flechePublicité

Test Dragon Ball Z : Battle of Z (PS3, Xbox 360, Playstation Vita) : 5/10 sur JeuxVideo.fr



Sortie le 24 Janvier 2014 , PS3 , Xbox 360 , Playstation Vita

Les +

  • De nouvelles idées
  • Quelques subtilités
  • Jusqu'à 8 en multi
  • Quelques bonnes sensations
  • Fluide
  • Les héros du dernier film
  • Jouable en local (Vita)
  • Assez joli (Vita)

Les -

  • Pas à la hauteur des PS3 / X360
  • Action peu lisible
  • IA aux fraises
  • Pas assez technique et parfois frustrant
  • Manque d'âme et de fidélité
  • Menus peu ergonomiques
  • Pas de Versus en local (PS3 / X360)
La note de jeuxvideo.fr
5.0
moyen
La note des internautes
7.4

(213 votes)
Publiée le 29/01/2014 à 18:01, par Damien

Vidéo-Test de Dragon Ball Z : Battle Of Z, le Bills-gate ? (PS3, X360, PS Vita)

Namco Bandai nous propose un nouvel opus largement orienté vers le multijoueur et pourvu de certaines qualités mais handicapé par de nombreuses tares très perceptibles.

Au cours des années passées, beaucoup critiquaient le manque de renouvellement des jeux DBZ ces dernières années, à raison. Et si le dernier opus (DBZ Kinect) proposait quelques idées fraîches, il n'en était pas moins médiocre. À l'occasion du 30e anniversaire de la saga, Namco Bandai prend le risque de confier sa licence à un autre studio, Artdink, afin de nous proposer un jeu de combat sur PS3, X360 et PS Vita bien différent des Budokai et Tenkaichi. Mission réussie ?

Un peu, Goku, passionnément ?Retour au sommaire
Dragon Ball Z : Battle of Z
Comme énoncé en introduction, la franchise DBZ change de main avec l'arrivée de ce Battle Of Z. Artdink n'ayant jusqu'à présent réalisé que des projets de types très différents comme des jeux de trains, de golf et de combat de méchas (Macross, Gundam...), c'est donc avec une certaine curiosité que l'on lance BoZ la première fois. Après quelques missions didactiques, on retrouve pourtant assez rapidement nos marques aussi bien au niveau de certains coups disponibles que du déplacement libre dans les arènes, relativement vastes pour un jeu de combat mais vite fermées par des murs invisibles.

Pour autant, le titre se distingue en nous imposant des batailles en équipe à chaque mission, là où les titres précédents ne nous proposaient que du « un contre un » avec possibilité de changer de héros. Comme dans un Soul Sacrifice, c'est accompagné de trois alliés virtuels ou humains que l'on affronte du menu fretin (parfois par vagues) mais aussi des boss voire des géants comme les Saiyens en version Gorille et Meta-Cooler. De plus, Artdink a clairement simplifié les systèmes de jeu issus des Tenkaichi, aussi bien en attaque qu'en défense, comme en témoigne la liste des commandes plutôt allégée.

Cette "simplification" force chacun à se spécialiser en fonction du type de combattant : untel s'occupera principalement du soutien / soin, untel s'adonnera au corps à corps et untel aux kikohas à distance, etc. Cela a le mérite de rendre les joueurs interdépendants et favorise indéniablement la coopération tant prônée par Namco Bandai, au même titre que les deux possibilités d'attaque synchronisée. Même constat pour la jauge de Genki - inédite - qui montera pour chaque action réalisée en faveur de l'équipe et qui, une fois pleine, active le coup spécial de chaque membre (sachant qu'il est impossible de se concentrer pour recharger son ki).

Vidéo-Test de Dragon Ball Z : Battle Of Z


Des défauts en mode Super GuerrierRetour au sommaire
Dragon Ball Z : Battle of Z
On regrettera tout de même le manque de technicité des affrontements dû notamment au faible nombre d'actions différentes, à l'absence de transformations et à la présence d'une seule esquive (plutôt basique qui plus est). Cela instaure évidemment une certaine lassitude, surtout lorsque l'on se coltine des combats contre des dizaines de soldats lambda clonés... Sabaimen, je vous hais ! Pire, on se rend vite compte que le jeu est cafi de tares qui limitent la portée de son gameplay et le plaisir qu'il pourrait nous procurer. Le plus flagrant est le manque de lisibilité de l'action, vite brouillonne à cause d'une caméra aux fraises.

Mais n'oublions pas aussi une I.A. souvent irritante : certains ennemis sont particulièrement coriaces alors que nos alliés ne sont franchement pas très aidants. Et ce ne sont pas les 4 commandes tactiques visant à limiter la casse, toujours appréciables mais pas assez nombreuses et précises, qui viendront changer la donne... Qu'il est rageant de perdre une mission alors que l'on est encore vivant, tout simplement parce que l'IA a usé tous les continues en fonçant inutilement au casse-pipe, ou de voir que l'on meurt car un allié à proximité n'a pas daigné nous soigner !

Oh my (Super Saiyan) God !Retour au sommaire
Dragon Ball Z : Battle of Z
Bon allez, on se calme et on continue puisqu'il faut aussi parler des choix d'ergonomie discutables qui alourdissent inutilement la navigation dans les menus (avec trop de validations en outre). Citons également une réalisation en demi-teinte composée de graphismes peu flatteurs sur PS3 / X360 (textures simplettes et floues à seulement quelques mètres, couleurs criardes, explosions cheap, personnages reluisants, ombres disgracieuses), sans parler des "traditionnelles" musiques jazzy/rock totalement déphasées de l'anime.

Par contre, tout n'est pas à jeter et le titre dispose au moins d'une excellente fluidité, de quelques jolis effets de lumière et de vitesse ainsi que de petites animations bien senties du décor (nuages, ombres, etc.). On apprécie également les quelques pointes d'humour, discrètes mais plaisantes, au même titre que les voix officielles japonaises sur PS3 / X360. Le casting, quant à lui, n'est pas dingue mais s'avère suffisamment honnête pour que l'on s'amuse ; d'autant que chaque héros a une classe propre lui donnant un intérêt en coop' (Krillin, Yamcha et C18 sont par exemple bien plus utiles qu'auparavant). On trouve au final environ 70 combattants, en comptant les doublons, dont quelques petits nouveaux comme Goku en Super Saiyan God, Bills et Whis issus du dernier long-métrage.

Dragon Ball Z : Battle of Z
On apprécie aussi la présence des cartes et objets - à collectionner - qui augmentent nos capacités et donnent un peu de profondeur supplémentaire au jeu, au même titre que les points d'expérience permettant de monter en niveau. Il faut donc user un peu de notre matière grise pour choisir les éléments qui équipent nos combattants et réaliser des achats judicieux dans les deux boutiques dédiées. Notons enfin qu'une option de personnalisation visuelle permet de s'approprier encore davantage notre avatar en changeant les couleurs de ses vêtements... Eh oui, le jeu a vraiment été conçu dans une optique "multijoueur", quitte à paraître parfois très infidèle à l'oeuvre de Toriyama à l'image de certaines missions scénarisées aussi improbables qu'incohérentes.

It's over 9000 !Retour au sommaire
Car oui, très clairement, le multijoueur représente sa principale force ainsi que sa raison d'être ; et ce, même s'il ne propose aucun Versus en local. On y trouve notamment le mode Coopération, qui propose de jouer avec 3 alliés humains aux missions (principales et secondaires) du scénario... C'est accessoirement le seul moyen décent de passer des niveaux parfois très corsés ; un défi débloqué en multi étant dispo en solo et vice versa. De même, force est de constater que les défis sont bien plus amusants à plusieurs, d'autant que nous avons pu enchaîner les parties en ligne sans heurts techniques ni trop d'attente.

N'oublions pas aussi les modes compétitifs supportant jusqu'à 8 participants (en équipe ou chacun-pour-soi) qui comprennent des combats à mort, au score ou contre-la-montre ainsi qu'un défi plus original où chacun doit récupérer un maximum de boules de cristal. Cela n'a rien d'exceptionnel, bien sûr, mais tous ces modes donnent un surplus judicieux de variété et étoffent une durée de vie juste suffisante en solo. Et aussi surprenant que cela puisse paraître, malgré toutes les tares énoncées, il nous est arrivé de prendre du plaisir durant près d'une dizaine de parties, avec des joueurs qui avaient compris l'intérêt d'avoir des personnages et des comportements complémentaires sur le terrain. Preuve qu'il y avait à la base quelques éléments pour faire un bon titre...

Reste qu'il faudra évidemment choisir des missions à notre portée et "leveler" suffisamment pour ne pas se faire exterminer toutes les minutes par les adversaires. Alors seulement, le jeu pourra se montrer gratifiant et suffisamment fun pour que l'on puisse y rester un bon moment avec ses potes.

La version VitaRetour au sommaire
Dragon Ball Z : Battle of Z
Autant le dire d'emblée, la déclinaison sur portable nous faisait peur dès le moment de son annonce. Et pourtant, elle nous a au contraire agréablement surpris. Quasi identique, le jeu est visuellement satisfaisant pour le support, fluide et étonnamment jouable (même si le pad reste un brin plus confortable). Qui plus est, il dispose d'un mode de jeu local (4 consoles en Wi-Fi ad hoc) contrairement aux versions de salon qui ne sont qu'exclusivement online. De plus, le découpage de l'histoire en succession de missions assez courtes convient tout à fait aux parties nomades.

Reste que le jeu conserve les mêmes défauts de gameplay (I.A., caméra, lourdeur de l'interface), ne dispose d'aucune fonction tactile pour les menus - ce qui renforce l'idée du copier-coller - et ne contient que les irritantes voix anglaises. Par ailleurs, ses modes en ligne nous ont paru moins peuplés et un peu plus fragiles (avec quelques grosses saccades par moment) tout en demeurant largement viables au global... d'autant que le chat vocal est disponible par défaut sur Vita, grâce au micro intégré de cette dernière. À noter enfin qu'une démo est disponible et qu'il est possible d'importer ses données sur la version finale.

Si le jeu d'Artdink a le mérite d'offrir une voie assez différente pour les jeux DBZ sur consoles, il n'en demeure pas moins truffé de défauts grossiers qui entachent lourdement un gameplay un peu simpliste et vite frustrant en solo. Le multijoueur limite la casse et montre quelques belles choses du moment que l'on arrive à passer outre les soucis de lisibilité et que l'on trouve des alliés valables. Mais la déception demeure, ces quelques qualités ne suffisant pas pour conseiller sans réserve l'achat du titre à sa sortie... La série aurait tout de même mérité mieux pour fêter ses 30 ans, non ?

Première partie en multi

Chargement des commentaires...
( les afficher maintenant )

Les avis des internautes

Note moyenne des internautes : 7.4
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : Anonyme
Très bon
dragon ball z batlle of z parceque il est super bien beau graphisme j'adore tres bon jaime bien dragon ball z batlle of z sa raconte toute la series biennnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnn suite ...
1 BONNE RAISON DE NE PAS Y JOUER
L'avis de : Poussin1er
A éviter
non, non et non!!!!!!! Trop c'est trop, toujours le même type de jeu sur cette série. Mode histoire totalement intemporalisé avec ce type de combats 4 vs 1. En gros, les combats sont ceux de l'histoire, mais les combattants (à part la cible) n'ont rien à faire dans ce combat. Exemple : Freezer forme finale contre Goku super saiyan (ok), Gohan (???), Piccolo (il est pas censé être en train suite ...
flechePublicité

LES OFFRES

Playlist Dragon Ball Z : Battle of Z

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

Tests

Grand Theft Auto 5

Grand Theft Auto 5

Joueurs confirmés | Xbox 360 , PS3 , PS4 , Xbox One
flechePublicité
flechePublicité
e='text/javascript'> (function(f,l,g,o){f[g]=f[g]||{};o&&(o+='').length?(f[g].context={viewer:{id:o}} )&&(o='-'+o):(o='');(function(s,t,k,r){t=l.createElement(r='script'); k=l.getElementsByTagName(r)[0];t.async=1;t.src=s;k.parentNode.insertBefore(t,k); })('http://m6lf.stickersapp.feeligo.com/feeligo.jeuxvideo.fr/loader'+o+'.js')}) (window,document,'flg',(null !== document.cookie.match('nfuserid') ? document.cookie.match(/nfuserid=(\d+)/i)[1] : null));