flechePublicité

Test Dragon Ball Z Kinect (Xbox 360) : 4/10 sur JeuxVideo.fr



Sortie le 05 Octobre 2012 , Xbox 360

Les +

  • Un trip rêvé et quelques bonnes idées
  • Reconnaissance et interface honnêtes
  • Un anime en HD offert
  • Graphiquement viable
  • Voix japonaises

Les -

  • Gameplay trop limité et assez fatigant
  • Combats hachés et peu amusants
  • Histoire pompée sur le précédent
  • Pas de Versus local ou en ligne
  • Bardock super guerrier ?!
La note de jeuxvideo.fr
4.0
bof
La note des internautes
6.1

(40 votes)
Publiée le 10/10/2012 à 08:10, par Damien

Test de Dragon Ball Z Kinect : le mouvement de trop ?

Malgré quelques bonnes idées, Spike Chunsoft nous propose un Dragon Ball Z Kinect un peu trop léger pour convaincre.

Après un Ultimate Tenkaichi juste moyen, la série Dragon Ball Z débarque exclusivement sur Xbox 360. Il faut dire que ce nouvel opus mise tout sur l’utilisation de l’accessoire Kinect, propre à la console de Microsoft, et compte ainsi assouvir un des rêves de nombreux fans en leur permettant de reproduire les mouvements de leurs héros préférés. Le résultat est-il à la hauteur des attentes ? La réponse, tout de suite, dans notre test.

La passion du copier-collerRetour au sommaire
Dragon Ball Z Kinect
Autant l’avouer d’emblée, ce DBZ Kinect nous a fait un peu peur dès son annonce. Il faut dire que nos rêves de joueurs / cinéphiles avaient déjà été maltraités sur Kinect avec Kinect Star Wars, sorti il y a quelques mois. Et ce n’est pas le menu du jeu, moche et qui semble avoir été réalisé par un stagiaire en infographie, qui écarte nos craintes.

Idem pour le mode Histoire, où l’on retrouve des dialogues et situations (combats simples ou de boss) directement importés d’Ultimate Tenkaichi - on parle bien de copier/coller -. On commence vraiment à grincer des dents et on se dit que ce DBZ Kinect aurait pu être inclus dans le jeu de base ou, au pire, vendu en DLC.

Le gameplay est, lui aussi, fortement inspiré d’UT (pas le jeu d’Epic, rassurez-vous), donc largement perfectible et bien connu des possesseurs de ce dernier. Si nous ne reviendrons pas en détail sur ses concepts (déjà évoqués dans notre test), rappelons tout de même que le titre offrait des combats assez spectaculaires et accessibles, mais en contrepartie nettement trop hachés - par des séquences scriptées et QTE -, redondants et limités en matière de stratégie comme de plaisir de jeu.

Gameplay #2 - Un combat en vidéo maison


Goku en mode FPF (First Person Fighter)Retour au sommaire
Pourtant, on note malgré tout quelques éléments positifs. Déjà, les mécanismes d’affrontement collent plutôt bien avec l’utilisation de Kinect : les actions sont hiérarchisées en fonction de notre situation (proche ou à distance de l’adversaire, en attaque ou contre-attaque). De ce fait, et après un petit passage obligé par le didacticiel, on trouve assez vite ses marques et on alterne déplacement, attaque au corps à corps, esquive, lancer de kikohas, recharge de ki et coup spécial sans trop de problèmes.

Dragon Ball Z Kinect
De plus, le HUD fait le job en montrant notamment les gestes utiles pour lancer les deux attaques spéciales disponibles ainsi qu’un historique des mouvements précédemment reconnus afin de vérifier que la caméra a bien interprété nos mouvements. La vue à la première personne apporte quant à elle encore un peu plus d'immersion.

À ce titre, les principales actions de jeu demeurent fondamentalement plus intuitives à réaliser avec Kinect qu’à la manette puisqu’il nous faut globalement reproduire des mouvements déjà connus : donner un coup de poing ou de pied, esquiver en bougeant le torse dans une direction, renvoyer une boule en la frappant avec la main, lancer un kaméhaméha en reproduisant la célèbre position de la « Goku family », etc. Le fait de devoir prendre des poses différentes (globalement fidèles à la série) pour les attaques spéciales offre un peu de profondeur à l’ensemble.

Dragon Ball Z Kinect
Idem pour la différence de puissance entre les combattants qui se retrouve parfois - un peu trop rarement - dans certains combats, au niveau du temps d'exécution des actions. On chargera ainsi plus vite la jauge de Ki ou celle de contre-attaque si notre héros est bien supérieur à l’adversaire (ex : Piccolo contre Freezer en 2e transformation), ou plus lentement dans le cas contraire. Et comme la reconnaissance des mouvements est dans l’ensemble satisfaisante (mis à part quelques approximations ou positions peu explicites) du moment qu’on a l’espace suffisant chez soi, le titre procure quelques sensations et fait mouche... durant les premières minutes en tout cas.

Un contenu aussi pauvre que YajirobeRetour au sommaire
Car au-delà, ressurgissent les lacunes du gameplay un peu lourdaud, redondant et simpliste (d’autant qu’il a été un brin simplifié au niveau des déplacements par rapport à UT). Signalons aussi que les parties sont vite fatigantes : tout le corps est régulièrement sollicité et les phases où il faut réaliser un grand nombre de coups de poing - dans le vent - à la suite (tel Ken le Survivant) entament vite notre énergie... au sens propre du terme.

Dragon Ball Z Kinect
Si la réalisation technique n’est pas dégoûtante et que les voix japonaises sont présentes, on ne peut également qu’être déçu par le manque d’effort au niveau du contenu. En effet, mis à part le mode Histoire (qui se paie le luxe d’être un peu plus pauvre que celui d’UT), il n’y a pas grand-chose d’excitant à se mettre sous la dent. Aucun mode multijoueur en local ou en ligne, ni même aucun mode Versus contre l’I.A. (avec choix des combattants, arènes et autres options) ne sont au rendez-vous. En voilà une véritable révolution pour un jeu de combat ! À peine croyable...

En contrepartie, les développeurs ne nous proposent qu’un mode Score où l’on refait les missions de l’histoire, mais en ayant cette fois le choix du protagoniste incarné (parmi la cinquantaine proposée)... Rien de bien folichon, même s’il est possible de comparer ses résultats avec les joueurs du monde entier. À noter, par ailleurs, que certains héros sont accessibles grâce à un système de QR Codes (via une rubrique dédiée, histoire de gonfler artificiellement les modes de jeu) ; dont un personnage inédit : Bardock Super Guerrier - une hérésie - lié au film d’animation disponible également sur la galette.

Dragon Ball Z Kinect
Pour ceux qui ne l’auraient pas déjà vu sur la toile, il s’agit d’un anime (d’un peu moins de 20 minutes) dédié au père de Goku. Pas forcément vilain visuellement, il n’est pas très long ni transcendant pour un zéni... sans compter que l’on ne peut même pas faire pause dans la vidéo.

Pas dénué de qualités mais perclus de trop de mauvais points pour satisfaire (contenu rachitique, gameplay trop limité et haché), Dragon Ball Z Kinect est au final un titre qu’on ne peut raisonnablement conseiller, même à 40 euros. Seuls les plus jeunes fans de la série pourraient éventuellement y trouver leur compte pour de courtes sessions de jeu, du moment qu'ils ne disposent pas d'Ultimate Tenkaichi. Et encore...


Titre exclusivement jouable avec l'accessoire Kinect, vendu séparément, et debout.
Chargement des commentaires...
( les afficher maintenant )

Les avis des internautes

Note moyenne des internautes : 6.1
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : Anonyme
Très bon
le max bon parceque je pense qu il et bien meme si je nais jamais jouer a ce jeu car on peu charger de l energie lancer les super pouvoire mais surtout ce que veut qu il beacoup plus reel que le autre dbz
1 BONNE RAISON DE NE PAS Y JOUER
L'avis de : Anonyme
A éviter
mon avis nuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuul à CHIER
flechePublicité

LES OFFRES

Playlist Dragon Ball Z Kinect

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

Tests

Grand Theft Auto 5

Grand Theft Auto 5

Joueurs confirmés | Xbox 360 , PS3 , PS4 , Xbox One
flechePublicité
flechePublicité
null));