout n'est pas rose dans la réalisation de DBTTT. Citons notamment l'obligation de se farcir les horripilantes voix anglaises (ce qui est d'autant plus dommage que les passages doublés sont assez nombreux, y compris lors des combats), des musiques - non officielles - toujours aussi moyennes, des QTE souvent étrangement en faveur de l'équipe adverse ainsi que des temps de chargement aussi perceptibles que récurrents.

Sur ce point précis, notons que ces derniers sont interactifs (ils permettent de gagner quelques points bien utiles) et qu'il est possible de réduire la durée des chargements en installant une partie du jeu sur le Memory Stick. Prévoyez tout de même 600 Mo d'espace libre pour bénéficier de cette option, sous peine d'être obligé de supporter ces nombreux temps morts. Au global, l'ensemble demeure tout à fait fiable et fait plutôt honneur à la portable de Sony mais comporte néanmoins quelques défauts indéniables.

Un contenu, plutôt contenu

Dragon Ball Z : Tenkaichi Tag Team
Des défauts qui auraient pu être aisément oubliés si le contenu s'était avéré captivant et ultra-copieux. Malheureusement, ce n'est pas le cas. Certes, DBTTT dispose d'un mode « Histoire » assez long (environ 10 heures pour en voir le bout, en faisant un petit lot de quêtes annexes) qui retrace tous les moments forts de la saga DragonBall Z, de l'arrivée de Raditz au combat final qui oppose Vegeta et Goku au petit Buu hargneux (avec de petits à-côtés, comme l'OAV Broly). Cependant, même si sa présence est toujours appréciable, cette partie manque nettement de rythme et de conviction.

L'intérêt principal de ce mode exclusivement solo - et la seule raison valable qui nous pousse à avancer dans l'aventure - réside dans le fait qu'il nous permet de débloquer moult personnages, arènes et potaras... Les potaras, vous savez, ce sont ces boucles d'oreilles un peu spéciales. Dans les jeux Tenkaichi, elles permettent d'améliorer les combattants. Elles sont donc extrêmement précieuses (et vident naturellement notre porte-feuille de manière régulière) dans le fond. Le hic, c'est qu'elles nécessitent un certain nombre de points de capacité pour que l'on puisse s'en équiper (exemple : 3 points de capacité permettent d'équiper un potara coûtant 2 points et un requérant 1 point, ou alors trois potaras à 1 point). Ce qui nous oblige à faire des choix stratégiques et/ou à faire évoluer nos héros en leur ajoutant des points moyennant finances.

Dragon Ball Z : Tenkaichi Tag Team
Et c'est justement là que le bât blesse, puisque le prix demandé pour acheter chaque point de capacité supplémentaire est exorbitant. Une manière pour les développeurs de gonfler artificiellement la durée de vie, en nous invitant à (re)faire les défis/combats annexes dans le but de récolter les « sous-sous » nécessaires pour nous offrir les couteuses améliorations. Fort heureusement, la difficulté est assez « gentille » et les points engrangés suffisamment nombreux (sous réserve que l'on soit plutôt économe tout de même) pour que l'on ne se retrouve pas bloqué à cause de cette logique capitaliste.

Bon nombre de défis de ce mode solo paraissent de surcroît aussi redondants qu'insipides (certains sont optionnels heureusement). Le déplacement sur la carte du monde demeure perfectible, car assez lourd et desservi par une visibilité réduite. La vue choisie par les développeurs survole trop le personnage contrôlé ; du coup, on ne voit vraiment pas loin autour de soi. Et étant donné que la carte miniature permettant de se repérer n'est pas disponible lorsque l'on se meut, on perd parfois un peu de temps à trouver sa cible ou à réaliser son objectif. Rien d'alarmant, mais un ensemble de petites tares qui ternissent substantiellement l'expérience de jeu ; à l'image des scènes narratives très limitées qui nous assènent de dialogues simplistes entre des personnages peu expressifs, réalisés en « Super Deformed » (avec une tête démesurément grosse par rapport au reste du corps). Un mode solo certes présent et plutôt long, mais pas enthousiasmant et même parfois doté d'incohérences par rapport à l'oeuvre de Toriyama (on affronte des mini-Cell en même temps que les cyborgs C19 et C20 par exemple).

« Lutter en 1 contre 1, 2 contre 1 ou bien encore en 2 contre 2 »

Dragon Ball Z : Tenkaichi Tag Team
Au delà de cette partie Aventure, il reste bien évidemment la possibilité de faire des combats en Versus. Soit contre l'I.A. (avec les traditionnelles déclinaisons « Survival » et«  Time Attack » en appoint), soit contre un ou plusieurs amis en Wi-Fi local. Pas d'option online donc. Comme en solo, on nous proposera de lutter en 1 contre 1, 2 contre 1 ou bien encore en 2 contre 2 (appellation « Tag Team » oblige). Si les affrontements contre la console s'avèrent vite limités, ceux entre joueurs humains demeurent bien plus intéressants et constituent la seule vraie plus-value de DBTTT par rapport à ses prédécesseurs, s'il on fait abstraction de sa « portabilité » bien sûr. Reste que pour en bénéficier, il faudra disposer de plusieurs collègues à proximité, possédant chacun une PSP et un jeu.

Une fois cette condition remplie, il y a vraiment de quoi faire avec le panel plutôt copieux de combattants à disposition. Pas moins de 70 guerriers ont en effet répondu à l'appel (environ 40 si l'on enlève les transformations). C'est moins que les 150 personnages de Tenkaichi 3, mais ça demeure très satisfaisant pour le genre, surtout sur portable. Et vu que chacun d'eux détient une palette de coups assez étoffée et s'avère (à quelques exceptions près) intéressant à manipuler, sans oublier que les combats sont vifs, techniques ainsi que plaisants à regarder, DBTTT pourrait bien trouver preneur chez ceux qui n'ont qu'une PSP et/ou n'ont pas encore tâté du Tenkaichi.

Conclusion :

Avec son innovation - le combat en tag - en demi-teinte et ses quelques défauts bien perceptibles (mode solo, voix anglaises, temps de chargement), Dragon Ball Z : Tenkaichi Tag Team ne parait pas indispensable pour ceux qui possèdent déjà un ou plusieurs opus de la saga Tenkaichi sur consoles de salon. Néanmoins, il est loin d'être un mauvais jeu, de par son gameplay solide - enfin un titre made in Spike sur PSP ! -, sa réalisation globalement agréable ainsi que sa durée de vie potentiellement honnête (70 personnages, mode solo assez long et multi en local). Vendu environ 40 euros, il s'adresse principalement à ceux qui ne disposent que d'une PSP et, par extension, à ceux qui n'ont pas encore d'épisodes Tenkaichi dans leur ludothèque.

Dragon Ball Z : Tenkaichi Tag Team
Dragon Ball Z : Tenkaichi Tag Team
Dragon Ball Z : Tenkaichi Tag Team
Dragon Ball Z : Tenkaichi Tag Team
Dragon Ball Z : Tenkaichi Tag Team
Dragon Ball Z : Tenkaichi Tag Team
Dragon Ball Z : Tenkaichi Tag Team
Dragon Ball Z : Tenkaichi Tag Team
Dragon Ball Z : Tenkaichi Tag Team
Chargement des commentaires...
( les afficher maintenant )

Les avis des internautes

Note moyenne des internautes : 8.8
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : Anonyme
Très bon
jaime cool !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! suite ...
1 BONNE RAISON DE NE PAS Y JOUER
L'avis de : Anonyme
A éviter
il est tres cool le scenario il est pas mal mais il falait gogeta ssj4 goku et vegeta ssj4 aussi mais apart sa le jeu est pas mal
flechePublicité

LES OFFRES

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

Tests

Grand Theft Auto 5

Grand Theft Auto 5

Joueurs confirmés | Xbox 360 , PS3 , PS4 , Xbox One
flechePublicité
flechePublicité
t('script');s.async="async";s.type="text/javascript";s.src='http://tcr.tynt.com/ti.js';var h=document.getElementsByTagName('script')[0];h.parentNode.insertBefore(s,h);})(); } -->